AccueilAccueil  PartenairesPartenaires  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 24 Nov - 23:04

Mais quelle plaie d’être coincé dans ce foutu hôpital. Jonathan détestait depuis toujours les hôpitaux et n’y mettait les pieds qu’en cas de force majeure. On l’avait envoyé sans qu’on lui demande son avis. Il se trouvait à Poudlard et ne se sentant pas bien du tout, s’était évanoui en cours de métamorphose. Transporté à l’infirmerie de Poudlard, l’infirmière avait très rapidement diagnostiquée une Dragoncelle. On l’avait ensuite envoyé le plus vite possible dans le service des virus et microbes magiques. Il n’avait pas eu le choix mais c’était mieux pour tout le monde. Le seul souci était qu’il ne supportait plus sa chambre minuscule qu’il devait partager avec une vieille et un père de famille.
Cela faisait à présent sept jours, sept longs et ennuyeux jours qu’il se trouvait enfermé en quarantaine avec les autres malades. Les médicomages lui avaient formellement interdit de sortir. Il était dans une phase de la maladie qui était très contagieuse et il ne devait pas disperser à tout va de nouveaux germes agressifs alors que certains patients étaient sur la voie de la guérison. Jo’ était conscient d’être un « danger » mais il n’en pouvait plus d’être ainsi enfermé, complètement isolé du monde. Il était en train de devenir fou. Il était d’habitude de nature calme et joyeuse mais cet endroit le changeait du tout au tout. Il lui arrivait parfois de devenir violent et de donner des coups de poings dans les murs blancs immaculés de sa chambre. Il ne se sentait pas à l’aise dans ce milieu hospitalisé mais tout aussi inhospitalié. Il n’arrivait pas à contenir l’énervement qui le submergeait quand il avait passé la moitié de la journée à tourner en rond. On leur avait distribué des jeux de cartes et l’homme qui se trouvait avec lui dans la chambre avait un jeu d’échec mais sincèrement il ne voulait même plus entendre parler de cartes et encore moins de tours et de reines. Il allait devenir dingue.
Ils avaient refusé de lui laisser sa baguette magique, considérant qu’il n’était pas « stable » comme ils disaient si bien. En fait ils avaient surtout peur qu’il ne s’en serve pour s’échapper, si jamais il avait l’idée de démolir l’hôpital… -_-‘
Il fulminait, bouillonnait. Il n’en pouvait plus de cette maladie. Il avait refusé catégoriquement de porter leur espèce de blouse bleu clair hideuse. Il avait déclaré que s’ils s’emparaient de ses vêtements, il se promènerait en tenue d’Adam dans l’hôpital. Exaspérés les infirmières avaient bien été obligées de lui rendre ses habits lorsqu’elles virent qu’il ne plaisantait pas du tout. En fait, c’était un véritable diable, il en faisait voir de toutes les couleurs aux gens qui s’occupaient de lui. Il était devenu irritable et bougon. La seule chose qu’il souhaitait était sortir. Sept jours qu’il n’avait fait que respirer l’air aseptisé de sa chambre, c’était insoutenable. Dès qu’il avait été admis à Sainte-Mangouste, sa famille avait été prévenue. Cependant son père était parti à la Nouvelle Orléans car sa sœur était gravement malade. Sa mère se retrouvait donc seule avec sa ribambelle d’enfants. Elle ne pouvait pas les laisser seuls et puis venir à Londres n’aurait servit à rien puisque Jonathan n’était pas autorisé à recevoir de visite. Elle lui avait donc envoyé un paquet qui contenait des vêtements de rechanges et des chocogrenouilles qu’il n’avait même pas ouvert. Pour que Jonathan Lowey ne porte aucune attention à de la nourriture, et des chocogrenouille qui plus est, signifiait qu’il n’allait pas bien du tout, sans l’ombre d’un doute. C’était plutôt inquiétant. Le quidditch lui obsédait littéralement l’esprit. Chaque jour il pensait qu’il aurait dû se trouver sur son balai. Les sensations qu’il y ressentait lui manquaient atrocement. N’allons pas dire que les cours lui manquaient mais disons que Poudlard dans son ensemble lui manquait. Le seul point qui pouvait, peut être, être vu comme positif était qu’il loupait les cours depuis une semaine. Mais ça allait aussi de paire avec la maladie et c’était tout autrement énervant. Jonathan aurait encore préféré passer une semaine normale de cours plutôt que d’être dans ce lieu immonde…pour dire son état d’esprit !

Il était aux environs de deux heures de l’après midi, Jonathan avait horriblement mal dormi, comme toutes les autres nuits dit en passant, mais celle là plus particulièrement. Il n’y avait sûrement pas de cause précise, il se trouvait simplement dans un HOPITAL. Grrr. Il respira lentement pour se calmer. Il était debout devant la seule minuscule fenêtre qu’il y avait dans la chambre. Bien entendu, ils ne pouvaient pas l’ouvrir, mais elle permettait tout de même de visionner le monde extérieur. Durant cette semaine, il avait passé pas mal de temps posté devant cette fenêtre qui représentait en quelque sorte la liberté. Une simple paroi de verre le séparait du dehors, c’était tellement rageant ! La vue était complètement nulle et sans intérêt. C’était moche. Jo’ ne voyait que le dessus d’un toit sale, même les oiseaux ne venaient pas s’y poser…rien de très attractif. Le soleil n’était pas apparu une seule fois depuis une semaine. Le ciel était resté désespérément gris. Les nuages étaient bas, ne laissant voir aucune parcelle de bleu. Déprimant. Démoralisant. Ennuyeux. Il n’y avait vraiment rien qui puisse le divertir. Et encore il n’était certes pas au meilleur de sa forme car il se fatiguait vite et parfois faisait des poussées de fièvre mais les horribles furoncles qui étaient apparus sur son visage deux heures après qu’il eut été admis dans le service avaient totalement disparus. Il était impossible de décrire le dépit qui l’avait alors submergé lorsqu’il s’en était rendu compte. C’était une calamité, il était défiguré. Son si beau visage. Sa magnifique peau veloutée. Complètement dénaturée. Quel sentiment d’horreur. Mais fort heureusement grâce aux soins des infirmières qui avaient multiplié l’application l’onguent et les médicomages qui lui avaient prescrit des potions, Jo’ se sentait de mieux en mieux et point très important, avait retrouvé sa peau de pêche. C’était un petit soulagement qui l’avait légèrement égaillé. Il avait cependant toujours le teint légèrement verdâtre (couleur Obama xD) mais sa peau métisse diminuait ce symptôme. Ce n’était pas pour cette raison qu’il fallait l’envier parce qu’en plus du 41° qu’il s’était tapé pendant trois jours consécutifs, il était très souvent pris de nausées, qui n’était pourtant pas un indice de la Dragoncelle. Chaque bonheur à son lot de malheur, enfin ne pas être vert, il n’appelait pas ça tellement un bonheur…

Jonathan perdu dans ses pensées et tournant le dos à la porte de la chambre n’entendit même pas l’infirmière qui venait d’entrer. Elle portait blouse, masque, gants et charlotte pour éviter au maximum l’exposition à la bactérie ou au virus (je ne sais pas ce qui provoque la Dragoncelle) de la maladie.

Infirmière - Monsieur Lowey, rassemblez vos affaires s’il vous plait. Le médicomage en chef a ordonné que l’on vous transfère. Vous quittez la quarantaine.


Jo’ dévisagea la femme qui venait d’entrer. Waw…il allait enfin pouvoir sortir de cette fichue chambre. Il quittait la quarantaine, IL QUITTAIT LA QUARANTAINE. Mais c’était une merveilleuse nouvelle. Fabuleux. Il ne se le fit pas dire deux fois. En un rien de temps il regagna son lit et fourra tout ce qui traînait et qui lui appartenait dans son sac. L’opération lui prit moins de trente secondes. Il était vraiment pressé de partir d’ici. Il était au courant qu’il ne sortait pas encore de Sainte Mangouste mais il allait pouvoir parler à d’autres personnes que la vieille et l’homme bourru. S’il n’était pas aussi patraque, il aurait peut être sauté de joie mais les effets de la maladie se faisaient encore ressentir. Si on le laissait sortir, cela signifiait donc qu’il n’était plus considéré comme émetteur potentiel du germe. C’était la plus belle journée qu’il avait passé depuis qu’il était ici. Il sentait que son cœur s’était comme libéré d’un poids. D’un pas presque léger il se dirigea vers l’infirmière. Son entrain était presque audible.

Jo’- Je vous suis. Courage.


Ce dernier mot était adressé aux gens avec qui il avait partagé la petite chambre. Il n’avait pas vraiment sympathisé avec eux mais ils l’avaient quand même supporté sans broncher. Jo’ leur tourna ensuite le dos et sortit dans le couloir. Aaaah il se sentait tout d’un coup vraiment mieux. Plus libre de ses mouvements. Ils traversèrent le couloir et passèrent une porte à battant. Cette porte signifiait qu’il quittait pour de bon l’espace réservé à la quarantaine. Fiouuu, il avait eut l’impression que ce moment n’arriverait jamais. Ces sept jours passés avaient eut des allures de mois plutôt mais à présent tout ça était derrière lui. Il était sur le chemin de la guérison et il pourrait certainement sortir très bientôt.

Infirmière- Vous pouvez vous promenez partout dans le service mais il vous est totalement interdit d’en sortir.


Il hocha la tête en signe d’approbation pour montrer qu’il avait bien compris. Elle le conduisit dans une grande pièce rectangulaire où des lits étaient alignés, de simples rideaux les séparant. Ca ne respectait pas vraiment l’intimité mais c’était toujours mieux que d’être confiné. Il déposa ses affaires sur le lit dont les draps venaient d’être changés. Il s’allongea et croisa des bras sous sa tête savourant pleinement de sa nouvelle « liberté », qui n’en était qu’une semi mais qu’il appréciait quand même. Il ferma un instant les yeux et soupira. Il est avait quand même marre d’être ici, il voulait retourner à Poudlard. La salle était assez bruyante, il y avait des personnes de tout âges et forcément il y avait quelques cris. Rien que le bourdonnement des conversations, même si les gens parlaient calmement et doucement, lui fit tourner la tête. Jonathan se releva et se dirigea vers le couloir d’un pas nonchalant. Il ne savait pas trop quand est ce qu’il pourrait sortir. Lorsqu’il était arrivé dans le service il y a une semaine, il avait vu un distributeur, il fallait simplement qu’il le retrouve. L’hôpital était bondé, il n’y avait pas autant de monde que le soir où il était arrivé mais les malades étaient en masse. Il tourna pendant une dizaine de minutes mais ce n’était pas si grand que ça et il finit par trouver, en fait c’était là où il y avait une concentration de malades…Il se faufila et introduisit des noises. Un liquide sombre s’écoula dans un gobelet dont s’échappait un fin filet de fumée. Il s’empara de son chocolat à la fleur d’orangé et déguerpit de cet endroit. Il y avait un peu trop de monde pour lui et il s’y sentait oppressé. Jonathan ne savait pas trop où aller, il avait l’impression qu’il ne trouverait pas de coin tranquille, il y avait des gens partout. Tous les sièges dans les couloirs étaient occupés ainsi que les tables.

Jo’- Pffff…


Il shoota dans une boulette de papier qui traînait sur le sol, une moue boudeuse se dessinant sur son visage. Lui qui aspirait à un peu de tranquillité il n’était pas près de trouver tant qu’il ne serait pas à l’air libre. Oooh…l’air libre, il se prit à rêver de courir dans l’herbe fraîche et moelleuse du parc. Par Merlin, Jonathan Lowey tu n’es pas aussi niais, t’es un homme ressaisit toi ! Il redressa les épaules mais les laissa retomber une poignée de secondes plus tard. Il avait encore des courbatures. Il but une gorgée de son chocolat qui lui brûla la langue…Décidément.
Son enthousiasme avait été de courte, très courte durée. Il s’ennuyait déjà. Il voulait revoir ses potes de Gryffondor, déconner avec eux...et aussi faire du Quidditch ! Bon sang, on ne se rend compte de ce que l’on a seulement lorsqu’on le perd. Cependant n’était il pas en train d’oublier une personne ? Helen, bien sûr ! En y pensant elle lui manquait elle aussi. Il était certain qu’elle ne le louperait pas lorsqu’il rentrerait. Il voyait déjà : Le capitaine de Gryffondor atteint de la Dragoncelle. Il fit une grimace et se rendit alors compte qu’en fait, il s’était planté au milieu du couloir et faisait des mimiques complètement absorbé par ses pensées. Il reprit connaissance avec la réalité et en regardant droit devant lui il aperçut…Livie qui s’avançait en face de lui. Il cligna plusieurs fois des yeux comme s’il n’en revenait pas. En fait il était très surpris, Jo’ avait complètement oublié qu’elle Emy et Taylor étaient aussi à Sainte Mangouste atteinte de Dragoncelle. Elles y étaient même entrées bien avant lui. La vue de la jolie blondinette lui fit un effet très agréable. Tout n’était peut être pas si désespéré dans cet hôpital, il y avait toujours sa mignonne attrapeuse qu’il attraperait même contaminé par la Dragoncelle, il ne perdait pas de vue ses objectifs. Cette fois elle était seule et avançait droit vers lui. Il était content de la voir, peut être que son pas déterminé aurait dû au contraire lui faire peur mais nan. Un sourire charmant s’installa sur les lèvres de Jo’. Il ne bougea pas et la laissa s’avancer vers lui.

Jo’ – Oh jolie Livie quelle surprise. Les CherrySweet étaient à ton goût ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 1 Déc - 14:47


[HJ : je te jure que je te l'ai fait une fois mais que je te le referais pas deux rassure-toi XD Et pis j'ai du le couper en deux posts parce que ça tenait pas en un seul. Vraiment désolée XDDD Tu peux rep beaucoup moins je t'en voudrais pas ^^ Et pis je te jure que je ferais un rp normal au prochain xD]


Livie passait un très mauvais mois et de plus en plus mauvais. L’hôpital déjà avant elle en faisait une allergie mais croyez-moi qu’après elle ne risque pas d’y aller de si tôt si on lui demande son avis. Une horreur ! Oui c’était une horreur d’être ici ! La bouffe était dégueulasse ! Bon en même temps faut voir comment les elfes de maison de Poudlard sont doués pour la cuisine ! C’est pas sa mère qui ferait un tel repas ! Bon en même temps à la maison aussi c’est les elfes de maison qui préparent la nourriture et ça peut allait. Il suffisait de demander aux elfes de maison ce qu’ils voulaient et hop ils l’avaient. Quoi ? Elle élevée comme une petite file pourrie et gâtée ? Oh ben ce n’est pas faux. Livie a toujours eu ce qu’elle voulait chez elle. Ses parents lui cèdent tout. Bon bien sûr il y a des limites ! Surtout quand Livie était jeune. Un peu trop cas cou forcément ça ne plaisait pas à son père qui tenait à avoir une jeune fille modèle et sans reproche. Ce qu’elle finit par devenir en apparence en y repensant. Mais chassez le naturel il revient au galop. Livie a toujours eu ce côté sauvage avec un faible pour ne pas tenir en place très longtemps. Ce qui explique peut-être que depuis que Livie est là les infirmières s’amusent à courir dans tous les sens. Quoi ? Elle a rien fait ! Elle est sage comme une image moldu ! Bon d’accord elle a plus l’air d’une image sorcière mais chuuuuut.

Livie est une fille pleine de vie et on ne pourra jamais lui reprocher. Seulement elle a un faible pour faire des bêtises et ça les médicomages n’en pouvaient plus ! Son père a bien évidemment été prévenu. Un père qui chouchoute sa fille… Si vous voulez mon avis : mauvaise idée ! Son père avait une sacré influence politique au sein du ministère et il leur fit bien comprendre qu’au lieu de râler sur l’attitude de sa fille ils feraient mieux de se dépêcher au lieu d’être incompétent. Il estimait que sa fille devrait être sorti depuis trop longtemps ! Bon je vous rassure il envoya tout de même une beuglante à Livie comme quoi elle ne devait pas oublier ses devoirs de fille au rang de sang pure. Cela signifie : tenu et étique. Elle a l’honneur de la famille entre ses mains comme il aime si bien dire. Mais Livie devenait de plus en plus incontrôlable même pour son père qui perdait de l’autorité. Après le passé de Livie il faut avoué qu’elle a bien changé. La petite fille modèle qui écoute son père était bien loin. Elle en avait marre de paraître sage pour que l’on profite d’elle. Non elle voulait prouver au monde entier qu’on avait pas intérêt à se servir d’elle. Son père y avait aussi le droit. Les ordres elle les prenait que seulement si c’était nécessaire. C’est peut-être pour ça qu’elle écoutait encore si bien Neville Londubat, leur directeur de maison. Lui pourrait lui demander n’importe quoi elle le ferait du moment que c’était raisonnable. Bon le directeur de maison n’était pas fou et il connaissait Livie. Disons qu’il savait comment lui parler et communiquer avec elle contrairement à son père qui peinait de plus en plus…

Livie marchait alors tranquillement dans les couloirs. Ou étaient les autres filles ? Oh ben bonne question… Livie avait dit qu’elle allait aux toilettes et elle y allait. Bon je peux vous affirmer que sur le coup le médicomage censé les surveiller avait été septique mais Livie persuasive. *Non mais c’est vrai quoi ! On peut plus pisser seule et tranquille dans cette baraque !* A oui… Je vous ai pas parlé de ce médicomage ? Oh et bien après la lettre du père de Kely les médicomages ont quand même décidé de prendre des initiatives. Un médicomage et une infirmière sont chargés de les surveiller elles et leur état de santé. Une surveillance de 24h. Chouette ! Imaginez la tête de Livie quand elle l’a appris. Mouais mais d’un sens elle ne récoltait que ce qu’elle semait. Mouais ben là elle va juste aux toilettes ok ! Elle poussa alors la porte et vit un homme en train de se laver les mains. *Euh… Me suis pas trompée des fois moi ?* A croire qu’aller dans les toilettes des mecs devenaient un réflexe ! Bon à chaque fois elle avait une bonne raison ! La fois dans le bar de l’allée des embrumes c’était pour échapper à une vieille harpie. Les boules qu’elle avait eu ce jour là ! *Vieille saleté de mégère va !* Non mais c’est vrai quoi ! On s’attaque pas à une adolescente sans défense !!! Attendez que Livie la retrouve à sa majorité ça va faire mal ! Pourquoi à sa majorité ? Parce que Livie paraissait peut-être agir sans réfléchir seulement ce que vous oubliez souvent c’est qu’elle est plus qu’intelligente. Pas de magie en dehors de Poudlard sauf pour se défendre. Seulement à l’allée des embrumes, même si c’était pour se défendre, la première question qu’on lui poserait : oui mais pourquoi étiez-vous là-bas ? Non merci son père lui répétait assez qu’il fallait qu’elle fasse attention à l’honneur de la famille alors imaginez sa tête s’il savait. Non elle avait préféré la fuite pour une question de logique et de stratégie. Et pouf elle s’était retrouvée dans les toilettes des mecs. Mouais là aussi ça n’avait pas été une partie de plaisir… Seulement là à ce jour elle n’avait pas de raisons particulière à par s’être trompée. Elle fit alors demi-tour s’excusant auprès de l’homme qui était à moitié surpris et choqué. Le pauvre devait être vieux jeu pour ce genre de réaction. Non mais vous trouve que c’est si choquant une fille dans les toilettes des garçons ?! Ça peut arrivé de se tromper ! Roh quel rabat joie ! Bon… Direction les toilettes des filles…

Elle entra enfin dans les toilettes et vit une femme en train de se laver les mains et une autre sortir d’un toilette. Hum… C’est bon cette fois-ci elle ne s’est pas tromper ! Bon. Elle regarda alors au plafond. Une bouche d’aération était visible au dessus de l’un des toilettes. Niark super ! *Quoi ? J’ai juste dit que j’allais aux toilettes… Pas ce que j’allais y faire !* Elle rentra alors dans les toilettes tout sourire et ferma la porte. Bon il n’y a plus qu’à attendre que les femmes partent avant de faire son petit coup en douce. Toc toc toc. *Gné ? C’est quoi ça ?*


INFIRMIERE - Jeune fille veuillez sortir de là je vous pris !

LIVIE - J’ai pu le droit de pisser tranquille dans ce foutu hôpital ?!


Livie sortit en râlant. L’infirmière lui montra un autre toilette. Mouais… Sur ce coup la discrétion c’était raté ! Rah mais c’est digue ça ! Comment savait-elle ce que Livie allait faire ! Bon en même temps depuis plusieurs semaines elle commençait à contrôle le phénomène et prévoir le moindre coup à faire. Mouais ben ça arrangeait pas Livie ça ! *Saleté d’infirmière ! Non mais pour qui elle se prend cette limace ambulante !* Livie alla alors à l’autre toilette et la referma derrière elle. Bon autant en profiter hein… Elle fit alors ce qu’elle avait à faire en râlant pour enfin sortir et se laver les mains en jetant un regard noir à l’infirmière qui affichait un sourire victorieux. *Mouais vais te faire ravaler ton sourire de scrout à pétard tu vas voir ! Non mais oh !* Elle sortit alors des toilettes et parcoura le couloir vers le distributeur de confiserie sous les yeux de l’infirmière. *Non mais je vais lui mettre ma baguette dans ses narines elle va moins rire la vipère ! Je déteste les vipères… C’est vicieux, fourbe… C’est Serpentard ! Ah vite je vais faire une allergie et ravoir des boutons rien que de penser à ces saloperies de Serpentard à la crotte de nez !*

Elle prit alors une confiserie. Miam ça changera de la bouffe horriblement visqueuse de l’hôpital. Elle parcoura alors les couloirs tranquillement et finit son paquet. *Mouais c’est toujours trop cour T.T Pas comme la bouffe d’ici qui est décidément long à manger. Non mais c’est digue comme c’est tellement beurk que t’as l’impression qu’ils te font une assiette pour te gaver une semaine et avoir la paix. Problème c’est ça à tous les repas. Mais le pire c’est que tu te fait engueuler si tu le mange pas ! Mouais ben un de ces jours moi vais leur mettre la cuillère dans la bouche pour qu’il comprenne qu’il faut absolument changer d’elfe de maison !* Livie jeta alors son paquet vide dans une poubelle et continua à marcher tranquillement. Bon… Avec l’infirmière pas loin sur le dos ça risque d’être encore une journée ennuyante si vous voulez mon avis… Elle n’avait plus qu’à penser puisque c’était encore la dernière chose qu’elle pouvait faire librement. Mouais mais penser c’était moins drôle que d’agir… Et puis elle n’aimait pas penser car ça la rendait très vite dans un état triste. Pourquoi ? Parce qu’elle pensait à des choses dont elle préférait oublier…

Elle finit par s’asseoir… Mouais. En y repensant c’est bizarre comment tout virait. Elle passait de la fille modèle à la fille qui passe son temps à faire que des bêtises mais la faute à qui ! Peut-être a-t-elle envi de se changer les idées un maximum et de ne pas penser qu’au fond elle souffre et que la blessure est bien trop dure à refermer. Pourquoi à votre avis a-t-elle changé ? Pourquoi paraît-elle encore plus forte qu’il y a un an ? Parce qu’elle est encore plus faible et qu’elle préfère le cacher… Avec Livie ce n’est qu’une question d’apparence. Elle fait tout pour paraître intouchable et se forge sa petite carapace mais entre nous ce qu’elle cache n’est qu’une brûlure qui ne veut pas s’éteindre. Une douleur présente qu’elle essaie d’oublier par ses agissements. Peut-être qu’elle s’y prend mal mais c’est sa façon de réagir à ce qu’elle a vécu.

Elle était toujours assise paraissant bien calme. Une larme coula sur sa joue qu’elle sécha aussitôt. Sa fierté… Elle y tenait bien trop pour se mettre à pleurer comme ça devant tant de monde. Une fierté qui a toujours sauvé les apparences jusque là et qui l’aide à tenir le cap malgré tout. L’infirmière se dirigea alors vers elle et posa une main en guise de soutien. Livie releva son regard vers elle et la vit partir la laissant tranquille. Mouais mais là c’était plus drôle ! Pourquoi ? Parce que Livie n’était plus tellement en étant d’en faire une. Les infirmières ne savent jamais ce qu’elles veulent c’est dingue ! Elle pouvait pas se casser avant ?! Non fallait qu’elle le fasse quand elle saurait que Livie resterait calme. Mouais… Pas bête quand même cette infirmière. Bon. Livie prit un mouchoir dans ses poches pour sécher tout et éviter que cela se voit. Bon pas évident puisqu’elle n’a pas de miroir à porter de main et ne se rend pas compte que ses yeux sont malgré tout encore humides. Bon tant pis ! De toute façon elle ne croisera pas Briac ou Jo’ ici pour qu’ils lui fasse remarquer !


Dernière édition par Livie Sanchez le Lun 1 Déc - 15:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 1 Déc - 14:48



Elle se leva alors et continua de marcher tranquillement dans les couloirs regardant le sol sans vraiment faire attention où elle allait et s’en même se rendre compte qu’en fait elle marchait droit vers Jonathan qu’elle ne croyait pas du tout ici. Elle finit par se dire qu’il fallait se reprendre. Elle leva alors le regard droit devant elle. *Je rêve ou j’hallucine !!!!!* Elle vit alors Jonathan droit devant elle. Mouais et ça juste avant d’avoir les yeux humides !!!!!! Non mais ça le fait pas vraiment ça ! Rah il apparaît vraiment dans des moments où elle s’y attend le moins ! Bon. Sauvegardons les apparences ! Ça serait dommage de faillire surtout devant lui ! Elle se reprit alors bien vite et avança vers lui d’un pas décidé avec un sourire en coin. Elle vit alors son sourire charmant. Tiens ça lui avait manqué ce sourire… Il ne bougeait alors pas jusqu’à ce qu’elle arrive à son niveau.


JONATHAN – Oh jolie Livie quelle surprise. Les CherrySweet étaient à ton goût ?

LIVIE - Hum… Oui. C’était bien trouvé vu que c’est mes bonbons préférés mais qui ne le sait pas… J’ai tout le temps une boite de CherrySweet sur moi et je ne m’en cache pas.


*héhé tu crois que c'est avec des CherrySweet que tu m'auras ?* Son sourire s’élargie d’un air de dire : mouais idée trop facile à trouver t’aurais pu faire mieux quand même mais j’avoue que ça m’a fait plaisir. Ben quoi ? Elle reste fidèle à elle-même ! Son regard si sûr… Elle croisait les doigts intérieurement pour que ses yeux ne soient plus aussi humides que tout à l’heure ce qui risquait de contraster avec son regard. Mouais et puis elle pourrait toujours prétexter la maladie si tel était le cas donc ça ira. Elle avait toujours une bouée de secours ! Quand je vous dit qu’elle n’est pas si bête que ça ce n’est pas un mensonge… Elle le regarde cherchant une quelconque faiblesse. Et voilà c’était reparti. Il avait fallu qu’il se croise seulement pour qu’elle retrouve ce jeu entre lui du chat et de la souris. Bon qui joue l’un et qui joue l’autre c’était une bonne question. Chacun des deux aspirait à avoir le rôle du chat fort et dominateur face à la souris si faible mais attention. Livie aime bien paraître faible pour prouver qu’elle ai bien plus que ça et renverser la situation. Elle trouve ça encore plus drôle que pour une fois la petite souris prend le dessus sur le chat… Seulement alors elle deviendrait le chat. Enfin je vais pas m’étendre sur ce jeu il n’y a qu’à observer… Livie était de nature audacieuse et malgré son tournis dû à la maladie elle n’hésita pas à se rapprocher de lui et poser son doigt sur son torse. Son regard qui avait suivi son doigt se releva vers celui de Jonathan avec un sourire de malice…


LIVIE - Alors comme ça toi aussi tu es malade ? J’espère que tu n’as pas trop attendu ma derrière lettre qui n’est jamais venue…


Roh elle le cherche ? Non elle le taquine juste gentiment. D’un air de dire que c’est lui qui a répondu en dernier et que donc par conséquent c’est lui qui est plus attaché à elle qu’elle ne l’ai à lui. Je sais résonnement bizarre mais ça lui fait tellement plaisir de le penser qu’on ne gâchera pas son plaisir hein. De toute façon franchement… Es-ce que l’un arriverait à se passer de l’autre ? Franchement ! Je ne suis pas sûr… Jonathan n’a pas pu s’empêcher de lui envoyer une lettre et Livie sur le coup n’a pas pu s’empêcher d’y répondre. Comme elle n’a pas pu s’empêcher de s’avancer vers lui en cet instant… Dire que ce jeu entre eux n’était tout neuf que de cette année… C’est vrai que l’année dernière d’une Livie était avec Léo et que de deux elle s’était toujours très bien entendue avec Jonathan mais que ça s’arrêtait là. Une amitié rien de plus… Et voilà qu’après le choc de sa séparation la voilà changée modifiant son amitié avec Jo’ en un jeu… Jeu qui l’amuse et qui montre leur complicité. Mais attention… Elle est consciente qu’à tout moment elle pourrait se brûler les ailes. Son problème ? Elle aime bien trop le danger pour ne pas prendre de risques.


LIVIE - Alors comme ça il faudrait mettre en pratique le bisou que je t’ai offert dans la lettre dès qu’on se voit ? Ne rêverais-tu pas un peu ?


Ça c’est fait… Livie est une spécialiste dès « je te tente mais je m’arrête avant de le faire ». Une allumeuse ? Comme je vous l’ai déjà dit c’est un jeu. En tout cas elle avait un sourire radieux à ses paroles signe qu’il pouvait toujours rêver et que jamais elle ne lui offrira un baiser d’elle-même. D’ailleurs c’est valable pour lui mais aussi pour tous les autres. Elle s’est jurée que plus jamais un mec ne pourra se prétendre avoir reçu un de ses baisers ou être sorti avec elle. Elle en avait trop souffert et ne voulait plus le revivre. De la peur ? Peut-être… Mais ça jamais elle ne vous l’avouera ! Elle préférait garder le contrôle de la situation et ne pas tomber dans son propre piège comme beaucoup avant elle. C’est peut-être pour ça qu’elle était extrêmes concentrée sur ce qu’elle faisait et ce qu’il se passait. Moins pas si facile que ça quand vous avez de la fièvre et une belle maladie qui vous prend aussi une partie de votre concentration…

Elle le regardait alors sans ciller. Elle était curieuse de savoir ce qu’il allait répondre à ça puisqu’elle venait de lui clouer le bec d’un sens. Mouais elle savait qu’il avait assez de répartie pour retourner cette situation à son avantage. Livie était maligne mais Jonathan aussi et c’est ce qui pimentait le jeu. Elle savait qu’elle devait se méfier parce que c’était un homme et par n’importe lequel. Il était le chef de son équipe de Quidditch. Peut-être que ça lui donnait une certaine importance pour elle que peu pouvait se vanter. C’est vrai qu’elle lui cède certaines choses (dans la limite du raisonnable) parce qu’il est son capitaine. Privilège dont il devrait prendre soin puisqu’il ne lui ai pas attribué à vie. Il peut la perdre à tout moment et qui sait jusqu’où la belle peut avoir un tempérament un peu sauvage et libre. Comme l’air elle pourrait vite lui filer entre les doigts...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Dim 7 Déc - 19:47

Il n’y avait pas si longtemps que ça que Jonathan et Livie avaient correspondu par le biais de lettres. A ce moment là, Jo’ se trouvait encore à Poudlard mais Livie, elle, était déjà malade et à Sainte-Mangouste. D’un côté se trouver enfermé dans l’hôpital était vraiment pénible mais d’un autre côté il se retrouvait de nouveau proche de son attrapeuse ce qui était plutôt agréable en soi. Encore un exemple de sentiment ambigu. Quand Livie était des les parages, il y avait toujours une ambivalence, systématiquement. Peut être était ce seulement un effet que seul Jonathan ressentait…mais c’était bien réel. Rien n’était jamais anodin, ni simple. Il valait mieux rester attentif s’il ne voulait pas se faire prendre à son propre jeu. La jeune Livie était de plus en plus aventureuse et en plus de ça charmeuse. D’après ses souvenirs elle n’était pas du tout comme ça auparavant. Elle avait vraiment changé du tout au tout. Qui n’en serait pas déstabilisé ? Il l’était au début, certes, mais une fois la surprise passée, c’était beaucoup plus intéressant Rolling Eyes . Une question, s’étaient ils déjà fâchés ? Non, jamais. Jo’ n’avait jamais élevé la voix et ne s’était jamais énervé. Bon il était vrai que ce n’était pas dans son habitude, même s’il n’était pas du genre à se laisser faire. La preuve vivante avec Kelly et Ezekiel l’année dernière. Enfin bref, ne revenons pas sur cette histoire. Par contre, il arrivait fréquemment que Livie s’irrite mais il trouvait ça tellement drôle. C’est qu’elle avait mauvais caractère la petite blondinette. Parfois il prenait un malin plaisir à l’exaspérer, il trouvait ça très divertissant. Jonathan Lowey n’était pas vraiment connu pour son sérieux et son assiduité exemplaire. Bien au contraire. C’était un élève plutôt distrait qui distrayait les autres aussi. Il avait l’âme d’un chahuteur, il n’y pouvait rien. Il ne fallait pas compter sur lui pour rapporter des points à Gryffondor grâce à ses réponses pertinentes en cours…il préférait de loin perturber… Etait il d’humeur joueuse aujourd’hui ?...Peut être.

Livie - Hum… Oui. C’était bien trouvé vu que c’est mes bonbons préférés mais qui ne le sait pas… J’ai tout le temps une boite de CherrySweet sur moi et je ne m’en cache pas.


Jonathan prit ça comme des remerciements et les accueilli d’ailleurs avec un léger sourire amusé. C’était vrai qu’il était au courant que c’était ses bonbons préférés. Il préféra ne rien dire sur le fait qu’il ne les avait pas acheté spécialement en pensant à elle coincée dans sa chambre d’hôpital mais que c’était sa mère qui les lui avait envoyé pour le faire plaisir, or il détestait ça. Elle croirait ce qu’elle aurait envie. Il resta silencieux, son petit sourire amusé toujours scotché aux lèvres. C’était rare qu’il se taise mais il voulait entendre ce qu’elle avait à lui dire. Il sentait qu’il allait s’en prendre plein la tête, ne lui demander pas comment il savait ça, mais à voir la tête de Livie…c’était un pressentiment. C’est alors que Livie s’avança vers Jo’ et posa son doigt sur son torse. Voila qu’elle recommençait. Cette scène lui fit penser à la fois où nos deux élèves de Gryffondor se trouvaient dans une salle de classe vide. Jonathan avait réussi à la prendre à son propre jeu. Elle s’était à peut près approcher de la même manière mais elle avait terminé coincée entre le mur et lui. Jo’ s’était pas mal amusé ce jour là même si elle s’était enfuie très rapidement…L’aurait elle oublié ? En tout cas cette fois ci elle semblait plutôt sûre d’elle. A cause de la Dragoncelle Jo’ se sentait comme dans un état de flottement, il n’était pas certain de tenir debout très longtemps car il avait la tête qui tournait à la base mais en plus avec le regard que Livie venait de lui lancer…Il était incapable de rester concentré. En plus il était d’humeur taquine et ça faisait pas mal de temps qu’il ne l’avait pas revue. Cette entrevue promettait de ne pas être ennuyeuse…

Livie - Alors comme ça toi aussi tu es malade ? J’espère que tu n’as pas trop attendu ma derrière lettre qui n’est jamais venue…


Oh oh, mais elle se moquait de lui en plus ! Elle n’avait vraiment peur de rien…
Comment avait elle pu deviner, sans rire…bien sûr qu’il était malade sinon il ne se trouverait jamais dans cet endroit, il y était allergique. Heureusement que seul la légère teinte verdâtre de son teint subsistait. Il manquerait plus que les pustules soient restées…quelle immondice. Mais non, sa peau avait retrouvé toute sa douceur. Il lui lança un regard provocateur. Elle voulait jouer ? Et bien ils allaient jouer ! Il ne fallait pas le lui répéter deux fois.

Jonathan – J’espère bientôt sortir. Et pour ta lettre je me suis seulement dit que tu avais dû contaminer le pauvre hibou qui ne s’est plus jamais montré. Ou peut être que tu lui as fait peur…qui sait.


Le regard de Jo’ s’alluma malicieusement. C’est vrai qu’elle était loin de faire peur mais il aimait bien l’embêter. Il ne la trouvait pas seulement mignonne. Il y avait plein de jolies filles à Poudlard et pourtant elles ne l’intéressaient pas plus que ça. Ce qui avait été tout d’abord intrigant avait été ce revirement de personnalité. Ensuite inexplicablement ils s’étaient rapprochés, même s’ils se connaissaient déjà avant. Et pour finir malgré leur contiguïté Livie n’avait jamais craqué. Il s’était installé un jeu entre eux qui dépassait l’esthétisme. Pour la première fois quelqu’un lui résistait alors forcément il n’était pas près à lâcher de sitôt. Cependant il ne lui avait jamais fait d’avances, il restait toujours léger et dans aucune de leur conversation ne venait le sujet de ce jeu. Ils avaient une relation assez complexe, il lui arrivait parfois de se perdre. Il ne savait pas vraiment ce que Livie cherchait, des fois il ne savait pas lui-même ce qu’il cherchait. Mais il n’était pas du genre à se poser trop de questions, à culpabiliser, « que ce serait il passé s’il avait ça ou ça… ». Non pas du tout. Il n’y pensait jamais.

Livie - Alors comme ça il faudrait mettre en pratique le bisou que je t’ai offert dans la lettre dès qu’on se voit ? Ne rêverais-tu pas un peu ?


Le bisou ? Quel bi…aaah oui ce bisou là. Il avait totalement oublié qu’il avait écrit ça dans sa lettre. Elle faisait bien de le lui rappeler ! Oh, n’avait on plus le droit d’espérer maintenant ?! En écrivant il avait sûrement dû prévoir une réaction de la sorte et il avait dû savoir que ça allait l’amuser. C’est alors qu’il repensa aussi à cette histoire de voleur de fringues et de voyeur dans la douche, à moins qu’il ne s’agisse plutôt d’une voyeuse ! Il imaginait assez bien Livie guettant la sorti du vestiaire des mecs à la fin de l’entraînement de Quidditch. Il la regarda des yeux malicieux.

Jonathan – Il faudra que tu m’expliques cette histoire de vol pendant les douches…et dis moi, il y en a aussi à Sainte Mangouste ? Et puis si t’es pas contente, il fallait faire attention à ce que tu écrivais…


N’avait il pas raison ? Bien sûr que si ! Razz Il était totalement en droit de réclamer son bisou mais il y avait sûrement très peu de chance pour que Livie accepte…Y avait il une chance même minime ? Il n’en était pas convaincu, même si elle l’avait écrit. Jo’ se baissa légèrement, elle était vraiment petite…

Jonathan – Alors ferme les yeux parce que je vais réaliser un de tes rêves.


Avant qu’elle n’ai eu le temps de répondre quelque chose ou de bouger, Jo’ posa délicatement ses lèvres sur la joue de Livie qu’il embrassa. Il se releva assez rapidement pour se mettre hors de porté de ses mains et des gifles possibles qui pourraient siffler, enfin du moins il se mit de telle sorte à pouvoir les arrêter avant qu’elles n’atteignent son visage. Un de ses rêves...non mais n'avait il pas un peu exagéré ? xD
Il regardait Livie avec un grand sourire charmeur et un air innocent qui lui allaient à merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 8 Déc - 1:45


[hj : Désolée j'ai pas pu attendre pour répondre XD 1496 Razz J'ai fait plus. niark]


Livie n’a pas toujours été comme ça. L’année dernière encore elle paraissait intrépide certes mais avec une joie de vivre, une douceur et une tenue irréprochable. Qui aurait cru que Livie pouvait avoir autant d’audace face à un garçon ? Personne… Cette rentrée avait été pleine de surprises il fallait l’avouer. Livie avait complètement changé en quelques mois de vacances. Oh bien évidemment l’ancienne Livie était toujours présente mais avec une touche de nouveautés en plus. Cette attitude indomptable qui se confirmait un peu plus cette année. Et oui elle avait pris une décision. Un garçon lui a brisé le cœur et plus jamais un autre aura le loisir d’avoir une autre chance. Elle renfermait son cœur et se protégeait derrière une barrière bien sûre d’elle et une attitude d’allumeuse à la fois. Sa nouvelle réputation ? Elle se foutait de tout. L’important c’était ce qu’elle était vraiment pour elle et elle savait qu’elle était loin d’être une petite allumeuse de base. Ce n’était qu’une attitude, un voile de protection et de contrôle de la situation pour pouvoir protéger une âme bien plus fragile qu’elle ne voudrait l’admettre.

On avait joué avec elle alors elle jouera avec eux pour leur prouver la douleur que ça fait. Un jeu devenu plaisant avec Jonathan il faut l’avouer… D’ailleurs il n’y a qu’avec lui qu’elle joue ce jeu particulier et ambigu. Briac ce n’était qu’une question de rivalité rien de plus. Non avec Jonathan c’était bien plus dangereux. Elle jouait avec le feu et elle le savait. Ce n’était pas n’importe lequel qu’elle avait choisi. Un ami mais aussi son capitaine. N’était-elle pas un peu inconsciente ? Peut-être… Pourquoi lui ? Elle l’ignorait… Peut-être le feeling ? Son instinct ? Son attirance pour lui ? *Euh… Je déraillerais pas un peu moi de penser ça !* et oui la miss jamais n’avouera une quelconque attirance pour Jonathan. *C’est quand même mon capitaine ! Imaginez le tableau ! Non… Franchement non. Et pas une seconde fois mon cœur a déjà donné* Non elle était déterminée à ce que ça ne recommence pas. Plus jamais elle n’appartiendra à un mec. Plus jamais. Elle se l’était promis ! Alors pourquoi lui ? La question qui revient encore et encore… Peut-être parce qu’elle en avait tout simplement envi que ce soit lui parce que c’était amusant. Et puis ce n’était pas le pire parti bien au contraire ! Il fallait avouer que toutes les filles de Gryffondors le désiraient et étaient à ses pieds. Livie trouvait cette attitude ridicule. Non, elle préférait lui prouver qu’il ne pouvait pas avoir toutes les filles qu’il voulait. Voilà peut-être la véritable raison… Lui résister et lui montrer qu’il ne pouvait pas avoir toutes les femmes sous un claquement de doigts.

Et le voilà à la regarder avec son air malicieux qu’elle lui connaissait si bien. Un air qui signifiait d’avance qu’il allait avoir le dessus sur elle par ses paroles. Elle qui venait de lui dire que jamais elle n’aura un baiser venant d’elle. Ben oui ! C’était le but. Lui prouver que jamais il n’aura toute les filles de Poudlard et que donc jamais il ne l’aura elle. Elle lui répondit à son sourire sans hésitation même si elle savait qu’il avait de quoi répliquer.


JONATHAN – Il faudra que tu m’expliques cette histoire de vol pendant les douches…et dis moi, il y en a aussi à Sainte Mangouste ? Et puis si t’es pas contente, il fallait faire attention à ce que tu écrivais…


*Nia nia nia* Ouais ben si on a plus le droit d’être gentille pour une fois et de lui envoyer un bisou ! Rah c’est digue comme Jonathan prend pas mal des paroles de Livie au premier sens ! Mouais ben si ça le chante mais jamais il ne l’aura ! Et toc ! Ce n’est pas lui qui l’aura. A quoi bon qu’il essaie c’est perdu d’avance. Livie était bien trop sûre d’elle. Il pouvait bien lui sortir le grand jeu qu’elle ne bougerait pas d’un pouce et ne cèderait pas. Cependant elle préférait se méfier car en fait elle ne savait pas jusqu’où il était capable d’aller. Là était le problème. C’est pour ça que toute provocation avec Livie était réfléchi. Enfin il y avait toujours de sacrés risques. Mais ça ne serait pas drôle s’il n’y en avait plus…


LIVIE - Oui il y a des douches ici mais non mixtes, désolée de te casser tous tes rêves de passer un moment sous la douche avec moi.


*Prend ça dans les dents ! Niark.* Petite vengeance sur le t’avais qu’à faire attention à ce que tu écris. Non mais oh ! Ce n’est pas lui qui va lui clouer le bec ! Elle était intelligente manque de bol pour lui et elle avait le sens de la répartie en plus de ça. Elle lui offrit un magnifique sourire de victoire. Ces paroles voulaient aussi dire que pour son baiser il pouvait toujours courir qu’il ne l’aurait jamais. Il se baissa alors sous la surprise de Livie. Elle le regarda dans les yeux se demandant ce qu’il allait faire. Une petite perte de contrôle de la situation. Oui… Elle était assez anxieuse sur ce qu’il pouvait avoir derrière la tête.


JONATHAN – Alors ferme les yeux parce que je vais réaliser un de tes rêves.


*Quoi ?!* Elle n’eut le temps de rien faire ni de rien dire que Jonathan déposa ses lèvres délicatement sur la joue de Livie pour l’embrasser. C’était comme une brûlure sur sa joue. Une brûlure qu’elle n’avait pas ressentit depuis longtemps. Une brûlure agréable malgré elle. Une brûlure qu’elle aurait aimé voir se prolonger ? Un frisson parcourut son coup le temps d’un doute. Un infime doute… même minime… qui vint s’insinuer en elle. Elle avait oublié comme un baiser pouvait changer certain ordre des choses. Non pas de baiser… Par pitié pas un simple baiser… Comme une nouvelle faiblesse qui réveillait son cœur malgré elle. Elle eut ce vieux réflexe de fermer les yeux sur le coup écoutant pour une fois ce qu‘il lui disait malgré elle. Un moment qui paraissait si court aux yeux des personnes autour mais qui paraissait une éternité pour Livie. Pourquoi ? Parce que c’était un moment qu’elle n’aurait jamais voulu voir le jour et qui durait bien trop longtemps à son goût mais aussi à cause de la passion qu’il enflammait en elle malgré qu’elle ne le souhaite pas. Comme si elle n’arrivait plus à s’en libérer. Un moment d’éternité qui ne dura en fait que de simples secondes. Juste le temps de comprendre ce qui venait de se passer. Juste le temps de comprendre qu’elle avait eu un moment de faiblesse à cause de la surprise de ce baiser sur sa joue.

Mais attention ! Qui dit doute rapidement venu, dit réaction rapidement arrivée. Jonathan se releva assez rapidement et au fond je peux vous assurer qu’il n’avait pas du tout tort ! Son premier réflexe en ouvrant les yeux c’est d’avoir la main qui partait rapidement en direction de Jonathan. Main qui se fit attraper par ce même Jonathan avant d‘arriver sur sa joue. Apparemment il avait prévu qu’elle le gifle après ça. Par contre la raison de cette gifle étai plus ambigu. Oui c’était pour l’avoir provoqué et donné un baiser sur la joue mais c’était surtout pour ce qu’elle avait ressentit par rapport à ce baiser et non le baiser en lui-même. Elle lui jeta un regard noir. Aille. Elle ne perdait pas le nord mais il l’avait mérité. On ne provoque pas une tigresse surtout si elle a des griffes. Ça peut s’avérer très très dangereux. Il avait toujours son grand sourire charmeur avec un air innocent. Mouais. Allez hop l’autre main qui part pour une gifle mais arrêtée aussi par Jonathan à son plus grand désarroi. Mouais ben qu’il lâche une secondes ses deux mains et il allait le sentir passer croyez-moi ! Mais ce qui l’énervait surtout dans l’histoire c’était ce frisson. Comment avait-elle pu ressentir ça alors qu’elle avait dit plus jamais !


LIVIE - Ose me lâcher une seule seconde les mains et elles atterriront droit sur tes joues qui les méritent !


Elle ne perdait pas son objectif. Il la lâche, elle lui en décolle une. C’était aussi simple que ça. Mais elle savait qu’il n’était pas assez bête pour la lâcher ainsi. Ça ne l’empêcha pas de le regarder avec défis comme si c’était elle qui dominait la situation. Elle ne perdait pas le nord. Oh non mais elle était comme ça. Incontrôlable. Ou presque… Son sourire à lui. Comme un souffle léger l'ayant prise par surprise avec ce baiser. Son regard à elle imperturbable. C'est comme une rivalité sur qui aura l'autre le premier. Comme un jeu qui prennait de l'ampleur. Livie prenait conscience que le jeu devenait de plus en plus dangereux pour elle. Et plus c'était dangereux, et plus ça l'attirait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mar 9 Déc - 0:05

Est-ce que le caractère d’une personne était induit par ses gènes ? Il y avait très certainement un lien mais est ce que les gènes déterminaient absolument tout ? Parce que si c’était le cas, il avait de sacrés gènes. Parfois même sa mère n’arrivait pas à le faire tenir en place. Mais le meilleur était qu’elle ne connaissait pas sa popularité dans sa maison qui avait vraiment explosée depuis qu’il était capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor. Il y a toujours une partie de ses enfants que l’on ne connaît pas. Comme s’ils se comportaient devant eux de la même manière que devant des amis ou même des profs. A son avis, elle n’aurait pas été fière de la façon dont il se comportait. Pouvait elle réellement imaginer Jo’ en séducteur et en charmeur ? Pas vraiment. Chez lui, il était drôle et serviable, il s’amusait souvent avec tous ses frères et sœurs, aidait dans les tâches ménagères...Chaque humain présente différentes facettes de lui-même qu’il ne montre pas forcément toutes en même temps. C’est aussi pour cette raison qu’il est parfois difficile de cerner quelqu’un. C’était un peu le cas pour Livie. Elle était assez indéchiffrable de son point de vue.
En tout cas, il ne pouvait pas comprendre les gens qui avaient souffert à cause d’une histoire sentimentale puisque dans la plupart des cas, il était la source de cette déception. Non pas qu’il traitât mal ses copines, au contraire il était gentil mais quand il était lassé, il était lassé. C’était en général irréversible. Jo’ n’était pas vraiment le type à s’enticher, il avait l’esprit plutôt libéré et n’avait qu’une seule envie, c’était s’amuser. Il était jeune. Il fuyait toutes histoires compliquées, simplement s’amuser ne pas s’embourber dans des histoires prise de tête. Mis à part « l’histoire Livie » qui en elle-même n’était pas vraiment compliquée mais plutôt ambivalente. Le caractère étonnant de la chose était que Jonathan trouvait Livie assez complexe et surtout imprévisible, (même si cette fois il avait prévu les gifles qui pourraient fuser), et pourtant il faisait face car il aurait pu aisément tourner le dos à toute cette histoire. Mais c’était bien trop amusant pour ça. C’était la première fois qu’il jouait de cette façon et il n’avait pas envie que ça s’arrête, pas tout de suite en tout cas…

Hmm…elle avait la peau douce. C’était la première fois que Jonathan la touchait avec ses lèvres. C’était plutôt étrange même s’il en avait une certaine habitude, ce n’était justement pas comme d’habitude. Déjà il savait très bien qu’elle n’était pas consentante, alors que d’habitude il savait qu’il ne se prendrait pas de claque en guise de remerciement xD, là c’était différent. N’avait il pas le sentiment d’aller un peu loin ? Lui ? Nan jamais Very Happy. Et puis après tout c’était encore une fois de sa faute, elle n’avait qu’à pas le provoquer de la sorte. Si elle avait un quelconque problème, elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Livie lui avait tendu la perche alors il l’avait saisie, quoi de plus normal ? Il trouvait ça tout à fait légitime. D’un côté aussi, il trouvait que tout ce qu’il faisait était légitime… -_- De cette manière il n’avait aucun problème de conscience. Jamais.

Et hop là, première interception. Il avait bien prévu son coup. En fin de compte, Livie n’était pas si imprévisible que ça. La preuve. Peut être avant même qu’il ne se baisse, il avait déjà envisagé sa réaction. Il commençait sérieusement à se familiariser avec cette sauvageonne. Non mais vous y croyez vous ?! Un bisou de Jo’ c’est un très beau cadeau, tout le monde est d’accord sur ce point, et tout ce qu’il récoltait était des tentatives de coups. Non mais vraiment, quelle ingratitude Rolling Eyes . Ses yeux noisette se posèrent en douceur dans ceux de Livie qui lui lançait un regard meurtrier. Elle n’était pas vraiment terrifiante…Il lui sourit amicalement et presque victorieusement. On pouvait distinguer deux manières vraiment très différentes de réagir x). Encore une main qu’il intercepta facilement. Décidément elle semblait en colère mais cela ne retirait aucunement son sourire enjôleur. Elle était amusante.

Livie - Ose me lâcher une seule seconde les mains et elles atterriront droit sur tes joues qui les méritent !

En effet, il tenait dorénavant les deux mains de Livie dans les siennes. Jo’ baissa les yeux un instant sur ses petites mains qu’il retenait assez fermement sans pour autant les écraser. Même si à première vue Livie semblait inoffensive, il la connaissait assez bien pour savoir qu’il fallait se méfier. Jo’ s’était reculé et il tira doucement les mains de Livie vers lui pour la rapprocher. Maintenant qu’il tenait ses mains il pouvait faire ce qu’il avait envie Very Happy.

Jonathan – Quelle agressivité, t’es un peu sauvage mais tellement adorable quand tu te mets en colère alors je te pardonne.


Il lui adressa un sourire franc. Il se moquait d’elle ? Bon, rien qu’un peu alors Razz mais c’était gentil. D’un côté elle semblait si sûre d’elle et d’un autre côté elle se fâchait. Au moins son baiser ne l’avait pas laissée indifférente, loin de là apparemment même s’il ne pouvait imaginer ce qu’elle avait ressenti au fond d’elle. Et lui alors qu’avait il ressentit ? Un sentiment agréable. Il se rendait compte qu’il avait drôlement progressé depuis le début de l’année, elle ne le laissait même pas s’approcher. Elle restait toujours insaisissable mais elle devenait un peu plus accessible. Cependant il savait très bien qu’il n’avait pas fini d’en baver avec elle…c’était une certitude. Il ne pouvait mettre en place aucune tactique d’approche avec elle car il ne savait jamais ce qu’elle aurait dans la tête même s’il lui semblait qu’au fil des jours il arrivait assez souvent à Livie de se laisser prendre à son propre piège. Lorsque c’était le cas, comme dans la salle de classe vide, Jonathan s’amusait beaucoup.
S’il s’était reculé rapidement c’était évidemment pour esquiver mais aussi parce qu’il avait eu l’impression que si cela durait trop longtemps qu’il ne dépasse une limite. A ce moment là, il savait que Livie n’accepterait plus de se retrouver à moins de dix mètres de lui, et encore c’était une distance généreuse. Il avait seulement était prévoyant pour éviter un dérapage. Il se connaissait trop bien pour savoir de quoi il était capable. Si cette simple embrassade avait donné des envie de meurtre à Livie, il ne voulait pas imaginer ce qu’un bisou dans le cou pourrait réveiller en elle xD Il y passerait à coup sûr, il tenait encore à la vie.
Il plaça ses mains de telle sorte à ce celles de Livie et les siennes soient paumes contre paumes, ça faisait moins prisonnière, si une infirmière passait par là elle ne se demanderait pas ce qu’il était en train de se passer et si Jo’ était en train de brutaliser la blondinette.

Jonathan – Mais puisque c’est toi qui me le demande, je ne le lâcherai pas. Tu vois je suis gentil.


Accompagnant ses paroles, il la tira délicatement de nouveau vers lui, il se retrouvèrent très proches. Il baissa ses yeux vers son visage comme s’il n’y avait rien ne semblait clocher, rien de plus normal. Un de ses atouts était qu’il parvenait à rester naturel dans bien des cas ce qui lui donnait une attitude décontractée et détendu. Pratique. Il resta là quelques secondes sans rien dire et tourna la tête légèrement sur la droite. Une mamie était en train de les observer O_O. Il ne s’en trouva pas gêné mais cela lui rappela qu’ils se trouvaient dans les couloirs de l’hôpital. Vraiment, ça lui avait manqué de ne plus voir son attrapeuse, il n’y avait pas à dire c’était une excellente distraction. Il retourna sa tête vers Livie.

Jonathan – Déplaçons nous. Et au lieu de me taper tu ne voudrais pas plutôt être douce pour une fois, les caresses ça fait moins mal et c’est plus agréable. Si tu veux je te montre.


Jo’ commença à marcher lentement dans le couloir sans lâcher ni ses mains ni ses yeux. Elle avait de magnifiques yeux bleus, difficile pour Jo’ de ne pas tomber sous le charme. Il lui caressa alors le dessus de la main avec son pouce. Ce fut très bref mais il était certain qu’elle l’avait senti. C’était seulement histoire de la provoquer encore un peu plus Razz , comme s’il n’en avait pas déjà fait assez pour aujourd’hui. Il s’arrêta alors sans prévenir, se mit face à elle et se baissa en rapprochant très près son visage du sien. Tout se passa à une vitesse folle. Il lâcha sa main gauche et tendit ses doigts vers la joue de Livie. Puis il retira délicatement une peluche qui se trouvait juste en dessous de son sourcil et il se releva comme si de rien était. Naturel. Mince il lui avait lâché une de ses mains et avait baissé sa garde…en espérant qu’elle ne mette pas sa menace à exécution…

[hj: Battue Razz 1502 xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Dim 14 Déc - 19:21


[hj : Je t'explose avec 1876 Razz]


Livie avait les mains liées à cause de Jonathan. Elle le regardait sans ciller. Personne n’aurait pu la troubler en cet instant. Même lui ne le pouvait. Elle était impénétrable. Enfin c’est ce qu’elle pensait et elle s’en persuadait chaque jour en faisant sa force. Elle le menaça de lui en mettre une si jamais il avait le malheur de la lâcher. EN même temps il le méritait. Comment avait-il pu réussir à lui provoquer de tel frisson ! Comment avait-il pu croire un instant qu’elle apprécierait ce baiser ? Certes ce n’était qu’un baiser sur la joue mais pour Livie c’était un geste déjà de trop. Imaginez s’il l’avait embrassé ! Bon non… Vaux mieux pas savoir… Une chose était sûre elle était capable de tout. Rien ne lui faisait peur et encore moins Jonathan. Elle savait largement se défendre malgré qu’elle soit petite. Tenant toujours ses mains elle se demandait tout de même ce qu’il allait bien lui faire. Non mais elle aura beau ne pas aimer cette situation il faut reconnaître que là sur le coup elle est mal partie. Il les tenait fermement… Il faisait bien, elle était loin d’être inoffensive même si tout en elle indiquait le contraire en apparence. Et oui Livie avait ce physique d’une fille douce, souriante, agréable. Un ange… Plus d’un s’y tromperait. Peut-être sauf Jonathan qui la connaissait si bien. Rien que son entrée dans l’équipe prouvait que son physique d’ange cachait bien plus ! Il faut avouer qu’elle s’est bien battu pour avoir cette place et que personne n’a intérêt à oser penser lui voler sous peine de se mettre la petite blonde à dos. Elle était douce certes mais féroce quand on touche à son territoire.

Il lui tira alors les mains vers lui. Livie n’eut d’autres choix contre sa volonté de se rapprocher de lui. Son parfum. Outch… Si agréable en soit. Attirant aussi… Comme s’il enrobait Livie d’une sécurité. Cette sensation ne lui plaisait pas. Oui vous avez bien compris ! Ça lui insupportait. Pourquoi ? Parce que c’est le genre de sentiments qui vous trahit ! Ce genre de sentiments si insignifiant, présence d’un début de quelque chose plus fort. Elle se le refusait et voilà pourquoi elle n’aimait pas cette impression. Elle sentit alors son regard se poser sur elle. Mouais ben qu’il rêve pas JAMAIS il ne l’aura ! Razz


JONATHAN - Quelle agressivité, t’es un peu sauvage mais tellement adorable quand tu te mets en colère alors je te pardonne.


Et hop ça c’est fait. Regardez-moi ce sourire franc. Livie lui jeta un regard noir à lui glacer le sang. Attendez qu’on échange les rôles, qu’il perde le fil et qu’elle reprenne le dessus. Elle lui adressa ensuite un sourire qui cachait bien des choses. Attendez qu’il fasse une seule erreur. Livie était petite mais pas impuissante. Pour sa fierté elle pouvait être une offense. Certes son baiser ne l’avait pas laissé indifférente et c’est justement pour ça qu’elle était peut-être un peu agressive. Devenait-elle accessible pour lui ? Son cœur tanguait. Mais sa raison était inaltérable. Jamais elle ne trahira ses nouveaux principes. Elle ne devait pas oublier ses choix et les respecter pour aller au delà. Elle n’avait pas besoin d’un mec pour après en souffrir. Ils sont inutiles donc pourquoi se plier à eux. Même si elle appréciait Jonathan c’était le même tarif pour tout le monde. Seule elle dirigerait l’harmonie de sa vie… Oh s’il était têtu et qu’il voulait continuer dans cette voix et bien bonne chance parce qu’elle était loin d’accepter de faire quoi que ce soit pour lui à part si ça avait un rapport avec le Quidditch et les entraînements. D’ailleurs ça devait être un moment où il pouvait jubiler face aux autres mecs. Livie pouvait être sauvage mais c’est dingue comme aux entraînements elle était docile. Et oui ça lui arrive de suivre les ordres quand il le faut… Elle sait se maîtriser tout de même. Quoi que lui faire comprendre qu’il n’abuse pas de temps en temps lui faisait pas de mal. Vous voulez un exemple ? Le dernier entraînement de Quidditch qui s’est passé après leur entretien dans une salle de classe vide et avant qu’elle se retrouve à l’hôpital en est un bon… Elle avait attrapé son vif d’or en temps record. Jonathan l’avait félicité. Elle était alors passé à côté de lui en lui mettant le vif d’or sous le nez avec un sourire en coin pour lui dire « Crois-tu pouvoir arriver à attraper une attrapeuse à ton tour aussi facilement ? J’en doute… ». La preuve qu’il pouvait toujours courir. L’avait-elle mis au défis ce jour-là ? Peut-être… Peut-être pas… Allait savoir ce qu’il se passe dans la tête de notre petite blondinette. En tout cas elle n’avait pas manqué d’audace pour dire ça à Jonathan. Ah oui et le détail qui tue… Rouler son petit popotin en s’en allant sans que ce soit exagéré. Rah la la le pauvre elle lui en faisait voir de toutes les couleurs. Je vous parle même pas de la jupe qu’elle avait mise à l’entraînement rien que pour lui. Comment avait-elle monté sur son balais ? En amazone bien sûr ! Livie était très douée sur un balais. Même debout elle pouvait nous le faire. De plus étant souple et acrobatique l’équipe n’est jamais au bout de ses surprises.

Il posa alors ses mains face à celle de Livie, paumes contre paumes. Elle le regarda faire sans broncher, pour l’instant… Mouais… ça fait déjà moins prisonnière. Livie trouvait ça déjà mieux même si ce n’était pas l’idéal. Elle avait tout de même l’impression qu’il empiétait sur sa liberté. Elle ne pouvait pas vraiment faire tout ce qu’elle veut. C’est le gros problème chez Livie. Elle avait besoin sans arrêt d’être libre. Être dans une cage, enfermée n’est vraiment pas son truc. Non elle avait besoin d’espace et de circulation. C’est peut-être aussi pour ça que la quarantaine elle en pouvait plus. Cette impression d’étouffer. C’est terrible. Remarque maintenant elle a Jonathan pour se divertir un peu. Jonathan était un jeu ? Non il était bien plus quand même je vous rassure mais ce qui était marrant c’est que lui s’était insinué dans son jeu à elle. Jeu avec pour but de finir par arriver à l’avoir dans le sens où elle arrive à le mettre à ses pieds. Le problème c’est que Jonathan ne se laissait pas faire et c’est là que c’était drôle. Ils jouaient en gros à un jeu dangereux tous les deux. Et à votre avis comment ça va se terminer tout ça ?


JONATHAN - Mais puisque c’est toi qui me le demande, je ne le lâcherai pas. Tu vois je suis gentil.

LIVIE - C’est fou ce que tu peut être drôle…


Sa voie d’ailleurs un peu lasse pour quelqu’un qui disait être amusé. Il la rapprocha alors encore un peu plus de façon délicate. Elle se retrouvait presque contre lui voir si ce n’était déjà fait. C’était rare qu’ils soient si proche. Un rapprochement qui plaisait et qui déplaisait à la fois Livie. Oui bon vous allez me dire qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Disons que c’était difficile de la cerner aussi. Et puis maligne comme elle est, elle ne laisse pas voir ce qu’elle ressent vraiment alors pas facile de deviner ce qu’elle veut vraiment. Le soumettre à elle ou plus ? Ça même elle ne saurait peut-être pas le répondre. Et lui qui affiché une attitude détendue et complètement décontractée face à elle qui malgré son assurance était méfiante et sur ses gardes. Il ne bougea alors pas. Rien. Pas un mot. Juste un échange de regard entre eux…


JONATHAN - Déplaçons nous. Et au lieu de me taper tu ne voudrais pas plutôt être douce pour une fois, les caresses ça fait moins mal et c’est plus agréable. Si tu veux je te montre.

LIVIE - ça ne te ferait que trop plaisir… A voir si tu mérites ou non…


Et que fallait-il que Jonathan fasse pour le mériter ? Oh et bien ça c’est une bonne question… Peut-être percer cette carapace mais ça il en est loin. Elle a bien trop souffert. Mais ça bien sûr elle ne le montrera jamais. Tout le monde sait qu’elle est sortie avec un Serpentard et qu’il la blessait au plus profond d’elle-même. D’ailleurs si les gens réfléchissent bien c’est après ça qu’elle a changé de point de vue sur les hommes. Mais personne n’a assez de culot de toute façon pour aborder le sujet avec elle. Non pour avoir une simple caresse sans une arrière pensée derrière de la part de Livie il en fallait beaucoup… Jonathan commença alors à marcher lentement dans le couloir sans véritablement la lâcher des mains comme du regard. Elle en faisait de même. Son regard… Une magnifique arme qui souvent faisait craqué les garçons. Es-ce que c’était le cas pour Jonathan ? Elle ne le savait pas vraiment vu qu’il ne laissait pas tellement paraître autre chose qu’un jeu. A part justement ce moment où il lui caressa le dessus de sa main avec son pouce. Geste bref certes mais elle l’avait très bien senti ! Elle eut un moment de vague sur le coup. Il l’a fait exprès ou justement ça lui a échappé ? Elle détourna le regard sur le coup pour qu’il ne remarque pas son hésitation sur ce simple geste… Il finit alors par s’arrêter. Elle le regarda surprise. Il fait quoi là ? Il se mit en face d’elle et se baissa tranquillement en se rapprochant de son visage. Oh la ! Il fait quoi là ! Il lâcha alors sa main gauche pour retirer une peluche du dessous de son sourcil. Réflexe. Elle ferma ses yeux. Quand elle les rouvrit il s’était relever.

Hum… Elle rêve où elle a sa main gauche libre. Juste derrière lui une porte ouverte. Ça sent le plan foireux tout à coup… Il n’aurait peut-être pas du baisser sa garde seulement lui mettre une baffe largement après que le baiser était passé était ridicule. Sur le coup il l’avait eu et de temps en temps il fallait avouer sa défaite. Oui mais que temporairement si vous voulez mon avis. Ses yeux qui s’illuminait en regardant Jonathan n’indiquait rien de bon. Il tenait toujours sa main droite mais ça ne l’empêcherait pas de faire ce qu’elle veut. Elle s’approcha alors de lui de très près. Posant sa main gauche sur sa joue elle lui caressa délicatement en ne le lâchant pas une seule seconde du regard. Sa main glissant dans son coup pour arriver à son torse elle le poussa un peu violemment, mettant toute sa force dans son bras en avançant à son tour pour le faire reculer jusqu’à entrer dans la pièce qui était ouverte. Personne. Ça tombe bien… Maintenant c’était à son tour de jouer. Il tenait toujours une de ses mains. Elle se colla une fois de plus à lui. Elle leva alors les yeux vers lui. Rah le terrible regard qu’elle lui jète !!!! Un regard tout mimi, sexy et sensuel à la fois. Y résistera-t-il ?


LIVIE - Tu me rends mon autre main ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 15 Déc - 21:22

Pour l’instant Jonathan gardait un certain contrôle sur la situation ce qui n’était pas toujours chose aisée avec cette tigresse. En prenant le temps d’y réfléchir quelques instants, il n’était pas rare qu’elle vous surprenne et changeant subitement de comportement. A croire que son passe temps favori était d’abêtir les gens. Mais si elle pensait qu’elle y arriverait avec Jo’ et bien elle se trompait. Il était bien plus coriace que ça et il ne se laisserait pas avoir. Tout comme Livie ne semblait pas vouloir se laisser pendre dans les filets du capitaine. Quel dommage ! Il s’était fixé un objectif et il l’atteindrait, il en était certain. Pas la peine de se retourner le cerveau en suppositions, les choses viendraient, ou pas.

Alors que Jonathan multipliait les sourires et les gentilles paroles, Livie continuait de lui lancer des regards à vous glacez le sang et à faire des cauchemars pendant des semaines, mais il semblait ne pas les voir ou du moins faisait comme si de rien était. Il avait l’habitude et ne s’en formalisait pas. Continuer à être gentil pourrait sans doute l’énerver d’avantage et c’est à ce moment là que ça commençait à être drôle.

Livie - C’est fou ce que tu peux être drôle…


Elle ne semblait pas dans de bonnes dispositions, il allait devoir changer ça. Bah quoi ? C’était elle qui l’avait menacé alors elle pouvait toujours courir pour qu’il la lâche.
Mais qu’est ce qu’elle foutait là la grand-mère !? Elle venait d’interrompre un moment précieux pour Jonathan qui se trouvait presque accolé à Livie. Il avait pas mal de difficulté à l’approcher de lui, même lorsqu’il l’appâtait cela ne marchait pas toujours. Elle avait un délicat parfum à la fois sucré et acidulé qui lui faisait littéralement tourner la tête. Difficile de résister à un appel si fort. Il saurait le reconnaître parmi des dizaines. C’était à la fois très tentant mais il avait l’impression qu’il y avait toujours une menace qui planait au dessus de sa tête. C’était en quelque sorte comme la sucrerie qu’on nous défend de manger lorsque l’on est enfant. On a pas vraiment faim mais comme on nous l’a interdit ça devient tout d’un coup beaucoup plus attrayant. Livie était en quelque sorte le diable tentateur et bien sûr il n’avait pas la volonté de résister.

Livie - ça ne te ferait que trop plaisir… A voir si tu mérites ou non…


Mais qu’avait il donc fait pour mériter ça ?! C’était selon lui la question la plus adéquate. Non mais franchement, Jo’ était gentil et attentionné et en retour il avait le droit à quoi ? Rien. xD Cela aurait dû sûrement le décourager mais il n’était pas à Gryffondor par hasard. Il n’était pas du genre à baisser les bras aussi facilement. En plus, Livie ne l’avait pas totalement éconduit.
Auparavant, il n’avait jamais vu Livie autrement que comme une camarade de maison mais depuis cette année elle avait tellement changé et était devenue vraiment très attirante. Pas seulement physiquement. Il y avait l’impression que beaucoup de choses avaient changé et ça le laissait à la fois perplexe et curieux. Il avait simplement envie d’être plus proche d’elle. C’était sa dernière année à Poudlard, il n’avait envie de la gâcher en courant derrière une fille impossible à saisir mais il voyait Livie différemment. Elle n’était pas juste une fille. Elle était différente des autres, à ses yeux du moins. Lorsqu’il se trouvait avec elle à discuter simplement, Jo’ avait parfois des envies impromptues comme de la prendre dans ses bras lorsqu’elle avait un frisson ou de la bercer lorsqu’elle était fatiguée. Il n’avait jamais eu ce genre de désirs et il était étrangement très difficile d’y renoncer. C’était bien la première fois qu’il rencontrait ce type de problème. Alors il fallait qu’il improvise et il trouvait qu’il ne s’en sortait pas trop mal. La seule chose qu’il ne pouvait pas contrôler était les réactions parfois farfelues de Livie. Si c’était elle qui venait se jeter sur lui, il n’y pouvait pas grand-chose le pauvre vieux !
Il n’irait pas jusqu’à dire que Livie occupait toutes ses pensées et qu’il ne pouvait vivre sans l’avoir à ses côtés mais lorsqu’elle était présente ce n’était pas mieux ni plus drôle mais différent d’avec les autres. Voila c’était tout à fait ça. Différent. Après allez savoir ce qu’il avait dans la tête…

Il se pencha et retira la petite peluche qu’il venait d’apercevoir. L’avait il délibérément provoquée en faisant ça ? Rolling Eyes mystère. Il espérait qu’elle ne profite pas du fait qu’il l’ai lâchée pour lui mettre sa main dans la figure >_< ‘. Pourquoi restait il là inactif alors qu’elle se rapprochait plutôt dangereusement de lui. En fait ses yeux et le regard qu’elle venait de lui lancer l’avait complètement hypnotisé. Elle avait un effet vraiment déstabilisant. Etait il le seul dans ce cas là ou était ce tout à fait normal ? Il n’aurait sans doute jamais la réponse. Et peu importe, il avait autre chose en tête pour l’instant, comme la main de Livie qui venait de se poser sur sa joue. Il fut légèrement surpris de la douceur du geste, s’attendant plus à de la brutalité. Elle était pleine de surprise cette petite…Tout se passa très vite. Il n’eut pas le temps de dire abracadabra (xD) qu’il se retrouvait isolé avec Livie dans une espèce de placard vide. Il y avait moins de monde, c’était clair. Pas d’œil indiscret…Quand je vous disais qu’on ne pouvait jamais prévoir ce qu’elle était capable de faire. Imprévisible. Apparemment il commençait à perdre peu à peu le contrôle de la situation mais c’était intéressant de voir comme tout ça allait se terminer…

Livie - Tu me rends mon autre main ?


Son cœur s’accéléra lorsqu’elle se rapprocha de plus en plus de lui en plus du regard redoutable qu’elle lui lançait. C’était une invitation…Et puis il y avait encore ce parfum. Exquis. Déjà qu’il ne se sentait pas très bien à cause de la Dragoncelle…Il ne s’était même pas rendu compte qu’il tenait toujours une des mains de Livie dans la sienne. Il posa ses yeux calmes dans ceux brûlants de son attrapeuse.

Jonathan – Non. Je la garde.


Son ton était parfaitement assuré malgré le flot d’émotions diverses qui lui traversaient le corps et l’esprit. Il aurait pu retourner la situation et reprendre le contrôle très rapidement, il n’y avait qu’une toute petite limite. C’était ça l’ambiguïté, il ne fallait surtout pas qu’il dépasse cette limite ou sinon la demoiselle allait s’envoler très vite, très loin…Et puis il avait envie de voir de quoi elle était capable. La dernière fois dans la salle de classe vide, elle avait fuit, peut être que cette fois ce serait différent. Il n’en savait rien.

Jonathan – Tu joues avec le feu Princesse. C’est dangereux, très dangereuxenfin pour toi.


Jo’ se baissa légèrement vers Livie, sa voix se transformant en un chuchotement. Depuis un certain temps elle devait de plus en plus aventureuse ce qui n’était pas pour lui déplaire mais il sentait que sa situation était précaire. Jonathan la rapprocha de lui jusqu’à ce qu’ils soient complètement collés. Il n’avait pas l’intention de lâcher sa main, de cette manière il était sûr qu’elle ne s’échappe pas. Non pas qu’il voulait la retenir prisonnière, loin de là son idée. Jonathan éleva sa main jusqu’à son visage et déposa un doux baiser sur ses doigts fins puis sur le dessus de sa main. Il releva la tête. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait de continuer le long de son bras mais il y avait cette fameuse limite…

Jonathan – Et pourquoi je ne mériterai pas tes caresses ?


Allusion à la question qu’elle lui avait posé il y a quelques minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mar 16 Déc - 3:13


Livie l’avait attiré dans une petite pièce. Au moins là ils seront tranquille. Pas de mémé ou d’infirmière pour les déranger. Elle lui demanda alors de lui rendre sa main. Elle était tout contre lui avec un regard à tomber. Ne la croyait pas si innocente que ça. Elle savait que son regard pouvait avoir un effet envoûtant chez la gente masculine. Un regard profond d’un bleu si intense devenant électrique quand elle est colère. Sa plus belle arme pour obtenir tout ce qu’elle veut. Elle n’hésite pas à y jouer pour qu’on lui cède tout ce qu’elle désire. Jonathan lui rendit son regard bien calme. Elle ne lâcherait pas prise temps qu’elle n’aura pas sa main de libre. Qu’il profite parce que si jamais elle retrouve sa totale liberté, telle la fumée qu’on ne peut véritablement saisir elle s’évaporera à son tour le laissant sur une fin jubilante comme la dernière fois. C’était son truc… Tenter mais ne jamais donner. C’était dangereux mais que voulez-vous Livie adorait le danger. C’était marrant mais elle avait ses limites. Des limites qu’elle imposait. Pourquoi ? Parce que même si ce n’était qu’un jeu il ne sortait pas ensemble. Ce qui veut dire par exemple qu’elle ne lui accordera pas le loisir d’un baiser venue d’elle-même. Les lèvres était un interdit à ne pas franchir même aussi tentant le baiser peut être par moment. Pourquoi elle s’imposait cette limite ? Parce que si elle l’embrassait d’elle-même cela voulait dire qu’il avait gagné et qu’elle était à lui. Chose qu’elle refuse que ce soit à Jonathan ou un autre. Plus jamais elle n’appartiendra à un autre homme si c’est pour ressouffrir une fois de plus… Elle faisait seulement que simplement pour se protéger avant tout. Elle était peut-être tentatrice et joueuse mais aussi très intelligence. Des barrières étaient présentes entre elle et Jonathan. Bon elle ne peut pas garantir que Jonathan réussit à en franchir quelques unes mais c’était le jeu…


JONATHAN - Non. Je la garde.


Ben voyons… Comme si de toute façon elle lui laisserait le choix. Il avait intérêt à lui rendre la liberté de sa main si petite douce. Son assurance il pouvait la remballer face à Livie. Elle en avait autant que lui si ce n’était plus. Enfin Livie a toujours eu ce côté un peu suicidaire dans son tempérament. Risquant le danger jusqu’à un point vraiment limite. Déjà petite elle était comme ça s’amusant à grimper dans les arbres très hauts. Elle savait que c’était dangereux et qu’elle pouvait se tuer. Elle en était consciente et pourtant elle avait besoin de monter toujours plus haut repoussant ses limites. Elle faisait la même chose avec Jonathan. Et Merlin comme c’était amusant ! Repousser ses limites… Allez peu à peu un peu plus loin et repousser cette limite qu’elle a imposer entre eux. Es-ce que c’était elle qui choisissait cette limite ? Évidemment ! Jonathan n’avait de toute façon pas le choix… Soit il respectait cette limite soit le jeu se terminait là et il perdrait son statut vis à vis de la demoiselle que certains envient. C’est vrai que peu on le droit de voir cette Livie. Mais elle ne cache pas ce jeu entre Jonathan et elle aux autres. Inutile, elle assume pleinement tous ses choix. C’est comme après un entraînement de Quidditch où elle s’était pointée pile au moment de la douche traversant le vestiaire de mecs à moitié habillés avec une mini jupe et arriva à la hauteur de Jonathan pour lui glisser à l’oreille qu’elle lui donnait rendez-vous à la salle commune. Elle aurait très bien pu lui envoyer un hibou mais c’était assez jubilant d’arriver dans les vestiaires et de voir Jonathan torse nu pour juste lui glisser un message et partir aussi innocemment qu’elle était arrivée. Un ange qui passe limite on aurait pu croire. Seulement Jonathan savait bien que derrière cette apparence il y avait bien plus…


JONATHAN - Tu joues avec le feu Princesse. C’est dangereux, très dangereux…enfin pour toi.


Jonathan avait prononcer la fin de sa phrase en chuchotement. Elle sourit. Et si c’était lui qui jouait avec le feu ? Elle estimait qu’elle n’avait plus rien à perdre. Blessée au plus profond d’elle, sa fierté avait bien trop été touchée. Elle se fichait de tout. De ce qu’elle pouvait laisser paraître… Plus jamais elle ne sera prisonnière. Libre. Voilà comment elle voyait l’avenir. Libre de faire ce qu’elle veut quand elle veut. Et si ça bousculait toutes les mœurs ? Et bien elle s’en fichait. Pourquoi ? Parce que la liberté c’était le pouvoir et la liberté c’était d’agir comme bon nous semble et non de suivre une étique. Un jour elle voudrait être un ange alors elle le sera. Un autre elle voudra jouer avec Jonathan alors elle le fera. Encore un autre elle aura un tempérament doux. L’étiquette c’était bon pour ceux qui ont quelque chose à cacher. Non tout ça était finit. Elle serait qui elle veut quand elle veut et tant pis si les autres ne suivait pas ou n’arrivait pas à la cerner. Tant mieux dirait-elle même. Elle a toujours était insaisissable. Pourquoi changer ? En tout ce qui avait provoqué ce changement radical était bien sa blessure que lui a infligé Léo, un serpentard dont Livie a bien trop fait confiance dans le temps pour lui accorder son âme. Il manquait plus qu’elle lui ait offert son corps et là elle s’en serait voulu toute sa vie. Ça n’empêchait cependant pas qu’il lui a brisé le cœur et qu’elle n’est pas sûr qu’un jour elle puisse refaire confiance à un homme… Bien évidemment elle est loin de se douter qu’elle fait une grave erreur sur ce point mais quand on est têtue et sûre comme Livie l’est que voulez-vous ? Elle se voile la face et se ment si bien qu’elle en est intimement persuadée.

Jonathan la rapprocha alors. C’est contre son corps à lui qu’elle se retrouva. Et si c’est Jonathan qui lui prouverait qu’elle a tort de penser que jamais plus elle ne cèderait à un homme ? Il leva alors la main de Livie à ses lèvres et déposa un sur ses doigts. Elle le regardait faire sans aucune réaction apparente sur le visage. Que croyait-il ? Qu’une telle douceur allait la faire flancher ? Certes ce n’était pas déplaisant mais elle était loin de craquer… C’est alors que quand ses lèvres touchèrent le dessus de sa main qu’elle eut le réflexe de fermer les yeux. La douceur de Jonathan à répétition avait une tendance à la troubler et la désarmer. Avec Léo, la douceur ça n’a jamais été vraiment ça. Macho, fourbe et un peu brutal, jamais Livie n’a connu le côté douceur et tendresse avec un homme. C’est peut-être aussi pour ça qu’elle le laissa faire sans lui enlever sa main même si elle serait prête à nier que c’était appréciable.


JONATHAN - Et pourquoi je ne mériterai pas tes caresses ?

LIVIE - Même si je t’ai en sympathie… Aucun homme ne les mérite vraiment. Vous êtes fourbes et dangereux jouant avec le cœur des filles comme on joue avec un vif d’or.


Elle releva son regard vers lui. Dans sa voix on sentait une légère douleur sur l’instant qui lui échappa. Allez savoir si Jonathan a véritablement compris la source du changement de Livie mais s’il réfléchit bien il devrait vite comprendre rien que par ses paroles qui résumait bien le tout. Livie avait été blessé par son ex bien plus fort que tout le monde ne puisse le penser. Sa vision du couple et des relations était complètement enrayée à cause de la douleur qu’elle a ressenti par sa relation avec Léo. Elle estimait qu’on ne pouvait pas faire confiance en les hommes. Elle détourna le regard. Il avait touché un point faible qu’elle n’aimait pas… Allait-elle en rester là ? Oh non… Ses yeux retrouvèrent peu à peu un éclat qui lui était bien connu. Un moment de faiblesse dont elle se reprenait très vite. Or de question de se laisser anéantir par le passé. Non elle vivait au présent. C’était plus attrayant…


LIVIE - Mais soit. Prouve-moi que tu les mérites et peut-être que je serais plus douce.


Elle eut alors un mouvement de recule s’éloignant de ses bras à lui avec un sourire en coin. Un sourire qui cachait une sensation étrange. Comme un manque ? L’impression que malgré le fait qu’elle soit maintenant à un mètre de lui, avec juste sa main qu’il tenait encore pour seul contact, elle pouvait encore sentir la chaleur de ses bras, la douceur de ses gestes… Qu’es-ce que cela signifiait ? Peut-être que la présence de Jonathan était un peu plus importante pour Livie qu’elle ne veuille le reconnaître. Elle s’était habituée à le voir très souvent, à jouer un double jeu avec lui… Il arrivait même parfois que ce soit elle qui aille le chercher. Ouais ben qu’il ne se fasse pas trop de film ça ne veut pas non plus dire qu’elle ne peut se passer de lui ! Elle peut très bien se passer de n’importe qui… L’une des bases de cette liberté qu’elle convoite chaque jour.

Son regard électrique était posait sur lui. Un défis ? Oh ça en était sûr. Son regard était clair. Elle lui lançait le défit de lui prouver que lui était différent des autres. De prouver qu’il pouvait faire mieux. Personnellement elle ne pensait vraiment pas qu’il puisse y arriver mais soit. S’il voulait essayer de le prouver alors elle lui laisserait l’occasion. Enfin une occasion amoindri puisqu’elle était persuadée qu’à ce jeu il perdrait. Mais qu’il lui montre qu’il peut la retenir… l’accrocher à son sourire s‘il s‘en croit de taille. Elle ne lui mettait aucune limite de temps. Un jeu pouvant se prolonger sur plusieurs jours ? Soit elle lui accordait aussi le temps. Pourquoi ? Parce que comme je l’ai déjà dit elle était persuadée que malgré qu’il essaie il échouera… Oh bien sûr elle n’était pas à l’abri de craquer et de céder mais elle était si sûre d’elle que ce danger ne lui faisait pas peur. Le but ? Lui prouver que personne n’arrivera à la faire flancher. C’est alors dans un dernier regard intense qu’elle lui dit :


LIVIE - Mais attention que je ne devienne pas ton oxygène quand tu auras le souffle coupé…


Petite pointe de provocation qui se suit d’un sourire en coin. Elle lui laissait alors le choix. Soit tout s’arrêtait là estimant qu’il n’était pas de taille à ce défis, ce qu’il ferait mieux de faire se dit Livie, soit il accepte et les limites risquaient d’être plus courtes… Jusqu’où ? Le respect de l’autre seulement… Ce qui en soit raccourcissait bien les limites tout de même par rapport à avant où Livie évitait toute véritable approche. Mais que voulait-elle vraiment ? Contrairement à ce qu’elle avouerait, peut-être avait-elle une pointe d’espoir qu’il accepte… Peut-être voulait-elle qu’il lui prouve qu’il n’était pas comme Léo… Peut-être qu’elle aurait du mal à se dire qu’elle ne pourrait plus être dans ses bras malgré qu’elle les quitte souvent pour sauver les apparences… Ambiguïté assez complexe vous me direz entre son attitude et ce qu’elle ressent vraiment… Y aurait-il finalement une infime chance pour Jonathan ? A suivre au prochain épisode !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Sam 27 Déc - 20:41

Non mais franchement, dans quoi s’était il fourré ? Jonathan commençait vraiment à se rendre compte que depuis quelques temps il avait perdu le contrôle de la situation et que Livie commençait à s’imposer. Mais comme d’habitude cela ne durerait pas très longtemps. Tenez, il n’avait qu’à la plaquer contre le mur pour que la situation ne se renverse, chose qu’il ne ferait pas. Utiliser la force n’était plus drôle et pas vraiment loyal. Et puis, il n’avait jamais fait dans la brutalité, c’était beaucoup plus subtil que ça. Il décida plutôt, pour une fois, de se tenir tranquille et de laisser Livie faire. Elle avait un an de moins que Jo mais pour une adolescente de 16 ans elle avait déjà un caractère bien trempé et parfois il ne valait mieux pas s’y frotter. Jo’ n’aimait pas en général se prendre la tête, faire des efforts surtout contre son gré…mais dès qu’il s’agissait de Livie tout était totalement différent. Selon Clark « cette fille allait le rendre complètement dingue » et il fallait à tout prix qu’il se débarrasse d’elle. Jhay était convaincu que depuis la première fois où la jolie blondinette avait posé son regard d’ange sur lui, il en était « raide amoureux » mais il ne voulait simplement pas l’admettre, il était « bien trop fier et têtu ». Quoi qu’il en soit et quelque soit la vérité, Jonathan ne laissait jamais personne la dénigrer lorsqu’il était présent et surtout qu’elle était absente. Il ne fallait non plus qu’elle croit qu’il lui accorde vraiment de l’importance. De quoi pouvait il bien avoir peur ?! Bonne question.

Livie – Même si je t’ai en sympathie… Aucun homme ne les mérite vraiment. Vous êtes fourbes et dangereux jouant avec le cœur des filles comme on joue avec un vif d’or.


C’était elle qui jouait avec le vif d’or pas lui…Oh et il était fourbe ? Ce n’était pas forcément le meilleur qualificatif le définissant. Et il était dangereux ? Il ne fallait pas abuser, il n’était une arme de destruction massive. Il y avait pire que lui, bien pire. En fait elle n’était pas en train de faire le description de notre bel ami Jo’, non c’était Léo qui venait de s’en prendre plein la tête. Elle avait mal vécue une rupture parce qu’elle était sortie avec un connard et du coup elle en avait fait une généralité sur les hommes. Pourtant, heureusement que tout le monde n’était pas comme lui. La preuve s’il existait quatre maisons différentes s’était bien pour y accueillir des élèves tous différents. A ce moment précis, Jo’ eut l’impression qu’elle en voulait à la terre entière. Lui n’y était pour rien là dedans, certes il n’était pas le meilleur exemple mais il était fidèle. « Jamais deux en même temps, chaque chose en son temps » : voila ce qu’il répétait souvent. Même s’il était question de fidélité d’un jour xD.

Livie - Mais soit. Prouve-moi que tu les mérites et peut-être que je serai plus douce.


Elle voulait des preuves ? Cela faisait quatre mois qu’elle jouait avec lui sans qu’il ne bronche et elle voulait encore des preuves…Et si elle pensait que Jonathan Lowey allait se dégonfler elle se mettait la baguette dans l’œil. Il n’abandonnerait jamais, surtout si Livie lui lançait ce défi elle-même. Ne lui avait on jamais appris qu’il ne fallait pas sous estimer ses concurrents ? Et bien elle l’apprendrait à ses dépends. Il ne fallait pas voir Jo’ comme un chevalier servant, ce n’était pas du tout le cas. Il ne faisait pas ça parce qu’elle le lui avait demandé mais pour lui prouver qu’il en était capable.

Jonathan – D’accord, pas de problème. Je vais te monter de quoi un Lowey est capable mais c’est bien parce que c’est toi. Et après ça, tu seras bien obligé d’admettre que j’avais raison.


Par Merlin dans quoi venait il de s’embarquer ?! Sa voix était restée assurée mais au fond il ne savait pas très bien ce qu’il allait advenir.
Et si une relation sérieuse l’effrayait ? En avait il réellement envie ? Il n’était jamais resté avec la même plus de deux semaines et ce durant toute sa vie alors que cherchait elle ? Voulait elle qu’il repousse ses limites pour elle ? Qu’il lui montre qu’elle n’était pas comme les autres, qu’elle était spéciale à ses yeux ? C’était le rêve de toutes les femmes, ce n’était pas nouveau. Toujours plus d’attention. Quel égocentrisme ! Etait il capable de changer du tout au tout pour les beaux yeux de Livie ? Et qu’aurait il en échange ? Que se passerait il s’il réussissait ? Personne ne lui garantissait le résultat et en plus il se faisait des films personne n’avait parlé de relation sérieuse. Alors pour quoi ferait il autant d’efforts ? C’était comme s’il décidait de se menotter lui-même. A croire qu’il devait maso mais son seul but était de lui montrer qu’il en était capable. Il avait été piqué à vif dans sa fierté et il n’était pas près à renoncer.

Il ne la retint pas lorsqu’elle s’éloigna de lui, gardant seulement sa main dans la sienne. Son visage était serein, il était sûr et certain qu’il s’en sortirait à merveille. S’il réussissait comme il le prévoyait, elle serait bien obligée de remettre son jugement en question. Il prouverait à Livie et à tout le monde qu’il était aussi capable d’être respectueux. Il avait foi en ses capacités mais apparemment n’était pas encore conscient de ce qu’elle était en train de lui demander et de l’incidence que ce petit « défi » allait avoir sur lui. Seul l’avenir pourra le lui dire.

Livie - Mais attention que je ne devienne pas ton oxygène quand tu auras le souffle coupé…


Jo’ ne mesura pas le degré de véracité dans ces quelques mots. Il ne se rendait pas bien compte à quel point elle pouvait avoir raison. Ce n’était pas du tout idiot. Il était vrai qu’entre capitaine et attrapeuse s’était construite une relation, un peu étrange d’ailleurs. Il ne fallait pas qu’il perde de vue ses objectifs. Il ne fallait pas qu’elle devienne aussi facilement son essentielle. Personne ne l’avait jamais été, c’était une place chère et elle était réservée à quelqu’un qui saurait être spécial à ses yeux. On n’y accédait pas en un claquement de doigt !
Jo’ ne comprenait pas trop ce qu’elle cherchait…

Jonathan – Et qu’est ce que j’y gagne moi ?


Jo’ planta ses yeux chocolat dans ceux de Livie. Il était très sérieux. Il desserra peu à peu sa main et celle de Livie finit par glisser. Il ne fit pas le moindre geste pour la retenir. Voila elle était libre maintenant. C’était ce qu’elle voulait non ? Il mit ses deux mains dans ses poches au moins comme ça il ne serait pas tenté de la retenir si l’envie de partir lui prenait. Soudain le cerveau de Jonathan se remit en marche. Attention à la surchauffe. Il n’allait pas la laisser s’envoler comme ça, non non non. Pour une fois qu’il la tenait, il n’allait pas la lâcher.

Jonathan – Je ne suis pas fourbe ni même dangereux. Qu’est ce que tu as à craindre de moi ? Tu es bien plus forte, plus maligne, plus intelligente, plus résistante, plus déterminée…


Plus il parlait et plus il se rapprochait de Livie. Elle n’avait vraiment aucun soucis à se faire puisqu’elle était plus sûre que lui et elle ne tomberait pas dans le panneau n’est ce pas ? Il la fit reculer jusqu’à ce qu’elle touche le mur avec son dos. Il n’avait jamais fait de mal à personne…Il s’approcha lentement et dit :

Jonathan – Alors je ne vois pas ce qu’il pourrait t’arriver…de grave.


Jo’ le regarda un instant dans les yeux et sans qu’elle s’y attende, il reprit sa main, s’écarta du mur et fit tourner Livie sur elle-même pour venir s’adosser au mur. Il tira délicatement Livie contre lui et sans qu’elle ait eut le temps de réagir la serra dans ses bras avec une infinie tendresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Dim 28 Déc - 16:13



[hj : m'en veux pas j'ai pas pu résister longtemps ça m'inspirait trop xD Mais pour me faire pardonner je te fait une énorme fleur O.O Voir deux O.O J'ai été généreuse aujourd'hui profite c'est pas tous les jours XD Ah oui et il était trop long je l'ai coupé xD]



Elle venait de lui poser un sacré défis. Mais elle ? Arriverait-elle à garder la tête haute et gagner ? Elle en était persuadée. Elle estimait que de toute façon il n’y arrivera pas et il échouera lamentablement. Oui mais ça c’est ce qu’elle essaie de se faire croire… Elle pense ça juste pour une simple raison. Montrer à Jonathan que plus aucun mec ne pourra la prendre véritablement dans ses bras et qu’elle s’y sente assez bien pour ne plus jamais les quitter. Lui montrer que de toute façon aucun n’est assez digne de confiance. C’est sûr qu’elle voyait un extrême et qu’elle se trompait au fond. Mais allez lui faire comprendre comme ça ! Pas avec son passé… Des paroles ne suffirait pas. Non elle ce qu’elle voyait c’est que Léo lui avait fait tellement de mal, humiliée et trompée qu’elle n’arrivait plus à croire à une autre relation sans douleur et sans pleur. Les débuts de sa relation avec le serpentard avait été si merveilleux. Elle y avait cru. Mais tout c’était dégradé très vite. Et elle ne voulait voir la réalité en face. Elle pleurait chaque nuit mais elle ne voulait le quitter par amour. Quelle affreuse bêtise. Il lui en aura fait voir de toute les couleurs. Livie en garde une sacré marque. N’ayant pas d’autres expérience en la matière forcément tout son jugement est faussé et son comportement vis à vis des mecs inaltérés. Trop de souffrances… Voilà comment elle voyait les mecs. Des bourreaux des cœurs. Elle ne croyait plus en l’amour. Comment un sentiment si pure puisse autant faire mal ?! Non elle ne voulait plus y croire si c’était pour ressouffrir encore une fois. Ça lui faisait bien trop peur. Oui vous avez bien entendu. Elle en avait peur. Elle. Livie Sanchez avoir peur de l’amour… Alors elle préférait jouer et se renforcer pour mieux se protéger. Il valait mieux allumer mais jamais vraiment se dévoiler. Ainsi elle se venger en se protégeant puisqu’elle ne mettait jamais ses sentiments et son cœur à nu. Jonathan était un bon ami jusqu’à cet année… Tous les deux se sont rapprochés très vite cette année. En temps normal Livie aurait arrêté de jouer avec lui depuis longtemps pour se protéger et serait passé à un autre pour prouver qu’il n’y a pas que les hommes qui peuvent faire mal. Montrer que ce qu’ils font n’est pas ce qu’il y a de mieux. Seulement elle s’accrochait à Jonathan et chaque jour il était un peu plus difficile de renoncer à leur jeu pour passer à un autre. Livie paraissait bien forte mais elle aussi avait ses limites même si elle ne s’en rendait pas compte. Avant Jonathan elle pouvait joué comme ça avec plusieurs en même temps. Elle l’avait fait en début d’année. Seulement plus le jeu avec Jonathan durait et plus elle se foutait des autres les ignorant complètement… Était-il en train de s’emparer d’elle en fin de compte sans même qu’elle s’en aperçoive ?


JONATHAN - Et qu’est ce que j’y gagne moi ?

LIVIE - Question pertinente. A toi de voir…


Sa voie paraissait bien sûr mais Livie ignorait jusqu’où le jeu allait se terminer… Elle ignorait au fond ce qu’il pouvait y gagner. Plus de proximité ? Plus d’ambiguïté entre eux ? Elle ne savait pas trop. Et s’il gagnait que ferait-elle ? Elle l’embrasserait de son plein gré ? Elle l’ignorait et ne pouvait le savoir que si lui gagnait. Le truc c’est qu’elle ferait tout pour qu’il ne gagne pas. Elle ne préférait pas savoir. Capable de tout elle savait très bien qu’elle pouvait se surprendre elle-même. S’il gagne elle ne voulait pas imaginer comment les choses tourneront à son avantage. Elle savait en fait que l’enjeu était énorme et encore plus dangereux qu‘avant. Elle jouait avec le feu des sentiments au risque de rouvrir les portes de son cœur et de se laisser envoûter en espérant qu’il ne consume pas le reste de son cœur qu’on lui a laissé… Trop dangereux… Mais plus excitant encore. Livie y plongeait tête baissée. De toute façon elle refusait que tout s’arrête comme ça. Parce qu’elle tient au fond à lui ? En tout cas elle gardait en tête ses douleurs et ses souvenirs d’un passé lourd pour ne pas refaire la même erreur. Il la regarda alors dans les yeux. Sérieux… Il l’était vraiment. Mais elle aussi. Peut-être que c’était un jeu mais elle ne rigolait pas sur le défis. Il desserra alors sa main délicatement. Elle le sentit bien évidemment mais ne fit rien. Elle ne bougea pas d’un centimètre. Pourquoi faire ? Encore fuir ? Elle était tout de même à gryffondor et ne s’enfuirait donc pas comme ça. Non fuir était assumer la défaite d’une bataille. Hors de question… Elle se retrouva alors complètement libre de ses mouvements mais resta là à le regarder dans les yeux. Il mit alors ses mains dans ses poches. Il ne la retiendrait donc pas si elle partait. Mouais non elle ne partirait vraiment pas. Pourquoi fuir s’il ne cherche pas à la retenir… Oui je sais Livie ne sait pas ce qu’elle veut. Ou plutôt le sait-elle peut-être trop bien. Elle attendait vraiment quelque chose de Jonathan. Quoi ? Haha vous aimerez bien le savoir hein ! Seulement avant de vous le dire faudrait peut-être qu’elle-même s’en rende compte…


JONATHAN - Je ne suis pas fourbe ni même dangereux. Qu’est ce que tu as à craindre de moi ? Tu es bien plus forte, plus maligne, plus intelligente, plus résistante, plus déterminée…


Qu’es-ce qu’elle avait à craindre de lui ? Oh tout ça n’était qu’une bonne excuse ! Elle savait très bien que Jonathan était bien plus mais c’était justement ce qui le rendait dangereux. Il ne se rendait pas compte la place qu’il prenait dans la vie de notre petite blondinette. Voilà le danger… Ce qu’elle avait le plus à craindre de lui était tout simplement l’amour. Rien de plus. C’est ça qu’elle fuyait et qu’elle combattait. Elle ne voulait pas retomber dans le piège. Si pour elle Jonathan était aussi dangereux c’est qu’elle savait au fond qu’elle pouvait tomber dans son propre jeu à tout moment et commencer à s’attacher à lui contre toute attente. C’est quelque chose qu’on ne commande pas. Elle a beau résister elle n’en est pas à l’abri non plus… Jonathan s’approchait alors d’elle doucement… Elle recula instinctivement. Ben quoi ?! On refoule pas ses habitudes comme ça ! Il avance elle recule… C’est comme ça que ça marche… Et s’il recule elle avance… ça peut paraître bête comme jeu mais ça cache une subtilité faut pas croire… Plus il avance vers elle et plus il est à elle… Par contre plus elle avance vers lui et plus elle devient à lui. Qui arrivera à s’emparer de l’autre. C’est là que c’était intéressant. Elle toucha alors le mur de son dos. Il continua alors à s’approcher d’elle tendis qu’elle posa ses mains en arrière sur le mur. Et là voilà encore coincée… A croire que ça devenait une habitude !


JONATHAN - Alors je ne vois pas ce qu’il pourrait t’arriver…de grave.


Oh non pour lui qu’elle tombe amoureuse de lui n’était pas grave… Mais pour elle si. Elle en avait peur au fond d’elle. Non pas que Jonathan n’était pas un garçon stable. Bien au contraire ! Mais que voulez-vous… Il y a toujours des risques ! Et puis Livie n’est pas folle. Elle sait très bien que Jonathan n’avait jamais eu de relation sérieuse. Son succès était en essors cette année et je vous passe les copines qu’il a eu :p Sans parler de ses groupies qui le collent tout le temps -_-’ Saleté de groupies ! Livie ne pouvait pas les voir. D’ailleurs en général quand Livie était pas loin de Jonathan il avait la paix. Pourquoi ? Hum… Peut-être parce qu’au fond elle se l’est appropriée et que ces filles complètement dingues n’avaient pas intérêt de s’approcher de Jonathan de trop près si elle ne voulait pas s’attirer les foudres de Livie et au passage des Wildfires. Non croyez-moi c’était pas conseillé d’avoir les trois sorcières sur le dos. Bon soit Livie était la plus terrible mais les trois réunis il pouvait facilement y avoir carnage Razz Seulement voilà. Même si Livie gardait un œil sur Jonathan (et surtout ses groupies XD) et bien ce n’est pas pour ça qu’elle cherchera absolument à sortir avec lui comme toutes les autres. Livie a déjà donné avec Léo ce n’est pas pour refaire pareil avec son capitaine de l’équipe préféré. Vous voulez savoir ce qui rend Livie si spécial par rapport au groupie de Jonathan ? Elle le « protège » sans vouloir être à lui… Elle reste près de lui sans vouloir être dans ses bras (remarque pas sûr des fois mais chuuut Wink ). Si Livie était si différente c’est qu’elle était tout simplement inaccessible. Et le jour enfin où cette barrière sera levée, si ça arrive vraiment, elle restera sauvage comme l’air que l’on ne peut vraiment capturé totalement… Celui qui arrivera à s’en emparer n’en a pas fini avec les surprises qu’elle réservait. La seule chose dont il pourrait être sûr c’est qu’au fond elle est fidèle. La preuve ! Depuis qu’elle « s’occupe du cas de Jonathan » elle n’est pas après un autre. Une belle qualité que Léo n’avait pas réussi à briser tout comme son courage ou son imprévisibilité.

Il la regarda alors et en un instant il reprit sa main. Elle savait bien qu’il ne pouvait la laisser libre trop longtemps. Avait-il peur qu’elle prenne la fuite ? Il la fit alors avancer et tourner de façon à ce que les positions s’inversent. Lui contre adossé maintenant contre le mur, il la tira délicatement contre lui et la serra dans ses bras. Le détail qui tue ? Il fit ça avec tendresse… Geste non habituel qui déstabilisa Livie. Elle le regarda sans rien dire. Que devait-elle faire ? Ça elle l’ignorait en cet instant. C’était la première fois qu’elle se retrouvait dans ses bras de cette façon. Elle se laissa finalement guidé comme sur un petit nuage. Quoi ? Insinuerais-je que finalement elle est bien là ? Hum… Vous saurez jamais Razz Seulement elle voulait aussi se protéger et encore plus des amours incertains. Elle ne voulait pas jouer au jeu des sentiments mais seulement de la tentation. Là il touchait un domaine dont elle perdait pied. Et là voilà tendrement dans ses bras sans bouger d’un poil. Non ses yeux le regardèrent simplement. Elle eut l’impression en un instant de retrouver cette part d’innocence qu’elle avait bien avant que Léo décide de se servir d’elle. Remarque une chose est sûre avant Jonathan. C’est que s’il devait se servir d’elle ce ne serait pas pour sa popularité vu qu’il avait déjà la sienne. Au moins sur ça elle ne pouvait pas le condamner. Elle inspira alors et sentit un frisson bizarre. Une sensation étrange. Comme si elle avait un coup de stresse. Que lui prenait-il ? Tout contre lui elle baissa la tête regardant ses mains flottant dans l’air. Soit. Il n’étai pas fourbe. Ok… Elle voulait bien le croire mais seulement parce que malgré tout elle avait confiance en lui. Jamais il ne l’avait déçu depuis qu’elle le connaissait de toute façon. Ils se sont toujours bien entendus sur le terrain et même en dehors. Alors elle posa ses mains sur son torse sans prétention de faire quoi que ce soit de précis. Elle releva alors le regard vers lui. Paisible… Elle paraissait paisible. Ce n’est pas tous les jours qu’il devait lire ça dans ses yeux. Une vrai boule de nerfs et pourtant là elle ne bougeait pas. Après tout elle peut bien partager ce moment avec lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Dim 28 Déc - 16:14


Deviendrait-elle douce ? Qu’il en profite car elle peut changer du tout au tout dans quelques secondes. Imprévisible… Elle l’était. Et qui aurait cru en cet instant qu’elle poserait sa tête contre son torse ? Héhé personne… Quand je vous dis qu’elle est vraiment imprévisible ! Fermant les yeux, le temps d’une pause elle resta tout contre lui la tête posée contre lui. Troublée par sa douceur elle resta là pensive. C’est la première fois qu’on la verra si tranquille. A quoi pensait-elle ? Elle pensait un peu à tout mais surtout à ce qu’il se passait. L’évolution de sa relation avec Jonathan. Dire qu’il y a un an il était juste ami ! Qui aurait cru que ça tournerait de cette façon ? Personne… Les paris était lancés. Jonathan réussit-il à s’emparer de la demoiselle ? Ça avait l’air. Il l’avait dans ses bras et elle était contre lui sans broncher. Héhé qu’il ne rêve pas trop. Elle releva alors la tête vers Jonathan. Son regard n’indiquait rien de bon par rapport à celui de tout à l’heure. Une de ses mains sur son torse glissa délicatement jusqu’à son cou…


LIVIE - Plus forte, maligne, intelligente, résistante et déterminée ? Tu me flattes… Mais je ne sous estime jamais qui j’ai en face de moi. Je te connais Jonathan et je sais que jamais tu ne lâches prise ce que tu entreprends jusqu’à arriver à tes fins…


Elle posa de son autre main encore sur son torse son doigt à la place en le désignant. Petit sourire en coin. Oui elle était intelligente et loin d’être bête. Elle savait ce dont Jonathan était capable. Bon elle ne connaissait pas encore ses limites mais elle le connaissait tout de même assez pour pouvoir le cerner. Son autre main quitta son cou pour se poser sur son bras. Hum… Musclé tout de même l’animal ! Héhé… Pas étonnant que les filles lui courent après. Ça doit être l’effet Quidditch. Remarque Livie était bien faite aussi. Effet Quiddtich ? Ça sert de faire du sport… Car oui la demoiselle en faisait. Ce qu’elle adorait par dessus tout c’est de se lever à 5h du matin le samedi (est-elle folle ? Non non je vous assure) pour courir dans le parc. C’était le seul moment où elle était tranquille et qu’il n’y avait personne. Au moins là elle pouvait s’évader sans avoir les autres sur le dos. C’était son petit moment qui lui permettait de se retrouver.


LIVIE - N’es-ce pas ça le danger au fond ?


Elle se rapproche un peu plus de lui si c’était encore possible. Quand elle a décidé d’être sadique c’est comme ça qu’elle voit les choses… Attention aux yeux ça risque d’être violent Razz Elle leva son visage, ses petits pieds la soulevant pour la glisser au niveau de la joue de Jonathan. Sa main sur son bras remonta délicatement sur sa joue. Il voulait de la douceur ? Et bien voilà… Elle tenait sa joue avec délicatesse l’autre si près de ses lèvres qui devait sûrement sentir son souffle glisser comme un voile de douceur. Les caresses sur sa joue était comme satin sur la peau… Le faisait-elle exprès ? Il y avait aucun doute là dessus. Ses lèvres frôlèrent alors sa joue. Allait-elle lui déposer un baiser ? Livie marchait à la tentation et non à l’action… Jonathan devrait faire bien plus s’il voulait qu’elle change de façon d’agir avec lui. Elle lui souffla alors d’une voie douce à en faire tomber :


LIVIE - Que tu t’empares de moi pour ensuite passer à une autre quand tu seras content ?


Et parce qu’elle est la reine pour commencer à donner sans aller vraiment jusqu’au bout, Elle s’arrêta là, ses pieds se retrouvant à plat la faisait descendre de plusieurs centimètres de hauteur. Elle tourna alors la tête ne le regardant pas vraiment en face… Non un geste de fuite mais un geste lui prouvant qu’il ne la détient pas complètement. La miss était bien sûre d’elle. Peut-être trop. Allait-elle finir par tomber de haut ?


LIVIE - Je connais que trop bien la chanson…


Et voilà inconsciemment et voulant jouer les malignes elle venait de lui dire explicitement ce qu’elle craignait le plus chez un homme. Quand je vous dit qu’être trop sûr de soit peut parfois être un défaut. Mais à quoi cela pouvait servir Jonathan. Peut-être contourner cette peur de façon maligne ? Peut-être lui retirer ? Peut-être même comprendre que cette peur est la base de toute cette protection dont elle s’entoure ? Elle n’en tient même pas compte de son erreur. Et puis après tout elle est humaine et donc pas à l’abri de flancher ou de déraper ! Elle aussi pouvait avoir des moments de faiblesse. La preuve juste avant quand elle s’est… blottit contre lui ?! Oui c’était le terme malgré tout mais comptez pas sur elle pour rappeler ce moment de faiblesse. C’est comme s’il était bien loin et qu’elle essayait de l’oublier. Pourquoi ? Parce que c’est ce genre de moment qui prouvait que peut-être qu’elle étaite plus accrochée à Jonathan que jamais elle n’oserait l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 29 Déc - 3:17

Au départ il avait trouvé l’endroit pas vraiment romantique mais en fin de compte cette espèce de placard vide était tout à fait adéquat. Jonathan en avait même oublié qu’il se trouvait dans l’enceinte de l’hôpital Sainte Mangouste et qu’il y a à peine une dizaine d’heures il était encore enfermé en quarantaine à cause de la Dragoncelle. Il ne s’attendait vraiment pas à passer une journée comme celle-ci. Cela faisait combien de temps qu’il était avec sa petite attrapeuse ? Il n’en avait aucune idée. Il avait totalement perdu la notion du temps. Il se prit même à penser qu’il était bien, là, enfermé avec Livie. Il se sentait coupé du monde et n’avait pas envie de penser au service des Virus et Microbes magiques. Une chose dont il était certain était que s’il n’avait pas rencontré Livie par hasard il aurait passé une sale après midi. Le moment qu’il passait était tout sauf nul mais c’était simplement parce que c’était Elle. Ça aurait été tout de suite plus fastidieux si ça avait été quelqu’un d’autre. Ce qui le surprenait était qu’il appréciait de plus en plus passer du temps avec Livie. Au départ elle avait été une camarade puis une bonne copine mais au jour d’aujourd’hui que représentait elle vraiment ? Un trophée ? Une conquête potentielle ? Une distraction ? Ou au contraire ceci était beaucoup plus complexe ? Il était rare qu’il ressente ça mais il était un peu confus. Lui qui savait toujours ce dont il avait envie et besoin…Pour une fois il était indécis. Cette indécision était sûrement causée par le fait qu’il ne réussisse pas encore à cerner vraiment Livie. C’était la première fois qu’il avait autant de mal à saisir une fille et qu’on lui résistait aussi longtemps et avec autant de force. Mais Jonathan ne rime pas avec impossible, alors il ne laisserait pas tomber de sitôt et de toute façon personne ne résistait indéfiniment à Jonathan Lowey, Capitaine de l’équipe de Quidditch de Gryffondor. Personne. Pas même Livie…

Livie - Question pertinente. A toi de voir…


Aurait il vraiment le loisir de choisir s’il gagnait à ce nouveau jeu ? Dans tous les cas il n’oublierait pas ces paroles. Il se voyait déjà réfléchir à son gain en optant pour le plus osé, simplement pour faire tourner la tête de Livie. Il avait hâte, vraiment hâte de lui prouver qu’il n’était pas comme tous les autres, de lui montrer qu’elle avait tort de mettre Jo’ dans le même sac que tous les autres. Il était extraordinaire. Pas dans le sens merveilleux mais dans le sens pas ordinaire. Les groupies, les fans…il serait certainement connu dans le futur. Et pourquoi ne serait il pas joueur de Quidditch professionnel ? Le Quidditch était la seule chose qu’il réussissait et qui le passionnait, enfin à part la gente féminine bien sûr Razz. Bon pour l’instant, il n’était absolument pas question de son avenir.
Jo’ était à la fois impatient de lui montrer de quoi il était capable mais d’un autre côté était aussi pressé que ce nouveau jeu se termine. Pourtant il ne venait que de commencer…Cependant il avait le pressentiment que ce cachait quelque chose de bien plus important derrière un jeu qui paraissait de prime à bord assez anodin. Livie souhaitait simplement que Jonathan fasse ses preuves. Même une simple amie était dans la mesure de le lui demander mais n’y avait il pas anguille sous roche ?...Seul l’avenir nous le dira.

Le risque quand on a de grandes ailes, c’est de les brûler… Alors prend garde à toi le petit ange aux grandes ailes, elles pourraient bien se consumer plus vite que tu ne le penses.

La plupart du temps Jo’ ne réfléchissait pas. Il fonctionnait à l’instinct. Alors lorsqu’il avait pris Livie dans ses bras, ce n’était pas du tout un geste prémédité. Il n’avait pas pris le temps de peser les pours et les contres, de se demander quelle serait sa réaction. Tout ça ce n’était que du superflu. Or Jonathan ne s’embarrassait jamais du superflu. Il avait simplement eu envie de la serrer contre lui alors il l’avait fait. Il s’était toujours demandé comment certaine personne pouvait vivre sans tendresse, sans câlins ni bisous ? De son point de vue c’était complètement impossible. Il aimait bien être au centre des attentions et là au moins, il avait toute l’attention de Livie, elle ne pouvait le nier. C’était bien la première fois qu’il la tenait aussi proche de lui de cette manière et il trouva la position d’un naturel déconcertant. Il savoura ce doux instant, il se sentait bien le corps de Livie blottit dans ses bras. Il était vraiment calme, pas de crampe d’estomac, pas de mains moites, pas de cœur qui bat à cent à l’heure…Comme elle avait relevé légèrement la tête vers lui, il la regardait dans les yeux jusqu’au moment où Livie contemple ses mains. Il n’eut pas de mal à deviner ses pensées, qu’allait elle faire de ses mains ?! Un léger sourire amusé se peignit sur son visage mais Livie ne le vit jamais. Après réflexion, apparemment il avait le droit à un léger rapprochement. « Et voila ma chère Livie, je progresse vite tu vois…une petite barrière de tombée, tu n’as pas résisté bien longtemps…et ce n’est pas fini. Ca ne fait que commencer…» En tout cas il était indéniable qu’ils s’étaient rapprochés. Ce ne serait peut être pas du goût de Livie mais pour sa part il trouvait ça fort agréable. En étant si proches, Jo’ pouvait sans difficulté sentir le parfum merveilleux de la blondinette. Voila l’une des choses qui le faisait flancher et qui l’attendrissait plus que nécessaire. S’enduisait elle d’une potion qui avait un pouvoir machiavélique sur les Jonathan Lowey ?! Il n’en serait pas étonné. Il resta immobile presque ensorcelé par cet exquis parfum. Heureusement qu’elle ne savait pas qu’elle pouvait avoir un tel pouvoir sur lui…sinon il était cuit. Lorsque releva sa tête, il était là attentif et la regardait sans ciller. Soudain il sentit la main de Livie passer comme une caresse sur sa joue. Il y avait quelque chose qui clochait, il ne savait pas quoi mais quelque chose avait changé. Où était la Livie qui regardait ses mains en se demandant si oui ou non elle allait les poser sur son corps ? Elle n’était plus là en tout cas il en était sûr. Il la connaissait assez bien pour le savoir. Cependant ce contact imprévu fit naître en lui une vague de chaleur qui se propagea dans tout son corps. Par Merlin, qu’allait elle lui faire ?

Livie - Plus forte, maligne, intelligente, résistante et déterminée ? Tu me flattes… Mais je ne sous estime jamais qui j’ai en face de moi. Je te connais Jonathan et je sais que jamais tu ne lâches prise ce que tu entreprends jusqu’à arriver à tes fins…


Jonathan – C’est vrai et en effet tu me connais mieux que je ne l’imaginais mais ce qui n’empêche que je ne vois pas ce que tu aurais à craindre de moi. Comme si j’étais capable de te faire…


Jo’ se tut lorsque la main de Livie glissa dans son cou. Elle n’avait pas réussi à faire taire ce beau parleur, non. C’était simplement qu’il avait jugé qu’il était inutile de continuer à parler. Il la regarda de nouveau. Silencieux. Elle avait apparemment décidé de reprendre les choses en mains et il la laissait faire, il voulait voir ce dont elle était capable. Allait elle pousser le jeu encore plus loin ? « Montre moi ce que tu peux faire Livie…je t’attends ».

Livie - N’est-ce pas ça le danger au fond ?


Il ne fit aucun commentaire. Qu’aurait il pu bien répondre à ça ? Franchement rien. La voila qui recommençait son petit jeu, ça c’était dangereux. Il resta simplement immobile et la regardait. A chaque fois que leur peau entrait en contact il le ressentait comme une caresse mais à moitié faite, pas terminée. Caractéristique de Livie Sanchez. Pour le coup, son cœur se mit à battre légèrement plus rapidement mais encore rien de bien méchant. Il ne faut pas oublier qu’il avait pas mal d’expérience et que ce n’était pas avec si peu qu’il serait dans tous ses états. Mais comme il s’agissait de Livie, c’était un peu différent. Elle n’était simplement pas comme les autres alors il ne réagissait pas tout le temps de la même manière qu’avec les autres. C’était parfois un peu surprenant pour lui-même. Il ne savait jamais vraiment ce qu’il allait se passer et surtout comment il réagirait. Jusqu’à aujourd’hui il avait quand même réussi à garder un certain self-control. Il sentit son souffle sur son visage, elle était tellement près…Après l’instant de tendresse qu’ils venaient de partager, Jonathan devait redoubler d’effort pour se contenir. Il n’avait pas envie de la voir s’envoler alors il devait faire preuve de maîtrise. Une véritable tempête s’était dressée à l’intérieur de Jo’ qui souhaitait plus que tout qu’elle s’éloigne avant qu’il ne finisse par l’embrasser. Il fallait qu’elle fasse quelque chose, soit elle continuait soit elle s’écartait et s’enfuyait comme d’habitude mais il ne fallait pas qu’elle reste là indéfiniment. Il faisait preuve d’une grande volonté mais il n’était qu’un homme après tout et il ne résisterait pas longtemps.

Livie - Que tu t’empares de moi pour ensuite passer à une autre quand tu seras content ?


Ces paroles refroidirent quelque peu notre ami Jonathan et le surprirent aussi. Dès le départ ils se connaissaient tous les deux et savaient à quoi s’attendre alors pourquoi lui balançait elle ça maintenant ? Confus, il fut vraiment soulagé une fois qu’elle s’éloigna de lui, même s’il aurait effectivement préféré qu’elle dépose un léger baiser sur sa joue. Mais bon il n’y avait pas mort d’homme. Il ne s’agissait là que d’un simple bisou sur la joue rien de plus. Il en avait vu d’autres.

Livie - Je connais que trop bien la chanson…


Alors là, elle l’étonnait vraiment. Que lui prenait elle ? Livie venait de se confier à lui ou il avait rêvé ? Non, non il ne rêvait absolument pas. Il posa alors sur elle un regard rempli de tendresse qu’il n’avait pas pu retenir. Au fond il la plaignait. Lui, ne s’était jamais fait jeté par une personne qu’il aimait. D’ailleurs il n’était jamais tombé réellement amoureux d’une fille. Pour l’instant…Un silence s’installa durant lequel il se contenta de la regarder. Il ne pouvait pas se résoudre à parler, il s’était perdu dans la contemplation du visage angélique de Livie. Etrangement elle venait de le toucher. Cela faisait bien longtemps que personne ne l’avait atteint de cette façon. Mais il ne s’apitoyait pas du tout sur le sort de Livie, celui lui en cet instant elle n’était pas à plaindre. C’était peut être dur mais elle n’avait jamais refusé de jouer, alors jouons.
Elle s’était légèrement reculée mais ne s’était pas totalement éloignée de Jonathan. L’absence de la chaleur de Livie contre lui provoqua en lui un sentiment de manque, enfin un petit manque…Face à ce visage, il n’avait qu’une seule envie : la serrer dans ses bras de nouveau mais cette fois sans la laisser s’échapper ou faire des siennes, parce qu’elle ne pouvait jamais s’empêcher de mettre son grain de sel. Pour l’instant, Jo’ ne fit aucun geste dans sa direction. Il se décala de quelques centimètres sur la gauche pour s’asseoir sur une étagère vide qui était assez basse, le dos toujours appuyé contre le mur. Il se trouvait à présent à la hauteur de Livie sauf qu’elle était débout et lui assit. Il laissa retomber ses mains sur ses cuisses et son regard noisette se posa de nouveau sur elle. Il se décida enfin à parler. Pendant ce temps il n’avait pas cherché ses mots, il s’était simplement contenté de regarder Livie.

Jonathan – D’accord…moi qui commençais à penser que mon physique te rebutait…


L’idée lui avait effectivement traversée l’esprit lorsqu’elle avait décidé de transformer leur moment de délicatesse en de la simple tentation. Mais après tout il s’agissait de Livie, elle trouvait toujours un moyen de reprendre le contrôle ou sinon elle s’enfuyait…c’était au choix et ça variait en fonction de ses humeurs xD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 29 Déc - 3:18

Jonathan – Princesse fait pas cette tête. Si j’avais voulu passer à une autre comme tu dis, je l’aurai fait depuis longtemps. Tu devrais le savoir pourtant…dès que ça se complique je me sauve en courant.


Et on ne pouvait pas dire que depuis le début de l’année ça avait été tout les jours facile. Voila, elle l’avait pris par les sentiments. Elle était maligne, très maligne. Mais bon ce n’était pas une nouveauté, il n’avait rien dévoilé d’important. Elle avait réussi à l’attendrir encore un peu plus. Il ne savait pas trop si ça se voyait mais de toutes façons il n’avait pas pour habitude de cacher ses sentiments. Il était d’une nature franche. Il ne savait pas trop où ça allait le conduire cette relation ambiguë avec Livie mais il était sûr d’une chose ça n’allait pas être de la tarte.

Jonathan – Et puis franchement, qu’est ce que tu veux que je te fasse de mal ? Mon but n’est pas te détruire.


Sous entendu il n’était pas Léo mais Jo’, c’était bon de lui rappeler. Ca aurait été quelqu’un d’autre, il se serrait déjà enfui de ce placard…Bon s’il continuait il faudrait sortir les violons et les parterre de roses. Il était là pour relever un défi. Il ne savait pas très bien ce qu’il ressentait réellement pour sa blondinette mais une chose dont il était sûr c’était qu’elle n’occuperait jamais la même place que les autres. Jonathan se pencha légèrement vers l’avant et attrapa la main de Livie. Il aurait voulu lui tendre la sienne pour qu’elle la saisisse mais il n’aurait pas été sûr que Livie accepte de la prendre. De cette manière il était assuré d’avoir sa main. Si elle n’était pas si têtue les choses seraient beaucoup plus simples mais peut être moins amusantes aussi. Il l’attira une nouvelle fois vers lui. Combien de fois avait il fait ça aujourd’hui ? O_O Il avait toujours l’impression de forcer la main à Livie. Alors qu’en fait c’était elle qui était méchante avec Jo’. Il ne l’avait jamais fait languir de la manière dont elle le faisait. Il allait toujours au bout des choses contrairement à elle. Avant de faire un geste de plus il lui dit :

Jonathan – Pour une fois, fais moi confiance, s’il te plait.


Il avait dit ça pour qu’elle lui permette d’aller jusqu’au bout et pour lui montrer qu’il avait vraiment de bonnes intentions. A aucun moment il ne l’avait lâchée des yeux. Il était assis de façon très décontractée. Il rapprocha Livie de lui et comme il était assit, elle se trouvait entre ses genoux mais il ne l’emprisonnait pas du tout, elle était totalement libre, à part le fait qu’il la tienne par la main. Ses gestes étaient toujours emprunts de la même délicatesse, il ne la brusquait jamais. Tout de suite lorsqu’elle était près de lui, il se sentait mieux. Jo’ posa sa main libre sur la hanche de Livie sans jamais avoir de geste déplacé et l’attira vers lui. Ils se retrouvèrent vraiment très près. Les yeux de Livie étaient absolument magnifiques et il avait l’impression que ses yeux ne s’en étaient pas détachés depuis des heures. Une petite moue séductrice se glissa sans vraiment qu’il y fasse attention sur le visage de Jonathan. Sa main guida la main de Livie et la déposa sur son épaule. Gardant sa main sur la hanche de Livie, son autre main se glissa dans les cheveux de Livie, juste derrière son oreille. Ses doigts caressèrent lentement sa peau et descendirent le long de cou qu’il caressa de manière tout aussi douce. Jonathan savourait ce moment unique. Ses gestes étaient naturels. Il sentait de nouveau la chaleur du corps de Livie qui se trouvait presque collé au sien. Sans jamais interrompre ses caresses ils se rapprochèrent encore plus. A présent c’était au tour de Livie de pouvoir sentir le souffle de Jo’. Le regard qu’il lançait à Livie était vraiment rempli de sincérité. Son nez frôla celui de Livie. Il joua quelques instants avec son nez, le caressant et le chamaillant gentiment avec le sien. Il était toujours aussi hypnotisé par le regard de sa Princesse comme il disait. C’était lui qui jouait avec le feu cette fois ci parce qu’il n’était pas du tout certain de pouvoir résister à Livie très longtemps dans cette proximité. Elle était vraiment désirable…Qu’est ce qu’il s’était passé chez Jonathan qui n’avait plus du tout l’impression de jouer…Ses doigts glissèrent avec légèreté et volupté sur sa nuque. Les lèvres de Jo’ s’avancèrent lentement, très lentement mais il s’arrêta à quelque millimètre de celles de Livie. Arrêt difficile à contrôler mais qu’il réussit pourtant très bien. Leurs respirations se mélangeaient. Jonathan n’avait pas fermé les yeux, il ne voulait surtout pas qu’elle pense que la seule chose qui l’intéressait en ce moment c’était ses lèvres…Il prononça alors dans un murmure :

Jonathan – Ose et va jusqu’au bout pour une fois. Il ne peut rien t’arriver.


Il avait décidé de poussé la provocation et la tentation jusqu’au bout cette fois. Il laissait le vrai choix à Livie. Comment allait elle réagir ? Ce qu’elle déciderait dicterait très certainement l’évolution de leur relation.


[Hj: Battue! 2911 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 29 Déc - 7:27


[4212 mots !!!! Bonne lecture XD J‘ai explosé tous les records !!! T‘as le droit de faire largement moins je t‘en voudrais pas XD Même la moitié ça me convient xD Comme quoi ton rp était parfait pour que je réponde autant tu devrais être fière ^^ Et pas le droit d‘aller directement à la fin pour savoir sinon c‘est pas drôle >.> bisou]


Livie avait fait une erreur de lui donner la base de toutes ses peurs et de son attitude vis à vis de lui ou d’un autre même. C’est à cause de ses paroles que la suite risquerait d’être fort intéressant et de plonger Livie dans un domaine dont elle maîtrise peut-être moins que son jeu de la tentation… Seulement il était évidemment qu’elle cachait une certaine peur. Peur de retomber dans ce tourbillon infernal. D’être un trophée de plus qu’on présente de temps en temps avec fierté et range dans un placard une fois bien utilisée. Non elle voulait pas revivre ça. Elle l’avait supporté pour Léo mais plus jamais elle ne referait cette même erreur. Même pour Jonathan. C’est tout ou rien… Mais que dis-je ! Suis-je en train d’insinuer que Jonathan pourrait avoir une chance ?! Mais ne rêvez pas trop mes amis elle est bien trop sur la défense en cet instant pour que ça arrive. Un peu écartée de lui elle peinait cependant. Pourquoi ? Parce que sa dernière phrase lui faisait bien trop repenser son ancienne relation qui l’a complètement brisé. La cicatrice au fond peinait encore à se refermer même aujourd’hui. Il était même bon de se demander si elle arriverait à la refermer seule. Au fond Livie pouvait être parfois fragile sous sa carapace. N’allait pas croire qu’elle pouvait être tout le temps forte. Elle avait elle-aussi le droit par moment d’être faible. Elle l’évitait cependant un maximum. Elle ne ferait ce plaisir à personne.

La rupture fut très dur pour Livie. Peut-être trop dur… Elle en pleura pendant des semaines dans sa chambre enfermée sans vouloir en sortir. Se renfermant sur elle-même elle avait mis un temps avant de se rendre compte que se lamenter et de rester dans son coin n’était pas une solution. De plus ça ne lui ressemblait pas. Elle en a versé des larmes ! Mais un jour s’en était trop. Il fallait qu’elle cesse. Qu’elle se venge. Se reconstruire et continuer à avancer dans la vie. Livie était une battante au fond. Peut-être s’y prenait-elle mal mais elle se battait pour survivre chaque et garder le sourire pour peu à peu apprendre à vivre avec ses erreurs du passé. Elle se jura alors que plus jamais ça n’arriverait, qu’elle se vengerait et qu’elle n’appartiendra à plus aucun homme de sa vie. Elle sera leur pire cauchemar et leur plus belle tentation. Voilà comment elle avait décidé de rentrer à Poudlard. Et là voilà face à Jonathan maintenant, le mettant au défis de lui prouver qu’elle avait tort d’agir ainsi et que lui était différent. Mais comment prouver une telle chose. Livie elle-même l’ignorait et elle ne donnait pas du sien non plus pour qu’il y arrive… Mais voulait-elle vraiment qu’il lui prouve ? Voulait-elle vraiment faire ce défis ? La question raisonnait en elle dont la réponse ne pouvait se trouver que dans son cœur. Oui. Son cœur désirait qu’il lui prouve. C’est comme s’il avait besoin de cette preuve pour pouvoir se reconstruire un peu plus…

Relevant le regard vers lui elle croisa le sien emplit de tendresse. Non… Pas ce regard s’il te plait. Elle a une tendance à flancher à chaque regard comme celui-ci. Léo n’avait jamais eu ce regard pour elle de tendresse. Dans ses souvenirs c’était un regard froid la plupart du temps qu’elle avait eu. Elle avait toujours espéré pouvoir le changer et qu’il devient attendrissant avec elle. Seulement lui en avait rien à faire. Leur regard à tous les deux étaient complètement différents. Dans ceux de Jonathan on sentait une certaine protection et attention. C’est comme un envoûtement dont elle pourrait se laisser prendre. Elle ne put le supporter d’avantage et détourna le sien sans bouger. Un silence se fit sentir. Elle avait du mal avec ce regard. C’est celui-ci qui la faisait doutait. Celui-ci qui la rendait moins sûr d’elle. C’est comme s’il la mettait à nue en cherchant ce qu’elle ressent vraiment elle. Faire tomber cette carapace et laisser sa douceur parler. Mais non il fallait qu’elle fuit ce regard. C’est son cœur qui allait chavirer si elle rester là à le fixer. C’est son âme qui découvrirait si elle se laissait prendre. Si seulement c’était plus simple… Si seulement son regard ne lui faisait pas cet effet. Croyez-le ou non mais elle n’aurait pas connu Léo jamais elle n’aurait su autant résister à Jonathan. Cette relation a peut-être eu des effets néfastes sur la demoiselle mais elle l’a rendu bien plus forte, maligne et intelligente. Elle savait comment faire pour se protéger et se sauvegarder. Sans Léo après tout peut-être ne serait-elle jamais arrivée dans cette situation avec Jonathan. Ça en était même sûr ! Ils seraient restés amis point final.

Il se décala alors de quelques centimètres et s’installa sur une étagère sans un mot. Elle le suivit du regard sans bouger. Elle n’était pas très loin de lui et donc encore accessible s’il voulait la chopper au passage. Es-ce que c’était fait exprès ? Pas tellement non. C’est surtout que le placard est assez petit voyez-vous ! Il la regarda et à nouveau leur regard se croisant une fois de plus. Livie restait sur place pensive. Non… Ne pas craquer… Après tout elle était bien. Seule et libre. Pourquoi commencer à s’attacher à lui ? Pourquoi devrait-elle craquer à son regard. Après tout elle était bien seule. Elle ne souffrait pas. Elle n’avait pas de temps à s’agacer avec des histoires compliquées. Pourquoi devrait-elle fondre sous son air innocent ? Tatata elle préférait joué et passer à autre chose que commencer à s’accrocher !


Jonathan – D’accord… moi qui commençais à penser que mon physique te rebutait…


Son physique la rebute ? Vous rigolez ?! Il est hyper canon O.O Il a fumé lui xD Livie le trouvait vraiment mignon sinon elle ne jouerait pas avec lui. Croyez-le ou non mais elle ne séduit que les plus mignons. Elle connaissait ses charmes donc pourquoi s’embêter avec des mecs moyens alors qu’au fond elle pouvait avoir les plus canons et faire rager toutes les groupies ?! Non Jo’ était LE BEAU MEC de gryffondor ! Autant le séduire et faire rager plus d’une dans le dortoir des filles. Ce qui était encore plus tripant c’est que pas tellement de filles de Gryffondor n’osaient l’ouvrir devant Livie. Avait-elle le monopole sur le dortoir des filles ? Je n’irais pas jusque là mais elle a pas d’influence… Bon on s’est un peu emporté là… Mais c’est tellement choquant ce qu’il vient de dire ! Quelle fille ne rêverait pas d’être dans ses bras franchement ! Même Livie avait une tendance à y prendre goût même si elle faisait tout pour les éviter. Non non Livie était loin d’être rebutée par Jonathan. Ou alors fallait vraiment être difficile ! Et encore ! Mais là non. Livie n’avait rien à dire sur son physique. Musclé… la peau mate… que voulez-vous de plus ? Jonathan plaisait à Livie physiquement il n’y avait pas de doute !


Jonathan – Princesse fait pas cette tête. Si j’avais voulu passer à une autre comme tu dis, je l’aurai fait depuis longtemps. Tu devrais le savoir pourtant… dès que ça se complique je me sauve en courant.


Bienvenue au club. Les relations compliquées, Livie les évitait un max. Enfin jusqu’à Jonathan… En fait le fourbe avait tout de même réussit à accrocher notre blondinette sinon elle ne serai pas là. Comment a-t-il fait ? Et bien sans leur amitié de base je pense que jamais ça n’aura été aussi loin. Ils se connaissent déjà un minimum. Livie n’aurait pas laissé cette même chance à un inconnu. Jonathan avait donc déjà un point d’avance dès le début par rapport aux autres qui devaient bien ragés. Et oui Livie qui a quitté Léo, même trompée elle avait gardé une côte de popularité chez la gente masculine. Il faut avouer franchement, qui résisterait à son petit minois d’ange ? Elle pouvait les faire craquer que par un regard si elle le voulait. Tiens… Es-ce que ça marchait avec Jonathan ? Elle ne savait pas trop. C’est qu’il est bien malin dans son jeu lui aussi. Pas facile de savoir si le regard de Livie l’envoûte vraiment. Quoi que… Des fois il a des moments où il s’y perd vraiment. Héhé Peut-être que oui lui aussi n’échappe pas à la règle Razz

Et sinon ? Ben que voulez-vous que je vous dise >.> Que ses paroles ont touché Livie ? Et bien oui… Il la touchait… C’était une preuve qu’il était attaché à elle. Allait savoir s’il la fait exprès mais il la toucha suffisamment pour qu’elle se rende compte qu’il avait raison. Leur relation était si ambigue et compliquée qu’en fait elle se demandait pourquoi n’avait-il finalement pas changé de fille depuis longtemps ? Il marqué un point… Mais que signifiait vraiment ses paroles. Espérait-il aller encore plus loin que ce simple jeu ? Avait-il quelque chose en tête de précis ? Des milliers de questions virent en elle. Elle hésitait. Elle ne savait plus trop où elle en était sur le coup. Et elle dans tout ça ? Qu’es-ce qu’elle voulait vraiment ? Que désirait-elle ? Elle l’ignorait complètement. Elle suivait le court et avançait progressivement sans trop se poser la question. Seulement si elle y regarderait à deux fois elle comprendrait que Jonathan commence à prendre trop de place… Oui mais non. Tout ça lui faisait bien trop peur. Se voir dans ses bras. Y rester pour simplement apprécier le moment sans fuir elle s’en sentait incapable. Elle aimerait finalement partir loin de là. La suite lui faisait de plus en plus peur. Mais après tout elle l’avait cherché. Bien sûr elle ne le montre pas mais elle était rongée par l’hésitation. Ses gestes si sûrs n’étant peu à peu plus qu’une façade…


Jonathan – Et puis franchement, qu’est ce que tu veux que je te fasse de mal ? Mon but n’est pas te détruire.


Rassurée ? Pas totalement… Léo aussi lui a bien dit ses paroles. Oui mais Jonathan est loin d’être Léo. Elle s’en rendait compte. Il était peut-être temps… Seulement voilà Léo est un Serpentard et Jonathan un gryffondor. Tous les opposés. Es-ce que c’était une bonne nouvelle ? Elle ne le savait pas vraiment… Hésitation hésitation quand tu nous tiens ! Seulement Jonathan avait un point de plus. Son regard… Leur amitié… Leur complicité… Tout ça elle ne les avait pas avec Léo. Jonathan était bien différent. C’est comme si elle sentait peu à peu son cœur lancer un appelle de détresse. Comme si son cœur était en pleine faiblesse. Elle avait cet impression de perdre le contrôle sur lui. Plus elle était près de Jonathan, plus elle lui parlait et plus elle n’arrivait plus à réfléchir correctement. Comme si son esprit était trop confus pour qu’elle arrive à une quelconque conclusion. C’est comme si sa tendresse réveillait en elle quelque chose de nouveau. Et plus elle sentait cette détresse et plus elle voulait fuir. Plus elle ne voulait pas y croire et plus elle essayait de le cacher. Mais comment voiler le fait au fond que la présence de Jonathan la rassurait.

Il se pencha alors légèrement vers elle et lui attrapa la main. Tiens ? Ça l’aurait étonné qu’il la laisse comme ça longtemps… A croire qu’il adorait la douceur de ses mains. Remarque il n’a pas tort. Elle a une douceur infinie sur sa peau c’est hallucinant comme le goût un peu fruité qui embaume sa peau. Livie respirait la douceur et si elle le voulait vraiment Jonathan pouvait en être bien surpris. Elle avait un côté rebelle et sauvage mais sa douceur était comme le bleu de ses yeux… Aussi délicat que l’intensité de ce ciel dans ses yeux. Et oui elle en cachait des choses encore à Jonathan. Il était loin de la connaître parfaitement. Livie regorgeait de surprises et de caractère. A tout moment elle pouvait vous surprendre. Même son père qui la connaissait depuis toute petite avait de sacrés surprises parfois de la part de sa fille. Livie ne paraissait pas très câline mais détrompait vous. Elle ne paraissait pas attentionnée mais attention à ne pas vous tromper. Livie fonctionne beaucoup sur ce qu’elle veut bien laisser paraître aux autres en cachant un immense trésor que seul ses plus proches connaissaient. Emilie et Taylor en faisait parti. Elles vous décriraient Livie comme une fille énergique et pleine de vie. Douce et protectrice mais cruelle et déterminée. Mais le mot qui reviendrait surtout : imprévisible. Jamais vous ne pourrez savoir ce qu’elle a vraiment dans la tête. Ça en est troublant mais si attirant…

Et s’il lui avait tendu la main ? Et bien elle aurait eu un moment d’hésitation. Sa raison lui aurait dit alors de lui tourner le dos et de ne pas accepter l’invitation mais son cœur lui l’aurait poussé à dépasser sa raison et elle l’aurait pris rien que pour prouver à Jonathan qu’elle est encore une fois de pleine de surprises, lui qui ne devait pas croire qu’elle accepte une telle invitation. Ou Alors mieux. Elle aurait fait style de non et puis aurait dit oui ou mieux encore elle aurait approché sa main et l’aurait reculé au dernier moment. La dernière solution était la plus probable et fidèle à Livie à mon avis. Cependant il avait pris sa main et la question ne se posait donc pas. Il l’attira alors vers elle. Qu’es-ce que ça pouvait l’amuser à chaque fois qu’il faisait ça. C’est vrai… Comme s’il insinuait qu’elle serait bien mieux près de lui. Cette façon de s’accaparer d’elle. Cette attention. Croyez-le ou non mais Livie adorée au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 29 Déc - 7:27



[ATTENTION ! Ceci est le deuxième post ! Va à la page d'avant tu as la première partie de mon rp Razz]



JONATHAN – Pour une fois, fais moi confiance, s’il te plait.


Ce fut comme un électrochoc. Ses paroles ne l’avait pas laissé de marbre. Gros silence s‘en suivit... Alors là il venait de lui couper la possibilité d’en placer une. Que voulez-vous qu’elle réponde à ça ! Il venait de l’avoir ! Elle ne savait plus quoi rétorquer. Elle qui avait toujours le dernier mot elle se retrouvait bloquer. Lui faire confiance ? Mais elle lui faisait confiance ! Bon d’accord je vous le reconnaît c’est très infime comme confiance. Suffisamment pour les entraînements de Quidditch mais peut-être pas assez dans leur relation. Mais comment lui faire confiance ? Comment se laisser guider ? Pouvait-elle le faire ? En était-elle capable ? Oublier d’être méfiante ? Se détendre ? Simplement le suivre ? Il rêvait ? Elle ne s’en sentait pas la force. Seulement il ne lâchait pas son regard. Livie le regardait… Confiance… Il lui demandé plus de confiance. Son cœur se mit à s’accélérer. C’est comme si tout à coup ils quittaient le jeu qu’elle avait instauré. Comme s’il entrait dans quelque chose de bien différent donc Livie ne maîtrisait pas tout. Elle n’était pas dans son milieu provoquant son hésitation. Ses yeux se remplir de doutes. Elle n’arrivait plus à maîtriser son paraître. Le doute commençait à prendre une telle ampleur que son regard bien déterminé faisait place à une hésitation peu commune en Livie. Son regard toujours dans le sien elle voulait le détournait mais c’est comme si ses mots l’accrochaient à lui. C’était demandé si délicatement. Livie serait-elle touchée ? Aucun doute là-dessus. Elle n’arrivait plus à garder la tête haute. Confiance… Juste un peu de confiance… Oublier, effacer et ne voir que lui et elle sans méfiance…

Il finit par la rapprocher de lui. Livie se retrouva entre ses genoux et c’est son cœur qu’elle sentit s’emballait malgré elle. Aille. Là ce n’était plus possible. Comment faisait-il cela ? Elle se sentait emporter… Non prisonnière de lui mais tout de même dans ses bras. Voilà un beau mélange qui pouvait séduire Livie. Le tout était d’arriver à la capturer sans qu’elle se sente emprisonnée. Difficile à réaliser mais c’est la plus belle façon de la faire succomber et Jonathan serait-il sur la bonne voie ? Face à lui elle eut un moment où elle perdit le fil et oublia la raison de sa présence à l‘hôpital. La maladie. L’hôpital lui-même… Elle ne voyait plus qu’eux deux. Même le lieu autour était flou. Étrange comme sensation… Délicatesse. Voilà le secret de ses gestes qui la faisait flanchés. Plus il faisait preuve de délicatesse et plus il était dur de reprendre le dessus. C’est comme si à chaque geste ses chances basculaient en sa faveur… Comme si malgré son côté rebelle elle devenait soumise à l’envie d’être dans ses bras. Expliquez-lui ce qu’il lui arrive. Elle n’arrive pas à cerner les évènements. Tous allaient bien trop vite. Comme si de sa baguette il essayait de l’ensorceler. Arriverait-elle à se libérer ?

Sa main se posa sur sa hanche. Elle fut attirée un peu plus vers lui. Ne réagissant plus trop elle le laissa faire. Pourquoi ? Allez savoir mais elle ne broncha pas une seule minute. Était-elle finalement en train de lui laisser cette confiance ? Envoûtée… Elle était envoûtée par sa douceur et son regard. Comme si elle acceptait doucement d’aller plus loin avec lui et de lui faire confiance. Aurait-il finalement réussi à l’obtenir ? On sentait encore dans ses mains l’hésitation, le doute et une part de méfiance mais la fuite n’était plus de la partie. Tout près de lui… C’est drôle comme il avait quelque chose en lui. Un truc. Ce qui faisait qu’elle restait là. Comment exprimer cela ? Comme si quand elle n’avait plus cette sensation tout devenait étrange et fade.

Il lui fit alors une petite moue genre séducteur. Ben voyons… Il voulait la faire craquer ou quoi là ?! Livie était en train de se poser sérieusement la question. C’est comme un souffle léger qui essayait de l’apprivoiser. La prenant par surprise était-elle en train d’être éprise ? Son regard… Comme le fil de ses doutes. Comme un besoin de le sentir poser sur elle. C’est cette petite chose qui fait qu’elle restait là sans bouger en prenant le temps… d’apprécier ? Peut-être que ce mot était encore trop fort…

Il guida la main de Livie qui finit sur son épaule. Elle la laissa là. Guidée… Elle commençait à se laisser guider… Danger ? Oh oui très gros danger mais c’est comme si ce dilemme qui planait entre eux était trop long et qu’elle voulait vraiment en savoir le fin mot de l’histoire. En avait-elle marre de jouer ? Jouait-il vraiment maintenant ? Elle se demandait où il était en train de l’amener et pour ça elle avait deux choix. Fuir et ne jamais savoir ou accepter de lui accorder suffisamment de confiance pour savoir la suite. De nature curieuse elle choisit la deuxième option. Le jeu disparaissait peu à peu… Es-ce que tout ça devrait sérieux ? Elle n’arrivait plus à en savoir les limites. Elle le suivait simplement. Si elle commençait à se poser des questions elle n’aurait pas fini. Alors il valait mieux qu’elle le réfléchisse plus et qu’elle fasse confiance à son instinct et à lui.

La main de Jonathan finit par se glisser dans ses cheveux. Son première réflexe fut de fermer ses yeux… Jonathan ne le savait sûrement pas mais c’était une des choses dont Livie adorait par dessus tout mais qu’elle cachait bien. C’est comme si en se mordant les lèvres elle se trahissait dans la vague de sensations qu’il lui produisait. Mais comment contrôler une telle chose quand on touche l’un de vos plus gros points faibles franchement ?! Ses doigts descendirent le long de son cou avec douceur. Ses yeux tout doucement se rouvrir en même temps. Trop. C’était trop de sensations qu’elle n’avait pas connu depuis un moment et qu‘elle accumulait. C’est dans l’instant et sans réfléchir qu’elle se rapprocha de lui. De peu certes mais elle se rapprocha. Es-ce que c’était gagné ? Tatata pas encore Razz Rêvait pas trop elle pourrait très bien vite se reprendre ! Vous me croyez pas ? >.> Vous voulez que je vous montre ? Bon ben chuut alors ! Et puis sous les sensations elle y pensa même un instant… Seulement c’est le regard de Jonathan qui l’arrêta bien vite et qui la poussa à rester malgré elle. Le nez de Jonathan effleura alors celui de Livie. Peut-être que vous hallucinerez mais en cet instant c’est un léger sourire qui échappa à Livie. Comme si ce moment était agréable et qu’elle en prenait plaisir. Un sourire doux et sans prétention de vraiment le séduire. Ce sourire était juste naturel. Juste elle.

C’est alors avec douceur que les lèvres de Jonathan se rapprochèrent des siennes sans qu’elle choisissent de reculer son visage du sien. A vrai dire il y alla avec tellement de lenteur et de douceur qu’elle ne se posa pas de questions. Elle le vit venir certes mais elle commençait à lui faire confiance. Ce qui l’étonna c’est qu’il s’arrêta à quelques millimètres de ses lèvres. Malin. C’était le mot. S’il l’aurait embrassé, tout le travail fourni juste avant aurait été perdu… La capturer sans l’emprisonner. S’en était certain il avait compris le truc… C’était assez malin de s’arrêter avant pour seulement la tenter comme elle savait si bien le faire avec lui. Elle sentit son souffle sur son visage comme une douceur agréable à ressentir. Elle sentait dans ses yeux son désir de s’approcher mais il ne fit rien. Marque de respect dont elle appréciait et qui ne faisait que jouer en sa faveur…


JONATHAN – Ose et va jusqu’au bout pour une fois. Il ne peut rien t’arriver.


En fait elle aurait préféré qu’il l’embrasse xD Comme ça une baffe et hop la chose était réglée. Mais non ! Il fallait qu’il la pousse. Les lèvres de Livie ne bougèrent d’un pouce. Confronter entre la confiance qu’elle commençait à lui accorder et son passé elle ne savait plus quoi choisir… Elle lui avait lancé un ultimatum tout à l’heure en lui demandant de lui prouver ses dires. Et le voilà maintenant lui posant un autre ultimatum. Testait-il sa confiance en lui ? Certainement… Cette demande n’était que la chute de de son ultimatum à elle. Après tout elle l’avait bien cherché. Mais alors qu’allait-elle choisir. Lui faire confiance et prendre le risque de se dévoiler ? Oui fuir une fois de plus ? Il la poussait à la provocation là ! Hésitante c’est comme si les secondes paraissaient des heures et plus elles s’écoulaient et plus cela paraissait trop long… Jamais elle ne lui aura cédé jusque là. Et elle s’était promis de ne jamais en arriver là. De ne pas craquer. Elle état pourtant sur le bord d’être… à lui ? Non… C’était une promesse qu’elle s’était faite. Plus jamais elle n’appartiendrait à un homme. La douleur était trop forte. C’était comme si la réalité la ramena bien vite. Elle détourna le regard d’un faible « non »… Elle recula quelque peu. Jonathan tenant toujours sa main dû se lever sur le coup.

Non… C’est tout ce qu’elle avait su dire. Non. Elle venait de prendre la fuite ? Et sa fierté ? Et son courage ? Et sa force ? Et son âme de gryffondor ! Ou es-ce que tout cela était passé ! Et sa confiance gagné il y a peu par Jonathan ? Ou avait-elle mis tout ça pour lui dire simplement ! Oser… C’était un mot qui appartenait au gryffondor. En refusant elle se mettait au fond au même niveau que les Serpentard. Une sensation de dégoût lui traversa le corps. Oh non elle ne devait pas fuir comme ça ! Ça ne lui ressemblait pas ! Ce n’était pas elle ! Il lui promettait que rien ne lui arriverait. Avait-elle confiance en lui oui ou non ?! Oui… Elle était une gryffondor oui ou non ?! Oui… Alors qu’es-ce qu’elle attendait ! Pourquoi laissait-elle ce non en suspend !

C’est comme un déclic qui se fit en elle… Elle releva alors le regard vers Jonathan qui lui lâcha sa main. Encore droit devant elle, elle n’attendit pas une seconde de plus et se précipita dans ses bras, déposant sa main délicatement sur sa joue, l’attirant vers elle. Tout se passa certes très vite et peut-être fallait-il un temps à Jonathan sur le coup pour réaliser finalement ce qu’il venait de se passer mais elle était bien là dans ses bras venue de son plein gré, sa main attirant son visage près du sien, fermant les yeux délicatement pour déposer ses lèvres sur les siennes… Elle a craqué et c’est par un doux baiser qu’elle lui prouva la confiance qu’elle lui accordait… Comment aurait-elle imaginé en cet instant ressentir ça si fort. C’est comme un frisson bizarre qui la parcourait. Es-ce l’effet Jonathan ? Sûrement… Son baiser elle ne le rompit pas loin de là. Posant son autre main sur son torse c’est avec douceur qu’elle l’embrassa. Après tout ne lui avait-il pas demandé plus tôt si elle ne pouvait pas être douce pour une fois. C’est alors comme sur un petit nuage que tout se passa tendrement… Mais après ce baiser qu’adviendra-t-il de cette histoire ? Es-ce la fin ? Ou seulement le commencement… Wink



[hj : je suis sadique et j’aime ça Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Lun 29 Déc - 19:58

Voila quelle merveille lorsque Jonathan reprenait les choses en main. Lorsqu’il avait rapproché Livie il était allé doucement comme pour faire durer le plaisir mais c’était surtout pour ne pas l’effrayer. C’était comme lorsque l’on s’approche d’un petit chat perdu, on fait attention, sans bruit, sans gestes brusques, on ne veut surtout pas qu’il s’enfuie. Et bien avec Livie c’était exactement la même chose. Il avait l’air sûr de lui mais que ressentait il vraiment au fond de lui ? Tous ses sentiments étaient mélangés. Tout d’abord ce n’était pas des nouveautés pour lui mais il vivait ça de manière très différente. Certes il avait toujours été affectueux avec les filles avec qui il était sorti. Cependant avec Livie il était plus précautionneux comme si toute la force de sa tendresse, qu’il contenait en lui, était concentrée et en cet instant, réservée à Livie. C’était bien la première fois qu’il ressentait ça. Le fait que Livie de s’échappe pas et qu’elle le laisse poursuivre sans jamais l’interrompre révéla une évolution significative. Lui-même n’aurait jamais pensé avant aujourd’hui qu’elle le laisse entrer si loin sur son territoire. Une petite voix au fond de lui l’avait prévenu qu’il risquait de la faire fuir s’il allait trop vite. N’était ce pas trop tôt ? Comme s’il avait eut le temps de se poser mille questions ! Il s’en fichait, il s’était laissé guidé par ses envies comme d’habitude. Il se demandait combien de temps il devrait se cantonner aux règles qu’avaient imposé Livie. Lui n’avait jamais rien imposé, il se contentait de jouer et c’était déjà pas mal. Mais après tout il avait toujours été un peu turbulent et ne respectait pas les consignes alors il faisait pareil avec Livie. Les règles sont faites pour être enfreintes sinon elles ne servent à rien. C’est ce qu’il faisait à merveille, repoussant à chaque fois un peu les limites de Livie. Lui personnellement n’avait aucune limite, de ce fait c’était beaucoup plus simple, il n’avait pas besoin de se torturer. Ce qui était moins simple par contre, c’était qu’il fallait décoder à chaque fois les nouvelles sensations qui naissaient en lui. Amour ? Amitié ? Fraternité ? Jeu ? Autant de possibilités qu’il était obligé de trier. Il ne pouvait pas continuer sur cette voie là sans être conscient de lui-même. Il pouvait si facilement briser Livie. Il voulait être sincère et ne se serait jamais aventuré si loin, s’il avait la certitude qu’il la blesserait. C’était bien la dernière chose dont il avait envie. Il était quand même coincé parce qu’il ne savait pas interpréter ses sentiments, du moins pour l’instant. Une chose était sûre, il se retrouvait avec Livie dans ses bras et n’était pas assez bête pour la laisser partir aussi facilement. Aussi surprenant que celui puisse être durant tout ce temps Livie s’était laissée guider mais Jo’ eut l’impression qu’elle était tétanisée, elle n’avait pas bougé d’un centimètre, à si lorsqu’elle s’était légèrement rapprocher de lui comme si c’était quelque chose qu’elle ne contrôlait pas, comme s’il y avait une espèce d’aimant entre eux.

Contre toute attente, le cœur de Jo’ s’emballait dans sa poitrine, il avait l’impression qu’il pouvait entendre chaque battement à l’intérieur de sa tête. Les secondes s’étirèrent mais Jo’ ne se décidait pas à avancer plus. Il avait décidé de laisser ce choix là à Livie. En ce qui le concernait il n’y avait aucun doute, il n’aurait pas hésité. C’était même le contraire, il était obligé de se retenir. Il venait de la provoquer, c’était maintenant à son tour de répliquer, ou pas. Plus le temps passait et plus il avait l’impression qu’elle allait lui échapper. Si elle mettait tout ce temps c’était parce qu’elle devait être en proie à une grande hésitation. Enfin sa notion du temps n’était plus tout à fait correcte. Il lui sembla qu’il s’était écoulé une éternité depuis qu’il avait approché ses lèvres. Il attendait impatient…

Quel était le but de tout ça ? Jo’ voulait d’un côté mesurer les réelles limites de Livie. Il fallait qu’il sache jusqu’où elle était capable d’aller dans le cadre de leur jeu, ou pas d’ailleurs parce que là en ce qui concernait Jonathan il avait largement dépassé les règles et les limites du jeu. Ils se trouvaient bien au dessus de tout ça. D’un autre côté il se mettait lui-même au défi. Qu’était il capable de faire pour elle ? Aurait il assez de volonté et de force pour résister ? En tout cas, il était déterminé et quand il avait décidé quelque chose il allait jusqu’au bout. Il y avait aussi une autre explication beaucoup plus simpliste mais tout aussi véridique : il avait juste envie.

Il ne lui demandait pas se livrer complètement à lui. Tout ceci ne signifiait aucunement qu’elle lui appartenait. Il fallait qu’il soit fixé, il avait envie de savoir ce qu’elle ressentait pour lui. Si de son point de vue aussi, ils avaient dépassé le stade du jeu ou au contraire si Jo’ avait dépassé les limites. Dans ce cas là, il n’aurait pas d’autre choix que de la laisser partir…Si elle décidait qu’il était allé trop loin, leur jeu s’effondrerait et il faudrait sûrement du temps pour qu’une complicité s’installe de nouveau.

C’est alors que Livie détourna le regard. A ce moment là, Jonathan avait déjà compris avant même qu’elle ne lui dise d’un souffle « non ». C’était à prévoir…elle l’avait déjà laissé s’infiltrer. Ses mâchoires se contractèrent et une lueur de déception éclaira son regard. Il s’était pris à penser, non à rêver, qu’elle se laisse aller pour une fois, qu’elle laisse tomber ses barrières mais ce n’était apparemment pas si simple. Enfin…vous parlez d’une simplicité O_O il avait lutté pour en arriver jusque là et Livie venait de refuser. Son cœur ne se décidait pas à se calmer. C’était comme si le temps c’était suspendu. Il aurait voulu qu’elle ne détourne pas les yeux, qu’elle ait le courage de l’affronter. Elle le décevait à un point, vous ne pouvez pas vous imaginez. Où était la Gryffondor ? La courageuse ? Elle venait de se défiler. Il ne la quitta pas des yeux. Il s’était pris pas mal de claque dans la vie mais là ça dépassait largement tout ce qu’il avait vécu. Cependant il ne pouvait pas se permettre de la juger ni de lui en vouloir. Voila, à présent il était fixé, il savait à quoi s’en tenir. Ce fut à son tour de rester immobile, il l’observait simplement. L’expression de son visage s’était figée, il avait vraiment espéré secrètement qu’elle se laisse aller. Livie s’était reculé de lui et comme il ne s’était pas aperçu qu’il tenait sa main se leva juste à sa suite, entraîné par son mouvement. Il était incapable de prononcer le moindre mot, le moindre bruit. De toute façon ça ne méritait aucun commentaire. Silencieux, il libéra sa main. Voila, elle était libre et dorénavant elle pouvait faire ce qu’elle voulait. La sortie se trouvait juste derrière elle. Jo’ était comme désabusé. Il n’avait pas fondé de faux espoirs mais il avait ressenti ça comme un choc et il lui fallait quelques minutes, le temps de se ressaisir, chose qu’il ne pouvait pas faire instantanément.

Il resta devant elle. Il n’avait pas encore totalement repris contact avec la réalité, réalité du placard, et se trouvait à des millions de kilomètres de l’hôpital. Durant tout ça il n’avait pas, ne serait ce qu’une seule seconde, détourné ses yeux. Pourquoi restait elle devant lui ? Elle pouvait partir maintenant, c’était bien ce qu’elle voulait non ? C’est alors qu’elle releva la tête vers lui. Malgré ce qui venait de se passer, une certaine affection brûlait toujours au fond des prunelle de Jonathan. Il n’avait pas prévu de ressentir ce refus de manière si amplifiée. Il ne s’était jamais attendu à avoir cette drôle de sensation de vide.

C’est avec une immense surprise qu’il reçut Livie dans ses bras. Elle venait de se jeter dans les bras de Jonathan. Quel renversement de situation…lui qui la voyait déjà franchir le seuil de la porte en l’abandonnant derrière elle. Ça s’était Livie tout crachée : imprévisibilité. Voila le maître mot. Il était complètement ébahi. Pourquoi ce revirement ? Qu’est ce qu’il lui prenait ?! Ce n’était plus son cerveau qui régissait ses actes, le pauvre venait d’être dépassé par les événements. Son instinct avait prit la relève. Livie ne rencontra aucun obstacle, aucune résistance. Cela aurait été idiot de sa part. Il l’accueillit dans ses bras en l’enserrant au niveau de la taille alors qu’elle se hissait sur la pointe de ses pieds en l’attirant contre elle. Il la serra délicatement contre lui et comme tout se passa très vite, les yeux de Jonathan s’écarquillèrent lorsque Livie posa subtilement ses lèvres sur celles de Jo’. L’effet de surprise dissipé, ses yeux se fermèrent et un long frisson descendit le long de son dos. Personne ne vit jamais briller à cet instant l’émotion dans ses yeux, juste avant qu’ils ne se closent. Retenant d’une main le corps de Livie contre lui, son autre main s’éleva dans son cou et caressa sa peau satinée. Lentement il caressa sa joue se laissant emporter dans ce tourbillon d’émotions. Il rendit son baiser à Livie avec son infinie tendresse. Il aurait pu rester là indéfiniment, goûtant le délicieux parfum fruité de ses lèvres. Il embrassa délicatement Livie avant que leurs lèvres ne se séparent. Il ne savait pas combien de temps ils s’étaient embrassés et il s’en fichait éperdument.

Il ne s’était pas attendu à ressentir autant de chose. Venait elle de détrôner toutes ses ex ? Effectivement et sans difficulté. Cet instant avait été absolument magique. Pour le coup Jo’ avait été agréablement surpris par Livie. Il ne voulait pour l’instant pas savoir ce qui l’avait fait changer d’avis, peut être avait elle ressentit des remords dès qu’elle avait refusé…il n’en savait rien en fait et il ne pensait pas vraiment à ça. Doucement, Jonathan l’enlaça avec affection. Il ouvrit les yeux et rencontra le regard bleuté de Livie. Leurs visages étaient encore près l’un de l’autre. Il avait l’impression que son cœur battait tellement fort que même Livie était capable de le sentir. Il n’avait aucune envie de la lâcher. Il avait l’impression d’être imprégné par son parfum. Délicatement il embrassa son cou et ne put s’empêcher de remonter à proximité de son oreille puis de redescendre le long de sa mâchoire, couvrant sa peau de doux baisers. Il se retrouva dans la même position que quelques minutes auparavant. Le nez de Jo’ frôla celui de Livie et ses lèvres s’approchèrent avec la même lenteur de celles de Livie. Cette fois il ne marqua aucun temps d’arrêt et ne demanda pas à son attrapeuse de faire le pas. Il n’avait pas assez de volonté pour résister plus longtemps. Les douces lèvres de Jo’ caressèrent celles de Livie puis il l’embrassa tendrement en passant une de ses mains dans ses cheveux blonds. C’était en quelque sorte comme s’il prenait sa revanche sur tout à l’heure. Aucun d’eux ne pouvait reculer désormais. Les barrières avaient explosé et les limités avaient été dépassées depuis bien longtemps.

Soudain, il ressentit quelque chose qui lui donna l’alerte…Il mit fin sans précipitation au baiser et s’écarta de quelques centimètres. Que lui arrivait il soudainement ? Il avait cru ressentir du désir et avait préféré s’éloigner un peu pour éviter tout dérapage. Il pensait sincèrement que ce n’était pas le moment et que pour le coup Livie se serait vraiment enfuie. C’était presque à contrecoeur que Jo’ desserra son étreinte (enfin il ne la broyait pas encore entre ses bras >_>) pour finir par la lâcher complètement. Il recula un peu, lui rendant par la même occasion cette liberté qui était tellement importante pour elle. La chaleur de son corps lui manquait déjà. Il ne sentait plus ses petites mèches lui chatouiller le visage…Bon ressaisit toi mon grand, tu deviens un peu trop émotif là. Ses yeux se posèrent sur Livie.

Jonathan – Je ne te retiens pas et tu peux partir si tu veux…mais je voudrais que tu restes encore avec moi. Non, en fait je ne veux pas que tu partes.


Non il n’avait pas du tout envie de la voir franchir cette porte. Il voulait rester avec elle. Il avait simplement dit ça pour lui faire remarquer qu’elle n’avait aucune obligation envers lui, c’est tout. C’était sûrement inutile d’ailleurs, elle n’avait sans doute pas besoin de lui pour se le rappeler. L’endroit était assez petit, alors il fit un pas en arrière et se retrouva déjà le dos au mur. Il lui lança alors petit regard malicieux.

Jonathan – Tu embrasses bien Princesse. Je suis à ton entière disposition.


Et ça l’amusait ? Ooooh oui Very Happy C’était juste pour la taquiner mais c’était la pure vérité. Il avait grandement apprécié et ses bras lui étaient toujours ouverts si elle désirait réitérer l’expérience. Bah quoi ? Il n’y avait aucun mal là dedans. Il venait quand même de lui dire qu’il était à sa disposition…Il ne ressentait aucune gêne après ce qu’il s’était passé et il était d’un naturel déconcertant. De toute façon quoi qu’il se passe il n’était jamais gêné…La seule chose qui le gênait était qu’elle se trouve à un mètre de lui au lieu de quelques millimètres xD. Un sourire vint éclairer son visage.

Jonathan – Bon défi réussi…?! Je crois que tu m’as montré que tu pouvais être moins violente.


Il n’aurait jamais pensé que Livie serait aussi peu résistante. Bon d’accord il n’avait pas perdu de temps et il y était tout de suite allé fort mais quand même…il était surpris. Il ne lui laissa pas le temps de répondre et enchaîna :

Jonathan – Et oui je suis content mais ce n’est pas pour ça que je ‘passerai à une autre’. Je t’avais bien dit que tu n’avais rien à craindre de moi et qu’il ne t’arriverait rien de grave. Je n’ai plus envie de jouer et je ne veux pas non plus que tu me laisses…
Bon à moi de voir ce que je gagne, c’est bien ce que tu as dit ! Alors pour l’instant je veux juste un câlin. T’as de la chance que je sois bien élevé sinon je t’aurais demandée bien plus que ça…


Jonathan se contenta de la regarder avec un sourire. Il ne mentait pas du tout, sa mère lui avait appris à être respectueux. Et en ce qui concernait leur jeu, il avait clairement dit à Livie qu'il en avait assez de jouer. Par contre quel était son point de vue à elle là dessus? Il n'en savait rien. Voudrait elle continuer ou au contraire tout arrêter? Et dans ce dernier cas que se passerait il?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mar 30 Déc - 2:50


Livie venait de l’embrasser… Elle avait osé et répondu à son appel. Quel en était son état ? C’était bizarre comme sensation mais pas du tout désagréable. Elle se surpris bien au contraire à être bien là dans ses bras. Elle oublia tout pendant un instant dans son baiser se laissant emporter. Jonathan l’accueillit dans ses bras sans lui poser d’obstacles Elle avait de la chance… Il aurait très bien pu finalement la repousser parce qu’elle s’était rétractée en premier. Mais non il l’acceptait. Il la serra alors délicatement. Elle sentait tout en elle vibrait. C’est comme une nouvelle sensation qu’elle sentait à sa portée. Une sensation qu’elle voulait retrouver. Une main posait sur son corps le contact était si agréable. Oublier… Elle oubliait tout pour seulement agir à l’instinct. Le tout sans se poser de question. Simplement répondre à son envie. Allait-elle l’accepter longtemps ? Allait-elle enfin s’avouer que Jonathan l’attirait ? L’autre main de Jonathan glissa dans son cou. Les yeux fermés elle l’embrassait comme si ce contact était naturel et inévitable entre eux. Elle était envoûtée par ce baiser dont elle ne pouvait plus quitter. Ses caresses étaient comme de velours sur sa peau. Il finit par lui rendre son baiser et c’est là qu’elle se laissa guider. Comme si un instant elle n’était qu’à lui. Comme si elle lui appartenait en cet instant complètement. Maître d’elle, elle le suivait sans résister. Sa tendresse était-elle que comment voulez-vous qu’elle y résiste. Après tout serait-elle faible ? Était-elle en train de faillir sous son baiser ? Leurs lèvres devaient pourtant bien se quitter un jour… C’est alors qu’elles se séparèrent avec douceur. Livie avait toujours les yeux fermés avec la drôle de sensation de vouloir redemander un autre baiser. Mais non… Elle rouvrit alors ses petits yeux pour le regarder. C’est comme un instant magique qui s’était produit en eux. Regrettait-elle ? Non. Elle assumait parfaitement son choix d’être revenue vers lui pour l’embrasser comme elle assumait le fait qu’elle avait fuit la première fois. Elle resta alors dans ses bras sans rien dire. Seulement le contempler. Avaient-ils besoin de mots en cet instant ? Pas tellement…

Il l’embrassa alors délicatement dans le cou. Pourquoi fuir ? De toute façon c’était trop tard. Elle avait fait un choix. Plus aucune barrière entre eux… Était-elle entièrement à lui. Lui appartenait-elle ? Héhé. Non. Elle n’appartenait qu’à elle-même. Seulement Jonathan prenait une place un petit peu plus importante qu’au début de leur jeu il y a déjà un moment… Son baiser remonta délicatement à son oreille. Un frisson la parcoura. C’est comme si tout à coup elle devenait accessible à lui. Comme si elle ne posait plus aucune résistance à ses gestes. Remontant jusqu’à sa mâchoire, la peau de Livie était parsemée de baiser plus doux les uns que les autres. Son nez frôla alors celui de la demoiselle et ses lèvres se rapprochaient une fois de plus dangereusement. Il l’embrassa alors tendrement sans vraiment lui demander son avis. Sous la pression et la tentation elle le laissa faire sentant ses mains passer dans ses cheveux, geste qu’elle adorait par dessus tout. C’était tout de même étrange d’embrasser Jonathan. Jamais elle ne s’en serait senti capable avant. En même temps il y avait été pas de main morte et ça faisait un bon moment qu’il était après elle. Certes elle était forte mais pas invincible non plus ! Livie était une fille de 16 ans après tout avec les mêmes tentations et même faiblesse qu’une fille normal de son âge. La seule nuance était sa volonté. Volonté de jouer et donc de résister. Oui mais tout jeu finit par avoir une fin un jour. Elle s’en rendait compte à ce moment. Comment pouvaient-ils continuer à jouer après ça ? Ça serait se plonger dans le vice et la destruction. Livie n’était pas assez bête pour en arriver là ! Non elle voyait une autre tournure pour elle qui ne pouvait être que l’évolution de leur jeu. L’amour ? Non ce n’est pas ça à quoi elle pensait encore. C’était bien trop tôt pour le dire. Elle voyait d’abord plus de confiance et de complicité. De surprise aussi… Et un côté de Livie qu’elle lui cachait depuis le début de ce jeu qu’elle lui dévoilerait peu à peu. Un côté bien différent d’une simple allumeuse. Un côté aussi bien plus attachant en envoutant encore. Hé oui Jonathan n’était pas au bout de ses surprises…

Et pourtant… Malgré toute cette douceur… Livie qui lui offre une certain confiance… Jonathan desserra son étreinte et la lâcher par la suite… Il commença à reculer. Elle ne dit rien. Ce geste lui sembla étrange. Elle avait un point dans son cœur qui venait de s’installer mais elle ne dit rien. Elle avait bien trop de fierté pour montrer que plus il s’éloignait d’elle et plus elle se sentait un peu mal. Non elle paraissait normal, le regardant faire en essayant de comprendre ce qui lui prenait. Son écart était vraiment dure à supporter. Elle lui offrait leur premier baiser et il s’écartait. Elle était loin de se douter que s’il s’en allait comme ça ce n’était non pas qu’il ne voulait pas être avec elle mais surtout par son désir qui prenait d’ampleur pour lui… par ce respect qu’il avait pour elle. Si elle le savait croyez-moi qu’elle en aurait été touchée. Seulement voilà, elle ne le savait pas et se laissa entraîner dans ses songes se posant quelques questions. Es-ce que son geste présageait malheur ? Es-ce qu’il regrettait la tournure dont prenaient les choses ? Et la liberté qu’elle venait de retrouver ? Oui bon c’était un bon point mais était-elle vraiment prisonnière quand Jonathan la tenait dans ses bras. Avait-elle vraiment ce sentiment de suffoquer, enchaînée dans ses bras ? Non… Il avait cette façon de l’accrocher sans qu’elle se sente enfermer. Et après sa volonté pourrait-il accrocher quelque chose de plus fort en elle ? Il ne détenait en ses mains que la volonté de Livie grâce à sa douceur. Il savait comment jouer avec mais son cœur ? Aussi impétueux et sauvage que son tempérament, saurait-il s’en emparer aussi ? Ça s’est la suite qui nous le dira…


JONATHAN - Je ne te retiens pas et tu peux partir si tu veux… Mais je voudrais que tu restes encore avec moi. Non, en fait je ne veux pas que tu partes.


Elle eut un sourire en coin. Il lui rendait sa liberté mais il voulait absolument qu’elle reste. Elle avait le choix de partir mais il lui faisait très bien comprendre son plus grand désir en l’instant. Qu’elle reste et qu’elle soit prêt de lui. Sa confiance en lui venait de s’installer telle une petite graine dans son cœur. Petite graine grandira-t-elle un jour ? Arrivera-t-elle à éclore et même fleurir mais pour ça à Jonathan de l’arroser de temps en temps pour qu’elle vive et un jour c’est comme une colombe qui se posera sur son bras tel un cadeau du ciel… Jonathan recula d’un pas et se retrouva le dos au mur. Son regard, Livie le capta tout de suite. Petit regard malicieux du genre « viens me rejoindre si tu oses ». Elle lui rendit un sourire plein de malice. Elle se posa contre une étagère le regard tout mimi le scrutant. Attention Jonathan c’est comme une voile de douceur et de fraîcheur qui se posait sur toi par son regard bleu azur. Livie aurait-elle décidé de lui tourner la tête d’une autre façon ? Elle connaissait la puissance et l’intensité de son regard. Se promenant sur les étagère d’un air innocent, son regard arriva peu à peu à Jonathan croisant le sien. Elle lui offrit un jolie sourire. Être allumeuse peut-être un danger mais croyez-moi que ce regard peut l’être encore plus. Pas besoin de geste ou de paroles… Il était suffisamment pétillant pour que Jonathan en fut envoûté.


JONATHAN - Tu embrasses bien Princesse. Je suis à ton entière disposition.

LIVIE - Merci. Tu es plutôt douée toi aussi !


Et hop petit sourire. Elle irrésistible ? Attendez de voir la suite. Elle se mordit les lèvres et se décala sur le côté pour attraper sûrement un bocal contenant de la poudre dedans dans ses mains. Comme si cet objet l’intéressait franchement… Et tout ça innocemment. Bien évidemment Jonathan avait toujours la même Livie en face de lui mais il découvrait une toute autre facette d’elle encore plus envoûtante. Elle paraissait alors si tranquille. Ça pouvait en est déstabilisant à se demander si elle nous préparait pas quelque chose. Mais non. Elle était simplement naturel. Elle s’approcha alors de lui sans être contre lui. Elle souriait toujours. Un sourire assez troublant il fallait avouer. C’était un mélange entre le bonheur et la malice qui faisait tout son être. Elle posa alors le bocal sur l’étagère. A son entière disposition hein… Héhé mais elle y compte bien ! C’est comme si peu à peu elle voulait s’emparer de lui. Comme si elle en faisait son nouvel objectif. Elle savait qu’après ce baiser elle ne pourrait pas se défaire de Jonathan comme ça. Pas parce que lui serait peut-être après elle mais parce qu’elle ne voulait pas se séparer de lui. Quitter cette affinité qu’ils ont ? Oh que non elle voulait bien au contraire l’améliorer encore un peu plus. Pensait-elle à l’amour en cet instant précis ? Peut-être pas encore… Nous l‘avons déjà dit plus tôt. Mais ce qu’elle voulait c’est qu’elle soit l’unique, la seule qui ait réussi à s’emparer de lui et à le faire craquer. Dégoûter toutes ses filles à Poudlard et entendre dire qu’elle a vraiment de la chance. Seulement elle savait que ce privilège aurait des conséquences. Elle ne pouvait pas être la favorite du capitaine des gryffondors et jouer avec d’autres à côté. Devrait-elle alors abandonner son côté allumeuse vis à vis des autres garçons ? Elle sentait qu’elle n’avait pas le choix si elle visait Jonathan. Alors elle acceptait le sacrifice. Elle transformerait son comportement en quelque chose d’encore plus subtile. Toute cette tentation qu’elle provoquait entre elle et un homme… Ce jeu s’évanouissait. La demoiselle deviendrait inaccessible. Oh bien sûr elle savait que plus elle serait inaccessible et plus il y aura de fou pour tenter l’aventure. Après tous les hommes veulent bien la seule chose qui ne pourront avoir. Ça va d’ailleurs en faire jaser plus d’un que Jonathan ait les privilèges de la belle blonde mais que voulez-vous ! C’est le genre de chose qu’on ne contrôle pas… Mais attention ! Privilège ne veut pas dire qu’il a son cœur Razz Elle n’est pas non plus totalement à lui…

Et la voilà qui s’avança sur le côté de Jonathan reprenant un autre bocal pour lire l’étiquette. Le faisait-elle exprès ? Oh sûrement. Livie est comme ça. Elle ne se laisse jamais vraiment totalement avoir d’un seul coup. C’est avec le temps que vous avez les choses… Sa passion était de faire durer le plaisir. Elle lui montrait alors clairement que certes il n’y avait plus aucune barrière entre eux mais elle ne lui est pas acquise. S’il voulait l’avoir dans ses bras c’est un combat qu’il devra mener chaque jour. Oh bien sûr il y aura des moments où elle se laissera guider sans même qu’il ne se batte trop. Il est bien de donner de temps en temps sans attendre en retour. C’est souvent cette petite attention qui redonne du piment pour continuer à se battre. Un sourire éclaira alors son visage tandis qu’elle était à côté de lui le regardant tout en posant le bocal…


JONATHAN - Bon défi réussi…?! Je crois que tu m’as montré que tu pouvais être moins violente. Et oui je suis content mais ce n’est pas pour ça que je ‘passerai à une autre’. Je t’avais bien dit que tu n’avais rien à craindre de moi et qu’il ne t’arriverait rien de grave. Je n’ai plus envie de jouer et je ne veux pas non plus que tu me laisses… Bon à moi de voir ce que je gagne, c’est bien ce que tu as dit ! Alors pour l’instant je veux juste un câlin. T’as de la chance que je sois bien élevé sinon je t’aurais demandée bien plus que ça…


Il lui sourit. Mouais… C’est ça vante-toi d’avoir eu un baiser de la part de la miss. C’est pas tout le monde qui y a le droit. Défis réussi cependant elle devait le reconnaître. Mais qu’il le prouve quand ils seront à Poudlard. Qu’il prouve que dès qu’il fera face à toutes ces filles il ne sera pas tentait d’aller en séduire une autre. Enfin… Croyez-le ou non mais à son retour à Poudlard les choses allaient changer. Jonathan avait peut-être fait en sorte que les mecs évitent de trop l’approcher mais attendez qu’elle se charge de ses groupies ça va aller très vite c’est moi qui vous le dit. Quoi ? Deviendrait-elle jalouse ? Oui >.> Bon on va lui faire son câlin hein xD (comment changer de sujet…) Elle s’approcha alors de lui. Loyale dans ses promesses avait-elle vraiment le choix ? Et puis en fait c’était une magnifique excuse de se retrouver près de lui. Elle se blottit alors contre lui posant sa tête sur son torse…

C’est dingue. Ils avaient l’air vraiment proche. Et c’est comme si elle n’avait rien à craindre. Oui mais non… Non non jamais… Il ne fallait pas que son cœur soupire en cet instant. C’était vraiment idiot d’être sentimental. Elle qui croyait connaître la chanson. Et pourtant elle était venue se réfugier dans ses bras. Elle souriait légèrement. Mais non ! Laissez tombé ! Jamais elle n’oserait s’accrocher à lui de cette façon… Les idylles elle devait les éviter, son cœur était encore bien trop fragile. Oui elle avait confiance en lui mais jamais au grand jamais elle ne devait tomber amoureuse… Fermant les yeux c’est un doux moment qu’elle lui offrit. La chaleur de son corps contre le sien… C’était un moment dont elle profitait encore une fois. Elle lui glissa un baiser dans le cou. Autant de douceur dont Jonathan lui connaissait sûrement pas tellement. Troublant ? A lui de vous le dire… Son baiser dans le cou qui était de plus en plus intense remontait peu à peu à sa joue. Elle décala alors son visage du sien pour un échange de regard et sans un mot elle sourit et lui attrapa son bras pour l’attirer vers elle en souriant.


LIVIE - Alors ne jouons plus et restons ensemble…


Que signifiaient exactement les paroles de Livie ? Oh et bien beaucoup de choses… A vous de le prendre comme vous le comprenez. Mais une chose était sûre la phrase qu’elle venait de lui dire déciderait sûrement d’une partie de leur avenir… De toute façon jouer et reposer des barrières était complètement ridicule pour Livie maintenant. Non elle voulait continuer leur duo en cessant ce jeu fait de barrières et d’interdits…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mar 30 Déc - 20:12

Bon sang pourquoi l’avait il donc lâchée ?! Quel idiot mais quel idiot…Certes c’était pour la sauvegarder mais ce qu’il avait ressenti était infime, cela aurait pu correspondre à la première couche de peinture d’une toile dont les couleurs sont fades quasiment transparentes. Je ne suis pas en train de dire que ce qu’il avait ressenti était fade loin de là, seulement il connaissait et il savait à quel point cette sensation pouvait être brûlante et enflammer un corps. Hors il y avait encore de la marge. Il n’y avait donc aucun risque qu’il dérape ? Non, je vous assure aucun. Parfois il devrait réfléchir ne serait ce qu’une milliseconde. Bref voila que c’était fait et son seul véritable désir était qu’elle revienne dans le creux de ses bras. Non mais je vous jure…
Livie avait très bien réussi à attirer son attention et il était vrai que pour l’instant il n’avait d’yeux que pour elle mais s’il était loin d’être arrivé au bout de ses peines elle aussi. N’oublions pas que Jo’ est un coureur et que pour l’instant il se trouve à Sainte Mangouste. Pourtant il avait clairement accepté le défi que Livie lui avait lancé alors il s’était dit qu’en rentrant il ferait des efforts. Il ne voulait pas la décevoir, sincèrement. Ne pensez pas non plus qu’il serait être le seul à devoir faire des efforts…Il avait bien compris qu’une des clauses sous entendues de ce défi était l’unicité. Il avait gagné pour l’instant mais il savait aussi très bien que les choses seraient différentes à Poudlard, pour l’instant ils étaient un peu marginalisés dans cet hôpital ce qui d’un côté facilitait beaucoup les choses. Jonathan était bien décidé à lui montrer qu’elle avait tord que lui n’était pas comme les autres et il était prêt à des sacrifices (bon pas trop non plus >.<). Ça pour l’instant ce n’était pas quelque chose qui l’inquiétait vraiment, il ne pouvait pas l’être puisqu’il n’avait aucune idée de ce qu’il allait vivre en rentrant au château, par contre ce qui l’embêtait plus était ce besoin de proximité qu’il ressentait. Ça ne lui était jamais arrivé. Ok, il avait besoin de sa dose quotidienne d’attention et de cajoleries mais une fois qu’il l’avait eue normalement il était satisfait. Cependant là en plus d’être satisfait, il ressentait une impression de vide. Impression qui s’était installée tout autour et à l’intérieur de lui. C’était limite comme si son corps criait de désespoir qu’il voulait retrouver cette douce chaleur tranquillisante. Il y avait pris très rapidement goût. Livie deviendrait elle le nouvel opium de Jonathan ? L’opium provoque une addiction, tranquillise et anesthésie… Arrow Quoi qu’il en soit il ne la voyait désormais plus comme une simple amie, ni comme une soeur c’était plus que ça. Il avait un peu de mal à savoir quoi mais ça risquait de lui éclater à la figure.
Il appréciait que Livie l’ait écouté et qu’elle lui ait réellement fait confiance. Maintenant comment pourrait il se permettre de lui briser le cœur. En effet, quoi qu’il fasse il pouvait la blesser bien plus facilement maintenant qu’elle s’était livrée à lui. Encore heureux que ce ne fut pas son but.

Jonathan capta chaque sourire et expression de Livie. Alors qu’il venait de lui dire qu’il voulait qu’elle reste avec lui, la voila qui s’éloignait un peu. Elle ne pouvait pas aller bien loin vu la taille minuscule de la pièce mais elle s’écartait quand même. Petite vengeance ?...Il suivit ses déplacements, était ce un nouveau jeu ? Il resta silencieux sans la quitter des yeux. Il se demandait ce qu’elle pouvait bien avoir derrière la tête. Jo’ croisa son regard, toujours aussi époustouflant. Il ne pourrait jamais s’y habituer.

Livie - Merci. Tu es plutôt doué toi aussi !


Il lui adressa un léger sourire. Plutôt doué ? Vous rigolez, il assurait comme un chef oui ! Son estomac fit un bond alors qu’elle lui lançait son regard malicieux en si mordillant la lèvre inférieure. Quelle aguicheuse ! Que faisait elle avec les bocaux ? Elle les attrapait dans ses petites mains, les regardait, les secouait et puis les reposait. Jonathan était un peu perdu ne sachant pas ce qu’elle cherchait à faire ou à provoquer. Il avait encore beaucoup de zones d’ombres qu’il allait devoir explorer. Il était déterminé à approfondir et pour ça il voulait absolument apprendre à la connaître d’avantage, qu’elle cesse d’être une énigme. En tout cas elle était vraiment craquante avec son petit air innocent qui flottait sur son visage d’ange. Il avait l’impression d’être dans une petite bulle depuis qu’il était avec elle et rien ne lui donnait envie d’en sortir.

Un peu perdu dans sa contemplation, Jonathan ne s’était pas vraiment rendu compte que Livie s’était autant rapproché de lui et croyez le ou non il fut presque surpris lorsqu’elle accepta de revenir dans ses bras. Il ressentit ça comme un soulagement. Si elle n’était pas venue il serait très certainement allé vers elle pour venir chercher ce câlin. Après tout il l’avait bien mérité non ? Jo’ avait bien l’impression que plus le temps passait et plus il s’attachait à Livie. Il ne savait pas quelle tournure allait prendre les événements mais pour l’instant tout ce qu’il voulait c’était serrer son attrapeuse contre lui. Rien que de sentir le contact de son corps lui procurait un immense bien-être. Il n’aurait jamais soupçonné Livie capable d’éveiller un tel sentiment en lui. C’est qu’elle commençait à prendre de plus en plus de place dans sa vie. Seulement dans sa vie ou aussi dans son cœur ? Bonne question. Alors qu’elle se blottissait contre lui, Jo’ l’enlaça dans ses bras rassurant et protecteur et posa délicatement sa joue sur le dessus de sa tête. Il respira de délicat parfum de son shampooing. Vanille ? Lentement, ses doigts caressèrent ses longs cheveux blonds doux comme de la soie. Il releva sa tête et dans ce même mouvement Livie vint déposer un baiser dans son cou ce qui le fit frémir de plaisir. Livie venait peut être de toucher un de ses points sensibles. C’était même LE point sensible de Jo’. C’était quelque chose qu’il adorait par dessus tout. Il ne savait pas si elle en avait conscience mais cela représentait un gros danger puisque cela faisait partie de ses zones érogènes les plus développées. Ses yeux se fermèrent sous l’intensité alors que l’une de ses mains caressait délicatement la nuque de Livie. Puis ses baisers se décalèrent en remontant vers sa joue. Sincèrement si elle avait continué à embrasser de cette manière son cou, il l’aurait repoussé. D’un côté il était presque content qu’elle ne s’attarde pas plus. Franchement il n’avait pas eu le temps d’être troublé, il s’en s’était fallu de peu pour que les événements ne le dépassent. C’était quand même la deuxième fois en peu de temps que Livie s’aventurait sur un terrain glissant…Puis le visage de Livie se retrouva en face du sien. Il la regarda. Une lueur nouvelle éclairait ses yeux, c’était sûrement quelque chose qu’elle n’avait jamais vu dans le regard de Jo’…Avant qu’il n’est eu le temps de faire quoi que ce soit, elle l’attrapa par le bras de manière assez candide. Elle était trop mignonne. Un sourire s’épanouit sur son visage devant cette bouille.

Livie - Alors ne jouons plus et restons ensemble…


Quoi ? Elle était d’accord pour arrêter leur jeu ? Cette décision le surpris mais le contenta aussi. Il était un peu soulagé même s’il trouvait qu’il y avait pas mal d’ambiguïté dans ce qu’elle venait de dire. Il allait lui demander ce qu’elle entendait par « restons ensemble » mais il n’en eut pas le temps. Quelqu’un de l’autre côté secouait la porte et actionnait la poignée mais rien a faire la porte ne voulait pas s’ouvrir. Il lança un regard à Livie. Il ne savait pas qu’on ne pouvait ouvrir de l’extérieur…quand ils étaient entrés la porte était grande ouverte. C’était peut être pour cette raison d’ailleurs. C’est alors qu’une voix féminine et assez stricte se fit entendre même si elle était assourdie par la cloison qui les séparait.

Voix – Miss Sanchez ouvrez moi tout de suite cette porte !


Sans un regard pour Livie il s’éloigna d’elle et se dirigea vers la porte. Il l’ouvrit avec une facilité déconcertante et passa sa tête par l’entrebâillement. Vu la tête qu’avait tiré l’infirmière elle ne s’attendait sûrement pas à le voir ici. Stupéfaite elle ne réussit qu’à bafouiller des syllabe incompréhensible. Jonathan lui adressa un sourire charmant. Au passage il remarqua derrière elle, la vieille qui les avait regardé si bizarrement dans le couloir tout à l’heure. Il comprit tout de suite qu’elle avait dû les voir entrer dans la petite pièce et qu’elle avait dû vendre la mèche à cette infirmière qui cherchait Livie. Le temps que Jo’ lance un regard derrière l’épaule de l’infirmière, celle-ci s’était déjà remise de sa surprise.

Infirmière – Miss Sanchez sortez d’ici immédiatement. J’ai une excellente nouvelle pour vous mais surtout pour le personnel de cet hôpital, vous êtes autorisée à sortir et à rentrer à Poudlard. Passez tout de suite au bureau des infirmières et faites votre sac dans les plus br…


Jonathan – Ok. Elle passera vous voir.


La façon hautaine de parler de cette infirmière ne lui plu pas du tout et en plus elle venait de briser un merveilleux moment. Elle venait de leur annoncer que Livie allait retourner à Poudlard. Cela fit tout de suite tilt dans l’esprit de Jonathan. Si lui restait ici et qu’elle partait, ils ne seraient plus ensemble. Du coup il lui avait coupé la parole et lui avait fermé la porte sur le bout du nez avant qu’elle ne devienne trop envahissante. Qu’elle prenne ça comme un affront si elle en avait envie, il s’en fichait. Apparemment elle était énervée parce qu’elle tambourina sur la porte et comme rien ne se passait s’éloigna furibonde. De toute façon Jo’ l’avait déjà oubliée, la chose qui était restée ancré dans sa tête était le fait qu’elle partait, sans lui. Il resta quelques secondes le dos tourné à Livie, face à la porte puis fit demi tour et lui adressa un magnifique sourire.

Jonathan – C’est super, tu es guérie et tu retournes à Poudlard.


Il était sincèrement content qu’elle puisse sortir de cet hôpital mais il était aussi très triste qu’elle parte parce qu’il ne serait pas avec elle mais ça hors de question de lui montrer, il avait bien trop de fierté et puis en plus c’était égoïste, il valait mieux qu’il se réjouisse pour elle. Qu’aurait elle fait à sa place ? Il ne pu cependant pas retenir un léger soupir. Il se sentait étrangement très affecté par son départ, que se passait il ? Il allait la revoir de toute façon. Que se passait il ?...Il avait l’impression d’avoir loupé une marche. Il avait jusque là évité soigneusement de croiser son regard mais ce n’était pas son genre de fuir alors il la regarda droit dans les yeux. Son sourire ne l’avait pas quitté et il semblait réellement se réjouir de sa sortir qui était toue proche, même si son sourire semblait devenir de plus en plus fade. Il avança jusqu’à elle. Même s’il allait très certainement bientôt la rejoindre il se sentait un peu maussade.

Il la regarda et finit par la prendre dans ses bras. Il ne pouvait pas la laisser partir comme ça, sans rien faire. Il fallait au moins qu’il lui dise au revoir. Bon évitons de donner trop de tragique à la situation, il ne fallait exagérer non plus. Il chuchota à son oreille.

Jonathan – Est-ce tu as avalé un aimant ?...Je crois que je ne peux plus me détacher.


Alala…mais quel humour ce Jonathan xD. Non non c’était très sérieux, il n’avait pas la force de la laisser partir. Il fallait qu’il fasse attention, il commençait à se ramollir. Il se baissa un peu et enfouit son visage dans le cou de Livie. Il en profita pour humer une derrière le savoureux parfum de sa peau. Il chatouilla gentiment son cou avec son nez ce qui fit vibrer toutes les petites bouclettes qu’il avait sur la tête. Il ferma les yeux et se dit qu’ils pouvaient rester comme ça pour toujours. Bon peut être pas toujours mais un certain temps. Il se releva et la regarda. Son visage était serein. Sa main vint lentement se poser sur sa joue qu’il caressa avec tendresse.

Jonathan – Fait pas de bêtises pendant que je ne suis pas là.


La prévint il en souriant. Voila, il allait devoir la laisser partir quand même. Elle devait être impatiente de sortir, de retourner dans leur école. Après avoir fait un si long séjour ici, même Jo’ aurait été content de retourner en cours. N’importe où à part ici, sauf s’il y a Livie. Il passa l’un de ses mains dans son dos et la rapprocha de lui. Il se baissa pour déposer un baiser sur sa joue mais se ravisa et bifurqua juste avant que ses lèvres ne touchent sa peau vers sa bouche. Il allait l’embrasser, ses yeux s’étaient naturellement fermés, il frôla les lèvres de Livie et entrouvrit légèrement les siennes lorsqu’il s’arrêta net et se recula.

Jonathan – Je vais te recontaminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Livie Sanchez

avatar

Nombre de messages : 495
Age : 28
Date d'inscription : 19/08/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16 ans, née de 31 Juillet.
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mer 31 Déc - 4:04


Livie avait été asse ambiguë dans ses propos sans vraiment le faire exprès. Non son cœur avait simplement parlé en l’instant sans qu’elle ne réfléchisse vraiment aux questions que ça pourrait engendrer en Jonathan. Non elle l’avait dit naturellement. Elle était alors d’accord pour arrêter ce jeu. Cette décision avait l’air de surprendre Jonathan. Héhé Imprévisible ne l’ai-je pas déjà dit ? Razz C’est alors que quelqu’un actionna la poignet de la porte et tenta de l’ouvrir sans véritablement y arriver. A cet instant Livie était toujours dans les bras de Jonathan mais c’est comme si cet élément perturbateur de leur échange la ramena à la réalité. Réalité qui se trouvait dans un hopital avec une maladie dangereuse et présente. Mais étrangement elle pétait la forme et ne ressentait plus tellement les effets de la maladie. C’est d’ailleurs un peu inquiétant… Jonathan lui faisait-il autan d’effet pour qu’elle ne sente même plus la douleur ?! La question la percuta avec pour seule réponse : mais nooon !!!! C’est les effets des médoc’ sûrement ! Jonathan la regarda. Quoi ?! Je vous jure que c’est grâce aux médoc’ !!!!


INFIRMIERE – Miss Sanchez ouvrez moi tout de suite cette porte !


Jonathan s’éloigna alors d’elle pour aller à la porte tandis qu’elle resta en retrait. Pourquoi l’appelait-on ? Pour encore en avoir fait une ? Elle l’ignorait mais le sentait bizarrement très mal… Elle le vit alors ouvrir la porte et passer la tête par l’entrebâillement. Elle eut un sourire en coin. C’est pas un homme pour rien ça se voit. On le dérange et il va sûrement très bien faire comprendre à l’infirmière que ça n’avait pas intérêt à durer longtemps. Son sourire s’élargie un peu plus quand elle se dit que ça ne l’étonnait même pas. Après tout Jonathan avait aussi un beau caractère. Pas le genre à se prendre la tête mais pas le genre à se laisser marche sur les pieds. C’est peut-être ça qu’elle aimait chez lui. Sa façon de relativiser mais en même temps de savoir s’affirmer quand il le faut. Elle le laissa alors faire curieuse de savoir comment il allait s’y prendre…


INFIRMIERE – Miss Sanchez sortez d’ici immédiatement. J’ai une excellente nouvelle pour vous mais surtout pour le personnel de cet hôpital, vous êtes autorisée à sortir et à rentrer à Poudlard. Passez tout de suite au bureau des infirmières et faites votre sac dans les plus br…

JONATHAN – Ok. Elle passera vous voir.


Et bam, il referma la porte. Pourquoi n’était-elle pas surprise… Elle s’avança alors vers lui sans non plus se coller à lui tout naturellement. Elle était encore à une petite distance… Livie entendit alors l’infirmière s’emporter une fois de plus contre la porte et enfin s’en allait sûrement bien énervée. Jonathan ne mit alors pas très longtemps à se retourner vers elle. Elle leva son regard vers lui petit sourire. Jonathan lui offrit alors un sourire magnifique qu’elle fuit dans un jeu de regard tel un ange innocent.


Jonathan – C’est super, tu es guérie et tu retournes à Poudlard.


Elle ne dit aucun mot. Oh bien sûr elle a entendu tout ce que l’infirmière a dit à Jonathan mais elle ne fit aucun commentaire. Comme si elle laissait en suspend sa joie ou malheur de partir. Comme si elle cachait ce qu’elle ressentait vraiment sur la question de son départ. Lui avait l’air content. Elle en était un peu vexée sur le coup. Car oui ça voudrait dire qu’il ne la reverra plus dans un très long moment. Il soupira cependant redonnant ce léger sourire à Livie. A moins qu’en fait il ne veuille admettre qu’il préfèrerait qu’elle reste. Fierté de gryffondor ? Livie ne serait pas étonnait mais elel ne lui en voudra pas parce qu’elle-même cachait très bien qu’elle ne voulait plus partir de l’hopital. Etre en quarantaine ? Peu importe si Jonathan est pas loin. Elle peut le supporter s’il est à ses côtés. Oh bien sûr elle aurait dû mal des fois à continuer à rester en quarantaine. Elle aimait sa liberté. Oui mais retourner à Poudlard sans Jonathan était dur à admettre même si elle n’en fit pas cas devant lui. Il finit alors par la regarder dans les yeux. Toujours souriant c’est comme si ce pétillement dans ses yeux disparaissaient tout de même. Comme si l’éclat de son sourire s’amenuisait malgré tout. Héhé Livie n’est pas bête. Lui manquerait-elle ? Very Happy Il finit alors par la prendre dans ses bras. Ça l’aurait étonné tiens ! C’est dingue comme elle s’y retrouve beaucoup depuis quelques heures ! Rattraperait-il ces mois de perdus à essayer de la séduire ? Il finit alors par lui chuchoter à l’oreille…


JONATHAN – Est-ce tu as avalé un aimant ?...Je crois que je ne peux plus me détacher.


Elle lui offrit un magnifique sourire le prenant comme un compliment. Aurait-il du mal à se séparer d’elle ? Franchement ça la touchait… D’un sens ça lui faisait plaisir de voir Jonathan qui a l’air d’avoir un peu de mal avec la nouvelle de son départ. Roh ne t’inquiète pas Jonathan elle part mais toi tu la rejoindra un jour. Et alors ce jour peut-être qu’ils seront encore plus heureux de se retrouver qui sait… Peut-être que Livie ressentira ce manque et qu’à son arrivée elle sera la première à l’accueillir. Allez ne désespère pas. Peut-être que cette séparation peut s’avérer bénéfique. Mouais à condition que Livie ne fasse pas de dérapage… Qui vous dit que cette séparation ne peut pas être non plus un danger ? Livie a promis que son tempérament allumeuse ne se ferait plus. Elle se l’ait juré pour pouvoir mieux avoir Jonathan. Mais qui vous dit que malgré ses choix elle ne tombera pas sur un autre homme qui se servira d’elle ? Jonathan avait peut-être réussit à ôter ses méfiances mais lui a-t-il donner un espoir que les hommes ne sont peut-être pas tous comme Léo ? Pourrait-elle courir le danger de refaire la même erreur en son absence pour en resouffrir ? La réponse, c’est le temps qui nous le dira tout comme ce qu’elle ressent vraiment pour Jonathan. Aurait-il eu assez de temps à l’hôpital pour suffisamment l’accrocher afin d’éviter que durant cette séparation tout ne s’effondre ?

Il enfouit alors son visage dans le cou de Livie. Il la chatouilla de son nez. Elle ne put s’empêcher de sourire. Sourire qui s’effaçait quand elle se disait qu’elle devrait partir. Il se releva alors pour la regarder. Il avait l’air si serein. N’avait-il pas peur lui de cette séparation ? Ne doutait-il pas ? Il lui caressa alors délicatement sa joue avec tendresse… Elle était confiante maintenant mais sans lui le serait-elle toujours ? Les doutes ne lui viendraient-ils pas pour la ronger ?


JONATHAN – Fait pas de bêtises pendant que je ne suis pas là.


Il souriait. C’est drôle comme ces simples mots résonnaient en Livie. Pas de bêtises… Elle ne le prenait pas dans le sens ne pas faire de blagues ou de coup spécialité Wildfires. Non elle le voyait plus dans le sens qu’elle ne devait pas l’oublier. C’est comme s’il prévoyait ses doutes. Elle lui retourna alors son sourire. Elle devait se faire la promesse en cet instant même que tout ce qu’elle ferai devra être réfléchi. Qu’elle fasse attention. Elle ne veut pas que son affinité avec Jonathan s’évanouisse tout simplement à cause d’un faux pas. Deviendrait-elle dépendante ? Non… Simplement préventive. Elle devait simplement faire un choix entre lui et sa voie qu’elle s’était instaurée. Choix qui serait difficile. Elle ne pouvait promettre maintenant lequel elle choisirait. Ça seul les situations dont elle ferait face lui diront qui elle finira par choisir. Il passa alors une de ses mains dans son dos à elle pour la rapprocher un peu plus. Il allait alors lui déposer un baiser sur sa joue mais finalement se dirigea vers ses lèvres. Ils les frôlèrent mais finalement reculer. Elle eut un temps d’arrêt. Pourquoi reculait-il ?! Elle qui s’était laissé guidé une dernière fois avant de partir…


JONATHAN – Je vais te recontaminer.


Elle lui sourit. Si elle était guérie cela voulait dire qu’elle était vaccinée et qu’elle ne risquait rien. De plus ce n’est pas ce baiser qui aller la rendre malade si avec les autres elle se portait bien. Elle resta alors en face de lui. Elle sentait que c’était dur… Partir sans lui… Le risque de le perdre… Finalement son sourire s’effaça. Mais elle n’avait pas le choix. Elle devait retourner à Poudlard et sans lui. Loin de ses yeux et de ses bras. Elle s’avança alors vers lui et lui déposa un baiser sur la joue. Sûrement leur dernier contact physique… Mais elle devait partir et n’avait pas vraiment le choix. Elle prit sa main et la posa sur sa joue le guidant pour lui donner une dernière caresse. C’est un baiser dans le creux de sa main qu’elle lui offrit enfin avant de reculer en arrière vers la porte et lui lâcher sa main. C’est un départ sans douleur ? Pas si sûr… Elle reculait alors un peu plus ne cessant de quitter son regard. Elle ne tenait pas en compte s’il était pour ou contre qu’elle le quitte de cette façon. Elle le devait. Pourquoi ne l’embrassait-elle pas ? Parce que… Elle avait ses raisons et c’est alors qu’elle posa sa main sur la poignet, lui tournant le dos. Dans un souffle elle lui dit alors :


LIVIE - Guéris-toi vite…


C’est ainsi qu’elle ouvrit la porte et disparu de la pièce. Elle avança alors la tête haute dans le couloir. Elle se dirigea alors vers le bureau des infirmières. Celle qui l’avait cherché lui jeta un regard noir. Mais Livie s’en foutait. Elle se foutait de tout. Rien à faire qu’on lui en veuille. Rien à faire que les infirmiers en soient heureux. Non tout ce qu’elle avait dans la tête c’est qu’elle va avancer pendant un temps seule… sans lui… Elle boucla alors ses affaires et sortie dans le couloir. Elle jeta alors un dernier regard dans le couloir du placard. Ce face à face ? Elle aura beau dire, il resta gravé au fond d’elle. C’est ainsi qu’elle avança dans les couloirs rejoindre Emilie et Taylor qui devaient aussi sortir de l’hôpital pour rejoindre Poudlard. Et ce qu’il c’était passé avec Jonathan ? Et bien pour l’instant elle préférait le garder pour elle comme un secret qu’elle devait garder au plus profond d’elle-même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Lowey

avatar

Nombre de messages : 190
Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Ven 2 Jan - 21:52

• Jonathan ne répondit rien et la regarda partir sans faire quoi que ce soit pour la rattraper. Elle avait de la chance de retourner à Poudlard. Il espérait que ça serait bientôt son tour. Il eut un léger pincement au cœur lorsqu'il la regarda passer la porte. Il resta immobile quelques instants le temps de reprendre ses esprits. C'était la meilleure après midi qu'il avait passé depuis qu'il se trouvait à Sainte Mangouste. Il ne pouvait pas vraiment dire qu'il était triste mais c'était comme si un poids venait de s'installer en lui. C'était étrange. Il sortit du placard et traina un peu dans les couloirs avant de regagner la pièce dans laquelle on l'avait installé avec une dizaine d'autres malades. Aucune intimité --'. Livie était partie depuis une vingtaine de minutes seulement et il s'ennuyait déjà...

• Le lendemain de son son départ, Jo' traina dans les couloirs l'esprit vide. Il ne savait pas trop quoi faire de lui. Il se sentait bien aujourd'hui et en avait marre de voir la tête des infirmières. Une journée totalement inintéressante qui passa au ralentit sans qu'il puisse y faire quelque chose.

• Par Merlin comme il se sentait mal aujourd'hui. Il était incapable de se lever de son lit. Il comata une bonne partie de l'aprem. Ses nausées étaient revenues et il avait l'impression qu'un étaux enserrait sa tête. Il craignait qu'on ne le renvoie en quarantaine car son état était devenu assez critique. Impossible de penser à quoi que ce soit ou à qui que ce soit...

• Son état de santé s'était légèrement amélioré et apparemment l'hôpital avait contacté sa famille car il reçut une lettre très touchante de sa mère qui se faisait un sang d'encre mais qui ne pouvait venir à cause de la charge de ses frères et sœurs. En plus son père était reparti à la Nouvelle Orléans. Jo' resta allongé mais il avait bien les yeux ouverts. Ce fut la première fois depuis son départ qu'il pensa autant à Livie. Il l'imaginait volant sur son balais, allant au cours, rigoler au coin d'un couloir...Mais ça allait elle n'avait pas laissé un si gros vide que ça. Il s'ennuyait voila tout.

• Jonathan ne restait pas bien longtemps inactif et prostré dans son lit. Il ne pouvait simplement pas rester des journées à se tourner les pouces. Impossible. Il se leva donc malgré une grosse migraine et marcha un peu dans le couloir. Il ne pouvait pas aller bien loin et se sentait comme un oiseau en cage, c'était affreux. Ce matin il s'était levé avec Livie et tête et elle ne l'avait pas quitté de la journée. Penser à elle lui faisait passer le temps. Il avait envie de la serrer dans ses bras, ça lui manquait de ne plus la sentir contre lui.

• Pffff cela faisait maintenant 4 jour qu’il était dans un
sale état. Il dormit toute la journée d’un sommeil sans rêve qui ne le reposa
même pas. Cette maladie était une véritable saleté. Il voulait à tout prix être
guéri et rentrer le plus vite possible à Poudlard pour revoir Helen, Chris,
Jhay et Clark. Ils lui envoyaient pas quelques lettres mais il n’avait même pas
le cœur de leur répondre. Il y avait aussi son équipe de Quidditch et la Princesse attrapeuse…

• Ce matin l’étau qui enserrait sa tête avait
miraculeusement disparu. Un peu de répit. Son état de santé s’était certes
amélioré mais cela ne signifiait pas pour autant qu’il était à l’abri de
l’ennui. Il sortit dans le couloir pour se dégourdir les jambes et c’est là
qu’une très jolie brune lui fonça dedans, renversant son chocolat chaud sur le
torse. Aïïïïe ça brûle !! Elle s’excuse platement et disparue…Apparemment
notre Jo’ venait de trouver une charmante distraction…

• Jonathan était toujours un peu vaseux mais il se sentait
quand même mieux que les jours précédent et surtout il avait trouvé quelque
chose à faire ce qui lui avait remonté le moral car depuis que Livie était
partie, son moral avait excessivement chuté. D’ailleurs il trouvait ça fort
déplaisant. Il avait reçu une lettre de Chris qui le prévint que ce dernier
l’avait conduit à l’infirmerie parce qu’elle avait décidé de courir alors qu’on
avait formellement interdit…Il n’en fut pas du tout surpris et ne s’inquiéta
pas puisque Chris lui certifiait qu’elle allait bien.

•Pas de nausée ? Pas de maux de tête ?
Parfait ! Il se décida à partir à la recherche de la mystérieuse brune qui
avait tenté de le brûler xD. Il s’aventura alors dans les couloirs mais même à
côté de la machine à café il n’y avait personne. Décidément c’était beaucoup
moins amusant qu’avec Livie !

• Il avait la conviction qu’il trouverait cette fameuse
inconnue. Il sentait qu’elle n’était pas encore partie du service. Livie était
toujours dans un petit coin de sa tête mais il venait parfois à l’oublier
complètement. Loin des yeux loin du cœur, c’est ce qu’on dit. Son intuition ne
lui avait pas mentie, il la croisa bien mais étrangement dès qu’elle le vit
elle se sauva en courant…il était si effrayant que ça ? O.O A Poudlard les
filles n’avaient pas peur de lui xD

• Cette fois il réussirait à connaître son nom. Il la
recroisa en effet au croisement de 2 couloirs et l’attrapa par le bras avant
qu’elle ne s’échappe. Elle s’appelait Mary. Charmante. Il discuta un peu avec
elle mais apparemment elle n’était pas sauvée des nausées. S’il s’agissait de
Livie elle ne se serait peut être pas sauvé pour quelques nausées…Ou alors
aurait il réagit autrement et se serait occupé d’elle qui sait…Jo’ recèle de
surprises.

• Il ne quitta pas son lit de la journée. Une infirmière
avec qui il avait sympathisé (elles étaient cool les infirmières et mignonnes
en plus) était allé lui acheter plusieurs revues sur le quidditch qu’il
feuilleta tout en s’imaginant en train de voler. Son équipe lui manquait, il
espérait qu’il ne louperait pas de match en restant enfermé ici. Il lui vint
même, à un certain moment, l’image de Livie entrant dans leur vestiaire en
tenue…légère. Oops >.<

• Un nouvel arrivant dans la salle où se trouvait son lit.
Il vint lui parler, ils parlèrent un bon moment. Théodore avait un an de plus
que lui et était très sympa. Jo’ était content d’avoir trouvé quelqu’un avec
qui discuter et surtout se changer les idées parce que Livie devenait de plus
en de plus présente et il trouvait sincèrement qu’elle devenait envahissante.

• Un nouveau pote et voila que ses journées devenaient moins
longues. Il constituait en fait une distraction, un changement. Il avait besoin
de changement. A poudlard il ne savait jamais ce qu’il allait lui arriver alors
qu’ici la vie était tellement monotone. Livie et ses blagues, Helen et sa façon
étrange de veiller sur lui, ses amis avec qui il ne cessait de se marrer. Tout
ça lui manquait.

• En y réfléchissant bien ce qu’il lui manquait le plus
était l’attention qu’on lui portait à Poudlard alors qu’ici il semblait
quasiment invisible. Il y avait bien cette infirmière qui était aux petits
soins mais elle avait tellement de travail qu’elle ne pouvait pas rester
vraiment longtemps avec lui. Si Livie voyait ça…elle qui détestait les
infirmières xD

• Il avait définitivement abandonné l’idée de faire la
connaissance de Mary. C’était étrange qu’il abandonne si vite, Livie lui en
avait fait voir de toutes les couleurs mais il n’avait jamais baissé les bras
et il n’était pas près de le faire. C’était une motivation toute autre. Il se
rendit compte qu’en fait il n’avait pas le même rapport avec elle et avec les
autres filles. Ce qu’il ressentait était différent. Etait ce quelque chose de
bien ou de mal, bonne question.

• Son état de santé stagnait depuis près d’une semaine. Il
n’était ni en piteux état ni en pleine forme, il était dans un stade
intermédiaire. Tout ce qu’il espérait c’était que cela ne rechute pas. Cela
faisait déjà pas mal de temps qu’il n’avait pas de nouvelle de Livie. Il avait
pourtant demandé à Chris de la surveiller et de le prévenir s’il se passait
quelque chose mais rien ne lui parvint…Pas de nouvelle bonne nouvelle n’est ce
pas ? En fait il s’inquiétait beaucoup plus pour que cela n’état
nécessaire mais il préférait garder un œil sur elle-même si c’était par
l’intermédiaire de son meilleur pote.

• Même s’il passait ses journées à dormir il ne cessait
d’être fatigué, c’était très certainement dû à la maladie mais franchement il
n’en pouvait plus de cet hôpital, il allait devenir complètement fou. Il avait
l’impression d’être un Gryffon en cage. On n’enferme pas un Gryffon dans une
cage, faudrait le savoir ! Tout gryffondor qui se respecte serait à même
de vous le certifier. Il avait envie de se tirer de là.

• Comme les journées sont longues, longues, longues,
longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues,
longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues,
longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues, longues,
longues, longues… Trop longues à mourir.

• Plusieurs fois il était repassé devant le
« placard ». Il ne l’oublierait sans doute jamais ce placard.
Cela représentait en quelque sorte une
demi victoire. Il n’était pas du genre nostalgique à vivre dans le passé ou à
se faire des films mais franchement à par penser, discuter avec les infirmières
et Théodore et dormir il ne savait pas quoi faire d’autre. Que donnerait il
pour avoir la compagnie tellement distrayante de sa Princesse ? Peut être
beaucoup, lui-même n’en était pas vraiment conscient. Il n’était pas non plus
encore conscient qu’il n’avait pas passé une seule journée sans penser au moins
une fois à elle. Des statistiques affolantes.

• Ce matin là une infirmière vint lui porter un lettre de
Chris qui lui racontait un peu ce qu’il se passait à Poudlard. C’était la seule
chose qui le rattachait à l’extérieur. Il disait que Livie avait un chaton
vraiment effrayant, «le diable incarné». La saleté d’animal avait fait ses
griffes sur les cuisses de Chris. Quand il lu ça Jo’ ne pu s’empêcher d’éclater
de rire. Il aurait tellement voulu voir ça. C’était un animal féroce son machin
à en croire ce qu’il lui disait. Il était impatient de voir ça…

• Par rapport à Livie, Jo’ n’avait pas franchement avancé. Le
fait qu’elle soit partie juste après leur petit épisode avait saccagé toute la
magie. Il ne savait ce qu’elle en pensait après coup et il ne pouvait même pas
en discuter avec elle. Quoi qu’il préférait agir mais bon…A ce qu’il avait
compris leur jeu était bel et bien terminé mais plus les jours passaient et
plus tout cela apparaissait flou. Il ne voulait pas se prendre la tête là-dessus
mais il ne savait pas à quoi s’attendre maintenant de la part de son
attrapeuse. Elle lui manquait. Il s’en rendait compte maintenant.17

• Une autre lettre ?
Il venait d’en recevoir une il y a 2 jours de ça. Chris disait dans celle-ci que
Livie était tombée de son balai alors qu’elle volait sur le terrain de
Quidditch. Heureusement elle n’avait rien mais elle avait sûrement du être
secouée. C’était tout ce que cela disait. Pas vraiment rassurant tout ça. Il se
surprit à s’inquiéter réellement pour Livie. Ca le faisait rager de ne pouvoir
sortir. Voila, il savait bien qu’elle avait besoin de lui. Que faisait son
idiot de frère. Jamais là quand il le fallait celui là.

• Il voulait rentrer, depuis 2 heures il de cessait de
casser les pieds des infirmières de garde. Il voulait rentrer à Poudlard tout
de suite. Il fallait qu’il se rende auprès de Livie pour être sûr qu’elle aille
bien, il fallait qu’il la voie de ses propres yeux. Il avait même rêve de sa
chute de balai. Cette histoire avait monopolisé tout son esprit. Il commençait
à s’énerver. Dès qu’il n’était pas là pour la surveiller elle enchaînait les conneries.
Bien sûr personne ne l’autorisa à sortir il était bien trop faible et son
organisme pouvait toujours contenir les germes de la maladie. On lui administra
même des calmants pour qu’il se dépende car il était impossible à gérer.

• Son inquiétude avait diminué car il avait confiance en
Chris et s’il s’était passé quelque chose de vraiment grave ce dernier l’aurait
tout de suite mis au courant. Or Jo’ n’avait toujours reçu de nouvelle lettre c’était
que tout se passait bien. Mais il n’était tout de même pas calme. Il était un
peu stressé depuis son réveil et se forçait à se contenir ce qui n’était pas
une chose aisée. Franchement les Gryffondor en auront fait voir de toutes les
couleurs à ce service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Miller

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 23
Date d'inscription : 24/12/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
3/7  (3/7)

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mer 14 Jan - 12:47

Je ne sait pas ce qui s'est passé et vous m'en voyez désolé , les admins pourraient-ils supprimer mes msg silvouplait ??


Dernière édition par Jake Miller le Sam 24 Jan - 20:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magenmagot
Compte Administrateur
avatar

Nombre de messages : 624
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   Mer 14 Jan - 12:47

Le membre 'Jake Miller' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 '6' :

#1 Résultat :


--------------------------------

#2 '6' :

#2 Résultat :


--------------------------------

#3 '6' :

#3 Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie   

Revenir en haut Aller en bas
 
A moi la liberté!! Et bah nan... |Livie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas :: Les Coulisses :: Chroniques du Forum :: [Archives RP Hors Poudlard - 2008/2010] :: Archives messages ste mangouste-
Sauter vers: