AccueilAccueil  PartenairesPartenaires  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lea McCute

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Ven 3 Sep - 18:55

    Je lui avais avoué la pire bêtise de ma vie, et depuis je n’avais plus eu de nouvelle de lui. C’était comme si à chaque fois que j’étais honnête avec quelqu’un, tout me retombait dessus. Etais-ce réellement ma lettre sur ma tentative de suicide qui l’avait fait fuir ? Il n’avait rien dis, donné aucune nouvelle depuis. Il se la jouait à la Mike, quoi… Mais je réalisais bien vite que ma lettre n’avait finalement rien à voir avec ça.

    Ce fut un choc de le voir à la rentrée. Au bras d’une autre… Je m’étais arrêté d’un seul coup, regardant ce tableau de bonheur face à moi. Les autres élèves me bousculaient sans même faire attention au pourquoi de mon arrêt, trop pressé d’entrer dans le Poudlard Express. Je ne le quittais pas des yeux, toujours étonnée de ce que je venais de voir. Un sort « stupefix » n’aurait servi à rien dans mon cas. Il passa devant moi sans même un regard, je ne fessais partie que du décor. J’avais le regard et l’expression dure où l’on sentait ma colère monter.

    Ce qui pouvait paraître une bonne chose au moins, c’est que personne ici n‘était au courant pour Mike et moi, sauf bien sûr Leo et Hanako, enfin, je l’espérais. Je ne voulais donc pas me lancer dans des explications devant tant de gens dans la gare. Surtout que je ne savais pas si j’arriverais à me contrôler ou quoi que ce soit. Une chose était sure, plus jamais je ne me laisserais faire à ce point. Plus jamais il ne m’approcherait. Plus jamais je ne pleurerais pour lui !

    J’évitais donc de le croiser dans les couloirs. Je me retrouvais comme toutes ces filles avec qui il était sorti et qui ne voulaient plus le voir sous peine de retomber sous son charme. J’étais certes ridicule encore une fois, mais cela pourrait peu être me réussir.

    J’avais réussi à le tenir à distance toute la journée, mais je savais pertinemment que cela ne durerait pas éternellement. Mais comme lors de notre « première rencontre », je me retrouvais face à lui, eu même endroit. Il avait réussi à me coincer à la portion exacte du couloir du quatrième étage. Ce n’était pas bon signe. Il m’attrapa alors par le poignet, commençant à vouloir s’expliquer.

    - Lâche-moi ! Je ne veux pas t'entendre !

    Je ne voulais pas l’écouter. Il m’avait fait mal, il m’avait abandonné bien plus d’une fois et là c’était la goutte de trop. Qu’il ne soit pas là, qu’il aille en affaire, je ne sais où, cela pouvait passer. Mais qu’il y est une autre fille… Je me sentais totalement trahie, comme si je n’avais été qu’un jouet pour lui, une simple passade. J’avais tout fait pour ne surtout pas faire partie de ces filles-là… Je me trouvais finalement ridicule de ne pas m’en être rendue compte avant.

    - Qui t’as donné le droit de te balader comme ça et de jouer avec la vie des autres gens ?!

    J’étais parvenue à extraire ma main de sa prise. Je ne savais pas comment j’avais pu faire cela, il avait toujours eu une poigne plus ferme que la mienne. Mais j’étais réellement en colère contre lui. Je n’arrêtais pas de faire des gestes sans aucun sens ni aucune signification, seulement pour qu’il ne puisse pas les reprendre. Je croisais alors son regard pour la première fois depuis qu’il été venu à la maison.

    Il y a quelques semaines de là, je me serais laissé faire et je me serais totalement plongée dans ses yeux verts. Mais pas aujourd’hui. J’avais l’impression d’avoir été un jouet pour lui et non une personne à part entière. Je détournais alors mon regard en moins de deux secondes et lui claqua la joue. Bizarrement, c’était la première qu’il se prenait. Jusque-là, il les avait à chaque fois arrêté. Que s’était-il passé ? J’avais été plus rapide ? Ou m’avait-il laissé faire ?


Dernière édition par Lea McCute le Mar 5 Oct - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews

avatar

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Dim 5 Sep - 21:56


    Je regardais la côte, perdu dans mes pensées, sa lettre à la main. Le début avait tellement bien commencé et pourtant la fin m’avait fait mal. Pourquoi avait-elle fait ça. Je ne cessais d’essayer de comprendre mais je n’arriver pas à arriver à une bonne conclusion. Je la relisais encore… Je la manquais… Moi aussi elle me manquait. Voilà une semaine que je ne l’avais pas vu. J’étais perdu sans elle. Elle était ma source… mon repère… Des vents de sables pouvaient bien se lever je n’avais pas peur, elle était ma plus grande force. Malgré moi elle restait aussi ma plus grande faiblesse. La voir en détresse comme ça me détruisait à petit feu.

    Ivre… Pourquoi avait-elle bu ?! C’était la première question qui m’était venue à l’esprit. Pas le fait qu’elle s’est fait du mal mais le fait qu’elle ait bu. L’alcool et la dispute entre son père et son frère l’avait tellement embrouillé qu’elle avait certes fait une bêtise mais je voyais bien qu’elle s’en mordait les doigts et qu’elle n’était pas prête à recommencer… Alors pour moi le plus choquant n’était pas cette scarification mais bien son alcoolisation. Pourquoi et encore pourquoi ? Elle ne répondait pas à cette question dans sa lettre et j’avais beau chercher je ne voyais pas. Pourquoi en venir à des mesures aussi radicales ? Etait-elle si mal que ça ? Faisais-je mal mon boulot de petit copain ? Rah je n’aimais pas ça…

    J’aurais pu depuis que j’ai reçu cette lettre hier y répondre milles fois mais je n’en trouvais pas le courage. Non pas que mon amour soit terni par cette bêtise. Pour moi tout ça était de ma faute et non de la suite. Je ne serais pas ici mais auprès d’elle, jamais ça ne serait arrivé… Donc c’était bien de ma faute. Alors pourquoi répondre ? Pourquoi ne pas trouver le courage ? J’avais peur de la rentrée… Peur de ce qu’il se passerait. Peur de devoir quitter Lea à cause d’une stupide tradition. Je n’aimais pas que mon père choisisse pour moi. Je désirais plus que tout Lea. Pourquoi on ne pouvait pas changer l’histoire ? Pourquoi Lea était de sang mêlé ? ça aurait été tellement plus simple si son sang avait était pure. Moi personnellement je m’en foutais. Je l’aimais elle et non une classe. Mais mon père y tenait malheureusement. Si elle avait été de sang pure j’aurais été alors rencontré son père sans même chercher à comprendre. Mon nom avait un sacré patrimoine et j’aurais pu avoir sa main comme je voulais dans le futur. Seulement elle était de sang mêlé. Enfin pas de sang moldu entièrement… Peut-être qu’avec le temps j’aurais une chance auprès de mon père même si j’avais quelques doutes. Mais avec Espéranza… Comment faire ? Sa venue en Angleterre était déjà toute préparée… Je n’avais pas de frères pour faire une petite passation de plus. Je n’avais plus qu’à l’assumer. Faire de Lea une amante ? je me le refusais… Je voulais que Lea soit heureuse hors je savais que me partager avec une autre fille ne pouvait y contribuer. C’était à exclure. Je laissais ainsi ma réponse se retarder… une semaine de plus passa…

    Avec mon père nous étions revenus en Angleterre. Espéranza avait pris possession d’une chambre dans la demeure familiale le temps de la rentrée. Je ne cessais de penser à Lea… Une semaine et deux jours que je gardais ses lettres précieusement dans une boite au fond de ma valise sans y répondre. J’en avais des frissons rien que de penser à elle et ses lettres. Ne pas lui répondre était la pire chose que j’étais en train de faire pour notre couple et j’en avais conscience. Je n’arrivais doucement à plus en dormir. Ça me rongeait de l’intérieur. Comment lutter entre amour et devoir ? Espéranza d’un côté et Lea de l’autre. J’avais la responsabilité des deux. L’une par le cœur et l’autre par le devoir. Mon dieu dans quoi j’étais fourré… J’apprenais de plus en plus à connaitre Espéranza. Elle aurait pu me plaire si je n’avais pas Lea sans arrêt en tête. Je perdais patience avec cette histoire. D’un sens je voulais retourner à Poudlard. Serrer Lea dans mes bras et oublier tout ça. Mais Espéranza serait aussi à Poudlard. Je ne pourrais pas une fois dans le train serrer celle que j’aime tout contre moi. Et le pire dans tout ça c’est que je n’arrivais ni à avouer à l’amour de ma vie ce qu’il se passait, ni à celle qui devrait devenir ma femme. Toutes les deux dans l’ignorance, j’avais si peur de les faire souffrir. Oui oui je m’en préoccupais. Lea parce que je l’aimais et Espéranza parce que malgré tout je m’étais lié à elle et qu’elle était une bonne amie.

    Comment allais-je faire ? Que devais-je faire ? Le Mike amoureux et aventureux me suppliait de tout abandonner… de risquer d’être renier par ma famille par amour. Le Mike loyal et respectueux me soufflait de ne pas faire une telle bêtise et d’apprendre un peu plus sur Espéranza avant de trahir ma famille. Qui me disait qu’avec Lea c’était pour la vie. Prendrais-je autant de risque pour une femme ? Et si elle s’avérait être LA femme ? Je n’aimais pas hésiter autant comme ça… Alors chaque nuit je me couchais avec Lea dans mes rêves. Je repensais à cette nuit que j’avais passé avec elle. La plus belle de ma vie… Rien ne pourrait remplacer cette nuit. Elle me redonnait espoir un jour de trouver une solution. Alors le jour juste avant la rentrée je finis par me poser à mon bureau avec une plume à la main. Je finis par trouver les mots…

    « Je sais tous les chemins par où aller, laisse-moi seulement te montrer. Peu importe ce qu’il se passera… peu importe les épreuves que l’on devra subir. J’ai trouvé un sens à ma vie grâce à toi et s’il faut j’en payerai le prix… Dis-moi ce que tu souhaites, je serais là pour t’exhausser et te montrer que tu peux quoi qu’il arrive avoir confiance en moi. Et même si tout doit nous séparer je saurais quand même continuer notre histoire… »

    Je regardais mes mots un à un et relisait cette lettre à plusieurs reprises. Par ces mots je faisais le choix de privilégier mon amour à mon devoir. En aurais-je le courage ? je rangeais ce mot dans la boite avec le reste de ses lettres. J’y pensais mais j’avais encore besoin de temps. Je ne déchirais cependant pas ce mot. Il n’était que le reflet de mes sentiments… Il était tout aussi important que ses lettres à elle. Je savais qu’un jour il aurait son rôle à jouer. Et la rentrée arriva…

    Arrivé devant le Poudlard express mon cœur se serra quand la main d’Espéranza prit la mienne. On savait tous les deux que c’était par simple amitié mais je savais très bien ce que les autres verraient à l’extérieur. Et puis je savais aussi que ce n’était pas plus mal. D’autres de sang pure savait que mon père avait choisi ma fiancée et qu’elle serait à Poudlard. Connaissant la beauté d’Espéranza et la rancune de certains d’avoir piqué leurs nanas je préférais rester méfiant. Je ne voulais pas qu’Espéranza souffre de tout ça par ma faute. Malheureusement je savais que ça irait avec la souffrance de Lea quand elle me verrait. Comment agir alors. Risquer d’être découvert ? Personne ne savait ce que j’avais vécu avec Lea… Je prenais le risque de briser mon couple pour sauver les apparences malgré moi. Je n’avais pas le choix… Je savais qu’après ça Lea me haïrait mais je tenterais de lui expliquer… J’espérais alors qu’elle arriverait à comprendre la position dans laquelle je suis et m’aider à en sortir sans trop de casses… mais je crois que je rêvais un peu vite. La casse risquait d’être déjà dur à réparer pour celle que j’aurais provoqué aujourd’hui et surtout passant à côté d’elle en faisant comme si de rien n’était. Mon dieu je m’en mordais les doigts déjà à l’avance…

    Puis arriva très vite la nuit… Espéranza avait rejoint la maison des Poufsouffle. Ça ne m’étonnait pas d’elle. Loyale, honnête et gentille… ça me permettait aussi de pouvoir m’éclipser la nuit sans devoir être près d’elle. Respectueuse des règlements elle n’ira pas se promener dans les couloirs. Je ne risquais pas de la croiser. Par contre Lea c’était une autre histoire. En parlant du loup… Je la vis devant moi au même endroit exactement où on s’est rencontré pour la première fois vraiment. Je la rejoins… dès qu’elle me vit elle accéléra le pas pour ne pas me voir. Je m’en doutais… A quoi es-ce que je m’attendais franchement ?! Je lui attrapais le poignet. Je donnerais à ce moment ma vie pour l’entendre me dire « Je t’aime Mike… ». Je n’aimais pas la voir me résister de cette façon et même me fuir. Ça me faisait mal… Mais je l’avais mérité… Ce n’était qu’un juste retour des choses.

    MIKE « Lea je… »

    LEA « Lâche-moi ! Je ne veux pas t'entendre ! »

    C’était comme un coup de poignard en plein cœur…

    LEA « Qui t’as donné le droit de te balader comme ça et de jouer avec la vie des autres gens ?! »

    Bon ça c’est dit… Mais encore une fois je l’avais bien mérité. Je n’avais aucune excuse, seulement celle d’avoir osé tomber amoureux d’une femme… Pourquoi fallait-il que mon envi de renaitre allait en contradiction avec les principes de ceux qui m’ont donné la vie ? Elle avait réussi à extirper sa main. Je ne la retenais pas. Je la laissais faire. Je n’avais pas le droit de lui imposer quoi que ce soit. Elle ne cessait de bouger ses mains pour pas que je les prenne. Elle était si attendrissante en colère comme ça. Merlin je n’avais qu’une envie… toucher ses lèvres des miennes. Je croisais enfin son regard. Des frissons me parcoururent tout le corps et là je savais que j’avais fait la plus belle erreur de ma vie. Pas celle de laisser de l’espoir à Lea pour une histoire entre nous mais bel et bien d’avoir laissé mon père décider pour moi. Jamais Espéranza n’aurait du venir ici. Celle que j’aimais en souffrait beaucoup trop. Il fallait que je croise son regard pour comprendre l’étendu de ce que j’avais laissé faire. Les dégâts risquaient d’être conséquents à présent et ça me faisait peur… mais ça je savais que j’aurais du y penser avant. Maintenant je n’avais plus qu’à assumer encore. Mais comment s’en sortir alors qu’on a que 16 ans, loin de l’âge mur et de tout comprendre ? Ce n’était pas non plus évident pour moi…

    Je sentais de la réticence chez Lea. La laisserais-je garder ce sentiment et s’éloigner de moi. Mon cœur ne le permettrait pas. Mais avant je devais payer ce que j’avais fait. Et la baffe que je reçu, je ne l’arrêtais pas. je sais que Lea en avait besoin avant de m’écouter. Seulement il faut croire que je ne suis pas capable de faire les choses dans le bon ordre. La raison voudrait qu’après cette baffe je m’approche d’elle et la supplie de m’écouter pour tout lui raconter et attendre sa réaction voir sa décision. Mais j’étais si faible face à elle. La raison me quittait bien vite. Impossible d’y résister je m’approcher d’elle. Une de mes mains se posa sur sa hanche que j’attirais vivement à moi. Elle fut rapprochée tout contre moi. Mon autre main se posa dans sa nuque et au risque d’en prendre une autre c’est mes lèvres qui se posèrent sur les siennes sans chercher à comprendre. Les seuls mots qui sortirent de mes lèvres, cependant encore contre les siennes, furent :

    MIKE « Pardonne-moi de n’être qu’un homme prisonnier entre son devoir et son amour… »

    Impossible de quitter ses lèvres. Peu importe qui nous trouverait ici. Peu importe ce qu’il se passe… Je ne pouvais la lâcher ou même cesser de l’embrasser. J’étais complètement prisonnier de ses charmes. Elle se laissa complètement faire. Sous le choc ou complètement envoûtée ? J’avais la sensation que l’un n’allait pas sans l’autre… Je finis par la porter. Là encore elle se laissa faire sous mes baisers. Je saurais dire combien de pas… combien de temps pour finir par tomber sur une classe déserte et ouverte et la refermer. Peut-être quelques secondes… peut-être une éternité… Je finis par la poser sur une table de cours. Je sentais la baffe venir à plein nez mais c’était plus fort que moi, tant qu’elle ne m’arrêtait pas je prenais ça pour un oui sans juger encore une fois des conséquences de mes actes. C’était bien connu, je fonçais tête baissé et je réfléchissais après. Malheureusement c’était encore plus véridique en amour. Mes lèvres quittèrent les siennes pour finir dans sa nuque…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Dim 5 Sep - 23:29

    Il m’embrassa. D’un côté je m’y attendais un peu. Je me demandais d’ailleurs si inconsciemment je n’avais pas décidé de la baffer juste pour qu’il m’embrasse. Je me laissais faire sans même tenter de le repousser. Cela fessait deux semaines que je ne l’avais pas vu, pas senti, pas pris dans me bras. J’avais besoin de ce contact, c’était devenu une drogue. Mais maintenant c’était différent. Il m’avait trahi… Ou plutôt abandonné… Ou mise de côté… Ou jeté aux oubliettes… Il y avait cette fille… J’essayais d’y repenser, mais je me laissais prendre par ce baiser.

    - Pardonne-moi de n’être qu’un homme prisonnier entre son devoir et son amour…

    Je ne pus même pas répondre. Il prolongeait son baiser, ce que je ne refusais pas, loin de là… Je n’avais pas tout à fait compris ce qu’il disait. Prisonnier entre devoir et amour ? Mais j’étais trop envoûtée par son charme. Je me laissais faire lorsqu’il me porta jusque cette salle de cours. Il me reposa sur une table et continua à m’embrasser. Je ne réagissais toujours pas. J’étais totalement dans un autre monde, sous le charme de Mike.

    Il continua à m’embrasser, encore et encore. Il déposa alors ses lèvres sur ma nuque. J’aimais tellement ça… Mais je devais arrêter tout ça… Au départ si on était là, ce n’était pas pour l’embrasser, le retrouver, le serrer dans mes bras, l’embrasser et compagnie. Je… J’avais tenté de l’éviter, parce qu’il était revenu avec une autre… Réalisant alors le pourquoi de cette situation, je pris mon courage à deux mains que je posais sur son torse, et le repoussai. Il se laissa faire à son tour. Il recula d’un pas et eu un sourire en coin, avant de lever les mains comme pour se livrer à des autorités. J’aurais pu trouver ça mignon, mais je trouvais sa réponse un peu trop osée, pas conforme à la situation.

    Ma colère revint alors d’un seul coup. Comme si ces quelques minutes n’avaient jamais eu lieu. Je le revoyais avec cette fille, une nouvelle. Je ressentais le vide après ma dernière lettre. Il n’y avait pas répondu… Cela avait été le grand blanc pendant deux semaines… Et voilà qu’en revenant, il m’avait comme oublié pour une autre fille. Et après il m’embrassait… Mais qu’est-ce qui clochait chez lui ?! J’avais besoin d’extérioriser tout ça…

    - Mais à quoi tu joues ?! Tu te prends pour qui ?! Tu me prends pour quoi exactement ?! Pour un jouet ?! Qu’est-ce… Tu te pointes avec une autre fille, puis tu viens m’embrasser ? ça ne tourne pas rond chez toi !

    Je m’étais relevé, l’avais fait reculer de deux pas en l’éloignant en le poussant avec mes mains. Je m’étais aussi mise à crier. Je ne cachais pas ma colère, cela ne servirait à rien. Le voyant s’avancer légèrement vers moi, j’eu le réflexe de sortir ma baguette magique et de la pointer sur lui. Je le poussais alors à reculer encore une fois.

    La dernière fois que je m’étais retrouvée face à lui, baguette pointée sur lui, c’était dans la librairie, pendant les vacances. Je revis alors défiler sous mes yeux tout mon été. Le rendez-vous, toutes les fêtes, la venue de Mike, encore des fêtes, la venue de Leo. Ma tentative de suicide… À chaque fois que j’y repensais, je commençais à pleurer, c’était plus fort que moi. Je revoyais tout mon désespoir, encore une fois.

    - J’avais besoin de toi ! Et tu m’as abandonné ! J’étais mal… J’ai mis ma vie en jeu plus d’une fois… Surtout la dernière fois… Et tu n’as pas réagi ! J’avais besoin d’aide ! J’avais besoin de toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews

avatar

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Lun 6 Sep - 22:38


    Mes lèvres s’aventurèrent sur sa nuque. Elle m’avait manqué… c’était un fait. J’avais alors tendance à oublier certaines choses… Lea avait tout de même vu Espéranza. Mais comment y penser quand vous ne pensez plus qu’à une chose : embrasser celle que vous aimez ? Lea avait cette tendance à arriver à me couper du monde. Plus rien ne comptait à part elle. S’en rendait-elle au moins compte ? J’avais un doute… Elle négligeait le pouvoir qu’elle détenait sur moi. Si elle voulait elle pourrait bien me faire faire presque n’importe quoi. J’étais à elle. Ça aussi c’était un fait. Et pourtant je savais que pour sauver mon honneur je devais quitter cette fleur. Cette relation était un péché que mon père condamnerait. Je devais y mettre fin. Je n’avais pas le droit de faire ça… Mais malheureusement je ne l’avais pas choisi. Comme si c’était écrit, c’est elle que je voulais. Elle qui faisait battre mon cœur… elle qui me réanimait… Elle m’enivrait complètement. Je ne trahissais personne… Je voulais simplement vivre cet amour. Sans elle je ne suis rien.

    Malheureusement ça encore elle ne le voyait pas non plus ne jugeant que les apparences. Mais je ne lui en blâmais pas. C’était aussi un peu de ma faute. Aurais-je perdu ma vertu et ma raison quand je lui ai pris la sienne ? Elle m’envoûtait complètement. Elle posa sa main sur mon torse pour me repousser… Je la laissais faire levant les mains avec un sourire arrogant en coin. Je reculais lui laissant de l’air. Je la regardais hésitant entre l’amusement et la douleur. La situation était comique mais des plus dramatiques à la fois. Comment avions-nous pu en arriver là ? Par ma faute, je ne le répèterais jamais assez. Mais ça ne m’empêchait pas de garder espoir. Après tout c’est ce qui faisait vivre notre couple… l’espoir était la clé de sa viabilité. Sans lui nous ne serions pas arrivé ici. Alors oui j’espérais… je rêvais qu’un jour on s’en sortirait. Je savais que par l’espoir on irait bien au-delà de mes rêves. Ne restez plus qu’à illuminer le regard à Lea et lui faire partager mes envies. Je n’avais pas peur de l’avenir. Aujourd’hui c’était flou et douloureux mais un jour… oui un jour elle sera mienne complètement et à jamais. Je me foutais que le monde soit pour ou contre… je voulais vivre chaque seconde de nos moments et même si je devais aussi passer par des moments plus durs… Car c’est ce qui faisait qu’un jour on s’en sortira…

    LEA « Mais à quoi tu joues ?! Tu te prends pour qui ?! Tu me prends pour quoi exactement ?! Pour un jouet ?! Qu’est-ce… Tu te pointes avec une autre fille, puis tu viens m’embrasser ? ça ne tourne pas rond chez toi ! »

    MIKE « En effet je ne tourne plus vraiment rond depuis que je t’ai connu mais es-ce de ma faute si je ne sais te résister ? »

    C’était dur d’avouer la vérité. Fierté ? Et oui quand ça me reprenait c’était tenace. Je jouais les durs mais je souffrais à un point inimaginable. Avouer que ça fait mal était pire que tout. C’était comme me mettre à nu. Je n’aimais pas trop ça même si c’était pour Lea. Je restais tout de même fier et con fallait l’avouer… Elle ne cachait pas sa colère et moi je ne trouvais que de mieux à faire : sourire… Elle pointa sa baguette sur moi… Je n’avais pas peur. Peut-être parce que je ne suis qu’un imbécile de gryffondor ou que l’amour me rend insensible à ce genre de menaces… Elle me poussa avec sa baguette. Je reculais à peine…

    LEA « J’avais besoin de toi ! Et tu m’as abandonné ! J’étais mal… J’ai mis ma vie en jeu plus d’une fois… Surtout la dernière fois… Et tu n’as pas réagi ! J’avais besoin d’aide ! J’avais besoin de toi ! »

    Je fis un pas. Elle appuya sa baguette pour me défendre d’avancer plus. Je n’en tenais pas compte. Je la défiais simplement du regard d’oser lancer un sort…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Lun 6 Sep - 23:16

    J’étais vraiment, vraiment en colère ! Chaque phrase qu’il disait, chaque geste, m’enrageait d’autant plus. Je ne cherchais même pas à me contrôler, cela ne servait à rien. Je pointais toute ma colère dans ma baguette, mais toutes mes émotions me chamboulaient, et ma main commençait à trembler. Mais le regard de Mike me renforça. Il avait toujours cet air arrogant qui l’avait toujours caractérisé. Il me poussait à bout, il jouait encore une fois avec mes sentiments et moi. Mais je ne me défilerais pas, pas maintenant !

    - Spectro Patronum !

    Un filet blanc jailli alors de ma baguette, comme un léger fantôme. Je répétais la formule encore une fois. Je choisis alors le souvenir le plus marquant de ma vie, même si peu être déplacé dans cette situation... Ma première fois, c'était évident. Mais ça me gênais de penser à quelque chose d'heureux concernant Mike alors qu'il n'arrêtait pas de me faire souffrir. La seconde tentative était bien la bonne. Le filet s’était transformé en un Aigle. Je ne savais pas encore tout à fait que mon Patronus était un tel oiseau. Il n’avait jamais été aussi réel jusque-là, et je me réjouissais d’avoir réussi.

    L’Aigle s’avança vers Mike, le poussant à reculer encore une fois. Mon Patronus était plus fort que moi. Il prenait Mike pour un détraqueur, ce qui était bien le cas. En tout cas, c’est comme ça que je le voyais aujourd’hui. Il ne me fessait toute fois pas peur, juste mal. Et mes larmes qui continuaient à couler. J’en avais marre de finir toujours comme ça…

    - Tu joues encore avec moi ! Je ne suis rien pour toi ! Tu… Tu ne fais que te moquer de moi !

    J’avais l’impression que plus je parlais, plus l’Aigle prenait de la force, grandissait. Il repoussait Mike, l’empêchant de s’approcher. D’un autre côté, tout cela était normal, je ne voulais pas qu’il revienne.

    - Mais moi je t’aime ! T’entends ?! JE T’AIME ! Et tu me fais souffrir ! Et encore mieux, tu te contentes de sourire ! Mais est-ce que tu ressens au moins quelque chose, là ?

    Je pointais son cœur avec ma baguette, même s’il était à plus de quatre pas de moi.

    - Tu m’as… Me fais mal ! Va-t-en !

    J’étais encore plus en larme qu’avant, la vue totalement brouillée. J’étais hors de moi, incapable de me contrôler. Je sentais tout mon corps trembler sous l’énervement. Je m’asseyais alors sur la table, tentant de sécher mes larmes, et fessant disparaître malgré moi l’Aigle argenté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews

avatar

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Mar 7 Sep - 21:55


    LEA « Spectro Patronum ! »

    Bon… ça c’est fait… mais bon je l’avais poussé à bout j’avouais. Je ne méritais que ce soir. Et encore je m’estimais heureux de pas avoir valsé dans la pièce xD ! Sa baguette fit jaillir un léger fantôme blanc. J’étais impressionné de voir qu’elle ait réussi un tel tour. Je me demandais à quel souvenir heureux elle avait pensé pour y arriver. Moi j’aurais choisi notre première fois… C’était elle qui avait marqué notre histoire pour l’éternité. Non je ne disais pas ça pour faire jolie. Oui j’aurais pu m’en foutre après et j’a d’ailleurs agi comme ça avec beaucoup de filles mais je ne le répèterais jamais assez, avec Lea c’était différent. Je voulais la sortir de cette phase d’adolescence douloureuse et la rendre heureuse. C’était mal partie et je le savais mais je finirais par y arriver. Le filet se transforma en un magnifique Aigle royal emblème de sa maison mais aussi de liberté. Je devinais que ce patronus n’était pas un hasard. Il s’avança vers moi me faisant reculer.

    LEA « Tu joues encore avec moi ! Je ne suis rien pour toi ! Tu… Tu ne fais que te moquer de moi ! »

    Je la laissais dire… L’aigle prenait de la force mais je n’avais pas peur. Je savais que c’était sa façon à elle de mettre un bouclier entre nous. Comment cette histoire allait finir ? Je l’ignorais… mais je savais que je ne m’arrêterais pas là. Il fallait croire que j’étais un peu masochiste sur les bords pour affronter Lea en colère mais ça ne me faisait pas peur. Je savais que je la regagnerais en insistant encore et encore. Je la faisais craquer… C’était indéniable. Sinon pourquoi utiliser un patronus pour me repousser ? Elle pouvait très bien le faire elle-même. Mais elle était trop faible pour y arriver et moi je me réconforter dans cette idée…

    LEA « Mais moi je t’aime ! T’entends ?! JE T’AIME ! Et tu me fais souffrir ! Et encore mieux, tu te contentes de sourire ! Mais est-ce que tu ressens au moins quelque chose, là ? »

    Elle pointa sa baguette sur mon cœur. Ignorait-elle autant la vérité ? Pourquoi doutait-elle de mon amour autant ? Je ne récoltais apparemment que ce que j’avais semé dans le passé avec les autres filles et non Lea. Ai-je une fois été avec une autre fille depuis que Lea m’intéresse ? Ai-je abandonné ? Ne lui ai-je pas dit que c’était elle que je voulais et pas une autre ? Mais elle en doutait encore… Combien de fois il faudrait que je lui répète que j’étais fan d’elle… Son visage hante mes nuits… Je l’aimais oui.

    LEA « Tu m’as… Me fais mal ! Va-t-en ! »

    MIKE « Non… »

    Elle pleurait plus que tout. Me sentais-je coupable ? un peu… Son corps tout entier tremblait et je ne partirais pas la laissant dans cet état. Je n’étais pas comme ça… L’Aigle disparut malgré elle. J’en profitais pour avancer et sans même lui laisser le temps de faire quoi que ce soit je saisis sa baguette pour la mettre avec la mienne dans ma poche arrière de mon jean. Je saisis alors son doux visage dans mes mains pour la forcer à me regarder dans les yeux…

    MIKE « Lea… Tu n’es que la seule cause de ta propre souffrance en refusant de croire que je puisse être amoureux. Combien de fois encore dois-je te dire qu’il n’y a que toi… Que quoi que je fasse c’est toi. Toi, toi et encore toi ! Tu refuses de me croire ? Et pourtant c’est la stricte vérité… Je t’aime toi et pas une autre. C’est toi qui me fais vibrer… toi qui me fait renaitre… toi qui me donne envi de changer… Tu es mon premier love… je suis fou de toi. Sans toi je ne suis rien. Tu m’as rendu meilleur, comment vouloir m’éloigner de celle qui fait de moi un homme nouveau. C’est toi et moi à l’infini mon ange… Si tu tombes je tombe… si tu souffres, je souffre… Cesse de pleurer et sèche tes larmes… »

    Je passais un doigt sur sa joue pour enlever cette larme. Mon sourire s’était effacé remplacé par un regard doux et protecteur. Je lâchais une de ses joues pour prendre sa main dans la mienne. Mon autre main gardait son visage en son creux.

    MIKE « Sans toi… je ne l’envisage plus. Je ne peux… Sans toi c’est comme si je tentais de vivre dans un monde qui n’existe pas. Sans toi je ne suis plus tout à fait moi. Sans toi peu m’importe le reste… Combien de fois encore je devrais te le dire pour que tu comprennes… »

    Elle voulut ouvrir la bouche, peut-être pour parler d’Espéranza. Je sentais sa colère encore présente mais je ne lui laissais pas l’occasion de dire un mot posant mon doigt sur ses lèvres dans un chuuuut…

    MIKE « Ce sont tes yeux… ta voix… toi qui me font toujours un peu plus chaque jour t’aimer plus fort. Je peux t’assurer qu’aucune ne peut te surpasser. Je ne veux plus d’une autre… je ne veux plus déconner. Juste être avec. Tu es tout ce que je peux désirer… Pourquoi vouloir t’échanger ? Tu as besoin de moi ? mais j’ai autant besoin de toi. S’il te plait mon amour ne te fit pas aux apparences… A ce que tu crois voir… ne me prive pas de ton amour… Je ne pourrais pas le supporter. T’es mon amour à moi… Pour moi il n’y a plus rien qui compte depuis notre rencontre. Je suis si bien avec toi. Ma vie est tellement plus simple et belle depuis que je peux te tenir dans mes bras… Tu es la plus belle chose qui m’est arrivé. Toi, toi toi et encore toi ! Seulement toi… »

    Je finis par sourire mais loin de l’arrogance seulement parce que j’étais soulagée de dire tout ça. Ça me rongeait de l’intérieur de le garder pour moi. Du coup je venais de tout lui dire…

    MIKE « Toi et moi, c’est tout… Le reste on s’en fout… parce que je n’aime que toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Mar 7 Sep - 23:49

    Mes larmes trahissaient mes faiblesses, il était difficile de croire en mon sérieux. Je me savais fragile, et Mike en profiterait. Mais ma colère était toujours là. Je n’arrêtais pas de le revoir avec cette fille, et chaque fois où il m’avait fait mal. J’essayais de comprendre son comportement, mais je n’arrivais pas à donner une meilleure explication que « c’est Mike le dragueur ». Dans mes réflexions, je le laissais récupérer ma baguette sans rien dire. De toute façon je n’étais pas en état de lancer quelque sort que se soit.

    Je le laissais aussi me pousser à le regarder et surtout l’écouter. Je n’en avais pas forcément envie, ma colère me criait de lui résister, mais je n’avais plus de force. Je le regardais droit dans les yeux alors que la bruine recouvrant mes yeux s’évaporait lentement. Il commença alors à me parler de ses sentiments, de ce que je représentais pour lui. Il me répétait que j’étais tout pour lui, que je l’avais changé.

    Mais si j’étais tout pour lui, pourquoi était-il avec une autre ? Pourquoi me fessait-il souffrir s’il prétendait souffrir aussi ? Pourquoi était-il aussi arrogant, toujours sourire aux lèvres, quel que soit la situation ? Pourquoi était-ce tombé sur moi ? Pourquoi je l’aimais ? Pourquoi IL m’aimait ? Il avait eu droit à toutes les filles qu’il voulait, et ce serait toujours ainsi. Alors pourquoi s’arrêter-là ? Pourquoi j’avais toujours mal ?!?

    Toutes ces questions n’arrêtaient pas de se bousculer dans ma tête, et je n’avais qu’une envie, les lui poser. Mais il m’empêcha de parler, de lancer tous mes questionnements. Pourtant je ne résistais pas, je le laissais continuer son long discours.

    - Toi et moi, c’est tout… Le reste, on s’en fout… Parce que je n’aime que toi.

    Je me laissais encore une fois submerger par toutes ces émotions. Car oui, ce qu’il m’avait dit m’avait touché, je n’étais pas insensible à tout ça. Je craquais alors, sentant d’autres larmes venir. Je le pris alors dans mes bras, posant ma tête sur une de ses épaules. Je l’enlaçais et le serrais fort. J’avais besoin de ce contact, de le sentir tout près de moi. J’avais beau vouloir le cacher, chaque mot qu’il avait prononcé m’avait fait vibrer, et cela me fessait du bien de connaître ses sentiments. Je ne me sentais plus seule au fond de moi. Le voir partager ma passion me réconfortait.

    - Je t’aime…

    Je le murmurais entre deux sanglots. Je ne le lâchais toujours pas, ressentant le besoin de sa présence. Il me rendait forte, m’aidait à surmonter mes faiblesses. J’avais besoin de lui, on ne fessait qu’un.

    Mais plus je devenais lucide dans ses bras, plus je sentais ma colère revenir. Il avait réussi à l’apaiser le temps de son discours, mais tout commençait à se remettre en place. Je regrettais déjà de sentir cette rage me monter. Mais le plus fort était les questions. Toutes celles que je n’avais pus poser et qui me brûlaient la gorge.

    Je lâchais alors mon emprise, et posais mon front contre le sien. Je laissais une de mes mains agripper sa chemise pour garder le contact. Cette fois-ci, je voulais moi aussi libérer mes sentiments, ou plutôt mes interrogations. Je tentais tout de même de ne pas m’énerver. Je ne voulais pas crier, sachant parfaitement que cela n’arrangerait rien à part une magnifique voix cassée pour le lendemain. Je murmurais alors mes questions.

    - Comment veux-tu que je ne me fie pas aux apparences ? Tu m’abandonnes alors que je suis mal et reviens avec une autre… Pourquoi tu m’as laissé ? Pourquoi es-tu parti ? Pourquoi cette fille…

    J’avais milles autres questions en tête, mais je m’arrêtais là. Je savais que si j’allais plus loin, jamais je ne m’arrêterais, et ne me contrôlerais. Je voulais rester totalement consciente de ce qu’il se passait, ne pas me retrouver submergée par la situation. Je posais alors ma tête à côté de ma main, tenant encore la chemise de Mike au niveau de son torse.

    - Je t’aime, tu m’as manqué…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews

avatar

Nombre de messages : 89
Age : 29
Date d'inscription : 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Dim 12 Sep - 22:40


    Je l’aimais… C’était un fait que je ne pouvais nier. Elle était la plus belle chose qui m’arrivait. La plus jolie fleur parmi un champ… Mon rayon de soleil… Mon étoile… Ma source de vie… mon oxygène. Je pouvais la qualifier encore bien des façons. C’est elle qui me redonnait le goût de me battre pour ce que je voulais moi. Elle était si faible en ce moment… je portais le poids de sa souffrance et de la mienne à la fois. Mais pour s’en sortir il fallait qu’elle soit forte… Pour y arriver il fallait qu’elle me fasse enfin confiance. Je ne pourrais pas y arriver tout seul. Il fallait qu’elle sèche ses larmes et qu’elle devienne forte… pour nous… Qu’on se soude et qu’on reste imbattable. Mais avant il fallait que je lui redonne confiance en elle. Je savais que pour l’instant elle n’était pas prête à affronter ce qui risquait de suivre pour nous. Affronter les choix de mon père risquerait d’être ardu. Lui prouver qu’il a tort… Faire accepter Lea dans sa vision de mon avenir encore plus. Bref tout ça me semblait impossible dans son état. Mais c’était dans mon devoir de la remonter sur pied. A moi de la relever pour ensuite avoir la plus belle histoire qu’un sang pure et une sang mêlée puisse avoir. Elle ou rien… Mais ça encore fallait-il que ça rentre dans sa tête à elle. Voilà ma première mission. A voir si j’allais arriver à passer le cap. Je l’espérais au fond de moi. Mais Lea sera-t-elle suffisamment solide pour qu’on y arrive. J’en avais peur… J’avais beau l’aider si elle n’essayait pas non plus de son côté, je ne pouvais pas non plus faire des miracles… Parce que les miracles ne pouvaient se faire qu’à deux.

    Elle craquait doucement sous mes paroles…. Je vis une larme ou deux couler le long de sa joue. Elle me prit dans ses bras posant sa tête sur mon épaule. J’entourais son corps de mes bras. Ça m’avait tellement manqué. Je respirais son parfum à grande bouffée. Pas de doutes ça m’avait vraiment manqué ! J’avais besoin d’elle. Je la serrais tout contre moi. Lui apprendre à être forte et tout affronter grâce à nos sentiments sera dur mais je voulais y croire. Elle avait réussi à me changer alors pourquoi on n’y arriverait pas ?

    LEA « Je t’aime… »

    Je sentais quelques sanglots. Mes bras se refermèrent un peu plus autour d’elle pour la réconforter. Elle n’avait pas l’air non plus de vouloir me lâcher. Ça tombait bien parce que moi non plus. Elle finit par lâcher prise malgré tout après quelques minutes. Je la laissais faire, la libérant. Elle posa son front contre le mien. L’envie de l’embrasser me prit malgré moi. Sa main agrippa ma chemise. Je sentais pourtant que ce n’était pas le moment… J’avais raison de le penser quand elle se mit à parler.

    LEA « Comment veux-tu que je ne me fie pas aux apparences ? Tu m’abandonnes alors que je suis mal et reviens avec une autre… Pourquoi tu m’as laissé ? Pourquoi es-tu parti ? Pourquoi cette fille… »

    Je savais qu’il y avait tant de questions en elle et pourtant une seule réponse à lui donner qui regroupait le tout… J’hésitais. Tout lui dire pourrait la faire d’autant plus souffrir. Mais je n’avais pas le choix. Lui cacher des choses avait failli coûter notre couple. Je ne referais pas la même erreur. J’espérais alors qu’elle surmontera ce que je lui annoncerais… elle finit par décaler son visage plus vers sa main qui tenait encore ma chemise.

    LEA « Je t’aime, tu m’as manqué… »

    Je finis par prendre son visage pour le redresser et qu’elle me regarde dans les yeux. J’avais un air plutôt sérieux et grave. Mon autre main se posa dans le dos de Lea pour la garder malgré tout, tout contre moi. Je finis par prendre mon inspiration. Je lui devais des réponses. Je choisis alors de répondre à tout en une seule phrase :

    MIKE « Pourquoi je suis parti loin ? Pourquoi je t’ai laissé tout l’été ? Pourquoi je suis revenu avec Espéranza ? Je n’ai qu’une seule réponse à te donner… Elle peut faire mal mais je n’ai pas le droit de te le cacher. La réponse te concerne tout autant… Dans la tradition des sangs pures, le chef de famille, en l’occurrence le père, choisit lui-même avec qui ses enfants doivent se marier pour assurer une descendance parfaite. Mon père a fait son choix avec celui d’Espéranza. A la fin de Poudlard on est sensé se marier… Nos parents respectifs nous laisse deux ans pour apprendre à nous connaitre et nous faire à cette idée, ce qui n’est pas donné à tous les enfants de sangs purs. Mais c’était une condition pour le père d’Espéranza. Malheureusement, elle comme moi sommes contre cette idée. A nos yeux : deux an pour trouver une solution… Tu vas alors me demander pourquoi je lui ai tenu la main… ? Et bien c’est simple… ce mariage prévu est connu des autres sangs purs à Poudlard. Si un enfant de sang-pur apprend qu’Espéranza et moi on fait bande à part, mon père pourrait être au courant et ça pourrait se retourner contre nous. Voilà pourquoi il ne faut pas se fier aux apparences… »

    Je marquais une pause la laissant déjà digérer cette information. La suite risquait d’être tout aussi corsée. Je n’avais pas fini dans mes explications. J’observais les réactions de Lea. Je me doutais que l’idée ne lui plaira pas mais encore moins la suivante. Je finis par reprendre…

    MIKE « Je n’ai donc d’autres choix que de ne plus fréquenter les autres filles d’un point de vue plus intime… Remarque vois le bon côté des choses… J’ai déjà suffisamment de ce problème et de mon inquiétude pour toi pour penser ne serait-ce qu’une minute à une autre. Mais plus sérieusement… Espéranza débarque du Mexique. Elle parle mal l’Anglais et je suis responsable d’elle tout autant que je suis responsable de lui. Son père me l’a confié et même si à mes yeux ce n’est qu’une amie, je n’ai pas le droit non plus de la laisser seule dans cette jungle. Comprend donc ma position assez délicate. D’un côté Espéranza qui est ma fiancée officielle et une amie que je ne peux pas abandonner et de l’autre toi… la femme de ma vie que je refuse de sacrifier à l’idée de mon père. Je sais que ce n’est pas facile à digérer Lea… Si tu veux tu as même le droit de m’en vouloir. Je comprendrais… Mais tout ça, je ne l’ai pas demandé. Moi tout ce que je veux c’est toi. Je ne serais pas là ce soir à prendre des risques qu’on nous voit si ce n’était pas ce que je veux… Mais toi ? Es-tu prête à affronter tout ça ? Prête à m’aider à trouver une solution ? Prête à te battre pour notre histoire ? je t’en laisse le seul juge. Je ne peux t’imposer une telle situation. Le choix de continuer te revient. Quoi que tu choisisses je l’accepterais même si je dois en souffrir parce que ce qui compte pour moi c’est ton bonheur… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 26
Date d'inscription : 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   Dim 12 Sep - 23:56

    Il se lâchait. Il me disait enfin tout ce que je voulais savoir sans même que j’aie besoin de le lui demander totalement. Je l’écoutais en silence, cherchant à assimiler chaque nouvelle. Son récit était étrange, il me paraissait si traditionaliste… Mais je croyais tout ce qu’il m’annonçait, tout aussi terrible soit-il. J’assimilais les événements, les uns après les autres. Mais il me demandait ce que j’en pensais. Ce que je voulais pour nous, notre avenir. Tout en me répétant qu’il voulait mon bonheur.

    Bizarrement, je me sentais au centre de cette histoire, alors que c’était la place de Mike. Il m’avait lâché le visage, mais me tenait toujours dans le dos. J’avais besoin de bouger, je ne pouvais rester assise sans agir. Je repoussais alors avec une violence surgie de nulle part, donc je regrettais la venue. Je me levais alors pour m’avancer vers le devant du tableau et faire les cent pas, histoire de réfléchir.

    Mais je ne savais pas comment réagir. Je me sentais fautive de ce qui m’arrivait, Nous arrivait. Plus je pensais à cette nouvelle, plus je pensais au passé. À tout ce qui nous avait amené jusque-là. Tout ce qui avait changé depuis le début. Je me demandais comment j’en été arrivée là. Tout avait commencé à cause d’une crise de jalousie. Je n’avais pas voulu accepter l’amour de mon frère. C’est idiot. Vraiment trop débile.

    Plus rien n’avait de sens. Cette lettre était une vraie claque. Pas seulement sur mon histoire de fou avec Mike, mais aussi sur ma vie. J’avais trop changé en six mois. J’avais fait souffrir tant de monde… En commençant par Leo, puis Nana, Maman, Papa… Bon ce dernier était à oublier. Et Mike ? Je réalisais que je l’avais aussi fait souffrir. Je ne savais plus quand, ni comment, mais je n’aurais jamais su le préserver. Je n’avais même pas réussi à protéger mon propre cœur.

    Je m’étais donc plongée dans une spirale envoûtante, un quotidien dangereux qui m’amènerait certainement à ma fin. J’essayais de me tuer… J’avais l’esprit confus comme à la fin de mes soirées d’été. Je réalisais que pour éviter de trop penser, j’avais anesthésié mon cerveau à coup de vodka pendant près de deux mois… Qu’étais-je devenue ? Qu’avais-je fait de ma vie ?

    J’avais réussi à la faire partir en lambeaux en un rien de temps. À me faire autant d’ennemis que d’amis éphémères. Plus rien n’avait de sens, et j’en étais la cause. J’avais tout détruit, et je me devais de tout réparer, soigner les blessures provoquer, rassurer les esprits chamboulés. Mais en serais-je capable ? J’étais sure que non. Je savais semer la pagaille, mais pas réparer mes erreurs. J’avais besoin d’aide, et d’urgence !

    Mais finalement je n’étais pas la seule à en avoir besoin. Je voyais Mike, face à moi, le regard sérieux. Il était totalement conscient de ce qu’il se passait. Il avait eu tout l’été pour s’habituer à la nouvelle après tout. Moi je venais tout juste d’être mise au courant. Comment devais-je réagir ?

    Il se passait tellement de choses dans ma tête. Je tentais de faire le trie entre mes erreurs, mes gestes, mes souvenirs, mes blessures, mon passé et surtout mon présent. Mike était toujours face à moi, comme attendant une réponse de ma part. Je ne savais toujours pas comment je devais réagir. J’étais trop perdue en ce qui ne me concernait que moi, alors à propos de nous deux…

    Je m’étais mise à pleurer encore une fois. Mon cerveau ne voulait pas faire de l’ordre dans mon esprit, mais me faire chialer comme une Madeleine, ça pas de problème ! Je réalisais que malheureusement j’avais encore mal. Je ne saurais dire d’où venait exactement la douleur, mon mal être ou la trahison de Mike ? Il y avait trop de chose en moi, trop de remords, de regrets et autres, dans mon esprit. J’avais besoin d’en libérer au moins une partie, même si ce n’était pas celle qui concernait cette histoire avec Esperanza. Et je n’avais pas trouvé d’autres moyens…

    - Tu m’as fait mal ! Tu… Tu n’as pas arrêté de jouer avec moi et mes sentiments ! Tu n’arrive pas à te fixer ! Un coup tu m’abandonnes, un coup tu viens par surprise chez moi ! Je n’arrive pas à suivre ton manège… J’ai… Je t’ai peu être fait déjà mal, mais toi tu n’as jamais cessé de le faire ! Tu m’as presque à chaque fois envoyé balader ! Moi je n’en peux plus !

    J’avais plus ou moins réussi à affirmer que je me mettais en doute, que j’avais peu être fait des erreurs. Mais je n’en étais pas encore à l’avouer, la blessure était encore trop fraîche.

    - Mais je t’aime !

    Sans m’en rendre compte, je l’avais crié. Je reprenais alors un ton plus normal avant de continuer :

    - Je t’aime ! J’ai voulu échapper à tes jeux de dragues idiots, mais je suis tombée. J’ai voulu cacher mes sentiments, mais en vains. Et quand tu es parti j’ai tenté de t’oublier. Mais rien n’y fait. Mike, je t’aime ! Mais je ne veux pas être une de ces filles que tu finis par accrocher sur un mur. Je ne suis rien de plus qu’un morceau de chair pour toi ! Rien d’autre ! Une fille de plus, sans aucune importance !

    Je n’aurais su décrire son regard, son expression. Mais je le compris la bêtise que je venais de faire. Je m’étais défoulée sur lui, encore l’une de mes erreurs. Je voyais qu’il était blessé par ce que je venais de dire. Je ne saurais dire si mes mots reflétaient la réalité, mais je voyais bien que je lui fessais mal à mon tour. Je n’en étais pas fière… Il avait été sincère avec moi, m’avait tout dit. Il m’avait dit qu’il m’aimait. Et moi, au lieu de réaliser l’importance de ces mots, je m’étais contenté de lui crier dessus. Il ne le montrait pas, mais il devait être aussi dépité que moi.

    - Désolée… Je ne sais plus ce que je dis… Je…

    Je le fessais souffrir… J’étais la seule source de toute cette douleur, autant la sienne que la mienne. J’essuyais mes larmes, espérant que ce seraient les dernières, et me rapprochais de lui. Je l’embrassais alors. Son contact était si fort. Je me sentais ridicule face à Mike, lui qui était si solide. J’avais l’impression que chaque minute sur ses lèvres me rendrait ma force perdue dans mes larmes. Comme une drogue fortifiante. Il était une drogue, bien meilleure que celles que j’avais pu voir cet été. L’amour. Je ne devais pas le laisser s’enfuir, pour rien au monde. Et surtout arrêter cette souffrance.

    - Je suis désolée… Je n’ai pas réalisé. Pardon de t’avoir fait mal, de nous avoir blessé. Je n’aurais jamais dû réagir comme ça. J’ai été affreuse avec toi, comme avec les autres… Je ne sais pas ce qui m'est arrivé, ce qui m'est arrivé, ce que je me suis fait, je ne comprend pas… Je me demande pourquoi tu es encore là… Je ne te mérite pas… Mais je ne veux pas te perdre… Tu comptes tant, chaque fois encore un peu plus… J'ai pas voulu te croire… Je suis désolée… Je ne pourrais jamais te le dire assez. Je t’ai fait souffrir… Je t’aime, pardonne-moi…

    Je ne le laissais pas répondre à ce que je venais de dire. Je tentais seulement de me racheter en quelque sorte, et la seule que je trouvais fut de l'embrasser. Je me replongeais dans ses lèvres et me laissais faire comme la première fois. Je voulais oublier tout ce que je lui avais fait vivre... Arrêter de nous faire souffrir. Je me sentais si bien entre ses bras, totalement en sécurité. On cessait là la discussion, entièrement envoûté l'un de l'autre. On sortit alors de cette salle de classe vide pour aller nous réfugier dans une autre pièce bien plus confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jouer avec la vie des autres gens... [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)
» A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas :: Écosse :: Poudlard - Le Château :: Couloirs & Escaliers-
Sauter vers: