AccueilAccueil  PartenairesPartenaires  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez | 
 

 Je te veux toi. Pas une autre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Je te veux toi. Pas une autre...   Mar 20 Juil - 23:56


    Je respirais profondément devant mon miroir de ma chambre. Ma mère entra et me découvris un peu stresser. Elle fut étonnée de me voir ainsi moi qui étais si sûr de moi. Elle ne mit pourtant pas longtemps à comprendre… Elle m’aida à bien choisir comment m’habiller. Je me changeais plusieurs fois. Je finis par opter pour quelque chose de plutôt simple : jean et chemise noire. Parait-il que c’est à la mode côté moldu. Moi je m’en foutais du moment que ça me mettait en valeur mais je stressais malgré tout. Je finis par mettre un t-shirt noir en dessous et laisser ma chemise ouverte. J’avais un air de rockeur habillé comme ça. Ferais-je bonne figure si je tombais sur ses parents ? Je stressais de plus en plus. Et tout ça pour…

    MAMAN « Une fille ? »

    MIKE « Maman voyons non ! »

    MAMAN « Mike tu peux la faire à qui tu veux mais pas à ta mère. Je t’ai tout de même fait. Je te connais par cœur… Alors son nom ? son rang ? son âge ? comment est-elle ? »

    MIKE « Maman ! je ne vais pas non plus me marier avec elle ! »

    MAMAN « Et qu’es-ce que tu en sais ?! Je te connais. Tu ressembles tellement à ton père. Si sûr de toi… Un peu dragueur sur les bords et bourreaux des cœurs. Et pourtant aujourd’hui je te vois tendu pour une fille… »

    MIKE « Lea… Elle a le même âge que moi. Elle est en Serdaigle. Plus petite que moi… si fine qu’on aurait peur de la briser et pourtant si forte de par sa personnalité à la fois. Elle est… si jolie. Quand tu croises ton regard c’est comme si une brise vient traverser votre corps vous donnant presque l’impression de voler. Elle a des cheveux si long qu’on aurait envi de les caresser chaque jour… Des mains si petites… Et son regard… si tueur et pourtant si perdu. C’est comme l’envie d’y ramener cette lumière. Suis-je fou pour être tombée accro de cette fille ? »

    MAMAN « Ou simplement amoureux… »

    MIKE « Je ne crois pas en l’amour… »

    MAMAN « Alors comment expliques-tu notre lien à nous… »

    MIKE « Tu es ma mère… Ce n’est pas pareil… »

    MAMAN « Si Mike c’est pareil. Tu t’imagines vivre sans ça… Mais tu auras beau dire tout ce que tu voudras il est dans ton corps, dans ton sang, dans ta voix. Je te parle d’amour… du besoin de tendresse, de réconfort, de protéger. Il est partout que tu le veuilles ou pas et même tout au fond de toi. Il est même présent dans la façon que tu as de la décrire. Reste à toi de l’accepter ou de le rejeter… »

    Je ne disais rien… J’avais horreur de ça quand ma mère avait le don de me clouer le bec. Au fond je comprenais pourquoi mon père l’avait épousé. C’était une femme droite, aimante et la tête sur les épaules avec une dose de personnalité un peu forte. Elle était la seule à savoir tenir tête à mon père. La seule à savoir se faire respecter par lui. La seule à arriver à le tirer parfois d’une affaire importante juste par un regard. La seule à savoir l’envoûter et le détourner de tout. Longtemps j’avais pensé que mon père était faible face à ma mère. Le suis-je aussi face à Lea ? Mais la relation de mes parents avaient aussi rendu mon père plus fort et plus déterminé. Serais-ce parce qu’il croit en cet amour entre eux ? Moi j’avais peur que me rapprocher de cette façon de Lea me détruise. Et pourtant je ne pouvais plus me passer d’elle. Combien de temps encore ma fierté allait rester en place ? je l’ignorais… Je finis par embrasser ma mère affectueusement sur la joue. Elle était la seule femme pour l’instant à avoir tout mon cœur malgré moi. Mais il s’agissait de ma mère… C’était normal. Un jour une autre femme arriverait-elle au même niveau ? Je ne voulais pas y croire mais je savais que ça pouvait très vite me tomber dessus.

    Je pris alors le chemin de la sortie. Mon père m’avait réservé un carrosse avec de magnifiques chevaux blancs. Quoi ?! N’avais-je pas dit que je ferais tout pour l’amener dans un carrosse digne d’une princesse. Deux magnifiques chevaux blancs que je vins caresser délicatement. Avec ça je n’allais pas passer inaperçu… Je pris ma cape de sorcier qui était dans le carrosse pour me la mettre. On respire à fond et on y go… Je laissais ainsi le voiturier se charger de trajet pour finir par arriver chez elle. Je mis un sacré temps mais je sentais que ça valait le coup ! Une fois devant sa maison je pris mon inspiration à fond. C’était la première fois que je faisais ça. Décidément je devenais vraiment dingue ! Je sonnais. 20h pile. Et à l’heure en plus héhé. Son père ouvrit… je fis alors ma petite révérence. Ben quoi … quitte à utiliser une calèche autant faire dans les règles de la vieille école comme m’avait appris mon père non ?!

    MIKE « Bonsoir Monsieur… Je viens avec votre permission demander à voir votre fille ce soir avec la promesse de vous la rapporter à l’heure que vous désirez… »

    MR MCCUTE « Et puis-je savoir à qui j’ai à faire ? »

    MIKE « Mike Andrews… sorcier de la maison de Gryffondor monsieur… »

    MR MCCUTE « ça ne va pas être possible… »

    MIKE « Permettez-moi d’insister… »

    Et là… un ouragan débarqua… Mon ouragan préféré <3 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 21 Juil - 1:07

    J’en revenais toujours pas de ce qui s’était passé dans l’après-midi. Je me n’étais pas attendue à le voir là. J’avais tellement de choses à faire de bien plus important que de le rencontrer. Mais c’était arrivé autrement, et finalement c’était une bonne chose… Mike…

    Cependant, ce rendez-vous me fessait angoisser. Moi Lea, me retrouver à un tête-à-tête avec quelqu’un que j’ai toujours traité d’enfoiré jusqu’ici… J’aurais jamais cru ça possible… J’en reviens toujours pas qu’il ai réussit à m’avoir. D’un autre coté je devais m’y attendre. Mais j’avais tellement réussit à m’en séparer en retournant comme ci comme ça la situation… que je m’étais déjà vue libre. Mais finalement j’ai plongée tête la première dans ce piège.

    Quoi qu’il en soit, je devais me préparer pour ce dîner. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Tout était possible avec Mike. Et du coup, côté choix de la tenue, ça allait être difficile. J’aurais jamais cru avoir autant d’affaires dans ce placard et dans ma valise de Poudlard. Mais j’ai fini par trouver une tenue qui pourrait (normalement) passer dans toutes les situations que je pouvais imaginer. J’ai choisi du noir, assez sobre pour passer partout et assez classe s’il le faut. Comme depuis un bon moment, j’ai pris un short et un simple débardeur, et pour accompagner le tout, une ceinture avec des motifs en rond argentés. Et ce chapeau que j’ai jamais mis, va vraiment bien l’affaire aussi ! (la tenue)

    J’entendis la sonnerie de la porte pile quand je venais de finir ma dernière touche maquillage. Après avoir pris mon sac à main, je m’arrêtais en haut de l’escalier pour voir comment mon prince de la soirée allait s’en sortir avec mon père…

    - Bonsoir Monsieur… Je viens avec votre permission demander à voir votre fille ce soir avec la promesse de vous la rapporter à l’heure que vous désirez…

    Ohhh joli… Tout ce que mon père aimerait entendre. De quoi le mettre à l’aise à priori. Mais il fallait que Mike continue sur cette voie-là…

    - Et puis-je savoir à qui j’ai à faire ?

    - Mike Andrews… sorcier de la maison de Gryffondor monsieur…

    Ai, mauvaise idée… Mon père n’est pas fana des sorciers… Certes, il s’y est habitué sans problème vu son amour pour ma mère. Mais toute cette histoire de sorcellerie c’était peu être un peu trop pour lui. Et puis vu que je lui arrange pas la vie en ce moment…

    - ça ne va pas être possible…

    - Permettez-moi d’insister…

    Bon là, c’était à moi d’agir… Je descendis les escaliers en fessant bien du bruit, prit cette même expression que je montrais à mon père depuis mon retour à la maison, c’est-à-dire, tout sauf la gentille Lea. Je lui en voulais toujours pour avoir demandé à Leo de partir. Et je lui ferais regretter cette décision.

    - Lâche-le, ça ne te regardes pas de toute façon…

    Je passais devant lui sans même lui faire attention, le bousculant même au passage. Je le sentis me prendre le bras, et j’hésitais à rejouer ce que Hanako m’avait appris. Mais c’était une mauvaise idée… Là c’est sur que non seulement je finirais dans la rue, mais il y a même des chances pour que je finisse dans un cimetière… Donc je me ravisais et secouais simplement le bras pour qu’il me lâche.

    - Ne fais pas ça...

    - Je suis assez grande pour savoir ce que je fais...

    Il n'avait pas à me donner d'ordres ! C'était le plus têtu de mon entourage et certainement le dernier à comprendre tout mes changements. Mon père comprendra jamais que j'en peux plus de toute cette pression, du fait qu'il soit toujours là pour contrôler tout, comme si j'étais un oiseau enfermé. Mais moi je ne voulais plus être une de ses bêtes en cages, je voulais être libre !

    - Et je rentrerais à l’heure que je veux, je ne suis pas Cendrillon…

    Je lui jetais un regard aussi noir que la nuit, qu’il me rendit. C’était aussi intense des deux cotés de la partie. Je lui en voulais à mort et il avait intérêt à me laisser en paix. De son côté, lui il avait envie de me contrôler comme il l’avait toujours fait jusque là… Mais il devait réaliser que c’était plus la peine… Et puis, je suis assez grande pour savoir ce que je fais ! Je n'étais qu'à un an de ma majorité !

    Je m’avançais vers Mike et passait un bras autour de sa taille. Je l’embrassais alors en guise de bonsoir et demandais :

    - Alors, où va-t-on ?

    Je lançais un dernier regard défiant à mon père. Il savait maintenant à qui il avait à faire. Je n'étais plus sa petite fille chérie toute sage et je me sentais enfin indépendante de son emprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Jeu 22 Juil - 23:47


    Et elle arriva… Passant telle la déesse de la foudre. J’adorais la voir comme ça. C’était dingue ce qu’elle pouvait me faire craquer. Je la couvais du regard pendant qu’elle ne laissait pas trop le choix à son père. Cette tigresse fit très bien comprendre à son père qu’il n’avait pas le choix et qu’elle m’accompagnerait. Hum… Pour la bonne figure c’est raté mais bon l’avoir en retour ça valait tellement le coup ! Et puis j’adorais cette manie qu’elle avait un peu rebelle sur les bords. Elle était si craquante comme ça. J’avouais adorer les filles pas mal dynamiques. Les filles qui savent vous défier et ne pas vous suivre. Qui sachent imposer leur loi. C’est toujours les plus insaisissables qui sont les plus intéressantes à avoir. Le tout cuit ne m’intéresse pas. Ce qui était jubilant avec Lea c’est que d’un sens elle avait beau être acquise elle pouvait d’un moment à l’autre se volatiliser et être loin de mes chaines. Je ne savais pas sur quel pied danser avec elle et j’adorais ça…

    Elle s’avança ainsi vers moi et passa un bras autour de ma taille. Je fis de même. Je ne m’attendais pas par contre à ce qu’elle m’embrasse surtout devant son père O.O ! Décidément cette fille ne cesserait de me surprendre ! Et c’est justement ce que j’adorais chez elle : elle était complètement imprévisible. Un jour elle serait capable de vous brûler sur le bûcher pour ne serait-ce qu’avoir osé penser l’embrasser. Un autre jour elle vous sautera au coup. Mes techniques de séductions étaient sans cesse remises en cause avec cette fille comme si je devais tout le temps trouver une autre astuce et être original pour l’avoir pour moi.

    Elle me demanda alors où nous allons aller. Hum ça c’est une surprise… Je lui fis mon petit sourire en coin habituel avant de lui dire :

    MIKE « Si tu acceptes de me suivre tu le sauras assez vite. »

    Je pris alors la main de cette pure beauté dans la mienne et direction le carrosse. Je la fis monter. Elle était si belle… J’adorais quand elle me regarder. Une fois placés dans le carrosse le chauffeur nous conduit. Mon regard se posa sur ses lèvres… Comment y résister. Je la voyais jongler son regard entre dehors et moi… Parfois j’avais l’impression de la contrôler mais on savait tous que je dépendais totalement d’elle. Je cherchais son regard… Elle me contrôlait complètement. Ça devenait plus qu’un désir… je ne pensais plus qu’à une chose. Je laissais mes pensées complètement me déborder. Je me voyais me rapprocher doucement et passer de en face d’elle à, à côté d’elle. Ce que je fis d’ailleurs… Elle finit par me regarder. Je capturais ainsi sa joue de ma main pour la rapprocher vivement de moi. C’était si dur de résister à l’appel de ce goût fruité. Mes lèvres se rapprochaient dangereusement des siennes. Je défaillais complètement un instant en la frôlant à peine. Ma main glissait sur sa cuisse cherchant sa main que je finis par capturer… Le carrosse finit par s’arrêter. Je me levais et l’attirais ainsi à moi d’un seul coup sans prévenir par la main que je venais de saisir. Mon regard ne quittait pas le sien. Ce soir c’est elle qui allait tomber. Et bien évidemment je la rattraperais. Elle voulait me défier ? Si elle voulait jouer à ce jeu alors nous allons passer à un niveau supérieur qu’elle ne pourra pas quitter. Je la savais encore capable de me repousser malgré son « je t’aime ». Les femmes sont plutôt douée pour résister contre leur propre sentiment mais qu’on ne s’inquiète pas, avec moi elle n’allait pas résister trop longtemps. Sur le coup je m’y donnais vraiment à fond. Où es-ce que ça allait nous mener ? Droit dans le mur ou plus encore ? Je l’ignorais encore et j’improvisais au fur et à mesure de l’avancé devant aussi faire avec ce qu’elle procure en moi. Je ne pouvais certifier qu’une chose : elle n’arrivera plus à se retenir de m’embrasser dès qu’elle me voit héhé.

    Ainsi nous nous trouvions devant le parc. Heureusement que l’elfe de maison de mes parents m’a aidé sur le coup vu que je n’ai pas le droit d’utiliser encore ma baguette. Je la soulevais alors du sol. Elle fut d’abord surprise mais finit par se laisser faire. Je descendis alors du carrosse. Elle était toute légère… Telle une plume qui parfois me caressait le visage par un seul regard. Je fis mon petit sourire de malin genre « t’as vu je suis fort ! » xD Ce fut plus fort que moi… Je la reposais alors au sol. Je ne pouvais pas m’empêcher de faire de temps en temps mon grand gamin mais après tout j’étais un mec… Je saisis ainsi sa main sans vraiment lui laisser le choix. Je la guidais ainsi dans le parc. Le carrosse partit. En cour de chemin je ne pus alors m’empêcher de dire :

    MIKE « Tu sais que tu as un beau petit cul ? »

    C’était plus fort que moi… Fallait que je la provoque. Je savais qu’elle avait horreur de ça. D’ailleurs ça ne loupa pas. Elle tenta une sacrée baffe mais je saisis du coup son autre main qui comptait s’abattre sur ma joue. D’un sourire en coin alors je lui dis :

    MIKE « Quoi ?! C’est un compliment… »

    LEA « C’est vulgaire de parler comme ça, et puis c’est ‘propriété privé’ ! »

    MIKE « Hum… Tu as raison… Il faudrait que je fasse attention à ce qu’aucun autre mec ne te traite de la sorte. Après tout… tu es ma propriété je ne voudrais pas que quelqu’un d’autres regardes tes jolies petites fesses… »

    Elle tenta de se libérer mais impossible je la tenais. Elle me mit alors un sacré coup de pied dans le genou. Ah la vilaine ça fait mal ça !!! je grimaçais sur le coup mais ne la lâchais pas. Je finis d’un sourire en coin par l’attirer à moi. Je ne cèderais pas.

    MIKE « Embrasse-moi… »

    Et elle craqua… Me suffisait que de deux mots et c’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle joigne nos lèvres. J’adorais la voir si rebelle et soumise à la fois. Elle savait ce qu’elle ne voulait pas de doutes sur ça. Mais moi aussi. J’étais buté et pas du genre à me laisser dominer par une femme. Pour me venger du coup de genou je posais ainsi mes mains sur ses fesses sans gêne. Sa réaction fut immédiate. Elle me mordit les lèvres >.> ! Elle s’échappa de mon emprise… D’un sourire en coin j’essuyais avec ma main le sang qu’elle avait fait un peu couler sur mes lèvres. Je finis par lui faire signe. Je lui laissais le loisir de gagner cette bataille mais elle n’aurait pas la guerre…

    On continuait le chemin au clair de lune. On passait sur un pont avec son petit ruisseau qui passait en dessous. Là fut la mise en place de cette seconde bataille. Ma main, au cour du chemin, avait saisi doucement la sienne. Ainsi je pus la rapprocher de moi une fois de plus sur le pont. Mes mains se placèrent sur ses hanches. Moi préparer un nouveau coup pour gagner ? Je n’aimais pas rester sur une défaite c’était bien connu. Ma main quitta l’une des siennes. C’était peut-être dangereux mais nécessaire pour la passer de sa joue à doucement ses cheveux et me rapprocher un peu plus. Mes lèvres revenaient vers les siennes comme une évidence pour finir par les contourner et doucement se poser dans sa nuque. Je lui offrais alors un baiser délicat et à la fois sensuel. Le but de ce baiser ? La faire complètement chavirer dans mes bras pour qu’elle finisse par me dire encore ces trois petits mots que je commençais doucement à aimer. Pour qu’elle succombe sous ce plaisir et assume les siens… Chose pas forcément évidente avec Lea. Mais elle… qu’en pense-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Ven 23 Juil - 1:59

    Mike avait été étonné par ma réaction, ça se voyait dans ses yeux. Mais après tout, il se laissait faire. D’un autre coté, c’est certainement ce qu’il attendait de moi… Je recommençais à douter de tout. Depuis le début j’avais rejeté Mike, et les fois où j’arrivais (enfin) à m’en débarrasser, je craquait pour lui. Mais lui ? Que pensait-il ? Que ressentait-il ? C’était difficile de voir clair dans son jeu. Il était toujours si sur de son coup que ça en devenait perturbant…

    Il me fit alors monter dans le carrosse. Un carrosse… Là il avait été un peu fort quand même… J’avais un peu l’impression d’être revenu au XVIIIème siècle avec les courtisant ou autres choses… C’était bizarre mais romantique à la fois. Étrange de la part de Mike du coup. Mais que pensait-il ? Je n’arrivais pas à le déchiffrer. J’avais déjà du mal à me comprendre moi-même, alors pour le comprendre lui…

    Je ne savais pas trop où regarder. Je n’arrêtais pas de faire des allers-retours entre l’extérieur et l’intérieur du véhicule. Dehors il y avait quelques personnes encore debout qui regardaient le cortége passer. Et dedans j’avais Mike qui n’arrêtait pas de me scruter. Il s’était rapproché de moi de plus en plus dangereusement. C’était mauvais signe ça… Et gagné, il me fit ce coup le plus ignoble qu'est celui de la tentation. Il était si près de mes lèvres… C’était comme une drogue de pouvoir sentir son pouls et sa respiration. Chez moi c’était la méga boom pour tout le monde… Mon cœur, tout autant que ma respiration, fessait n’importe quoi tout en s’accélérant toujours plus. Et bien sûr il s’était juste approché pour repartir d’où il venait, ou presque.

    Lorsque notre carrosse s’arrêta, il me fit lever grâce au sort de son elfe de maison que je n’avais pas encore vu, trop plongée dans ce que Mike pouvait préparer. Je finis par me retrouver debout sans aucune séquelle (pour l’instant), face à mon « prince » qui ne devait attendre qu’une chose, mettre en place la suite de son plan. Que voulait-il ?

    - Tu sais que tu as un beau petit cul ?

    Voilà, on y était, c’était ça la suite de son plan ? Ce fut un réflexe, j’allais le gifler. Je ne supportais pas ce genre de comportement, c’était malpoli, vulgaire et déplacé… Surtout dans une soirée qui s’annonçait plus ou moins normale… Mais comme les dernières fois, il avait réussit à arrêter ma main. Je n’étais pas encore assez rapide.

    - Quoi ?! C’est un compliment…

    - C’est vulgaire de parler comme ça, et puis c’est une ‘‘propriété privé’’ !

    - Hum… Tu as raison… Il faudrait que je fasse attention à ce qu’aucun autre mec ne te traite de la sorte. Après tout… tu es ma propriété je ne voudrais pas que quelqu’un d’autres regardes tes jolies petites fesses…

    Là oui il l’a méritait sa baffe ! Mais il avait pris mes deux mains, se trouvant donc enfermées dans les siennes. J’essayais vainement de les faire sortir de ce piège, mais rien à faire. Il faudrait donc utiliser les grands moyens… Je lui mit alors un coup de pied sur le genou. J’avais évité la zone qui est plus au nord, ce serait ma sortie de secours… il avait l’air d’avoir eu mal, mais il devait avoir un truk pour passer outre la douleur car il me demanda :

    - Embrasse-moi…

    Je ne sais pour quelle raison, je me laissais faire encore une fois… Ce devait être encore à cause de mon pouls, devenant de plus en plus fort à chaque fois qu’il s’approchait de moi. *Quelle idiote !* Mais ce n’est pas pour autant que je lutais. Cela fessait un moment que j’avais finalement arrêté de lutter lorsqu’il m’embrassait. J’avais réalisé que ça ne servait plus à rien maintenant…

    Mais ses mains sur mon cul furent de trop. N’ayant pas l’habitude, mon réflexe aurait été de le baffer s’il ne tenait toujours pas mes mains. À défaut d’utiliser mes mains, je le mordis à la lèvre. Il recula d’un pas et s’essuya la lèvre, j’avais tout de même réussi à le faire saigner, ce qui m’étonna moi-même. D’un côté c’était mérité, il avait été vulgaire, mais sans ce réflexe, l’aurais-je laissé faire ?

    On reprit alors notre route comme si de rien n’était. C’était étrange comme comportement. On aurait dit un parcours d’obstacles qu’il fallait franchir l’un après l’autre. Le premier était un baiser, quel serait le suivant ? Et surtout le denier… Je frissonnais à cette idée et me rattachais à ce qu’il se passait face à moi, et non au bout du parcours.

    Ne sachant que faire, je le laissais faire. Je ne savais même pas ce que je voulais moi-même. Je me laissais guider par ses gestes, ses coups bizarres mais toujours plus excitant et tentant. Comme ce baiser sensuel qu’il déposa sur mon cou. C’était un avant-goût de ce qui pourrait nous arriver… Trop tentant… Et moi qui ne savais toujours pas comment réagir… Je devais avoir l’air d’une vraie cruche sur ce coup-là.

    J’avais l’impression d’être un aimant qui n’arrivait pas à se décider de quel coté il devait s’arrêter. Un coup j’étais coté Nord, prête à me battre et m’échapper quoi qu’il arrive, et un autre coup j’étais coté Sud, me laissant totalement faire, sans même réagir, ou plutôt en provoquant les choses… Et dès que Mike me fessait ce genre de « chantage », l’aimant que j’étais n’arrivait pas à se fixer. Qui gagnerait ? Le Nord ou le Sud ? La Raison ou la Passion ?

    Tout était si doux, si sensible… Pourtant toute cette tentation me donnait envie d’un plus. Je ne voulais pas qu’un simple baiser. Je ne savais plus exactement ce que j’aurais pu vouloir… Un autre ? Des milliers d’autres ? Plus doux ? Plus sauvage ? Aller plus loin ?

    Tout ce qui comptait à ce moment-là, pendant ces étreintes, était de le sentir si proche. Nos deux corps presque l’un sur l’autre. Poussée par je ne sais quoi, je l’embrassais à mon tour. Je n’hésitais plus dans ce que je fessais. Je l’enlaçais et le rapprochais de mon corps, sentant sa toute sa chaleur m’envahir. Je glissais une de mes mains dans ces cheveux alors que la seconde avait déjà réussi à se frayer un chemin dans le dos de Mike, sous sa chemise. Qui sait, je le regretterais peu être un jour, ou même jamais, mais au moment même, cela n’avait aucune importance. Seul le contact comptait.

    Mon corps se contentait de jouer à l’instinct et au contraire de ce que l’on pouvait penser, mon esprit était là, présent, à suivre chaque événement. J’étais donc belle et bien consciente de ce qu’il se passait, de ce que je fessais. Mais une seule question me revenait sans cesse à l’esprit :

    - Que ressens-tu ? Que penses-tu ?

    Me doutant qu’il aurait peu être peur de répondre à ces questions que je venais de lui poser, je le resserrais encore et continuais à l’embrasser. Je savais qu'il n'aimait pas se genre de question, il ne voulait pas afficher ses sentiments. Mais ça m'avait échappé. Ne voulant pas que tout s'arrête, je l'incitais à continuer cette balade sensuelle malgré son absence ou présence de réponse. C’était devenu intense, comme un baiser attendu pendant des siècles, un baiser désiré par tout les deux.

    - Je ne contrôle plus rien… Je suis à toi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Sam 24 Juil - 14:10


    Et un baiser dans la nuque… Rien de tel pour la faire complètement craquer. Rien de tel pour qu’elle ne sache plus quoi faire ni comment réagir. Rien de tel pour faire d’elle ma Lea… J’adorais la sentir si hésitante… La voir penchant en ma faveur me rendait chaque jour plus fort. C’est comme si je puisais chaque jour de plus en plus en Lea. Comme si elle était ma source de jouvence. Mon étincelle sans qui je ne pourrais sourire. Elle ne se rendait pas compte de tout ce qu’elle procurait en moi. Elle était même surement loin de se douter que je n’avais plus qu’elle en tête jour et nuit. C’était bien plus fort qu’un désir de la posséder. Un désir pourtant auquel j’avais encore du mal à faire face. Ce n’était pas évident d’admettre ce qu’une seule fille peut vous faire ressentir alors que des milliers d’autres en avaient été incapables.

    Elle se laissait complètement guider. Comme si elle me donnait l’autorisation d’aller plus loin malgré les risques et périls que ça en courait. Mais je savais qu’une baffe ou une morsure ne pouvait m’arrêter. Seuls ses pleurs et sa douleur pouvait complètement m’arrêter. C’était comme si je n’étais pas capable de lui faire le moindre mal. Je m’attachais malgré moi à elle. Jusqu’où ça irait comme ça ? Je l’ignorais… Mais une chose était sûre, me passait d’elle était de plus en plus dur. Elle avait l’impression de jouer les yoyos ? Et moi alors ? Incapable de dire ce que je pense vraiment. J’agissais comme si elle était une fille de plus alors qu’on sait tous que ce n’est pas le cas. Sinon je serais passé à autre chose depuis longtemps. Un baiser m’aurait suffit. Mais il me fallait plus… Comme si j’avais besoin de la pousser dans ses retranchements autant qu’elle me forçait à le faire. Je la savais indécise. Elle avait peur de la suite. Je le lisais dans ses yeux… Ce baiser était comme une sorte de provocation à son indécision. Je la sentais de plus en plus ne plus savoir ni quoi faire ni quoi dire. Ainsi nous en sommes au même point. Elle hésitait autant que j’hésitais. Sauf que contrairement à elle j’avais toujours un degré d’avance suffisant pour maitriser pour l’instant les choses… Mais ça ne m’empêchait pas d’avoir peur autant qu’elle. Non vous ne rêvez pas… Qui aurait cru que moi je puisse craindre Lea. Elle était mon idéal féminin… La seule qui savait me renverser et me faire douter. La seule à savoir comment obtenir de moi plus qu’un simple baiser. C’est comme l’envie de céder à ses moindres désirs. Elle me tenait malgré moi-même si je ne le montrais pas.

    Et elle m’embrassa à son tour. Doux revirement de la situation. Je la laissais faire à sa guide sans la repousser. Que du contraire ! Je la prenais doucement dans mes bras. Elle glissa une de ses mains dans mes cheveux alors que l’autre venait se poser dans mon dos au contact même de ma peau. Elle devenait de plus en plus aventureuse. Décidément plus ça allait et plus c’est moi qui craquais complètement ! Alors seul le contact entre nous comptait…

    LEA « Que ressens-tu ? Que penses-tu ? »

    Je soupirais accompagné d’un sourire en coin. Elle ne lâcherait pas l’affaire… Elle me resserra ainsi sans me laisser le temps de répondre pour finir par m’embrasser. Décidément ! Je ne cesserais d’aimer chacun de ses baisers moi… Elle m’incita alors à ce que cette balade se poursuive. Je pris sa main pour engager le pas…

    LEA « Je ne contrôle plus rien… Je suis à toi… »

    A peine avons-nous faire deux pas, à peine je m’arrêtais. Mon regard croisa le sien… Ce fut alors plus fort que moi. Je vins déposer un baiser sur son front… Parfois les mots étaient inutiles quand on savait décrypter les gestes. Ils avaient tant de sens. Je n’étais pas prêt à lui avouer ce qu’elle me faisait ressentir mais elle pouvait facilement le deviner comme ce baiser qui était le signe de mon envi de la protéger. Je la guidais ainsi dans le parc jusqu’à une couverture étendue sur le sol et de petites lanternes disposées au dessus de cette couverture suspendues aux branches de l’arbre posé à côté. Je l’amenais ainsi à cette couverture. Un petit « pic-nic » nous attendait… Je la laissais se poser sur la couverture. On commençait alors tranquillement à manger ce petit repas que mon elfe de maison avait préparé. Quoi ?! Je suis pas doué en cuisine je n’allais pas lui faire un truc infecte pour l’empoisonner x) ! Donc au menu : petite salade composée, taboulé, des tomates, des œufs… Pleins de petit truc pour un pic-nic quoi avec des sandwichs aussi. On mangeait tranquillement. Le repas se passa dans un silence non gênant pour ma part. Je la vis doucement caler. D’un sourire en coin je posais ainsi mon assiette sur le côté pour me rapprocher d’elle… Elle était si jolie… si douce et si forte à la fois… Ma main prit la sienne et d’un mouvement j’entrainais doucement son corps vers le mien. Nos visages si près l’un de l’autre je sentis non pas son cœur s’accélérer mais le mien…

    MIKE « Je ne trouve pas de mot à ce que tu es en train de me faire vivre… Tous les mots qui me viennent sont dérisoires… Je ne suis pas doué pour dire ce que je ressens… Mais avec toi… c’est… différent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Sam 24 Juil - 17:39

    Il n’avait pas répondu à ma question… Je m’y étais attendue. La question, et surtout sa réponse, avait de l’intérêt, mais pas pour maintenant, pas de suite, ça pourrait attendre. Le contact. Voilà ce qui était vraiment important à ce moment-là. Le reste n’était pas pressé. Nous finîmes par reprendre notre balade, allant au prochain obstacle.

    L’endroit était idéal. Une couverture sur le sol, des lampes dans les arbres et un pique-nique posé au sol. On s’installa sur la couverture et mangea ce que Mike avait amené. C’était simple, mais bien agréable et appétissant. Il n’y avait pas de Tralala partout qui aurait pu me mettre mal à l’aise. C’était tout de même le silence total. On entendait seulement les bruits des quelques animaux se baladant dans le parc. Le ciel était dégagé et on voyait aussi bien les étoiles que la pleine Lune.

    Ayant tous les deux finit notre repas, Mike s’assit à côté de moi, me prit la main, et me rapprocha de lui. Là encore j’oubliais comment réagir. J’étais comme épuisée de devoir me battre pour avoir un résultat. Surtout que moi-même je ne savais toujours pas ce que je voulais. J’abandonnais l’idée de me battre. J’avais réalisé que même si j’avais la hargne qu’il fallait, je finissais toujours par craquer… Je devais être définitivement trop faible pour ça.

    Mais voulais-je vraiment aller plus loin ? Être sienne ? Comme je le lui avais déjà dit ? Je ne savais plus comment réagir, comment penser, quoi penser… Devais-je me laisser faire ? Je finit par me dire que c’était la bonne solution. J’avais besoin de lui, envie de lui. Pourquoi alors me battre ?

    - Je ne trouve pas de mot à ce que tu es en train de me faire vivre… Tous les mots qui me viennent sont dérisoires… Je ne suis pas doué pour dire ce que je ressens… Mais avec toi… c’est… différent.

    Mike avait trouvé les mots justes pour décrire ce que je pensais, ce que je ressentais. C’étais l’embrouille totale en moi qui me rendrait folle à tous les coups. Si je contentais de regarder ma main dans la sienne. Cela pouvait paraître bénin, mais j’avais l’impression que c’était important. Je ne voyais pas quoi rajouter à ce qu’il venait de dire. Je pesais la même chose, alors pourquoi s’embêter à tout reformuler ?

    Je l’embrassais sur la joue et m’allongeais sur le sol. On voyait le ciel entier de là où on était. Je voulais regarder les étoiles en attendant de savoir quoi faire. Mike me suivit dans mon mouvement, mais ne regarda pas le ciel. Il n’arrêtait pas de me scruter. J’étais un peu gênée, mais que pouvais-je dire ?

    Ma main était toujours dans la sienne. J’aimais ce contact, même minime. Sentir son corps chaud, entendre son cœur battre, accompagné du mien. Mon cœur fessait n’importe quoi depuis le début. Mais comme j’avais arrêté de lutter contre Mike, j’avais cessé de lutter contre mon pouls désorganisé. Je posais ma seconde main sur le cœur de Mike. C’était comme si j’avais besoin de vérifier si son cœur était aussi fou que le mien.

    Je le regardais droit dans les yeux, n’ayant plus peur d’être engloutie sous son charme, car je l’étais déjà depuis le début de la soirée…

    - Je ne veux plus lutter…

    Seul murmure que j’avais réussi à sortir. Cela venait du cœur, même si c’était déjà bien encré en moi depuis cette journée, j’avais besoin de lui dire ce que je pensais. Un morceau de conversation de l’après-midi même me revint à l’esprit. « Quand tu auras avoué que je t’attire… Quand tu reconnaitras que tu craques pour moi. Je te laisserais tranquille que soit cette condition. »

    - Tu m’attire, je craque complètement pour toi. Mais je n’ai plus envie que tu t’en aille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mar 27 Juil - 20:27


    Qui aurait cru que j’en arrive là avec elle ? Si près du but et à la fois si loin… Elle était si jolie… si belle… si fragile… tellement craquante que je me perdais complètement dans cette aventure. Je me sentais complètement brûler de l’intérieur comme un ange en enfer. Serais-ce ça ma sentence ? L’avoir rencontrer… Es-ce ça la fin de mon jeu ? Es-ce comme ça que ça doit finir ? Es-ce que ma carrière d’enfoiré à la rentrée risque d’être très loin derrière moi ? Elle seule en tout cas était capable d’y mettre un terme. Elle seule pouvait me faire changer d’horizon. Elle seule avait ce pouvoir sur moi. Ce don de complètement m’envoûter… Faire de moi non un tombeur mais peut-être l’homme qu’elle désire. C’est comme si un regard pouvait tout changer. Je ne le répèterais jamais assez. Elle était belle… si belle que je pourrais en mourir rien que pour elle. Moi qui suis aimé des femmes et qui connais toutes leurs âmes… vu toutes leurs larmes… aimer chacune d’elle sans vraiment parler d’amour. Aujourd’hui que puis-je alors dire de l’amour. Je connais le secret de leur corps et pourtant jamais encore je n’avais ressenti ça. Le besoin de l’avoir près de moi… Le besoin de la savoir heureuse… Moi qui refusais de voir ce jour. Voilà qu’il m’avait pris par surprise. Je n’étais pas prêt pour ça. Pas prêt à grandir. Pas prêt à devenir un homme responsable. Et pourtant le destin en avait décidé autrement. Je détestais ainsi la sensation que j’avais quand je la regardais. C’était quelque chose que je ne pouvais contrôler. Il n’y avait rien de plus désagréable et si agréable à la fois… Alors oui je ne trouvais pas de mot à ce que je ressentais. Dois-je à Merlin tout ceci ? Es-ce le prix à payer pour arriver à me ranger dans le droit chemin ? Es-ce que faire naitre en moi le besoin de protéger était nécessaire pour que je change ? Mon amour propre me suffisait largement… Mais maintenant que je l’avais prêt de moi sans elle je ne serais plus rien. Pourquoi fallait-il qu’elle se trouve sur mon chemin ? Ce sentiment était à double tranchant. Comme si on pouvait être heureux comme jamais aussi bien que souffrir à un point que quelqu’un qui n’a pas connu ça ne peu comprendre… Pourquoi c’était si différent ? Pourquoi ? Cette question ne cessait de roder en moi…

    C’était l’embrouille totale… Depuis qu’elle était là je ne savais plus trop de quoi j’étais capable. En tout cas vis-à-vis des autres femmes c’est comme si plus rien n’avait d’intérêt. Comme s’il n’y avait qu’elle qui pouvait me distraire. Elle me rendait dingue… dingue d’elle. Elle regardait sa main dans la mienne. Comme je rêverais que son regard en cet instant croise le mien… C’était comme si même lui dire que je ne sais pas comment décrire ce que je ressentais me mettait déjà à nu… Je n’étais plus le même. Une peur naissait en moi. La peur de la voir devenir celle d’un autre. De toute façon je faisais en sorte déjà depuis quelques mois que ce ne soit pas le cas. N’avais-je pas dit à sa meilleure amie qu’elle serait mienne ou celle de personne ? Je tiendrais cette promesse et je le savais. Ce qui m’inquiétait par contre c’est où ça allait me mener même si j’en avais une petite idée. Mais je tiendrais parole… Et je risquais alors de devenir un de ces pantins dont je me moquais à l’école. Ce genre de mec qui n’a qu’une femme et qui devient fidèle à un seul être. J’avais trouvé toujours ça un peu ringard… Comme si le mec de toute façon n’avait pas les moyens d’avoir une autre femme. Longtemps j’avais considéré ce genre de mec faible… Je ne changeais pas d’avis. Seulement je voyais ça différemment. Oui ils étaient faibles… mais pas faibles parce qu’ils n’avaient pas les couilles d’oser approcher une autre femme. Faible parce qu’il avait un point sensible… une faille… la plus belle des failles… Je n’aimais encore pas cette idée de pouvoir être atteint. Qu’on se serve de Lea pour me toucher. Je redoutais cette faiblesse mais malheureusement elle m’avait déjà atteinte.

    Elle m’embrassa sur la joue… et s’allongea sur le sol. Je la regardais faire pour finir par suivre le mouvement. Dois-je être obligé de passer par là ? Mon cœur ne m’en laissait pas le choix. Il renaissait à cause d’elle et puisait dans son sourire sa source vitale… Comment pouvoir s’en séparer ? Je la regardais qui fixait le ciel. Sa main n’avait pas quitté la mienne. J’avançais doucement vers l’inconnu un peu tremblant de faire une faute. Elle posa sa seconde main sur mon cœur. Il s’accéléra un peu. Que cherchait-elle en faisant cela ? Je voulais cacher mes battements un peu trop violents dû à sa présence mais tout ce que je réussis à faire c’est les accentuer encore plus. Si là je n’étais pas grillé… Elle me regardait droit dans les yeux. Ce fut le coup de grâce… Et comme si elle ne pouvait s’empêcher d’enfoncer le couteau dans la plaie elle dit :

    LEA « Je ne veux plus lutter… Tu m’attire, je craque complètement pour toi. Mais je n’ai plus envie que tu t’en aille. »

    Tout peut d’un coup basculer… tout s’arrêter… sans prévenir. Un seul murmure peut tout déclencher. Ça me dépassait complètement. La logique voudrait que je la prenne dans mes bras. Je devrais l’embrasser et lui dire que je resterais prêt d’elle mais cette idée me faisait carrément flipper. Ça tournait d’une façon que je ne contrôlais plus. C’était bien plus simple de prendre une fille pour cible, faire en sorte qu’elle craque pour moi, qu’elle m’embrasse… faire en sorte qu’elle ne soit plus qu’à moi pour retenter avec une autre encore et encore. On n’efface pas le passé et des façons de procéder comme ça. Lea était différente pour moi. Unique… Mon essence même. Mais étais-je prêt à être le parfait petit ami fidèle et romantique ? Voulais-je vraiment de cette vie ? C’était trop monotone… trop trop trop… trop quoi. Regrettais-je l’époque où elle me baffait. Peut-être… peut-être pas. Au moins là je l’avais comme je voulais. Oui mais avant j’avais cette passion qu’elle avait à tenter de me résister. Je n’étais pas fait pour jouer le petit ami idéal ou le gendre idéal. Du genre un peu rebelle et spontané je préférais ne pas me coincer. Mais n’es-ce pas déjà trop tard ? Concilier les deux alors ? mais comment ? On ne peut pas être un salaud et fidèle à la fois. Je ne peux pas l’avoir et briser des cœurs à côté. Représenterait-elle alors un nouveau jeu bien plus intense, passionné et sentimental ? Je n’en connaissais pas trop encore les règles… Mais je m’accrochais à cette idée.

    Je glissais ainsi à côté d’elle, mon corps contre le sien. Autant vous le dire tout de suite… C’était mauvais signe… Mon sourire en coin le prouvait encore plus. Ma main vint se poser dans sa nuque… l’autre sur le côté de son corps pour la relever sans lui faire de mal vers moi et la faire asseoir. Moi j’allais en sortir une ? Non… A peine…

    MIKE « J’ai toujours su que tu me trouvais beau gosse… Il a fallu du temps pour que tu le réalises. Mais que veux-tu personne ne me résiste… »

    Allait-elle rentrer dans ce jeu ou s’enfuir en courant ? En tout cas pour moi les dés étaient lancés. J’avais réussi à l’avoir mais je refusais d’avouer que c’était de même pour elle. Alors je retournais la situation à mon avantage… Mes lèvres vinrent très vite couper le peu qui nous séparer pour se poser sur les siennes passionnément avant de la lâcher et de me lever.

    MIKE « Bon ben c’était cool… »

    Moi la provoquer ? A voir comment elle allait réagir à ça… Il faut croire que je suis un peu masochiste sur les bords mais c’était toujours mieux que de finir comme les autres : prisonnier de mes sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 0:07

    - J’ai toujours su que tu me trouvais beau gosse… Il a fallu du temps pour que tu le réalises. Mais que veux-tu personne ne me résiste…

    Ses mots résonnaient dans ma tête, sans que je réalise de suite leur signification. Heureusement pour lui d’ailleurs… C’est bien le genre de discours qui serait capable de me faire péter les plombs… J’aurais certainement bondi, crié et encore crié pour finir par lui en foutre une.

    Mais je me laissais encore une fois charmer par l’un de ses baisers. Il m’avait pris par surprise, sans que je puisse réagir. Maintenant j’avais passé le stade où j’avais cessé de me battre contre ses baisers, et j’avais atteint celui où chacun d’eux m’était comme une drogue. Je ne pouvais plus y résister et me laissais submerger par toutes ses émotions.

    - Bon ben, c’était cool…

    Je le regardais se relever comme si de rien n’était. J’étais sidérée par ce comportement. Je réalisais à peine ce qu’il se passait… J’avais laissé passer le premier coup, mais ce second, qui était bien plus violent, ne passerait pas sans aucune réaction.

    - Quoi ?!

    Je m’étais levé d’un seul coup, perdant presque l’équilibre. Je me surprenais presque de crier aussi fort. Mais c’est vraie que ces derniers temps, c’était de plus en plus fréquent avec les parents. Enfin, ça c’est une autre histoire…

    - Mais tu… Mais tu… Mais tu te prends pour qui ?! C’est quoi toute cette histoire ?! C’est quoi le but ? C’est… C’est quoi tout ça ?

    Je le rattrapais alors par le bras pour qu’il me regarde de face à face. J’avais renversé la moitié du repas hors de la couverture, en entraînant un bruit de vaisselle cassée. Je ne me retournais même pas pour constater les dégâts que j’avais engendrés. De toute façon, ce ne serait jamais Mike qui ramasserait tout ça…

    - C’est… C’est ça que tu voulais ? Faire de moi une autre de tes conquêtes ?! Je ne devrais même pas être surprise, mais je suis écœurée de m’être laissée faire… Je suis tombé dans le panneau, comme toutes les autres filles de d’écoles et d’ailleurs certainement…

    Je ne pouvais imaginer combien de filles étaient tombées dans le même panneau que moi. A l’école celle qui n’étaient pas passées par là, étaient soit sous le charme du « beau Mike » soit complètement enragées contre lui même si elles finissaient par craquer elles aussi. Mais en dehors de Poudlard ? Etait-il pareil ? J’aurais peu être hésité jusque-là, mais plus maintenant. Quelque soit la personne en face de lui, Mike devait être le même épouventard malodorant…

    - Je ne veux pas être une d’entre-elles… J’aurais jamais dû te suivre, te faire confiance… Comme ta vie doit être si simple, faire toujours la même chose, les mêmes sorties, les mêmes plans drague, et ce quelle que soit la fille… Et le pire c’est que j’arrive à avoir honte, alors que c’est toi qui devrais ! C’est toi !

    C’était décevant de réaliser, encore une fois, cette vérité. Je me trouvais en face d’un robot repassant la même bande d’action préenregistré. Mais plus que des actions, c’était surtout le même piège qui repassait en boucle. Et je m’étais entraînée dedans volontairement ! Je m’en voulais à mort d’y avoir plongé tête la première. Alors que finalement le plus minable dans l’histoire n’était que Mike.

    - Je… Je… Tu vas me rendre dingue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 1:20


    C’était cool… Qu’es-ce que j’étais un enfoiré de lui sortir ça mais c’était plus fort que moi. Quand ça devenait trop monotone… quand je sentais le romantisme me prendre ça me faisait si peur que je revenais à mes acquis pour la provoquer et la mettre en colère. Ainsi je passais pour un salaud mais déjà là je maitrisais mieux les choses. La peur de s’engager que voulez-vous. Peut-être me fallait-il encore un peu de temps. Ou peut-être que ça ne devait pas être trop monotone pour que je ne m’enfuis en courant. Là j’avais peur… peur que ça tourne d’une façon étrange pour moi. C’était cool… ma façon de l’alerter que je ne me sentais pas très à l’aise. Au bien sûr elle ne captera pas le signal tout de suite. Entre nous c’était encore trop neuf si je puis dire. Qu’es-ce que ça voulait dire ? Qu’on sortait ensemble ? pas vraiment. J’étais libre. Non plus… Malgré mes efforts je savais que je restais son ombre… Je ne pourrais m’empêcher de vouloir garder ses journées à défaut de ses nuits. Je serais la main qui peut lui manquer. Celui sur qui elle peut se reposer. Ça peut paraitre bizarre surtout avec mon attitude et pourtant malgré tout je resterais à la servir. Elle m’avait volé quelque chose… Je ne pouvais plus lui reprendre. Ça lui appartenait… Alors peu importe que je paraisse un salaud. Peu importe que je me rétracte. Jamais je ne pourrais complètement partir. Elle me tenait malgré tout. Si elle venait à tomber je serais toujours là pour elle. C’était une situation un peu bizarre je sais… le résultat de mon refus d’accepter ce que je pouvais ressentir. C’est comme si je niais l’évidence. Je ne croyais pas en l’amour. Je refusais de vouloir en entendre parler. Et pourtant doucement il m’animait dans ses yeux.

    En tout cas sa réaction fut immédiate. Elle était sidérée par mon comportement. Moi j’avais besoin de temps. Besoin de m’habituer à ça. Je n’avais pas pour habitude d’appartenir à une seule. J’ai toujours été disponible pour celles qui le voulaient. Aujourd’hui c’était différent. Ça se lisait dans mon regard quand je voyais Lea pas loin de moi. Restez à l’accepter… Restez à apprendre à vivre avec. Laissez faire le temps… En attendant tous les deux on risquait pas mal d’avoir ce genre d’échange mais c’est toujours dans ces moments que je me rendais compte de son importance pour moi. Je m’étais éloigné n’écoutant pas son « Quoi ?! ». Fuir fut une douce tentation… Fuir… la perdre… pour la reconquérir demain et la refuir… pour la reperdre encore et tenter encore de la ravoir…

    Elle se leva d’un seul coup. Je continuais mon chemin sachant pertinemment que je le regretterais… mais elle n’était pas du goût de cette fuite…

    LEA « Mais tu… Mais tu… Mais tu te prends pour qui ?! C’est quoi toute cette histoire ?! C’est quoi le but ? C’est… C’est quoi tout ça ? »

    MIKE « Tu sais très bien quel est mon but… » *fuir loin de toi* « t’apprivoiser… » *ne pas céder à mes sentiments* « te conquérir… » *ne plus voir que toi* « faire de toi une de plus » *ne pas te laisser être la seule…*

    Serais-je assez convainquant ? Mes paroles n’étaient que mensonge. Une façon de fuir… de ne pas assumer ce que je pouvais ressentir. Elle m’avait rattrapait par le bras pour me poser face à elle. Dans son regard je vis la colère qui me faisait craquer. Et toutes mes envies de fuir disparaissaient pour laisser place à l’envie de faire d’elle la dernière de mes conquêtes mais aussi la première de mon cœur. Je ne voulais plus qu’elle… avoir son amour… Elle allait me rendre dingue ! Je n’étais même plus capable d’être lucide en croisant son regard.

    LEA « C’est… C’est ça que tu voulais ? Faire de moi une autre de tes conquêtes ?! Je ne devrais même pas être surprise, mais je suis écœurée de m’être laissée faire… Je suis tombé dans le panneau, comme toutes les autres filles de d’écoles et d’ailleurs certainement… »

    Je ne dis rien à ça. Pourquoi ? Parce que si je l’ouvrais je craquerais… je le savais. Elle était loin du compte mais il était si facile de l’en faire croire le contraire… A croire qu’elle ne pouvait entendre mon cœur battre pour elle. A croire que mon regard qui se posait sur elle n’avait aucune signification. Je la couvais complètement. Mais elle complètement aveuglée par mes paroles ne voyait pas l’essentiel. Tout en moi disait le contraire… Dans quel panneau elle était tombée ? Mais qu’elle se rassure j’étais tombé dans mon propre piège avec elle. A-t-elle oublié que je ne pensais qu’à elle ? A-t-elle déjà zappé que je n’ai plus regardé une autre depuis bien longtemps ? Avant je ne me gênais pas de préparer au corps ma prochaine cible avant même d’en avoir fini avec la première. Mais avec elle… Je n’en avais strictement rien à faire des autres. Et le pire… c’était mon cœur qui se fendait doucement quand je ne faisais plus parti de ses envies. Elle régentait complètement ma vie aujourd’hui. Mais tout ça… J’en avais tellement peur que c’était bien plus facile de lui faire croire que je n’étais qu’un enfoiré. Quitte même à prendre le risque de la perdre définitivement. Je jouais à un jeu dangereux… Entre amour propre et amour passionnel… Entre la sécurité ou le danger… J’étais gryffondor. Oui mais aujourd’hui j’avais plus l’air d’avoir des allures d’un de ces trouillards de serpentard. Je faisais piètre allure…

    LEA « Je ne veux pas être une d’entre-elles… J’aurais jamais dû te suivre, te faire confiance… Comme ta vie doit être si simple, faire toujours la même chose, les mêmes sorties, les mêmes plans drague, et ce quelle que soit la fille… Et le pire c’est que j’arrive à avoir honte, alors que c’est toi qui devrais ! C’est toi ! Je… Je… Tu vas me rendre dingue ! »

    Mais bien sûr le cœur a tendance à l’emporte plus facilement… Je ne pouvais lui résister longtemps. La voir dans cet état me rendait mal. Mon envi de la protéger fut le plus fort. Sans prévenir je la saisis pour l’embrasser. Et bien évidemment je me pris une baffe bien fracassante. Je posais ma main là où ça faisait mal…

    MIKE « J’avoue la mériter… »

    J’avançais vers elle mais elle me repoussa. J’insistais… ça ne loupa pas. Je pris ma deuxième baffe. Je dois vraiment être masochiste et les chercher quand même. Elle avait vraiment l’air en colère. Et voilà que doucement je la perdais et doucement que je voulais la reconquérir. Je vous l’avais dit que ça ne louperait pas. Je dois aimer souffrir. Ou pas savoir ce que je veux… Enfin si je savais mais je refusais de l’assumer. Je crois que c’était pire en fait. Et pourtant l’envie qu’elle craque fut encore plus forte. Troisième tentative ? Je capturais sa main sans lui laisser le temps de réagir. Elle sortit sa baguette. Je n’avais pas peur de me prendre un sort en pleine tronche. Et puis elle n’oserait pas en dehors de Poudlard… Je posais ainsi sa main sur mon cœur. Elle n’hésita pas à me griffer avec ses ongles. Je sentis la douleur sur mon torse mais je maintenais sa main contre mon cœur. De mon autre main je la forçais à me regarder dans les yeux. Quitte à me condamner autant en faire de même pour elle. Si je coule elle coule avec moi…

    MIKE « Embrasse-moi. »

    Elle me repoussa.

    MIKE « Embrasse-moi… »

    Elle me repousse encore une fois en s’énervant de plus en plus et bégayant. C’était si mignon. Mais je ne lâcherais pas l’affaire c’était mal me connaitre.

    MIKE « Embrasse-moi… Apaise-cette pénitence que tu me fais vivre… Accorde-moi ce baiser. Et mon cœur en sera soulagé… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 2:09

    - Tu sais très bien quel est mon but… t’apprivoiser… te conquérir… faire de toi une de plus

    C’était bien plus qu’une évidence, c’était la stricte vérité. Dans mes différentes phases de toute cette histoire, j’avais d’abord été complètement consciente de cette réalité, puis j’avais voulu l’effacer, l’ignorer pour finir par me la reprendre en pleine face. Et chaque fois c’était plus douloureux, plus saisissant, plus profond…

    Mike me laissa parler, ou plutôt m’énerver sans rien dire, en tout cas pour l’instant. Il me prit alors pour m’embrasser. Je ne me laissais pas faire et lui je donnais une claque bien méritée. Je ne me laisserais plus jamais faire. Je prenais aussi encore plus de caractère grâce à cette histoire. Ces quelques mois auront peu être servis à autre chose qu’à me faire souffrir…

    - J’avoue la mériter…

    Effectivement il avait mérité cette baffe. Tout comme les précédentes et certainement les suivantes. Et s’il continuait sur cette même route, il s’en prendrait plus d’une autre… La deuxième suivit d’ailleurs assez vite puisqu’il retenta son coup. A chacune de ses tentatives, je me sentais plus forte, capable d’aller plus loin dans ma colère tout en sentant mon cœur souffrir.

    Je finis même par sortir ma baguette, sachant que je n’avais pas le droit de l’utiliser. Je l’avais sortie plus d’une fois depuis le début des vacances. A chaque fois je savais que je ne m’en servirais pas, mais dans toute cette poussée d’adrénaline, qui sait ce qui aurait pu arriver… Mike prit alors mon autre main pour la poser sur ce qui aurait du être l’emplacement de son cœur inexistant. Il tentait encore une fois de m’avoir dans l’un de ses pièges. Mais à chacun de ses gestes ma colère s’agrandissait et je me contentais d’enfoncer mes ongles sur son torse.

    - Embrasse-moi.

    Il prit mon visage entre sa main libre pour que je le regarde droit dans les yeux. Il voulait me faire craquer encore une fois. Mais je n’en pouvais plus de toutes ces manipulations. J’avais certes craqué pour lui, mais jamais je ne le laisserais continuer son jeu débile où j’étais la seule à souffrir. Je me contentais donc de le repousser à chacune de ses demandes. Je ne disais plus rien, mais mes gestes exprimaient déjà assez bien ce que je pensais.

    - Embrasse-moi… Apaise-cette pénitence que tu me fais vivre… Accorde-moi ce baiser. Et mon cœur en sera soulagé…

    - Ton cœur, si jamais tu en as réellement un, ne mérite pas d’être soulagé ! Tu ne mérite pas toute cette attention ! Chacun de ces baisers étaient volés… Et tu oses tout de même t’en venter… Tu n’es qu’un sale égoïste, profiteur et insensible à ce qui t’entoure !

    Je tentais encore et encore de libérer mes mains de son emprise. J’avais l’impression que c’était toujours la même scène qui se répétait. Mais je constatais une grande différence, maintenant je savais ce que je voulais, ou plus exactement pourquoi je lui en voulais.

    - Je veux plus souffrir ! Vas-t-en ! Lâche-moi maintenant ! Le jeu est terminé !

    C’était un cri du cœur, le besoin de me libérer de son piège. Je ne voulais plus de toute cette mascarade, de cette mise en scène. Au début ça avait été amusant, tentant ou même excitant. Mais cela durait depuis trop longtemps, et je ne savais pas où donner de la tête depuis le début. J’avais pensé avoir posé le jeu en lui disant la vérité, car oui, j’avais craqué pour lui. Mais il se foutait encore une fois de moi. Et ça c’était de trop.

    Je revoyais défiler dans ma tête tout ce « jeu », avec la première rencontre dans les couloirs, la fleur d’orchidée, le lac, le bal, la librairie et enfin cette balade. J’avais fait le yoyo trop longtemps, et j’en pouvais plus de devoir faire tout le temps des compromis avec moi-même à chaque mot prononcé. J’avais fini par être en colère, mais blessée aussi. J’étais fatiguée de lutter, mais je ne m’arrêterais pas là. Je vivrais peu être deux mois d’enfer, mais il ne faudrait pas que Mike s’attende à un retour chaleureux à Poudlard. Là-bas la magie est autorisée…

    - Tu m’a fait mal ! T’as joué avec mes sentiments ! Tu n’as pas le droit !

    Je finissais enfin par arrêter de crier pour laisser place à des larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 2:46


    Je ne faisais que tout gâcher mais c’était plus fort que moi. Comment reconnaitre qu’une femme avait réussi de m’avoir à mon propre jeu. Comment admettre que la personne qui souffre le plus ici c’était moi. Comment avouer que j’avais peur… Peur de la perdre comme toutes celles qui m’avaient perdu. C’était plus qu’une question de fierté. C’était une peur qui me rongeait de l’intérieur. Pourtant elle craquait pour moi. Elle l’avait dit. De quoi alors avoir peur ? Pourquoi reculer comme ça ? Pourquoi tout gâcher ? J’avais tellement joué que je n’osais aujourd’hui y croire. Que fallait-il pour que j’y crois enfin ? Qu’elle se tue d’amour ? J’espérais ne pas en arriver là quand même xD ! Un coup je me faisais passer pour un salaud pour en arrêter là avant de ne plus pouvoir m’en échapper et d’un autre je lui demandais de m’embrasser. Elle ne savait pas sur quel pied danser ? Et tout ça parce que je n’arrivais à faire un choix. Fuir ou affronter la réalité en face. J’étais en train de transformer cette histoire en un cauchemar où elle se mettait en colère de plus en plus contre moi et où je souffrais de plus en plus. Je me sentais me consumer de l’intérieur à la voir me repousser de plus en plus. Je savais que j’aurais du me méfier de cette fille… Jamais je n’aurais du prendre les paris. Mon cœur en avait été l’enjeu et le voilà pris dans les mailles de ses filets. Elle le tenait dans ses mains et un peu plus à chaque instant le mettait aux supplices…

    LEA « Ton cœur, si jamais tu en as réellement un, ne mérite pas d’être soulagé ! Tu ne mérite pas toute cette attention ! Chacun de ces baisers étaient volés… Et tu oses tout de même t’en venter… Tu n’es qu’un sale égoïste, profiteur et insensible à ce qui t’entoure ! »

    Elle tentait de se libérer. Je gardais ses mains dans les miennes. Je méritais son courroux qui me faisait tant souffrir. Elle ne voulait plus souffrir… Elle voulait que je m’en aille. Que je la lâche… Le jeu était terminé. Dur réalité mais elle avait bien raison. Et jamais il n’aurait du commencer. Je la sentais souffrir…

    LEA « Tu m’a fait mal ! T’as joué avec mes sentiments ! Tu n’as pas le droit ! »

    Ses cris se transformèrent doucement en larmes me brisant le cœur. Jamais je n’aurais pensé qu’une larme coulant sur la joue d’une femme puisse autant faire mal. Si mal que la douleur en est insupportable. Ne cherchez pas à comprendre… J’étais simplement et complètement… amoureux d’elle. Comment définir ça autrement. Comment voir autrement la souffrance de la voir si mal ? Je m’approchais… Elle reculait. J’insistais jusqu’à la serrer contre moi. Elle tenta bien de protester mais je ne la laisserais pas en décider autrement. Elle finit par se laisser faire. Je la serrais tout contre moi. Qui aurait pu croire que le renard s’épreigne de ce petit poussin ? Je fermais les yeux soupirant profondément.

    MIKE « Pardonne-moi de n’être qu’un imbécile qui n’est même pas capable d’assumer ce qu’il ressent. Pardonne-moi de vouloir te faire croire que je ne suis qu’un enfoiré prêt à briser ton cœur pour ne pas briser le sien. Je ne te mérite pas… Tu ne devrais même pas craquer pour moi. Je ne suis qu’un crétin doué à te faire pleurer. Et pourtant malgré tout tu as… »

    Je m’écartais un peu gardant ses mains dans les miennes. Une de mes mains relevée d’ailleurs son regard vers moi. Je ne quittais pas son regard.

    MIKE « Lea… je… Tu… Tu as raison sur toute la ligne. Je n’ai pas de cœur… Je n’ai plus de cœur. Depuis le jour où je t’ai rencontré, tu t’en es emparé. J’ai beau faire pour le récupérer je sais que ça ne sert à rien. Il t’appartient maintenant… Et… c’est la première et surement la dernière fois que j’oserais le dire mais… ça me fait peur. Tu es la première qui me fait ressentir autant de choses… Je ne définirais ça que par trois mots qui ne sont peut-être même pas assez fort encore… Je… Lea... La jolie Lea... je… je t’aime. Sèche tes larmes je t'en supplie... S'il faut je te le répèterais encore. Mais ne pleur plus... Je n'aime pas te voir dans cet état et surtout quand c'est moi qui en est la cause. Je suis vraiment un crétin... Mais... l'amour rend bien les gens idiot et... je t'aime. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 3:31

    J’avais l’impression d’être une vraie Madeleine. Mais c’était comme la colère, il fallait bien que ça sorte un jour ou un autre. Mais j’aurais bien choisit un autre sur ce coup là. Mes émotions m’avaient emporté vraiment trop loin et c’était irresponsable, voir suicidaire, que de craquer ici… Devant Mike…

    N’ayant même pas eu le temps d’essuyer quelques larmes, il essaya de me prendre dans ses bras. J’avais appris à reculer à chaque fois qu’il s’approchait trop de moi. Mais comme on le savait tous les deux, il était le plus fort et réussit à me prendre dans ses bras. Je lui en voulais de tout ça… Tout était à cause de lui… Il ne servait à rien qu’il essayait de me rassurer ou quoi que se soit. Mais la sensation de sa chaleur me berça et je finis par me laisser aller, laissant de coté ma colère.

    - Pardonne-moi de n’être qu’un imbécile qui n’est même pas capable d’assumer ce qu’il ressent. Pardonne-moi de vouloir te faire croire que je ne suis qu’un enfoiré prêt à briser ton cœur pour ne pas briser le sien. Je ne te mérite pas… Tu ne devrais même pas craquer pour moi. Je ne suis qu’un crétin doué à te faire pleurer. Et pourtant malgré tout tu as…

    Voilà qu’il se mettait à faire des excuses à tout bout de champs. Fallait-il que je pleur pour il dise enfin ce qu’il faut ? Cela aussi était de trop. Une nouvelle facette qui s’ouvrait à moi… Le Mike qui s’exprime un peu plus contre quelques larmes. Une facette qui m’énervait déjà. Mais serrée dans son étreinte je ne disais rien. Je ne savais pas ce qui était le mieux pour moi, me calmer ou garder cette rage ? Il m’avait fait mal, et c’était trop tard pour se faire pardonner.

    - Lea… je… Tu… Tu as raison sur toute la ligne. Je n’ai pas de cœur… Je n’ai plus de cœur. Depuis le jour où je t’ai rencontré, tu t’en es emparé. J’ai beau faire pour le récupérer je sais que ça ne sert à rien. Il t’appartient maintenant…

    Encore un speach tout droit sortit d’un film moldu à tous les coups. Je ne croyais pas à cette nouvelle tentative. Il en fessait beaucoup trop. Je n’avais pas besoin de l’entendre pour savoir qu’il n’avait pas de cœur. Et en ce qu’il concerne la partie où je le lui aurait pris… C’était n’importe quoi. Il pourrait faire toute les métaphores qu’il voulait, jamais je ne le crirais.

    - Et… c’est la première et sûrement la dernière fois que j’oserais le dire mais… ça me fait peur. Tu es la première qui me fait ressentir autant de choses… Je ne définirais ça que par trois mots qui ne sont peut-être même pas assez fort encore…

    Etait-ce du bluff comme d’habitude ? Ou était-ce un mensonge éphémère ? Il commençait à me faire douter de ce que je pensais. Je n’aurais jamais du me laisser prendre dans son étreinte. Je me laissais trop influencer par ce contact que je recommençais à le pardonner.

    - Je… Lea... La jolie Lea... je… je t’aime.

    Il l’avait dit. Ces trois mots qui lui avaient mis tant de temps à sortir. Je n’en revenais pas. J’avais même arrêté de respirer le temps de ces quelques secondes. Le temps s’était alors arrêté face à ce qui pourrait paraître à un miracle. Sans que je puisse le contrôler, mon cœur se mit à battre plus fort.

    Ces trois petits mots avaient mis trois mois à venir depuis ma demande. Jamais il ne les avait dit, pas même pour du bluff. J’en revenais pas, Mike était sincère… Cela fessait chaud au cœur de voir cette personne enfin capable de dire ses sentiments.

    - Sèche tes larmes je t'en supplie... S'il faut je te le répèterais encore. Mais ne pleur plus... Je n'aime pas te voir dans cet état et surtout quand c'est moi qui en est la cause. Je suis vraiment un crétin... Mais... l'amour rend bien les gens idiots et... je t'aime.

    Je savais déjà que je ne pourrais pas me calmer de sitôt. J’étais sous le choc de ce que je venais d’entendre. Un moment à ne jamais oublier, à graver dans les livres d’Histoire. Et cette chaleur qui n’arrangeait rien… Et je ne vous parle même pas des battements de cœur. Je donnerais ma vie pour l’entendre dire encore une fois ces trois mots…

    - T’es un vrai crétin ! avais-je fini par souffler

    C’était un idiot qui m’avait fait pleurer, souffrir et blessé. Et tout ça pourquoi ? Pour protéger ses sentiments… Ne rien avouer, tout garder en lui. Je n’était pas du genre à crier sur tout les toits ce que je pensais, mais lui… C’était une vraie tombe. Jusqu’à ce jour-là…

    J’étais totalement déstabilisée… Je ne savais pas comment réagir. J’avais l’impression de ne même plus savoir comment vivre. Le temps était arrêté, immortalisant cet événement. Et moi ? Que devais-je répondre ? Je lui avais déjà dit les quatre vérités et il avait préféré me faire mal. Comment devais-je réagir ?

    - Tu m’as fait mal…

    Je le répétais encore une fois pour qu’il comprenne ce que je venais de vivre. Je savais maintenant que lui aussi venait de passer une période difficile, divisé entre raison et sentiments. Mais la grande des différences entre lui et moi, était que j’avais subit, alors que lui avait été le seul responsable de son propre malheur. Mais il avait fait son choix… Il était sincère…

    Je réussis alors à libérer doucement mes mains pour pouvoir l’enlacer. Je me mis sur la pointe des pieds et l’embrassai comme jamais. Ce n’était pas la première fois, mais c’était différent. C’était comme si connaître les sentiments de l’autre changeait notre comportement. Il avait avoué ses sentiments et je me sentais récompensée de toute cette lutte étrange. Mes larmes cessaient petit à petit, au fur et à mesure où je resserrais mon emprise.

    - Je t’aime…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
Mike Andrews



Nombre de messages: 89
Age: 25
Date d'inscription: 21/06/2010

Feuille de personnage
Âge du personnage: 15
Alignement: Ne se sent pas concerné(e) par ces histoires de vampires
Disponibilité:
5/7  (5/7)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Mer 28 Juil - 13:51


    Pourquoi fallait-il que je craque sous ses larmes. J’étais à deux doigts d’arriver à me sortir de cette histoire. Elle pleurait et voilà que je lui disais que je l’aimais. Mais qu’es-ce qu’il me prenait enfin ! Je n’avais pas le droit de lui dire ça ! Je ne pouvais pas lui dire de tel mot ! Raaaaah où j’allais… ? J’étais doucement en train de tirer un trait sur mon passé pour m’engager. Je la haïssais pour me forcer à l’aimer. Je la détestais pour provoquer en moi autant de passion. Je ne la supportais pas pour oser faire de moi un homme fidèle à cet amour et à elle. Je grimaçais intérieurement. C’était trop tard. Je ne pouvais plus reculer. Quoi faire alors ? Je l’ignorais. Je n’avais pas l’habitude de ce genre de situation. J’avais un peu la peur au ventre en avançant vers l’inconnu. Comment ne pas se détruire par cet amour ? Comment ne pas changer ? J’avais peur de finir par être renfermé comme pas mal de mecs à en perdre ma liberté. J’étais encore loin de la vérité. La peur me rongeait. Elle était sous le choc ? Et moi alors ? Que devrais-je dire ? J’avais promis de ne jamais dire ces trois mots. J’avais fait le serment qu’une femme ne m’aurait pas. Et ça me frappait à 15 ans… si jeune… Bien plus jeune que tous les hommes de ma famille. Pourquoi suis-je celui a qui ça arrive le plus tôt alors que je suis le seul à avoir juré que jamais ça ne m’arriverait. Merlin aime-t-il jouer avec mes émotions ? Cherche-t-il à m’inculquer une leçon ? Je l’aimais… j’avais refusé de l’avouer pendant longtemps mais depuis le début je l’aimais… Depuis le début je savais qu’elle était unique et si différente des autres. Je savais que ce jeu était dangereux. J’aurais du écouter ma raison… mais comment résister à l’appel du cœur. Là encore la raison me poussait à m’en aller mais il faut croire que je ne suis pas le genre raisonnable parce que plus jamais je ne la lâcherais. Si c’est pour revoir ses pleurs et souffrir j’en serais incapable. Je ne voulais pas être la cause de sa douleur. Seul son bonheur m’importait car il faisait le mien…

    LEA « T’es un vrai crétin ! »

    MIKE « Je sais… »

    J’avais été égoïste de vouloir m’éloigner d’elle pour me protéger et je restais encore égoïste pour vouloir finalement la garder près de moi de peur d’en souffrir si je m’éloigne… Je n’ai jamais été doué pour ce genre de choses. Draguer… Flirter… oui. Mais aimer… c’était une autre histoire. Jusque là je savais seulement aimer d’un sentiment de fratrie envers ma famille. Cet amour que j’avais pour Lea y ressemblait et à la fois était si différent. C’est comme si j’avais besoin de la posséder. Comme si plus rien n’avait autant d’importance. Tout pouvait s’écrouler… si elle était là elle gardait ce pilier qui permettait d’éviter que notre plafond s’écroule. Comme le centre de gravité sans qui tout s’effondrerait. Et moi je n’étais qu’un imbécile à vouloir tenter de vivre et évoluer sans ce point de gravité. Je savais pertinemment que ce n’était plus possible. Comment lutter contre ça ? Je n’avais encore jamais ressenti une telle chose. Elle provoquait en moi des frissons par un seul regard.

    LEA « Tu m’as fait mal… »

    MIKE « Je sais… »

    Je le savais que trop bien… L’amour fait mal. Mais je venais de comprendre une chose. C’est en arrêtant de lutter que la douleur s’en allait. Elle finissait par se libérer les mains. Je n’étais plus capable de la forcer à quoi que ce soit. Elle m’enlaça. Sur la pointe des pieds alors elle m’embrassa. Mais pas n’importe quel baiser. Ceux qui font que vous sentez votre cœur s’emballer. Ceux qui font que vous sentez que c’est elle… Ceux qui vous font comprendre que c’est elle qui règne dans votre cœur. Je posais ma main dans ses cheveux pour lui rendre. Et je compris une chose : que jamais je n’avais été plus heureux que de me faire avoir à mon propre jeu…

    LEA « Je t’aime… »

    Je la serrais tout contre moi. Merlin où j’allais… Elle allait me rendre complètement dingue. Décidément je n’arrêterais pas de le penser ! Faut croire que c’était déjà trop tard. Je finis par l’éloigner un peu de mes bras pour la regarder dans les yeux. C’est fou ce que je peux être con à vouloir me débarrasser de la seule chose qui pouvait être bien avec moi. Mais comme toute bonne chose, il y avait une fin…

    MIKE « Je devrais te ramener chez toi… Même si tu ne laisses pas le choix à ton père de l‘heure de ton retour je préfère te ramener pas trop tard. Il ne porte déjà pas trop dans son cœur ce n’est pas non plus pour en rajouter… Et ne t’inquiète pas ce n’est pas une tentative de fuite… Je te veux toi. pas une autre... »

    Je lui fis un clin d’œil avant de finir par regarder le bazar sur la couverture. Mon elfe de maison s’en chargerait. Je pris alors le chemin de l’entrée du parc en la tenant près de moi. On arrivait au carrosse. Le retour fut plus court que l’allée et on se retrouvait bien trop vite à mon goût devant chez elle. Le carrosse s’arrêta.

    MIKE « Je… je risque de partir pour l’étranger pour ces prochains jours. Crois-tu que si j’envoie une petite lettre régulièrement à ma princesse elle répondra ? »

    Je ne mentais pas. J’allais m’absenter avec mon père pour affaire en Amérique. Je ne savais pas pour combien de temps mais le hibou suivrait. De toute façon je n’en laisserais le choix à personne. Je refusais de la laisser dans le doute pour recommencer ce même manège à la rentrée. C’était hors de question. J’avais déjà assez galéré comme ça. Et puis je m’étais habitué à sa présence pas si désagréable que ça je devais le reconnaitre. Je l’embrassais alors une dernière fois sur son petit front avant de la laisser partir après sa réponse… Les semaines qui suivraient risquait d’être dures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lea McCute



Nombre de messages: 320
Age: 22
Date d'inscription: 24/11/2009

Feuille de personnage
Âge du personnage: 16
Alignement: Non renseigné
Disponibilité:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Je te veux toi. Pas une autre...   Jeu 29 Juil - 1:08

    - Je devrais te ramener chez toi… Même si tu ne laisses pas le choix à ton père de l‘heure de ton retour, je préfère te ramener pas trop tard. Il ne me porte déjà pas trop dans son cœur ce n’est pas non plus pour en rajouter… Et ne t’inquiète pas ce n’est pas une tentative de fuite…

    J’étais déçue par sa décision. Maintenant qu’on était enfin lancé dans une voie plus ou moins fixe, Mike décidait de tout arrêter. Je prenais cette réaction pour une tentative de fuite qui me décevait. Mais lorsque je le sentis me serrer plus fort contre lui alors qu’on avançait vers la calèche garée au même endroit, je chassais cette idée de fuite.

    - Je te veux toi. Pas une autre...

    Je succombais encore une fois sous son charme. C’était frappant mais aussi révélateur. Ce qu’il venait de dire, il devait le penser depuis un moment. Il était certain de ce qu’il disait, avec en plus un petit côté trop sur de lui. Mais j’adorais le clin d’œil qu’il avait accompagné à sa phrase.

    - Je… je risque de partir pour l’étranger pour ces prochains jours. Crois-tu que si j’envoie une petite lettre régulièrement à ma princesse, elle répondra ?

    - Je pense que ça dépendra de ce que j’y lirais… Dis-je en voulant le titiller

    Je réalisais alors ce que cela pouvait bien signifier. Il partait… Lui aussi… Je me sentais totalement délaissée par tout mon entourage. Pour mes parents, je le fessais entièrement exprès, mais pour le reste… Je m’étais fait de nouveaux amis en sortant tard le soir pendant que je ne pouvais pas voir mes amis de Poudlard. Mais je recommençais à me poser des questions sur cette soirée, sa signification… On n’arrêtait pas de faire marche avant puis marche arrière alors qu’aujourd’hui on avait enfin fini par se caller. Enfin, c’est ce qui me semblait… Mais ce n’était finalement pas le cas vu qu’il partait lui aussi.

    Mais il finit par me montrer qu’il était tant que la soirée se termine en m’embrassant sur le front. J’entrais finalement chez moi sans même tenter d’être discrète. Je savais très bien qu’au moins mon père serait debout jusqu’à ce que je rentre. Ma mère était restée debout pendant mes longues soirées, mais, au bout d’une semaine, elle avait arrêté de m’attendre. Mais aujourd’hui elle était là aussi. Je devrais donc me taper les critiques de mes deux parents…

    - Il est tard ! Ma fille ne rentre pas à cette heure-ci ! me sortit mon père

    - ça tombe bien, tu peux arrêter de le considérer comme telle !

    Il avait le chic de m’énerver en un rien de temps… S’il voulait jouer au plus fort, on jouerait donc tous les deux. Je commençais à avoir de l’entraînement au bout de ses quelques semaines. Mais avant même qu’on puisse se lancer, c’est ma mère qui nous coupa.

    - Laisse-la, elle a été embrassée… ça se voit sur son visage…

    - Maman !

    C’était bien la dernière chose dont je voulais parler avec mes parents ! En tout cas pas tant qu’ils auraient ce comportement avec moi ! J’en parlerais peu être avec mon frère, dans l’une de nos énièmes lettres. Quoi que… Je ne voyais pas comment je pourrais entamer le sujet. Surtout que je ne savais pas comment il réagirait en lui disant de qui il s’agissait. Et Hanako… Cela finirait par être bien comique aussi… On attendrait peu être alors avant d’en parler…

    Je montais alors dans ma chambre sans même réagir aux « quoi ?! » et « il ne reviendra jamais ici celui là » de mon père. Je le laissais pester pendant que je prenais ma dernière aquisition, une guitare. J’en avais envie depuis longtemps, et me trouvant complètement seule pour les semaines à venir, je ferais pester mon père tout en jouant de la musique… Et en pensant à Mike…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://itzitzi.deviantart.com/
 

Je te veux toi. Pas une autre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ? ???? J'veux rp ! ???? ?
» Je veux rps ! Je veux rps !
» Qui veux rp avec le cuisinier?
» je veux etre magicien
» La coupe je la veux avec moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas ::  :: -