AccueilAccueil  PartenairesPartenaires  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Doléance [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Doléance [Terminé]   Dim 26 Oct - 0:42

Un mois… Un mois que Poudlard avait rouvert ses portes… Un mois que Maïlis errait dans les couloirs, se rendant de salles de cours en salles de cours, du réfectoire à la salle commune, du terrain de Quidditch à la bibliothèque.

Un mois… Un mois et elle n’avait pas pu que le croiser ! Juste l’apercevoir ! Jamais ils n’avaient eu l’occasion d’être face à face, de se parler, de se toucher, de se sentir… Elle n’en pouvait plus ! Cette situation devenait insoutenable ! A croire qu’une puissance extérieure avait usée de ses sortilèges pour faire en sorte que leur route reste parallèle… et ne se croisent jamais.

Elle avait épié ses cours, elle avait reconstituer son emploi du temps pour le suivre mais tout, oui tout, se mettait sur son chemin et l’empêchait de l’aborder… Mais peut-être était-ce lui ? Peut-être faisait-il en sorte que leur rencontre ne se produise pas ? Peut-être ne voulait-il pas tenir ses promesses de cet été ? Peut-être avait-elle tout bonnement rêvé ces promesses ? Etait-elle folle ?

Elle s’approcha d’un pas chancelant vers la fenêtre qui lui faisait face, le parc était plongé dans le noir et la lueur de la pièce lui permettait de voir son reflet dans la vitre. Elle avait changé cet été. Elle avait mûri et grandi… elle se tourna un peu, observa son profil et réajusta ses cheveux. Puis, elle poussa un profond soupir avant d’aller s’assoire sur une chaise vide. Lui, devait attendre bien plus… Depuis septembre, cette idée n’arrêtait pas de lui asséner de violents coups dans la tête. Quand on voyait son ex petite amie, on se doutait bien qu’il recherchait plus.

Avec une moue contrariée, elle resserra son écharpe autour de son cou. Puis, elle lissa les pans de sa cape noire doublé d’un vert sombre. Elle regarda autour d’elle, fixa la vieille horloge qui se situait au fond de cette salle de classe désertée depuis des années, il était 18h55… Et elle lui avait donné rendez-vous à 19h. Viendrait-il ?

Elle n’avait trouvé que cette solution… Quelque peu puéril peut-être ? Ou alors au contraire trop engageante ? Trop mature ? Elle n’en savait rien… Mais s’ils n’avaient pas réussi à se voir « naturellement » alors lui proposer un rendez-vous…

« Non ! » S’exclama-t-elle « Pas un rendez-vous… »

Elle s’empourpra.

« Juste… une… une rencontre… »

Elle soupira et reporta de nouveau son regard sur les aiguilles. Le tic-tac devant assourdissant.

« 18h56 » souffla-t-elle.

Son cœur commençait à battre la chamade. Et s’il ne venait pas ? Au moins, elle serait fixer… Cela signifierait qu’il ne voulait plus rien avoir à faire avec elle. Elle cesserait donc (peut-être) de se prendre la tête avec toute cette histoire. Et s’il venait ? Viendrait-il pour elle ? Vraiment ? Par contrainte ? Pour ne pas la décevoir ? Par envie ? Par désir ? Elle secoua vivement la tête.

Le couloir était silencieux, rares étaient les élèves qui venaient dans cette partie du château car celle-ci n’était plus utilisée depuis que Hagrid avait remplacé Brûlopot. Donc depuis que les cours de soins aux créatures magiques n’étaient plus que théories pures mais surtout pratiques intenses. C’était donc maintenant devenu le QG des associations clandestines…

Maïlis croisa ses bras sur la table poussiéreuse et posa sa tête dessus, elle fixait la porte avec angoisse et appréhension. Puis ses paupières se fermèrent, l’un de ses bras se libéra et sa main vint cacher ses yeux. Silencieusement, ses lèvres s’agitèrent.

« Je t’en prie… viens… »


Dernière édition par Maïlis Hargreaves le Mer 1 Juil - 16:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Lun 27 Oct - 19:18

« 18h56 »... Le jeune homme arpentait les couloirs déserts d'une aile du château qui n'était plus vraiment utilisé.
Que pouvait bien faire Ezekiel Waldemar ici ? C'était une question intéressante mais en même temps depuis le mois d'avril dernier il avait prit soin d'éviter de trop fréquenter ses camarades; Même ses repas il évitait de les prendre dans la grande salle mais il ne se laissait pas mourir de faim pour autant. Le jeune homme avait trouvé le chemin des cuisines depuis de nombreuses années et du coup il allait manger là-bas. En fait il y passait souvent dans la nuit quant tout le château était endormit, mais du coup quant est ce qu'il dormait ?... Deuxième question très intéressante. Depuis tout petit il avait toujours eu beaucoup de mal à dormir la nuit et il n'avait jamais eu besoin de beaucoup de sommeille pour être en forme.
D'habitude, à cette heure là il était entrain de faire la sieste dans un coin tranquille mais aujourd'hui était une journée bien différente.
Tout d'abord, il c'était rendu dans la grande salle pour prendre rapidement un encas car il n'avait pas eu le temps durant la nuit de passer à la cuisine. Alors qu'il se dépêchait, un des rapaces nocturnes du collège vient se poser face à lui et lui tendit un petit morceau de parchemin. Si Ezekiel avait été surprit il ne l'avait pas laissé voir et discrètement il avait attrapé le courrier. En deux temps trois mouvement il avait fini de déjeuner et il était sorti en direction d'un lieu calme afin de voir ce qu'on lui voulait.
Son coeur avait fait un bon au moment où il avait lui la note qui était écrite sur el message:


Retrouve-moi dans la salle
SC2 du deuxième étage, ce soir à 19h.

MH
MH... Il avait bien une idée sur qui cela pouvait être mais que lui voulait-elle? Et peut être qu'il ce trompait sur l'auteur de ce rendez vous inattendu. Durant toute la journée il c'était demandé ce qu'il devait faire, s'il devait y aller ou non... Puis, la curiosité étant trop grande il avait prit la décision d'y aller.
Voilà donc pourquoi, à 19h00, il se retrouvait dans un des couloirs déserts d'une aile inoccupée du majestueux château de Poudlard. Il marqua une pause pour reprendre ses esprits, n'étant pas habitué à ce genre de situation il se sentait étrange et il n'arrivait plus vraiment à raisonner comme d'habitude.
Inspirant un grand coup il contempla les lieux, il ne savait toujours pas ce qui l'attendait dans la salle et il ne savait plus s'il avait vraiment envie de le savoir.
Mais il était trop tard et sans y réfléchir, 19h00 était passé depuis quelques minutes. Il poussa la porte de la salle...
MH était là, tel un ange baigné par la lumière. C'était bien elle et a la sensation qu'il éprouva en la voyant il se rendit compte qu'il n'avait pas oser y croire, de peur d'être déçu.
Sans un mot et tel un automate il avança en sa direction.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Lun 27 Oct - 21:08

Elle entendit la poignée de la porte tournée. Sa main appuya plus fortement sur ses paupières closes. La porte s’ouvrit doucement, lentement, presque précautionneusement, avant de se refermer en laissant un léger gémissement s’échapper de ses gonds.

Maïlis n’osait pas bouger. Son cœur s’arrêta un court instant avant de prendre un battement paniqué. Elle entendait des pas… Ses pas ? Un froissement de tissu. On avançait vers elle. Lentement, elle retira sa main qui se posa sur le bureau de bois et ses paupières libérèrent ses iris adamantins.

Elle redressa lentement la tête et le fixa sans ciller. Une cascade de cheveux noirs s’abattit lourdement là où se tenait sa tête quelques secondes auparavant. Puis, la chaleur envahissant son être, elle libéra un large sourire à la personne qui se tenait devant elle.

« Ezekiel… » Souffla-t-elle alors.

Elle n’en revenait pas… comme ses souvenirs et ses songes ne faisaient pas honneur à ses traits angéliques. Le voir ainsi, planté devant elle, la laissait rêveuse. Il était venu. Il avait répondu à son attente. Et maintenant ?

Elle avait voulu le voir mais comment lui justifier cette attente ? Elle avait bien au fond de sa poche, soigneusement plié, le mouchoir aux initiales LW. Elle pouvait toujours prétendre qu’elle souhaitait lui rendre mais se serait lui mentir et se mentir. Elle avait voulu le voir car il lui manquait… car il l'obsédait… et que chaque seconde sans le voir était un supplice.

Une fois encore, elle se gifla intérieurement, elle ne pouvait pas non plus lui dire cela. Il penserait qu’elle était folle… ou comme Sélune, qu’elle ne pouvait pas réellement éprouvée de tels sentiments et qu’elle se montait le bourrichon pour pas grand-chose.

Elle le dévisageait littéralement. Hébétée, elle ne savait plus quoi dire ou quoi faire. Dans sa tête se succédaient alors les souvenirs de Saint James Park… La chute, le… enfin les baisers par procuration… La proximité… Et son cœur paniqua d’avantage avant de se crisper en remarquant la fatigue qui tiraillait son visage, l’air soucieux qui perçait dans son regard sombre et cette attitude « animal » apeuré qu’elle ressentait encore plus fort que la fois précédente.

« Je suis contente… que tu sois venu » Lâcha-t-elle finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 28 Oct - 1:53

Il devait réagir, il se sentait comme déconnecté mais d'un coté c'était peut être mieux ainsi car au moins il n'était pas sur la défensive.
Sans même y faire attention, il contrôla rapidement du regard la pièce dans la quelles ils étaient. C'était un réflexe qu'il avait acquit cet été, toujours analyser le plus rapidement possible la situation, des fois qu'il tombe dans un piège mais il y avait seulement sa petite serpy dans la pièce.
Elle avait doucement murmurer le nom du Pousfouffle, un son doux qui résonnait étrangement aux oreilles de Mr Waldemar. Il la regarda rapidement, il avait eu la chance de l'observer un peu durant les premiers mois de l'année scolaire mais il ne c'était jamais approché et elle ne semblait pas l'avoir remarqué. Plusieurs fois il c'était dit qu'il était absurde et idiot, elle était jeune, belle et pleine de vie... Alors il était normal qu'en revenant à Poudlard elle l'oubli et qu'elle se concentre sur ses amis plus proche.
Qui pouvait bien vouloir se rapprocher du grand blaireau, taciturne, asocial et agressif. Ezekiel était révolté par sa nouvelle attitude mais en même temps il était révolté par ce qu'il était, par sa nature profonde...
Il ne comprenait pas ce qu'elle attendait de lui et en même temps il avait espéré avoir la chance de l'approcher comme lors de leurs rencontres précédentes. Du coup il n'osait pas parler au cas où elle ne soit qu'un mirage de son esprit malade. Elle aussi ne bougeait pas et un silence intense et pesant c'était installé entre eux.
Que lui voulait elle ? Peut être simplement lui rendre son mouchoir ? Et non, il ne l'avait pas oublier, Comment aurait'il oublié un objet qu'il considérait comme un de ses bien les plus précieux ?
Penser à se mouchoir lui avait refait pensée à la blessure de la jeune fille et exactement au même moment qu'elle il demanda...
"Comment va ton pied ?"
Leurs voix c'était mêlé et il eu un ricanement gêné. Il avait quant même entendu se qu'elle avait dit et un cours instant il songea que son système auditif c'était considérablement amélioré durant l'été. Alors comme ça elle était heureuse qu'il soit venu mais qu'attendait t'elle de lui ? Une idée lui vient, lors de leurs première rencontre il lui avait dit qu'il était près à l'aider si elle avait un souci... C'était peut être ça...
"Tu as un problème ?" C'était très maladroit mais c'était sortit très vite et tout seul.
"Enfin... je..." Il ne savait pas comment présenter sa question alors il choisi d'attendre qu'elle s'explique un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 28 Oct - 16:10

Lorsqu'ils prirent la parole simultanément, Ezekiel se mit à rire doucement et Maïlis renforça de son côté son sourire lumineux. Puis, elle entendit la deuxième question, suivie du bredouillement du garçon. Dans un geste instinctif elle secoua la tête positivement avant de reprendre la parole.

« Mon pied va mieux… »

Elle se libéra de la table et recula dans le fond de sa chaise. Pivotant délicatement pour ne plus se retrouver bloquer par le bureau, elle tendit sa jambe devant elle et secoua le dit pied. Puis, elle le reposa par terre et se leva adroitement pour faire les quelques pas qui les séparaient.

La seconde question trottinait dans son esprit. Elle se souvenait du cours de divination et de la rencontre à Saint James Park, dans les deux cas, Ezekiel lui avait promis son aide en cas de problème. Nonobstant, elle n'avait pas d'ennui… sauf si on voyait comme tel le fait qu'il lui manquait. Devait-elle lui dire ainsi ?

Elle se planta devant lui, plaqua ses mains dans son dos en s'étirant un peu. Elle était dans la salle depuis près d'une heure et demi, l'anxiété l'avait fait poireauté là et se trouvait un peu raide. Elle ne se défaisait pas de son sourire enjôleur et hésita quant à sa réponse.

« Je n'ai aucun problème » déclara-t-elle alors confiante.

Dans sa tête, elle s'interrogea « Et maintenant ? Tu t'expliques comment Maïlis ? ». Elle le fixait toujours, levant le visage vers lui.

« Je… » Balbutia-t-elle en rougissant.

Et voilà qu'elle bredouillait à son tour. Dans son imaginaire, la situation avait été bien plus aisée… pourquoi rien ne se passait jamais comme on l'imaginait. C'est comme lorsqu'une personne vous cherche des noises… vous restez souvent comme deux ronds de flan et après… votre cerveau vous bombarde de phrases ou de réactions que vous auriez pu avoir et qui vous auraient largement donné l'avantage.

Cependant, il fallait que sa sorte, elle ne l'avait pas fait venir jusqu'ici juste pour lui dire bonjour, lui faire un sourire et lui demander comment ça allait. Elle devait juste y mettre les formes et ne pas laisser ses émotions parler à la place de son esprit.

« Je voulais juste te voir… » Ajouta-t-elle timidement.

Elle eut quelques difficultés à déglutir mais poursuivit tout de même.

« … tu me manquais. »

Sa voix partit légèrement dans les aigues, stress oblige, avec un léger déraillement sur la fin et elle s'empourpra derechef. Elle baissa les yeux pour contenir la bouffée de chaleur qui la submergeait, mélange de stress, de honte et de joie, qu'elle n'arrivait pas à canaliser. « Qu'est-ce que je peux être cruche » pensa-t-elle. « Heureusement que ma raison devait prendre le dessus sur mes émotions… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Jeu 30 Oct - 14:55

Donc son pied allait bien... Mais Eze n'en était nullement étonné car la blessure remontait à plusieurs semaines en arrière et il aurait été étrange qu'elle ne se soit pas guérie, même un peu. En fait il avait plus posé cette question histoire de dire un truc que parce qu'il était vraiment inquiet, bien qu'il soit soulagé de savoir qu'elle n'avait plus mal. Sans bouger, il la regarda se lever et un sourire rêveur se dessina sur son visage d'ange déchu... Il contempla avec ravissement cette façon qu'elle avait de lui faire savoir qu'elle allait mieux et sans le contrôler il replongea dans des souvenirs semblable.
Il revivait leurs première rencontre, en la reposant au sol il lui avait demandé si tout allait bien et telle une petite fée elle avait virevolté sur elle même, pleine de grâce et de joie de vivre...
Comment rester de marbre dans de telle circonstance ? C'était la même légèreté qu'il admirait tant chez Lizy, se petit coté d'insouciance agréable et pleins de promesse.
« Je n'ai aucun problème » La douce voix l'avait sortit de son état de rêverie, la jeune Serpentard était venu se poser a une distance raisonnable de lui et l'un comme l'autre, ils se fixèrent un instant et Eze la détailla du regard.
Elle n'avait pas de souci... Bien, mais que lui voulait elle alors ?
Eze était à des milles de s'imaginer ce qui allait suivre. Etant persuadé qu'elle avait mieux a faire que ce s'intéresser à lui, il ne pensait pas qu'elle lui avait demander ce rendez vous juste pour pouvoir lui parler.
Elle commença une autre phrase mais elle se coupa très rapidement et ses joue prirent une couleurs rouge-rosé adorable, son regard cristallin s'en retrouva renforcé et Ezekiel eu du mal à déglutir... Il aurait peut être préféré être face à un dragon que ici mais il était incapable de faire le moindre geste, il ne pouvait qu'attendre la sentence du bourreau et elle arriva plus rapidement qu'il ne s'y attendait.
Le coup porté lui coupa le souffle et il fut forcé de détourner les yeux. Il n'arrivait pas à y croire et quelque chose au font de lui, lui criait que l'on se moquait, que c'était une farce.
D'un oeil suspicieux, il fit le tour de la pièce mais il devait bien le reconnaître; Il était seul avec elle... Alors Pourquoi ?
*T'es un vrais parano... Mais mieux vaut être trop prudent que pas assez*
"C'est vrai?"
La question était peut être bête et mal placé mais Eze avait une blessure qui ne c'était pas refermé et du coup il avait muré son petit coeur meurtri. Il ne voulait plus que l'on se joue de lui mais intérieurement il savait pertinemment que maïlis ne jouait pas. Elle n'était pas ce style de fille, enfin il l'espérait.
"Je... Enfin... Toi aussi."
Oui, elle lui avait beaucoup manqué et pour tout dire il l'avait beaucoup cherché des yeux. Car même s'il avait prit soin d'éviter les autres, il lui arrivait de regretter les moments qu'il avait passé avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Jeu 30 Oct - 20:18

La question d'Ezekiel la déstabilisa et elle regarda elle aussi la pièce en fronçant les sourcils. Que cherchait-il ? Puis, elle reporta son attention sur lui alors qu'il reprenait la parole, du moins, qu'il essayait de reprendre la parole.

Malgré ses hésitations, la réponse qu'il lui fournit via cette affirmation maladroite réchauffa son cœur et son corps, jusqu'à la faire frissonner. Un large sourire incendia alors son visage et elle plissa les yeux avec douceur.

Elle lui avait manqué ! Même si ce n'était qu'un petit peu, même si ce n'était pas de la même manière qu'elle, elle était tout de même ravie de cette constatation. Elle dut alors retenir son imagination pour ne pas partir dans des divagations idéalistes et rester concentrée sur la situation présente.

La gêne prenait le dessus sur les deux jeunes gens et l'atmosphère devint lourde. Maïlis réfléchissait au moyen de relancer la conversation. Elle plongea ses mains dans ses larges poches et ses doigts frôlèrent le mouchoir plié au fond. « Oh non… » Pensa-t-elle. « Si je lui rends… que me restera-t-il de lui ? ». Bon certes, l'objet avait perdu tout son arôme, l'essence d'Ezekiel s'était volatilisée au fur et à mesure des jours, maintenant, le mouchoir était couvert de son parfum à elle. Toutefois, ça restait un objet précieux, une relique, quelque chose qu'elle caressait souvent, qu'elle humait souvent et qui lui rappelait inconditionnellement le Poufsouffle.

Ils semblaient tous les deux soient aussi maladroits avec les mots et qu'ils avaient tous les deux des difficultés à gérer la situation actuelle. N'avait-elle que ce mouchoir comme solution ? N'avait-elle pas d'autres cordes à son arc ? Pourquoi ?! Pourquoi diable n'avait-elle pas envisagé d'autres scénarios ? Pourtant, elle en avait envisagé plein alors… où était-il à ce moment précis ? Son cerveau ne pouvait pas avoir l'amabilité de les lui rendre sur le champ ??

Elle inspira profondément. « Ok, il faut te réveiller là… Tu ressembles à une dinde devant du grain… ». Se redressant, elle ressortit ses mains de ses poches. Elles étaient vides. Pour l'instant, elle laissait le trésor caché.

« Nous avons eu du mal à nous revoir depuis la rentrée… » Lança-t-elle alors sur le ton de la conversation.

« Il faut dire que les emplois du temps sont chargés ! Tempérancia a craqué… Fallait s'y attendre... Cette directrice est une mégère parfois... »

Elle tourna légèrement la tête pour repérer une place où s'asseoir puis, elle se dirigea dans sa direction. Hors de question que ses jambes flanchent et qu'elle se vautre encore comme une Veracrasse. Elle s'appuya dos à un bureau, posa les paumes de ses mains sur la surface plane et donna une petite impulsion dans ses jambes pour se soulever. Dans un geste gracieux, elle se retrouva alors posée sur le rebord et commença à balancer ses jambes d'avant en arrière.

« Tu viens ? » Lui dit-il gaiement.

En face d'elle, se trouvait un autre bureau, Ezekiel pouvait y prendre place et ils pourraient alors « discuter ». Inclinant la tête, laissant le preux chevalier venir vers elle et s'installer, elle enchaîna en s'exclamant joyeusement.

« Mais cet emploi du temps ne m'a pas fait oublier qu'on devait manger ensemble à la rentrée ! »

« Tu n'as pas oublié, hein ? » Rajouta-t-elle avec une expression faussement réprobatrice avant de sourire à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Ven 31 Oct - 3:22

Le silence commençait à être pesant.
Certes il avait vu son visage s'illuminé quant il avait dit qu'elle lui avait elle aussi manqué; Mais elle n'avait rien ajouté depuis et du coup il se sentait comme un géant dans un magasin de porcelaine. Il n'était pas à ça place et il redoutait la suite des événements. Afin de ne pas pendre ses jambes a son coup, il s'interdisait toutes réflexions trop poussées et toutes conclusions trop atives.
Il fit le vide dans son esprit et calmement il attendit la suite des éventements. Certes, certains auraient prit la parole, ils auraient posé des questions ou ils seraient simplement partis. Mais Ezekiel Waldemar était de ceux que le silence ne dérangeait pas et du coup, il attendait... Quoi ? Il ne le savait pas encore.
C'est alors qu'elle rompit le calme étrangement lourd de la pièce et eze lui en fit reconnaissant et un léger sourire passa sur ses lèvres quant elle lui fit la remarque qu'il ne s'était pas encore croisé. Eze l'avait observé de loin mais pas une fois il n'avait souhaité la déranger. C'était peut être bête de sa par mais pour tout dire sa rentrée n'avait pas été des plus joyeuse et il avait fait quelque truc dont il était pas vraiment fière.
Elle enchaîna naturellement sur les emploie du temps, comme si ces derniers avaient été la cause de cela. Ezekiel savait que pour lui sont excuse était autre, il n'avait pas plus de cours qu'en 6eme année et il avait même passé encore moins de temps à travailler... Comment allait donc ce passer cette années scolaire ?
Maïlis chercha un lieu ou se pauser et eze la regarda faire sans bouger. Elle sembla trouver son bonheur et elle s'installa sur un des bureaux, invitant le jeune homme a prendre place sur celui d'en face. Il hésita un instant et elle reprit son petit monologue mais cette fois si, Eze fut agréablement surprit et du coup il parcourut les quelque pas qui le séparait du bureau qu'elle lui avait assigné.
"Comment oublier ! Je n'ais pas eu un emploie du temps aussi chargé que le tiens mais ma rentrée n'a pas été très simple." Il était arrivé face à elle et il s'appuya contre son propre bureau. Si elle c'était installé ainsi c'est qu'elle comptait discuter un peu et cette idée plaisait beaucoup à Eze... Notre grand solitaire et antisocial avait lui aussi besoin de moment comme celui-ci
"Puis pour tout dire je ne mange pas beaucoup dans la grande salle... Ton hibou a eu de la chance de m'y trouver se matin... mais j'en suis heureux." Il se passa la main dans les cheveux et avec un sourire évasif il observa la pièce... "Je suis rarement venu par ici. C'est original pour un rendez vous." Il semblait à Eze qu'il n'avait jamais eu de discussion comme celle ci, avec Maïlis, et cela lui semblait étrange mais il sentait qu'il en avait besoin... La preuve en était que depuis la première fois depuis plusieurs mois il se comportait comme avant.
A cette pensée il eu un soupir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Ven 31 Oct - 15:09

Maïlis observa Ezekiel s’approcher et s’appuyer nonchalamment sur le bureau derrière lui. Elle le dévorait littéralement des yeux et écouta attentivement sa réponse, tout en balançant ses jambes d’avant en arrière.

Sa voix était douce et calme. Dans ses yeux, elle ne voyait plus la crainte et la peur qui l’avait habité quelques mois auparavant, lors de leur rencontre à Londres. Était-il plus en sécurité à Poudlard ? Trouvait-il enfin une paix intérieure ?

D’ailleurs, qu’est-ce qui l’avait poussé dans ses derniers retranchements au mois d’août ? Avait-il vraiment fugué comme elle l’avait imaginé ? Aurait-elle un jour la réponse à cette simple question et aux nombreuses autres qui grouillaient dans son esprit ? Tout en se posant ces questions, elle ne perdit pas le fil de la conversation et lorsque Ezekiel expliqua qu’il ne mangeait pas souvent dans la Grande Salle, elle prit la parole soudainement et peut-être trop hâtivement.

« Je sais... » Déclara-t-elle

Elle se mordit la lèvre inférieure et posa l'extrémité de ses doigts sur ses lèvres à présent closes, comme pour se forcer à se taire. Elle baissa les yeux, gênée, et le laissa poursuivre. Oh oui, elle savait... elle n'avait pas arrêté de le suivre depuis la rentrée, de le chercher, de le traquer...

Puis, elle releva vivement le visage vers lui et la surprise se lut dessus. Avait-elle bien entendu ?

« Que ce matin ? » Dit-elle alors surprise.

Comme était-ce possible ? Elle avait envoyé ce fichu animal porter son message il y avait plusieurs jours de cela. Elle fit une petite moue puis un sourire remplaça cette petite grimace. Ezekiel avait dû se faire encore plus discret qu’à son habitude cette semaine… Voilà pourquoi elle ne l’avait pas beaucoup vu… pour ne pas dire, presque pas vu... Ce qui expliquait également que le message ne lui était parvenu que tardivement.

« Le pauvre... » Conclut-elle.

Elle regarda Eze avec des yeux malicieux et un sourire en coin enchanteur.

« Je l'ai envoyé te quérir depuis près de quatre jours... Il a vraiment galéré... »

Elle éclata d'un rire cristallin qui résonna dans la pièce comme un millier de petites clochettes.

« Je… Je promets d'en choisir un meilleur la prochaine fois que te voir deviendra une urgence. » Ajouta-t-elle entre deux éclats de rire.

Puis, elle s'apaisa et s’empourpra en se rendant compte de ce qu'elle venait de dire.

« Enfin tu... tu es difficile à... trouver… »

Maïlis regarda la pièce. Elle, elle y était venue souvent pour le club de potion clandestin, que la directrice Tomlinson tentait d’éradiquer méthodiquement. Ce qui aurait pu arriver plus facilement, si le professeur Poisonis n’avait pas été de leur côté secrètement. Elle lui lança un regard amusé et, espérant qu’il n’est pas relevé les paroles de son excès d’hilarité, elle lui dit sur le ton de la confidence.

« Moi... je viens souvent dans le coin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Sam 1 Nov - 20:08

Avait il bien entendu ?
Eze ce demandait si son ouie lui jouait des tours où si elle avait belle et bien dit qu'elle avait remarqué qu'il n'allait plus beaucoup dans la grande salle. L'avait elle cherché du regard comme lui l'avait fait depuis le premier jours ? *Arrête veux tu... Tu es désolant.* Eze ne voulait pas imaginé de tel chose; De plus, la suite des événement le conforta dans une autre idée.
Maïlis avait été étonnée qu'il n'est reçut son message que se matin, apparemment elle avait envoyé le volatile depuis un moment. Quant elle ajouta, avec un air malicieux, que c'était une pauvre bête, Ezekiel ne put s'empêcher de sourire. Quel était belle avec sont sourire enchanteur et son regard plein de vie... *ETTT reprend toi mon vieux.* Eze avait du mal à rester concentré sur la discussion comment une petite créature comme elle pouvait elle exercer autant de pouvoir ? Il se souvenu même qu'il c'était déjà fait la réflexion lors d'une de leurs précédentes rencontres. Il essaya de rattraper le fil de la discussion et apparemment elle parlait toujours du hibou...
Eze lui était heureuse qu'il ait mit autant de temps pour le retrouver car cela prouvait qu'il n'était pas facile à déranger et c'était justement ce qu'il voulait; Plus il se tenait loin des autres et moins il risquait de leur faire du mal. Un court instant il revit le visage crispé de Delseil et il fut à la fois écoeuré et satisfait... C'était ce mélange de sentiment qu'il avait du mal à assumer mais au moins avec Maïlis c'était différent, elle avait réussit à dompté une parti du prédateur et du coup Eze était en harmonie quant tout allait bien et qu'elle était dans le coin.
« Moi... je viens souvent dans le coin. »
Justement, elle avouait qu'il lui arrivait souvent de venir par ici. Ezekiel au l'impression qu'elle savait lire dans les pensées et cela le fit frissonner. Avec un sourire très légèrement crispé, il se décida à parler.
"Il ne faut pas en vouloir à cette pauvre bête. Comme tu l'as si bien remarqué, je ne suis pas facile à trouver... Seule Elf y arrive par moment et dans le style, c'est un oiseau très acharné." Un sourire léger et tendre efflora les lèvres fines du jeune homme quant il évoqua sa petite chouette... Il l'aurait bien mise à disposition de Maïlis mais pour le moment c'était une autres des femmes de sa vie qui en avait la garde.
Un autre détaille frappa la mémoire d'Eze et il s'empressa de rajouter.
"Un de ses jours il faudra que je te la présente. Je suis sur que tu lui plairais et en plus vous vous ressemblez beaucoup." Ce n'était peut être pas très gentil de dire a une jeune fille qu'elle ressemblait à une chouette mais Eze n'y fit pas attention. Il songeait à la façon donc elle avait attaqué ce pauvre Ethan et aussi à la façon qu'elle avait d'agir quant elle voulait un truc.
"Toutes deux aussi têtu..." Dit il d'un air rêveur et pour lui même il songea. * Deux petites créatures pleines de vie qui m'ont conquises très rapidement *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Lun 3 Nov - 20:28

Continuant de balancer ses pieds avec le rythme d'un métronome, la jeune fille écouta le plaidoyer d'Ezekiel en faveur du hibou de l'école. Elle lui fut très reconnaissante de ne pas relever ses bourdes successives et de poursuivre la conversation sur le ton de la bonne humeur.

Elle passa une mèche de cheveux derrière son oreille, sans qu'un seul mot qui s'échappait de la bouche de son camarade ne lui échappe. Il reconnaissait être difficile à trouver mais est-ce qu'il l'évitait par ce biais ? Ou évitait-il tout le monde ? Ou une personne en particulier et par la grâce de Merlin… pas elle ? La question la taquinait mais elle l'a mis de côté pour l'instant.

Ses pieds cessèrent alors d'aller et venir et elle inclina la tête, un air faussement indigné sur le visage.

« Tu me compares à une chouette ? Ah… un oiseau de mauvais augures ? Et en plus tu insinues que je suis têtue ? Moi ? »

Elle fronça les sourcils et le fixa sans ciller. A la maison, chez elle, auprès de ses parents, les chouettes et autres animaux colporteurs de nouvelles étaient toujours assimilés aux "mauvaises nouvelles". Maïlis n'avait jamais compris pourquoi, du moins pour l'instant, mais de ce fait, elle utilisait souvent cette expression que son père ne cessait de répéter et elle n'appréciait guère d'être comparé à ce genre d'animal.

Toutefois, elle savait pertinemment que de la part d'Ezekiel, il n'y avait rien de méchant dans la comparaison. Bien au contraire ! Mais elle avait une soudaine envie de continuer sur l'élan de la bonne humeur et sur son visage, on pouvait lire un air taquin et espiègle.

« Ai-je des yeux ronds et globuleux ? Une tignasse hérissée telles des plumes battues par le vent ? Et… »

Elle huma l'air, son petit nez frémissant.

« Est-ce que je sens mauvais… style… odeur de fiente ??? »

Elle fit de grands yeux ronds et horrifiés puis, elle ouvrit la bouche en faisant un grand O avant de la refermer aussi sec en une moue réprobatrice. Elle laissa planer quelques secondes de silence et ajouta.

« C'est pour cela que tu fuis la grande salle et les lieux bondés ? Mon odeur t'indispose ? »


Et voilà ! Subtile ! Génialissime ! Elle avait réussi à poser la question qui la hantait dans la déconnade du moment ! Il ne verrait pas, via cette longue litanie, qu'en réalité elle était bien plus inquiète sur les raisons de ses absences, que sur son odeur ou apparence personnelle ! Du grand génie !

« Hum ? Répondez Monsieur Valdemar ? Etait-ce un moyen de me dire d'aller prendre un bain ? »

Elle retint un sourire puis plaqua sa main sur sa bouche pour ne pas éclater de rire, se trémoussant sur son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 4 Nov - 0:41

Il n'avait pas vraiment réfléchi à ce qu'il venait de dire et du coup quant la jeune fille prit la parole, il se décomposa littéralement sur place. Plus allait parlait et plus il se sentait mal, croyant qu'elle était sincère.
« Tu me compares à une chouette ? Ah… un oiseau de mauvais augures ? Et en plus tu insinues que je suis têtue ? Moi ? »
"Mais non... Je..."
Elle ne semblait pas l'entendre et ne prêtant pas attention à sa maigre tentative de défense elle enchaîna. Pour Eze, être comparé à Elfyrä était un compliment. Jamais il n'avait vu de créature plus intelligente et maligne. En même temps tous les propriétaires de bestiole devaient penser la même chose. Comment rattraper le coup?
*T'es vraiment un âne mon vieux !*
Voilà que maintenant Maïlis parlait de ressemblance physique. Jamais il ne se serait permit et aurait bien aimer ce défendre mais elle lui cloua le bec. Il ne c'était pas imaginé que la jeune Serpentrade puisse être aussi vénale et cela ne collait pas avec l'image qu'il c'était faite d'elle. Oui, la Maïlis qu'il connaissait aurait rit de cette comparaison.
*Oui mais, Justement, tu ne la connais pas vraiment... Comment ose tu juger une personne au bout de quelques heures passé avec elle.*
Il ne savait plus comment se sortir de ce mauvais pas. Décidément les filles n’étaient pas simples à suivre. Il savait bien qu'elles avaient certaines périodes plus facile que d'autre, peut être que c'était la mauvaise semaine ? A moins que... A moins qu'elle ne plaisante. Le visage du jeune homme reprit un peut de couleur et au même moment elle lui demandait si c'était à cause de son odeur qu'il fuyait la grande salle.
A elle voulait jouer à se petit jeu là... Elle n'allait pas être déçu. Ezekiel respira un coup, afin de terminer de reprendre ses esprits et il songea rapidement à ce qu'il allait pouvoir lui dire. En même temps il jouait gros, si jamais elle ne plaisantait pas ?...
*Si c'est le cas, je n'ai rien a faire ici...* Oui. Eze avait horreur de ses filles qui se prennent trop au sérieux et avec qui il fallait faire attention à se qu'on leurs raconte.
« Hum ? Répondez Monsieur Waldemar ? Etait-ce un moyen de me dire d'aller prendre un bain ? »
Très bien elle voulait qu'il réponde. Soit, il allait le faire. Une lueur passa dans son regard sombre et avec un regard aussi tranchant que celui d'un prédateur, il prit sa revanche.
"C'est que j'ai l'odora très fin..." Il était bel et bien très développer et Eze inspira une bouffé d'aire parfumé par la simple présence de sa petite fée.
"Mais je conseillerais plutôt deux bains... Au minimum." Il eu une grimace écoeurée et soupirant, il continua sur sa lancé.
"Et maintenant que tu me fait remarquer tes yeux..." *De très beau yeux* "Et ta crinière... Je dois avouer que la ressemblance est frappante." Il opina du chef.
"C'est peut être pour ça que cette petite chouette m'a plu." OUPsss, c'était sortit plus vite que ce à quoi il s'attendait et il détourna légèrement le regard.
"Mais maintenant que je te regarde mieux je me demande si une bécasse n'aurait pas été plus proche de la ressemblance." Il sourire carnassier se dessina sur ses lèvres fines. Comment allait elle prendre la réplique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 4 Nov - 15:46

Se mordant les lèvres pour s'empêcher de rire, elle écouta Ezekiel reprendre la parole et entrer dans son jeu. Enfin du moins, c'est ce qu'elle espérait ! De son côté Maïlis jouait mais lui, jouait-il également ? Pour peu qu'il soit sérieux, pour peu qu'il pense chaque mot qu'il lui disait, elle ne pourrait s'en prendre qu'à elle-même et s'effondrer en silence.

De temps à autre, elle grommelait une phrase par-ci, par-là, afin de ne pas rester passive devant son soliloque.

Ainsi, Maïlis lâcha dans un premier temps :

« Monsieur à l'odorat fin… » Tout en haussant les sourcils d'un air hautain et indigné.

Puis :

« Des bains… moussants peut-être… »

Finalement, elle perdit ses remarques à demi-mot au fond de sa gorge lorsqu'il prononça le mot « Bécasse ». Elle resta interloquée sur ce mot, ne faisant fi de son lapsus révélateur pour le moment.

« Bécasse… » Répéta-t-elle incrédule. « Bécasse ? »

Elle fronça le nez et lui lança un regard torve. Elle avait bien l'attention de renchérir et de manière subtile s'il vous plait ! Elle le ferait en se faisant plaindre ! En se faisant victime !

« Tu… » Balbutia-t-elle. « Tu trouves que je suis une fille sans esprit ? »

Elle eut comme un petit tressaillement.

« Que je répète ce que j'entends sans réfléchir ? Que je suis niaise ? »

Bon.. d'un côté, si elle devait prendre cette définition là pour le mot bécasse, elle était effectivement une bécasse. Surtout sur les questions de sentiments. Il faut dire qu'elle n'était pas aidée… Ses parents étaient des handicapés de l'amour.

Elle plissa ses yeux, tel un félin près à bondir sur sa proie. D'ailleurs, elle s'était raidie et semblait figée, les mains accrochées sur le rebord du bureau.

« La personne qui dit d'une niaise « quelle bécasse ! » est certaine, elle, d'être un bécasson ! »
S'exclama-t-elle.

« Donc… c'est celui qui dit qui est ! » Ajouta-t-elle avant de tirer la langue.

Elle sauta du bureau et atterrit avec une aisance sans pareil sur le sol. Elle fit un pas et se posta juste devant Ezekiel. A quelques centimètres de lui. Elle pouvait sentir la chaleur qui émanait de son corps et son souffle brûlant sur son visage.

« Mais… tous les bécassiers en sont persuadés « la Belle est rusée, ô combien ! » et ce, quoi qu'en prétende le langage populaire qui traite aveuglément de « bécasse » une personne stupide ! »


Elle se tendit vers lui, se grandissant autant qu'elle le put, se hissant presque sur la pointe des pieds. Elle leva le visage dans sa direction puis planta son regard azur dans ses yeux sombres.

« Je ne suis pas une bécasse ! Sauf… »

Ses yeux se firent encore plus pénétrants. Elle ne bougeait plus, comme figée dans le marbre, le souffle court et la voix tendue.

«… si tu aimais une bécasse autant que tu aimes ton hibou têtu ! »

Elle maîtrisait pour le moment la rougeur qui lui montait aux joues mais elle se rendait compte, au fur et à mesure que les secondes filaient, que sa phrase pouvait être plus qu'ambiguë ! Elle reposa ses pieds bien à plat sur le sol, le visage toujours tourné vers lui, les yeux toujours campés dans les siens, et s'empourpra derechef. Elle fit alors un pas en arrière et s'apprêta à faire demi-tour pour retourner sur son « perchoir » et cacher son trouble.

« Je… Enfin… Je déconne hein… je ne suis pas fâchée… je… » Balbutia-t-elle mal à l'aise.

Dans sa tête se mit à raisonner la phrase suivante « Idiote ! Idiote ! Idiote ! Tu t'enfonces… ça c'est sûre ! ».


Dernière édition par Maïlis Hargreaves le Mer 5 Nov - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 4 Nov - 22:23

« Bécasse… » Répéta-t-elle incrédule. « Bécasse ? »
Elle ne semblait qu'apprécier moyennement l'humour douteux du Poufsouffle et Eze s'en mordit l'intérieur de la joue. Quelle bourde avait il encore fait? Pourquoi les femmes n'ont telle pas le même humour que les hommes? *Peut être parce que le monde serait trop simple sinon...*
Et voilà que maintenant elle déformait les propos du jeune homme. Eze leva les yeux au ciel avec un faible soupir. Il se demandai vraiment comment il allait faire pour récupérer l'histoire et d'un autre coté il ne savait pas s'il avait vraiment envie d'arranger les choses, car si elle était sincère il valait mieux en terminer maintenant.
"Mais non je..." Elle ne le laissa pas ce justifier et elle continua à déblatérer qu'il l'avait traité de niaise. Jamais il ne se serait permit cela et a l'instant ou il allait la coupé pour lui expliquer, elle lui fit comprendre qu'elle était entrain de ce jouer de lui... A les filles... *Alors comme ça je suis un bécasson... MOuhais c'est ce qu'on va voir.* Mais la suite le laissa sans voix et il ne réussit pas à tout suivre.
Déjà elle c'était rapproché de lui, dépassant ainsi l'espace privé du pauvre Poufsouffle. Du coup il pouvait sentir toutes les subtilités de son odeur et il n'arrivait plus vraiment à suivre le flot de ses paroles... Il était entrain de ce noyer dans les flots de ses yeux. Il aurait aimé reculer et fuir mais le bureau sur le quel il c'était appuyé lui empêchait toute retraite. Il était aux aboies, tel une bête traqué qui ne sait plus comment fuir son prédateur. Pour la première fois depuis des mois, il se retrouvait en position de faiblesse et il avait très chaud... Très très chaud... Ezekiel essaya de déglutir mais il avait la bouche sèche. *Pourquoi faut il qu'elle est autant de pouvoir sur moi ?* Comment fuir la réalité, il avait eu le temps d'analyser ce qui c'était passé au Parc de St James.
Tout entier a son trouble intérieur, il n'avait pas relevé l'insinueuse insinuation de la jeune Serpentarde. Il n'arrivait pas à répliquer, de peur de dire un truc de travers ou d'être plus maladroit que Mr Rubeus et quant elle s'écarta enfin, il put respirer plus facilement. Une certitude planait en lui, même deux plutôt qu'une... Elle ne devait pas se rendre compte qu'elle lui faisait cet effet et il devait trouver un moyen d'inverser les rôles car il avait un peut l'impression d'être de dindon de la farce.
"Je… Enfin… Je déconne hein… je ne suis pas fâchée… je… »
Maïlis avait un peu perdu de sa superbe et le jeune loup en profita pour s'engouffrer dans la brèche. Il se redressa, le regard sombre il se fit le plus froid possible et avec un rictus calculateur il fit un pas en la direction de la jeune femme.
Il était beaucoup plus grand et du coup, il baissa la tête pour pouvoir la fixer de ses yeux sombre. Essayant de se détacher de ses sentiments, il continua d'avancer sur elle.
"Tu déconnais ? Vraiment..." S'entendit t'il demander avec une voix assez glacial. Décidément il était de plus en plus bon pour jouer la comédie et satisfait du contrôle qu'il exerçait sur lui, il continua d'avancer.
"Tu ose me déranger dans ma solitude... Tout ça pour quoi ? " Il eu un sourire sarcastique et une lueur passa rapidement dans le fond de ses yeux.
"Pour me traiter de Bécasson !" Il avait donné à sa voix un soupçon d'incrédulité. Il avait continuer à avancer et maintenant c'était à la belle de ce retrouver prise au piège. Les effluves de la jeune femme enivraient les sens d'Ezekiel et le changement de situation lui procura une sensation encore inconnue jusque là. Il était maître de la situation... Tout du moins pour le moment. Il se sentait enhardie et sans vraiment réfléchir, il leva la main droite. Il l'approcha du doux visage angélique et d'un geste tendre il la passa sur la joue frémissante de sa petite fée. Il avait l'impression que le temps tournait au ralenti et se baissant un peu, il lui murmura à l'oreille.
"Tu as de la chance que ce soit toi..."
C'est alors qu'il rompit l'enchantement. Il fit un pas en arrière et la regarda d'un air à la fois triomphant et hallucinée. Qu'avait il fait ? Devenait il fou... Il aurait put avoir honte et sortir de la pièce mais non, il se sentait étrangement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mer 5 Nov - 15:05

En effet, Maïlis, qui n'aimait pas particulièrement les conflits, trouvait que le jeu tournait de manière étrange et un sentiment de malaise venait de naître en elle. Ce sentiment n'était pas uniquement lié au fait que son cœur venait de s'emballer idiotement parce qu'elle était trop proche du Poufsouffle… il était lié également au fondement même de leur conversation. Ils se cherchaient, se taquinaient, comme deux gosses… La victoire était détenue par celui qui disait la chose la plus stupide pour ne pas se dévoiler à l'autre… et peut-être même pour le blesser à défaut de panser ses plaies ! Un cache-cache puéril mais… Si ce n'était pas un jeu pour lui ? S'il pensait réellement ses paroles ?

Alors qu'elle retournait vers son bureau, la question d'Ezekiel résonna dans la pièce vide. Elle tourna vivement la tête et le fixa. Bien évidemment qu'elle rigolait, elle ne pensait pas le moindre mot de ce qu'elle venait de dire ! Elle venait de s'expliquer en plus et de s'excuser alors à quoi pensait-il ? Cependant, la voix avec laquelle il l'avait interrogé la figea sur place et elle n'osa pas répondre. Restant dans son mutisme, le cœur figé et les mains serrées en deux poings tremblants, elle le regarda avec inquiétude.

Etrangement, alors que tout son corps lui criait « alerte ! », elle n'avait aucun moyen de parer au coup. Et alors que ses sens lui criaient « danger ! », elle n'avait pas peur. Toutefois, elle semblait se liquéfier sur place, au fur et à mesure des paroles du jeune homme. Elle déglutit avec difficulté et pinça les lèvres pour qu'elles ne tremblent pas comme le reste de son être. Ses yeux semblaient réagir plus vite qu'elle ne l'aurait souhaité… Ils piquaient et s'humidifiaient. Elle aurait aimé se gifler pour reprendre constance, elle n'avait jamais perdu ses moyens devant quelqu'un et encore moins lors d'un jeu qu'elle avait elle-même initié.

Alors pourquoi ? Pourquoi les paroles d'Ezekiel la tétanisaient ainsi ? L'empêchant de contre-attaquer ? La figeant sur place ? L'obligeant à se taire et à ne pas détourner les yeux ? « Bordel » pensa-t-elle « Même quand papa m'engueule, je ne suis pas dans cet état… ». Elle eut le souffle court, incapable de prendre une respiration normale. Etait-ce la limite trop fine entre le jeu et la réalité qui la mettait dans cet état ? Le fait d'ignorer ce qu'il pensait vraiment d'elle et de douter que le jeu en n'était pas véritablement un ?

Mais par Merlin, elle était Serpentard ! Même si ce qu'il disait à ce moment précis était vrai, même si ça faisait mal, elle devait faire front ! Ce n'était qu'un Poufsouffle ! « Un Poufsouffle » se dit-elle silencieusement. Oui mais… Pas n'importe quel Poufsouffle ! Son Poufsouffle ! Son preux chevalier ! Celui qui l'avait mis dans un état pas possible, celui qui emportait son cœur, faisait trembler ses mains et qui évinçait d'une parole, d'un regard, tout ce qui faisait sa force à elle.

La vérité était entrain de sonner. Voilà pourquoi elle était incapable de réagir… Car la réalité rattrapait ses rêves idylliques et les chassait d'un coup de balai, sans sommation. La vérité était qu'elle le dérangeait… pour rien ! Enfin si, pour son propre besoin, pour sa propre envie… égoïste qu'elle était ! Pourquoi n'avait-elle pas pensé que sa présence gênerait autant le jeune homme ? Elle avait pourtant eu un avant goût de cela au mois d'août ? C'était-elle fait des films sur la fin de leur rencontre ? L'avait-elle trop idéalisé une fois encore ? « Quelle sotte ! » se fustigea-t-elle intérieurement. « La voilà ta réponse tant attendue ! Et maintenant ? ».

Oui… et maintenant ? Toujours pétrifiée, la phrase fatidique résonnait dans son crâne comme des coups de marteau : « Tu oses me déranger dans ma solitude… tout ça pour quoi ? ». Les larmes menaçaient malgré sa résistance muette. Elle qui espérait tomber dignement et en silence... « Il plaisante ! » se dit-elle. « Il plaisante ! C'est ton jeu alors reprends toi ! » Mais elle n'y parvenait pas… Toujours bloqué dans la masse qui lui servait de corps.

La voix d'Ezekiel avait alors pris une tout autre intonation mais elle n'arrivait pas à percer laquelle. Agacement ? Etait-il blasé de sa médiocre répartie qui l'avait comparé à un Bécasson ? Elle avait fait un pas en arrière, son dos avait heurté doucement le bord du bureau, elle était coincée et maintenant ? « Maintenant ! Maintenant ! Mais je n'en sais rien » hurla-t-elle dans son fort intérieur. Le regard d'Ezekiel était étrange et le trouble qu'elle vivait ne lui permit pas de le comprendre. Etait-il heureux ? Cela lui prodiguait-il une joie profonde de la voir ainsi désœuvrée ? Jouissait-il de sa victoire ? Oui mais laquelle ? Celle d'avoir le dernier mot sur le jeu puéril ? Ou celle de la voir tomber en même temps que ses désirs ? Elle sentit ses doigts frais sur sa joue d'opaline et frémit des pieds à la tête. Que lui voulait-il ? Etait-ce un moyen plus « adulte » de casser ses fantasmes de gamine ?

Puis, il lui susurra à l'oreille qu'elle avait de la chance, qu'elle avait de la chance que ce soit « elle »… Mais en quoi ? En quoi était-ce une chance ? C'était elle, donc il ne se paierait pas sa tête d'avantage ? C'était elle, donc il ne la casserait pas plus ? C'était elle, donc il ne l'humilierait pas en public ? Pas comme Kelly l'avait abaissé lui… Lors du bal de fin d'année en juin dernier ? En quoi méritait-elle sa clémence ? Et comment le jeu avait-il tourné ainsi… au pugilat ? A moins qu'elle ne s'angoisse pour rien ? Que ce n'était pas une sentence mais juste une étape du jeu qui la laissait perplexe ? Comment devait-elle prendre cela ? Il jouait ou pas ? Etait-il si bon acteur, et elle si aveugle, qu'elle ne comprenait plus où était l'amusement ?

Il recula mais Maïlis, elle, resta sans réaction. Son esprit était bousculé par trop d'équations sans solution… L'inconnu étant de taille… Que représentait-elle pour lui ? Avec cette information, elle parviendrait peut-être à comprendre si le jeu perdurait ou si l'agacement était réel. Pour le moment, elle était dans le flou artistique, les fesses entre deux chaises et… ne savait pas.

Tentant de faire le tri, ne se rendant pas bien compte qu'elle était figée dans une expression quelque peu angoissée et au bord des larmes, elle tenta de mettre de l'ordre, de trouver SA réponse. Il s'inquiétait pour elle, prenait de ses nouvelles et lui proposait son aide. Il prétendait qu'elle lui avait manqué, la comparait un son animal familier et lui confiait un bien, certainement précieux malgré les apparences, sans rechigner. Alors, pourquoi hésitait-elle ainsi sur le sens de la conversation ? Du jeu ? Avec tous ses éléments, son équation ne devrait-elle pas trouver une solution « positive » ? Pourquoi malgré tout cela, elle doutait ? De quoi avait-elle besoin de plus ?

Elle bougea légèrement la main, elle aurait aimé la fourrer dans sa poche et toucher le mouchoir mais elle était toujours incapable de faire le moindre mouvement. « Le mouchoir » pensa-t-elle. L'inconnu revenait au galop et brouilla à nouveau la solution de l'équation ! Que représentait-elle pour lui avait deux niveaux… « Ami » ou « camarade de passage »… Mais aussi « sœur par procuration » ou potentielle « petite amie » ? « Petite amie » soupira-t-elle en elle-même « Tu parles… Sœur oui… ».

Combien de temps venait de s'écouler depuis qu'il avait passé sa main fraiche sur sa joue ? Elle avait encore la sensation des doigts qui glissaient lentement sur son visage. Elle le regardait mais ne savait plus comment agir, ou réagir, et resta là, plantée devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Ven 7 Nov - 3:28

Ezekiel sentait qu'il avait poussé un peu trop loin le jeu mais il était tellement perdu ces dernier temps. Il ne savait plus vraiment comment ce comporter avec ses semblables et du coup eux même ne savaient plus que faire avec l'étrange poufsouffle. Alors qu'il remettait un peu de distance entre sa petite fée et lui, il se rendit compte qu'elle n'allait pas bien. Avait'il trop bien jouer la comédie ? Mais était ce vraiment un jeu ? Avait il su rester du bon côte des règles mais les quelques ?
A voir la tête de la pauvre Maïlis, il avait encore fait les chose de travers et il s'en voulait. Enfin une partie de lui s'en voulait car une autre voix ce faisait entendre et elle, elle était très satisfaite de ce qui venait de ce passé. Elle aimait cette façon de figer et de clouer sur place les gens, elle aimait se sentir maître de la situation. Dominer ou être dominer, il suffisait de choisir et une partie de lui ne voulait plus être soumit. Il avait eu la preuve de sa force et il... *Allez arrête un peu ton balais mon vieux. Tu n'est qu'un crétin...*
Le silence était lourd et écrasant, il aurait volontiers fuit cela mais il ne pouvait pas la laisser toute seule dans cette état. Si ça avait été une autre pisseuses, une de ses bécasses qui jacasse sans réfléchir et qui glousse dans tout les coins, peut être qu'il sera parti sans rien dire. Mais il ne pouvait faire cela à Maïlis, c'était au dessus de tout entendement. Il avait un respect pour cette jeune fille qui était sans égal et tant que rien ne viendrait changer cela, il serait bien incapable de lui faire du mal. La preuve en était que même cet été il n'avait put être méchant avec elle.
Il n'avait pu la regarder pendant trop longtemps car la voir aussi tourmenter était une torture. Maintenant qu'il avait fait du tri dans ses idées, il releva la tête et la regarda avec une douceur peu habituelle.
"Maïlis..." Aussi léger que le battement de l'aile d'un papillon, ezekiel laissa échapper le nom de la petite créature.
"Je... Je ne suis pas..." Il aimait pas bafouiller ainsi mais avec elle c'était devenu une habitude et lui souriant tendrement il refit un pas vers elle.
"Je ne voulais pas te faire de la penne. C'est juste mon humour qui est assez décalé par moment. Je me suis un peu laissé emporté." Voulais, rien de plus simple à dire que la vérité.
"Même quant je t'ai traité de Bécasse... Je n'ai pas réfléchit à ce que cela sous entendait. Je cherchais juste un nom d'oiseau qui soit pire que chouette mais jamais je n'ai songer un instant que tu était une bécasse." Il s'était immobiliser devant Maïlis, entre les deux bureaux. Bien parti dans sa lancé, il enchaîna sans trop réfléchir.
"En fait je suis heureux que tu m'ais dit de venir. J'aime beaucoup passer du temps en ta compagnie et c'est même assez étrange car en ce moment je fuis plus la compagnie qu'autre chose." Il n'arrivait toujours spas vraiment à s'expliquer pourquoi il appréciait tant la présence de cette jeune fille. Qu'avait elle de plus ou de moins que les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Sam 8 Nov - 1:38

Lorsqu'Ezekiel prononça son prénom, la petite sorcière réussi enfin à décrocher son regard figé du jeune homme. Elle cligna des yeux et en eut un léger mouvement de la tête. Il hésita et elle, elle se mit à trembler légèrement. Le ton de sa voix venait de s'adoucir et emportait la raideur de Maïlis, détendant ses muscles crispés.

Les mots qui suivirent, apaisèrent alors totalement son corps. Il jouait… Il était juste bon acteur… Il ne voulait pas lui faire de la peine mais… Mais si là aussi, il jouait ? Elle baissa les yeux un instant fixant le sol, perdant de ce fait son immobilité de marbre qui l'avait cueillit depuis quelques minutes. Il fallait arrêter de se poser des questions aussi saugrenues... Elle ne pouvait pas douter tout le temps de sa sincérité... Surtout que maintenant, cette sincérité allait dans le sens qu'elle espérait !

S'appuyant mollement sur le bureau derrière elle, perdant ainsi sa posture de biche effarouché, elle inspira profondément avant de lui répondre.

« Je suis nulle… Tu es un bon acteur… En fait… »

Elle releva ses yeux bleus vers lui, encore un peu craintive mais nullement apeurée. Elle n'avait pas eu peur de lui, pas eu peur de ce qu'il pourrait dire ou faire, elle avait simplement eu peur qu'il la rejette et qu'elle ne puisse plus le voir.

« Je suis peut-être pas en état pour jouer à ce genre de jeu aujourd’hui… Tu sais les « je te chambre »… Pas avec toi… Pas maintenant… Pas… Enfin… Parce que… »

Elle se mordit la lèvre inférieure, n’arrivant pas à en maîtriser le tremblement.

« Parce que… Même si je savais que la comparaison avec le hibou et la bécasse était un jeu et que… J'ai moi-même renchéri... Le doute… La crainte… enfin je veux dire… »

Elle soupira à nouveau, elle s’emmêlait les pinceaux et n’arrivait pas à s’exprimer clairement. Puis la surprise se peignit sur son visage. Venait-il de dire qu’il était heureux ? Heureux d’être ici ? Heureux d’être avec elle ? Venait-il de dire qu’il aimait passer du temps avec elle ? Rien qu’avec elle ? Elle déglutit difficilement et cligna derechef des yeux. Que devait-elle dire ? Que devait-elle répondre ? Devait-elle répondre d’ailleurs ? Ce n’était pas là où les preux chevaliers affirmaient leur sentiment ? Ce n’était pas là que, comme Monsieur Darcy, on faisait face à ses envies en embrassant sa belle ?

Maïlis secoua la tête et se fustigea intérieurement. « Tu dérailles » pensa-t-elle. Ezekiel venait juste de dire qu’il aimait passé du temps avec elle, comme on aime être avec sa famille ou avec des amis. « Rien de plus » songea-t-elle en chassant les images romantiques de son esprit. Comment pouvait-elle passer de la crainte absolue au romantisme nian-nian ? Les sentiments... quel galère !

« Pardon »
dit-elle alors. « Ma réaction était totalement incohérente… Je savais que tu déconnais, je le savais mais… »

Elle inspira profondément.

« Mais… Je voulais tellement te voir, j’ai cru que… avec la rentrée, nous ne nous reverrions pas et qu’en fait, je… je n’aurai pas la chance de… d’être… »

Elle chercha ses mots. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle n’espérait pas avoir la change de mieux le connaître ou d’être plus proche de lui. Alors comment allait-elle lui expliquer indirectement ce qu’elle voulait sans tout poser sur la table comme une bourrine.

« Enfin ce que je veux dire, et j’ai dut mal à le formuler tu le concèderas, c’est que… Je n’avais pas envie de jouer à ce jeu finalement parce que j’ignore si tu m’ai… m’apprécies bien ou pas… et que là, dans ce cas, le doute est permis alors que moi... Tu vois, si je ne sais pas si tu m'apprécies, je ne sais pas si tu penses ou non tes paroles... Et tout ce que je voulais, c’était te revoir et passer un bon moment avec toi… Un bon moment ensemble parce qu’on… s’apprécie et que si on se vanne de manière détournée, on ne peut pas savoir si l’autre nous apprécie ou pas. »


Son débit était rapide et saccadé. Finalement, elle marqua une pause et haussa les sourcils.

« Tu vois ce que je veux dire ? Je ne suis pas claire hein… »


Elle se frotta le bout du nez puis noua ses doigts entre eux pour se calmer.

« Moi… Je t’apprécie beaucoup… Je t’aime bien »

Elle entendit une petite voix en elle lui crier « euphémisme ! »

« Et avant que tu ne t’imagines que… en fait, je ne supporte pas ta compagnie et que je pense vraiment ce que je dis… ou pire, que je ne comprends pas ton humour… Et bien, je voulais que tu le saches... Que tu saches que je t'apprécie... Et que donc... je ne pense pas mes paroles et que j'aime ta présence. »


Elle tendit une main devant elle et écarta les doigts puis les referma et les rouvrit, elle cherchait ses mots.

« Et je sais que… toi aussi tu m’apprécies. Oui parce que… Tu viens de le dire et que… enfin maintenant si on poursuit sur la piste du « je te chambre », je suis presque certaine que tes paroles, tu ne les penseras pas et donc que tu joueras vraiment… »

« Je parle trop hein ? » ajouta-t-elle en lui lançant un regard désolé et en faisant une petite moue gênée.

« J’ai jamais autant parlé et dit autant de… trucs… bizarres... et mal formulés... J’suis idiote »

Elle baissa la tête et soupira longuement, elle aurait voulu se cacher. Elle venait de tout gâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Sam 8 Nov - 14:49

(HJ: Je vais pas faire de roman aujourd'hui et demain, car sinon je n'aurais pas le temps de préparer ma valise...)

Il l'écouta sans l'interrompre. Elle semblait perdu et Ezekiel savait comme il pouvait être dure de trouver ses mots en de tel situation. Il resta donc immobile, la laissant s'exprimer, évitant de faire le moindre geste qui puisse la déconcentrer. Le Poufsouffle était un expert en pensées confuse et il avait horreur de cela, il était tellement plus agréable d'avoir les idées clair et de savoir où l'on veut aller.
En orateur attentif, rien ne lui échappa. Ainsi, ce jeu l'avait plus ébranlé qu'autre chose et elle avait eu peur de ne pas pouvoir repasser du temps avec lui. A cette déclaration, le coeur du jeune homme fit un bon... A peu de chose près elle avait ressenti la même chose que lui. C'était troublant et un peu gênant car plus Eze passait du temps avec elle et plus il appréciait cela.
Un sourire crispé ce profila sur son visage, il était heureux d'apprendre qu'elle avait souhaiter le revoir mais il avait peur des sentiments qui naissaient en lui. Il passait une période très difficile pour lui même et il n'avait pas le droit de l'entraîner avec lui mais en même temps, elle lui avait fait comprendre cet été qu'il n'aurait pas le choix et qu'elle était bien assez mature pour prendre ses décisions seule.
La suite le laissa sans voix. Tout allait trop vite, Maïlis avait enchaîné avec un monologue étrange et confus. Plus elle parlait et plus Ezekiel ouvrait la bouche... C'est fou quant même ce que les filles ont l'esprit tordu par moment et il ne pensait pas que la pauvre soit autant torturé. Se rendant compte qu'il avait une tête d'halluciné, il tenta de refermer tant bien que mal sa bouche et alors qu'elle arrivait à la fin de son discourt, il essaya de reprendre calment sa respiration. Son coeur c'était emballé et il enchaîna à la suite.
"Non, tu n'es pas idiote. Certes tu as beaucoup pa... C'est fou de ressentir tout ça en même temps et moi qui pensais être quelqu'un de compliqué, je me rend compte encore une fois que l'esprit féminin est bien plus vaste et plus complexe que le notre." En parlant, il s'était, sans faire attention, rapproché d'elle.
"Tu peux douter de beaucoup de chose dans la vie... Le doute est une sorte de protection. Mais si il y a une chose en la quelle tu peux être sûr, c'est du fait que moi aussi j'apprécie beaucoup les instants que je passe avec toi. Je ne sais pas si ça peut te faire plaisir ou pas, mais sache que tu es la seule personne avec qui j'arrive à être bien en se moment... C'est étrange car quant on prend en compte le fait que l'on ne c'est vu que trois fois." Il était de nouveaux assez près d'elle mais cette fois si il tenta de respecter les distances personnelles. C'était même assez dure car il avait encore envie de passer sa main sur son doux visage. Chassant cette idée il enchaîna.

"Il faudrait que l'on passe d'avantage de temps ensemble. Enfin seulement si tu es d'accord... Car je me rend compte que je ne sais rien de toi et j'aimerais en apprendre d'avantage."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Dim 9 Nov - 15:43

Maïlis avait à nouveau renoué ses doigts entre eux pour se calmer et se concentrer. Elle écouta la première prise de parole d’Ezekiel et fit une petite moue. Alors comme ça l’esprit féminin était vaste et complexe ? Ce qu’il ne fallait pas entendre… Les hommes changent d’humeur beaucoup plus souvent que les femmes…

« Ce… Ce n’est pas compliqué » Dit-elle alors.

Maintenant que son esprit s’éclaircissait après ce torrent d’incompréhensions, elle se sentait plus sereine et ses idées se collaient logiquement les unes après les autres.

« J’avais seulement peur que tu penses tes paroles car j’ignorais si au fond de toi, tu étais content ou non d’être là, avec moi. Quand on ignore si l’autre est notre ami ou pas, le doute peut persister »

Et dire qu’elle était passée par trente-six mille chemins pour dire cela quelques secondes auparavant. Elle était vraiment désespérante, Sélune avait raison, Maïlis déraillait complètement quand elle était avec Ezekiel ou quand il s’agissait de lui.

Le jeune homme enchaîna alors sur le doute et elle l’écouta sans broncher. Son cœur se mit à bondir dans sa poitrine, violent et rapide, presque douloureux, lorsqu’il admit apprécier les instants qu’il passait avec Maïlis et surtout lorsqu’il lui avoua se sentir bien en sa compagnie. Elle aurait pu mourir sur l’instant même ! Elle n’avait jamais senti une telle vague de bonheur et de satisfaction l’envahir. Une bouffée de chaleur explosa en elle et empourpra ses joues pâles.

Il était tout près d’elle, s’étant rapproché au fur et à mesure qu’il parlait. Elle aurait pu tendre la main et le toucher et d’ailleurs sans s’en rendre compte, c’est ce qu’elle fit. Une fois encore, ses émotions et ses sentiments prirent le pas sur sa raison, la jeune fille dénoua ses doigts et tendit une main devant elle. L’extrémité de ses doigts effleurèrent la cape du Poufsouffle, juste en dessous de l’écusson de sa maison, et descendirent de quelques centimètres avant de se stopper.

« Oui » Dit-elle alors avec un signe de la tête.

« Nous devrions nous revoir… pour parler et apprendre ainsi à se connaître ».

Elle ne le regardait pas, elle avait les yeux perdus droit devant elle et fixait un point invisible sur le corps du jeune homme, ne se rendant toujours pas compte qu’elle l’effleurait. Puis, elle releva le visage et posa ses yeux océans sur lui et lui offrit un magnifique sourire.

« Je veux en apprendre autant sur toi que toi sur moi. »

Enfin, peut-être que Maïlis voulait en savoir plus sur lui que lui sur elle car elle se posait tellement de question sur le jeune homme. Ses doigts se resserrèrent instinctivement sur le pan de sa cape et elle ne détournait pas le regard du Poufsouffle, toujours souriante. Elle appréciait vraiment plus ce moment là que celui qui venait de se passer. Le doute venait de voler en éclat et elle pouvait à présent maintenir un mince filament d'espoir quant au futur qui l'attendait... quant à la concrétisation de ses rêves.


Dernière édition par Maïlis Hargreaves le Mar 9 Déc - 21:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 9 Déc - 18:46

Le coeur d'Eze battait à tout rompre, il s'était dévoilé plus que ce qu'il voulait.
Suite à sa mésaventure avec Kelly, il c'était juré de ne plus faire attention à ce genre de comportement car il c'était retrouvé si pret de tout dévoiler à la jeune femme. Heureusement qu'il n'en avait rien fait car elle l'avait trahi juste après, qui sait ce qui se serait passé s'il lui avait dévoilé ses secrets. A cette pensée il frissonna et baissant les yeux il réalisa que sa petite protégée avait posé la main sur sa cape.

Son coeur bati encore plus fort et Ezekiel eu l'impression qu'il avvait sortir de sa poitrine. Elle devait surement l'entendre elle aussi car il cognait si fort que le poufsouffe avait l'impression d'avoir un tamtam enfermé dans le corp.
Il essaya de respirer un grand coup et se concentra un peu mieux sur la réponse de Maïlis...

Zut... Elle aussi voulait le connaître. D'un coté cela faisait très plaisir à Eze et d'un autre cela l'effrayait.
*Elle est si maligne, elle comprendra sûrement que je lui cache certaine chose mais en même temps serais je capable de lui mentir vraiment sur ma nature ?*
Eze n'avait plus honte de ce qu'il était, son petit séjour dans la rue lui avait aprit qu'il y avait pire que son sort mais il avait per peur du regard des autres sur lui et surtout si ses autres lui étaient chère.
*Me vera t'elle comme un monstre ? Aura t'elle pitié ?... GGGRRRRR* Non, surtout pas de pitié, il préférait mille fois mieux qu'elle le regarde comme un monstre et qu'elle parte en courant. La pitié était pour les faibles et lui, il était très loin de l'être.

Alors que ses méniges fonctionnaient à vive allure, un petit silence c'était instalé. Le coeur du jeune homme c'était calmé et il prennait enfin concience de cela. Baissant les yeux, il plongea son regard sombre dans celui bleu intence de la serpentard, un regard à couper le souffle...
Reprenant une grande bouffé d'oxygène, il fit alors quelque chose à la quelle il n'avait pas réfléchi. Sans y faire plus attention, il posa sa grande patte froide sur la petite main de Maïlis et il lui sourit. Il ne servait à rien d'avoir peur de se qui pouvait ce passer car la peur n'évite pas le dangé; pour l'instant il n'avait qu'une certitude, il voulait en savoir plus sur ce remarquable petit être.

"Bon... "
Le truc c'est qu'il ne savait pas par où commencer.
"Ben faisons connaissance alors..."

Puis, lachant la main de la jeune fille, il passa  la sienne dans ses cheveux. Un instant il sembla en intence réflection, puis une mimique amusée passa sur ses lèvres. Il venait d'avor une idée qui le faisait sourire et sans prévenir, il fit un pas en arrière et s'inclinant grace à une révérence souple et habile, il ajouta...
"Commençons par le début... Sire Ezekiel Leif Brynjolf Waldemar... Pour vous servir gente damoiseille."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mer 10 Déc - 19:46

Le fixant toujours avec une certaine avidité, elle cherchait dans le regard du jeune homme une réaction allant dans cette direction… Faire connaissance. Elle le scrutait silencieusement jusqu'au moment où il baissa à nouveau son regard sur elle et où il enfonça ses yeux sombres dans les siens.

Il prit lentement mais profondément sa respiration. Réfléchissait-il à une réponse ? A une procédure ? A un emploi du temps des rencontres ?

N'osant rajouter quoique ce soit qui pourrait gâcher le moment, Maïlis ne bougea pas et attendit. Les courtes secondes semblèrent prendre la forme de minutes interminables. Puis, elle tressaillit et son corps fut parcouru d'une décharge électrique. Ezekiel lui souriait mais surtout… Il venait d'entrer en contact physique avec elle. A contrecœur, le regard de la jeune Serpentard quitta les iris noirs du jeune homme pour se poser sur sa main. Elle constata alors qu'elle était recouverte par celle du jeune homme… si grande en comparaison de la sienne.

Elle pinça légèrement les lèvres, sentant à nouveau son cœur partir sur les chapeaux de roue. Comment pouvait-elle parler sereinement si dès qu'il la touchait, ses émotions prenaient le dessus ? Son regard retourna sur le visage de son camarade, il lui souriait… doucement… aimablement… affectueusement… Le souffle de la jeune fille devient à nouveau erratique mais elle se força à garder un aspect serein. « Qu'adviendra-t-il de moi si un jour… si un jour… il… » Maïlis inspira fortement « … Il m'embrassait ? » A ce songe, ses joues s'empourprèrent derechef.

La voix d'Ezekiel la rappela alors à la réalité et elle inclina légèrement la tête sur le côté. Elle hocha la tête positivement à la suite de sa phrase et le regarda s'éloigner d'un pas, après avoir libéré sa main. Elle constata sur son visage de l'amusement et l'observa « redevenir » celui qu'elle avait croisé en juin dernier. Avec une posture très théâtrale, Ezekiel s'inclina et prit une voix grave pour se présenter à elle, tel un chevalier. Cela lui rappelait leur rencontre et la lui donna une vague d'espoir encore plus grande.

Elle éclata d'un rire cristallin et attrapa les pans de sa cape pour faire à son tour une révérence. Elle s'inclina délicatement, penchant la tête en avant, laissant ses cheveux choir de part et d'autre de son visage. Il y avait comme du déjà-vu dans cette scène...

« C'est un honneur de vous rencontrer Sir Ezekiel… » Lança-t-elle en se redressant.

Puis, elle lui tendit la main, telle une princesse qui attend le fameux baisemain, et lui répondit avec espièglerie et un ton tout aussi théâtral.

« Laissez-moi à présent me dévoiler à vous… Maïlis, Mary-Kate, Irina Hargreaves… Fille de Cassie, Irina Tieva et de Christopher, Andrew Hargreaves. »

Elle lui lança un clin d’œil complice.

« Que désirez-vous savoir de moi Sir Ezekiel… Je suis toute ouïe. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Dim 28 Déc - 20:12

Le rire de la jeune serpentard était un véritable don de Merlin, un baume qui passe sur les blessures et qui fait tout oublier. En écoutant Maïlis, Eze refoulait tout ses soucis et il redevenait le jeune homme qu'il était avant. D'ailleurs, la scène qu'ils étaient entrain de vivre avait des couleurs de déjà vu et le poufsouffle avait l'impression de revivre leur première rencontre... Comme si cet été n'avait pas eu lieu, tout comme si les épreuves qui l'avaient fait changer n’avaient pas exister.
Le Jeu avait reprit, tel deux comédiens malicieux ils mettaient en scènes et faisaient durer le plaisir.
C'était une des choses qui avaient séduites Eze lors de leur première rencontre, Maïlis était une personne simple et elle savait profiter des rares plaisirs que la vie pouvait nous offrir. Lorsqu'elle tendit la main au jeune homme, un rictus étrange passa sur ses lèves... Le sourire d'un prédateur charmé mêlé à celui d'un homme profondément troublé.
Il prit la petite main de sa protégé et très délicatement il y déposa ses fines lèvres. L'odeur de la peau de Maïlis était enivrante, fruité et naturelle, telle l'odeur d'un rayon de soleil de printemps. Alors qu'il fermait les yeux afin de mieux de saisir toutes les nuances de ce parfum, la jeune femme se présenta. Maïlis Mary-Kate Irina Hargreaves... Cela avait des consonances d'Europe de l'est contrairement aux noms d'Eze qui laissait pleinement percevoir ces origines nordique, origines dont il ne savait rien car c'étaient celles de son père.
Se redressant, il sourit à sa petite fée.
"Voici des noms fort charmant pour une demoiselle divinement ensorceleuse... "
Il aurait aimé rajouter un mot ou une phrase concernant les parents mais ne sachant rien de l'était actuelle de sa famille il se retient de toute gaffe. Il se souvenait que cette été elle était accompagné de ses grands parents.
Il fit mine de réfléchir à ce qu'il voulait savoir et la liste était longue et coure à la fois... TOUT... Il voulait tout savoir et en même temps il ne savait pas s'il désirait vraiment entrer dans le jeu de la vérité et des révélations.
"Ma foi... Par la barbe de Merlin... J'aimerais tout savoir et en même temps le mystère est si palpitant." De sa main droite, il coiffa une barbe imaginaire et il reprit.
"Je ne sais par où commencer... Enfin si,... " Il aurait aimé poser des questions sur sa famille mais il avait un peu peur que ses dernières ne se retourne contre lui. En même temps la peur n'évite pas le danger et autant commencer par là où ça fait mal comme ça le plus douloureux sera fait.
"J'espère que vos parents se rendent compte de la chance qu'ils ont de vous avoir mais avez vous un frère ou une sœur ?"
L'image de Lizy c'était imposé à l'esprit d'Eze et il souriait en pensant à son petit rayon de soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mar 30 Déc - 21:37

Derechef, Maïlis fut parcouru d’un frisson lorsque le jeune Poufsouffle déposa un léger baiser sur le haut de sa main. C’était tellement chevaleresque et romantique ! Digne des héros de ses romans fétiches. Son sourire ne semblait à présent plus vouloir la quitter, ni se tarir, et elle le suivit des yeux.

Il se redressa et fit mine de réfléchir. Maïlis attendait avec impatience les questions du jeune homme. Pour être honnête, elle n’avait pas grand-chose à cacher et pouvait donc répondre honnêtement et sans détour à sa curiosité.

Il s’amusait. Il mimait une fausse barbe et jouait avec l’extrémité, comme un homme d’affaire devant un parchemin à signer. Il prenait des mimiques tellement amusantes et une voix tellement théâtrale que la jeune fille avait quelques difficultés à ne pas rire. Puis, il se lança. Il lui posa la première question mais celle si semblait quelque peu détournée. Toutefois, la jeune fille ne s’interrogea pas et lui répondit aussitôt. Même s’il était difficile de répondre au nom de ses parents.

« Je ne sais pas s’ils me qualifieraient de chance… » Elle regarda le plafond, eut un léger rire puis plongea son regard dans celui du Poufsouffle.

« Mais… Je pense qu’ils sont très heureux de m’avoir… Ma maman, mon papa mais aussi ma mamie, mon papi, mon oncle et ma tante ! »

Elle s’appuya de nouveau sur le bord de la table.

« Je ne doute pas le moins du monde que mes parents même énormément... Ça se voit... Ils sont très présents dans ma vie et nous sommes très proches. »

« Pour les autres, pour le reste de ma famille comme je suis la seule enfant… Je n’ai pas de frères ou de sœurs, ni de cousins ou de cousines… je peux dire sans hésitation que toute la famille est très attentive et que je ne suis pas malheureuse ! »

Le sourire de Maïlis s’agrandit d’avantage, elle était loin d’imaginer les histoires qui s’étaient tramées avant sa naissance et pour l’heure, elle s’en moquait bien. Tout ce qui lui importait était cette famille qu’elle aimait tant et avec qui elle passait le plus clair de son temps. Sa grand-mère ne lui disait-elle pas qu’elle était « le lien unificateur que cette famille avait perdu jadis » ? Elle ne pouvait donc douter qu’elle était autant aimer en retour que ce qu’elle donnait. Nonobstant, la jeune fille se sentit soudainement un peu gênée. Elle affichait sa joie de vivre et sa famille parfaite alors qu'à n'en pas douter, il n'en était pas de même pour Ezekiel. Elle aurait pu le parier.

« Je sais que… tu as une sœur. » Dit-elle ensuite, alors que sa main se glissait dans sa poche pour toucher du bout des doigts le mouchoir.

« Lizzy… C’est ça ? »

Elle lui sourit.

« Tu n’as qu'elle ou bien, tu as une fratrie plus large ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezekiel Waldemar

avatar

Nombre de messages : 691
Age : 33
Date d'inscription : 22/01/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 18 ans depuis le 16/06
Alignement: Anti-vampire
Disponibilité:
4/7  (4/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mer 31 Déc - 3:08

La Réponse de Maïlis ne ce fit pas attendre et du coup Eze ce détendit pour de bon. Il était tellement plus plaisant et agréable de parler avec une personne quant ont savait que l'on n'était pas entrain de mettre les pieds dans le plats.
Des l'instant où elle évoqua sa famille, Maïlis fut comme transporté et elle embarqua le grand pouffy avec elle. Il l'écoutait parler rapidement de sa famille et il ressenti toute la passion et l'amour qu'elle éprouvait pour eu. Il était extrêmement ravit qu'elle est put profiter d'une famille aimante et complète, ou presque. Elle avait évoqué un père, une mère, une mamie, un papy, un oncle et une tante. Alors que Ezekiel emmagasinait toute ses informations, il réfléchissait à se qu'elles impliquaient... UNE mamy, UN papy, UN oncle et UNE tante... Comme s'il n'y avait qu'une famille mais elle semblait encore avoir ses deux parents, avait elle perdu une parti de sa famille lors des prises de pouvoir du Lord Noir ?
A cette période, beaucoup de famille c'était vu diminué.
Toutes les questions et les suggestions passait très rapidement dans la tête d'Eze, il était trop tôt pour tirer des conclusions et il préférait avoir la vérité plutôt que des suppositions. Il refoula alors en lui toutes les hypothèses qui arrivaient en foule et il continua d'écouter sa petite protégé.
Ainsi elle n'avait ni frère, ni sœur...
Maïlis ne semblait pas en souffrir mais le jeune homme était bien placé pour savoir que certaine penne sont plus supportable quant elles sont caché et soudainement, il eu de la penne pour sa petite fée. Une famille complète et heureuse... Cella était maintenant indifférant à Eze, il y avait bien des années qu'il avait fait le deuil de la sienne mais imaginer grandir sans petite sœur était impossible pour lui. Lizy avait été sa bouée de secoure, grâce à elle il avait une famille de sang et de chaire... Un petit être à protéger et à aimer, qu'un à aider et qui nous rattache au monde vivant.
NON, vivre sans elle aurait été un enfer et Eze savait pertinemment que les choses auraient été différant si elle n'avait pas été là.
Alors que normalement il aurait fuit ce genre de discussion, là, bien au contraire, il avait encore envie d'en savoir plus et pour couronner le tout, il avait aussi envie de se confie à Maïlis.
Etait ce du à la franchise et à la simplicité de la jeune femme ? Etait ce du au fait que Eze venait de se rendre compte qu'il y avait peut être pire que sa situation ? Paradoxalement, l'étrange jeune homme n'enviait pas Maïlis? Certes, elle avait eu une vie affective bien plus remplit que lui mais pour rien au monde il aurait échangé Liz contre un foyer.
Et justement, comme si cela coulait de source, Maïlis questionna Eze sur sa petite sœur.
L'étrange poufsouffle au du mal à cacher sa surprise, pour tout dire il ne chercha même pas à la cacher. Comment Maïlis connaissait elle l'existence de Liz?
Ezekiel ouvrit la bouche tel un poisson et il mit quelque instant à reprendre ses esprits.
"OU...Oui... Lizy. Comment... ?"
Il se coupa volontairement dans sa phrase. Il avait du en parler ou évoquer son existence lors de leurs rencontres précédentes mais Eze trouvait cela étrange que Maïlis s'en souvienne... Enfin peut être pas si étrange que cela, certains détailles remontaient à la mémoire du pouffy.
Se reprenant tant bien que mal, il sourit à sa charmante compagne et d'un mouvement souple et rapide, il s'assit sur la table à ses cotés.
"Mon cher Watson, vous êtes dans le juste. J'ais bien une petite sœur qui porte le charmant prénom de Liz... Prénoms que j'ai moi même trouvé."
Beaucoup d'élèves de Poudlard auraient trouvé bizarre de voir Eze ainsi. Cela faisait plusieurs mois qu'il n'avait pas été aussi serein et heureux. Complètement détendu, il parlait avec une tendresse non dissimulé.
"Je n'ai pas de frère et c'est la seule sœur que j'ai... Enfin j'espère." Oui, il serait vraiment regrettable que son géniteur est tenté de se reproduire ailleurs et cette idée ne plaisait pas du tout à Eze. Ne souhaitant pas laisser ses sombres pensées prendre le dessus, il chassa cette perspective et ce concentra sur des choses plus heureuse.
"Malheureusement, Liz ne connaîtra pas la joie d'être à Poudlard, ni celle de sentir sa baguette magique entre ses mains... Et oui, elle n'a aucun don magique... mais c'est surement pas plus mal." Tout en parlant, Eze semblait un peu nostalgique mais il avait envie d'être franc avec Maïlis et cela faisait beaucoup de bien de parler.
"Même moi je n'ais apprit que très tardivement l'existence du monde magique... Bien que j'en avait perçu certaine brides." Sa voix c'était faite plus grave, certain de ses cauchemars le hantaient toujours.
"Mais bon, pour en revenir à Lizy. En se moment elle vit chez Agatha et cette dernière veille sur elle ainsi que sur Mary." Eze n'avait jamais appelé sa mère maman ou par un autre petit nom, elle avait toujours été Mary ou Mary-Ann, de son vrai prénom. "Agatha... C'est la grand mère que je nous ai trouvé, une femme remarquable mais je me rend compte que je ne sais pas vraiment tout d'elle." OH ça non, Eze avait encore bien du mal à saisir tout les raisonnements de la vieille femme et c'était justement le point litigieux entre eux. *Trop de secret... Oui trop de secret ce n'est pas bon...*
"Et toi ? Est ce que t'a famille est une famille de sorcier ou pas ?" La question était venu naturellement car quant il pensait à sa grand mère d'adoption, il pensait toujours au monde magique et à la vision que cette dernière en avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïlis Hargreaves

avatar

Nombre de messages : 472
Date d'inscription : 07/03/2008

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
2/7  (2/7)

MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   Mer 31 Déc - 15:04

L’étonnement d’Ezekiel ne se fit pas attendre et Maïlis se pinça les lèvres, tout en serrant dans sa poche le mouchoir blanc brodé des lettres L et W. Elle se souvenait de ce jeudi à St James's Park, ce jeudi du mois d’août où elle l’avait rencontré par hasard. Ce jour où il n’avait cessé de la mettre en garde contre lui… Insinuant qu’il était dangereux et qu’elle devait l’éviter… Ce jour où, lorsqu’il l’avait soigné, ses pensées avaient été vers Liz, s’inquiétant de savoir si elle allait bien, comme s’il ne l’avait pas vu depuis longtemps. Elle se souvenait encore de ses paroles « C’est ma petite sœur et presque ma seule famille ».

Puis, Maïlis fut tirée de ses souvenirs. Ezekiel venait de s’installer avec elle sur le bureau et elle lui sourit tendrement. Voilà qu’elle était Watson et lui certainement Sherlock Holmes. Fini donc les mimiques de chevalier et de princesse et bonjour l’interprétation des détectives sur le fil d’une enquête. Elle l’écouta attentivement, gravant dans sa mémoire chacune de ses paroles, comme elle l’avait déjà fait avec les précédentes. Elle constituait son petit dossier Ezekiel Waldemar et comptait bien ne pas omettre un seul détail.

Toutes les informations qu’il lui donnait s’entrechoquaient dans sa tête et des dizaines de questions naissaient, fébriles, sur l’extrémité de ses lèvres sans jamais les franchir. Maïlis était une fine observatrice et elle analysait beaucoup. Elle tenait cela de son père principalement, même si sa mère était très perspicace. « Je n'ai pas de frère et c'est la seule sœur que j'ai... Enfin j'espère. » Pourquoi espérait-il ? Sa mère ne vivait plus avec lui ? Son père était-il parti ? « Malheureusement, Liz ne connaîtra pas la joie d'être à Poudlard… Je n'aies appris que très tardivement l'existence du monde magique… » Il vient donc d’une famille de Moldus ? « En ce moment, elle vit chez Agatha et cette dernière veille sur elle, ainsi que sur Mary. » Mary ? Qui est Mary ? « Agatha... C'est la grand-mère que je nous ai trouvé » Une grand-mère de cœur ? Mais où est le reste de sa famille ?

Le cœur de Maïlis se serra alors qu'Ezekiel lui posait une autre question. Mais les siennes étaient trop pressantes, elle ne comprenait pas tout et voulait quelques éclaircissements.

« Qui est Mary ? » Lui demanda-t-elle en plongeant son regard azur dans le sien. « Pourquoi Agatha doit prendre soin d’elle ? Est-elle souffrante ? »

De l’inquiétude se lisait dorénavant dans le regard de la jeune Serpentard. Comme elle serait triste d’apprendre qu’une personne chère au cœur de son valeureux Poufsouffle soit malade. Elle avait encore d’autres questions et elle voulait également lui répondre mais elle préférait attendre. Attendre qu’il réponde à ces deux petites questions afin de l'éclairer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Doléance [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Doléance [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas :: Écosse :: Poudlard - Le Château :: Salles annexes-
Sauter vers: